Côte-d’Ivoire attaque de Bassam 

Mis en ligne par La Rédaction | dimanche 13 Mars 2016

Adobassam

Un bilan de 22 blessés et 22 morts dont 6 terroristes, selon le président Ouattara

Le président de la République Alassane Ouattara qui s’est rendu sur place à Grand Bassam dès l’arrêt des combats entre forces ivoiriennes et assaillants, a fait cette déclaration dans laquelle il dresse le bilan de l’attaque surprise.

« Ces attaques lâches de terroristes ne seront pas tolérées en Côte d’Ivoire et nous avons pris des mesures importantes. Cette attaque a été maîtrisée en 4 heures de temps. Nos forces sont intervenues et ont réussi à neutraliser six terroristes. Malheureusement le bilan est lourd puisque les terroristes ont tué 14 civils et malheureusement nous avons perdu deux éléments de nos forces spéciales. Ce sont au total 22 personnes qui sont décédées. Je voudrais à cet instant présenter mes condoléances aux familles des personnes assassinées et leur dire que cela n’est pas la Côte d’Ivoire. Nous continuons de prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter ce genre de situation. Nous avons également constaté que 22 personnes ont été blessées, 19 civils et 3 éléments de nos forces spéciales. Je voudrais dire au directeur de l’hôtel que nous saluons la bravoure des clients et leur sang-froid parce que nombreux sont ceux qui ont pu nous envoyer des textos qui nous ont permis de localiser ces assassins et de les neutraliser. A l’heure où je parle le calme est revenu à Grand Bassam. Les personnes qui étaient à Assinie à 50 km pour le weekend ont pu rentrer tranquillement à Abidjan. Je voudrais dire aux populations que la situation est sous contrôle, le calme est revenu et nous continuons à renforcer la sécurité à Grand Bassam, à Abidjan et sur l’ensemble du territoire ivoirien. »
connectionivoirienne


Selon des sources officieuses, le bilan serait bien plus lourd...
commentaire de mon amie Karine Ballon "Tuerie de Bassam, L'élan de condoléances internationales est touchant. Je ne peux cependant m'empêcher de penser au silence qui a entouré le génocide de Duékoué en 2011 ( 1000 morts en une journée)"