Shlomit
topblog Ivoire blogs

06/05/2011

Un pas de plus vers le Nouvel Ordre Mondial

Bienvenue en RCI , République de la communauté internationale

 Si le cas, unique et sans précédent de la Côte d'Ivoire, que l'on peut désormais rebaptiser sans rire "République de la communauté internationale" est un cas d'école, on peut se poser la question de cette jurisprudence et de sa dangerosité au niveau de la marche du monde. Reprenons des extraits de cet article de  Mireille Frantz Fanon,  dont chacun devrait prendre connaissance :

"Plus que les exécutants, les donneurs d’ordre de cette liquidation extrajudiciaire portent un préjudice d’une grandeur immense à l’ensemble de ce qui devrait faire monde. Ils assassinent les principes difficilement mis en place par le «Peuple des Nations» au sortir de la deuxième guerre mondiale. Ils défont les buts et les principes des Nations Unies en les remplaçant par le droit à commettre des exécutions sommaires, ils autorisent l’ingérence au prétexte de protéger les populations civiles et ne le font que selon des critères qui leur appartiennent en propre. Ainsi, des interventions auront lieu en Haïti, en Côte d’ivoire, en Libye mais pas au Yémen ni en Syrie et encore moins en Palestine…

Et tout cela se fait dans le silence complice de la communauté internationale et de nombreux pays qui sont pourtant proches de ceux pour lesquels le Conseil de sécurité autorise des interventions illégitimes  et illicites au regard du droit international."....

"La banalisation de la mutation et de la déstructuration du droit international et la banalisation du racisme confirment, entre autres signaux, la mise en place du nouvel ordre mondial basé sur la force et la violence. Un ordre glacial et désespéré dominé par la fureur et la peur de tous ceux qui veulent le monde à leur image et à leurs pieds."

Lire la suite

Conseil Constitutionnel : Paul Yao N`dré proclame Alassane Ouattara vainqueur de l’élection présidentielle

Le 06 mai 2011 par IvoireBusiness – Paul Yao N’dré, président du Conseil constitutionnel ivoirien, a proclamé jeudi Alassane Ouattara
Président de la République de Côte d’Ivoire, après avoir déjà proclamé Laurent Gbagbo comme Président. Le faisant, il vient de se dédire
surtout qu'on sait que les décisions prises par le Conseil ne sont susceptibles d’aucun recours.
Le faisant, le Conseil a ouvert la boite de pandore sur la fiabilité des institutions de la République de Côte d’Ivoire, car rappelons-nous, le même Conseil avait déjà rejeté la prestation de serment écrite par Alassane Ouattara.
Paul Yao N’Dré est-il devenu aujourd’hui proche de Ouattara et non plus de Gbagbo comme on nous l’a servi à profusion? Où ses décisions n’ont de valeur que lorsqu’elles arrangent Ouattara ?
Que vaut aujourd’hui un Conseil qui dit une chose et son contraire ?
Faut-il désespérer de la Côte d’Ivoire où le non-droit et la force s’appliquent sur le droit ?
Paul Yao a-t-il agit pour sauver sa peau et non dans l’intérêt supérieur de la nation ?
Pourquoi a-t-il choisi de donner une valeur juridique au putsch de la Communauté internationale et d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire ?
A-t-il pris un arrêt politique pour sauver son institution et la remettre ainsi en selle?
La Côte d'Ivoire est-il un Etat souverain lorsque le Conseil dit motiver sa décision par le fait que «les normes et dispositions internationales acceptées par les organes nationaux compétents ont une autorité supérieure à celles des lois et décisions juridictionnelles internes"?
Vient-il de faire kidnapper une seconde fois Laurent Gbagbo ?
Le Conseil a-t-il agit pour sauver ce qui peut l’être encore dans une Côte d’Ivoire à genoux , lorgnant ainsi vers les élections législatives et municipales futures?
Autant de questions qui restent pour l’instant sans réponses.
Nous vous livrons néanmoins le texte intégral de sa déclaration pour que chacun s’en fasse l’écho.
Mais nous reviendrons sur cette décision lourde de conséquences du Conseil constitutionnel sur l’avenir de la Côte d’Ivoire.
Christian Vabé

Lire la suite

20/04/2011

Retour sur les origines de la crise ivoirienne

Guy Labertit à propos de la crise ivoirienne : “La Côte d’Ivoire à travers le prisme occidental”

 

Publié le vendredi 11 mars 2011  

 

Guy Labertit, membre du Parti socialiste français, revient sur la crise ivoirienne telle qu’elle est entretenue par l’Occident. Pour confondre la communauté internationale qui veut imposer à tout prix Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire, Guy Labertit donne des chiffres et des statistiques sur les résultats du vote du 28 novembre 2010. Un document qui en dit long sur la fraude massive organisée par les suppôts du néo-colonialisme.

 

Guy Labertit.jpgAvant la réunion au sommet de l’Union africaine qui doit définir, le 10 mars, les mesures contraignantes qui seront mises en œuvre pour une sortie politique de la crise post électorale en Côte d’Ivoire, quelques rappels s’imposent pour mieux comprendre pourquoi une simple élection présidentielle dans un Etat d’Afrique suscite l’engagement déterminé de la France, des Etats-Unis et du monde occidental en faveur d’un candidat, Alassane Ouattara, son adversaire Laurent Gbagbo étant diabolisé par les mêmes. Ce dernier peut compter sur les Etats africains les plus puissants de l’espace non francophone, à l’image de l’Afrique du Sud et de l’Angola, mais à la notoire exception du Nigeria dans l’orbite de Washington. La Russie et dans une moindre mesure la Chine traînent le plus souvent des pieds à l’ONU.

Lire la suite

03/04/2011

Grain de sable dans les rouages...

Quelques voix discordantes : après celle de Marine le Pen, il y a déja quelques semaines, c'est maintenant au tour du Parti communiste de s'interroger

Côte d'Ivoire : Le choix d'une solution militaire ne sera pas sans conséquences (PCF)

Lire la suite