Shlomit
topblog Ivoire blogs

10/09/2013

L'affaire Zokora,

une autre preuve de la médiocrité dans la gestion du sport en Côte d'Ivoire!

 

10 septembre 2013

 

"Le Comité Exécutif informe l’ensemble de la famille du football et la Nation de ce qui suit.

Le denier regroupement de l’équipe nationale "A" a été marqué entre autres par la fronde du joueur Zokora Didier dit "Maestro", à propos de l’attribution du brassard de capitaine. Le joueur qui avait quitté l’hôtel de l’équipe dans la nuit du mercredi 6 septembre 2013, y est retourné le lendemain et a présenté ses excuses à ses amis, à l’encadrement technique et à la Direction de la FIF.

Réuni d’urgence le vendredi 6 septembre pour analyser cette situation, le Comité Exécutif a pris les mesures ci-après :

La mise à l’écart immédiate du joueur pour le match contre le Maroc.   Une amende de 10 millions de francs CFA (environ 15 000 euros) est infligée au joueur.   Monsieur Zokora Didier est désormais exclu du port du brassard de capitaine de l’équipe nationale, quelles qu’en soient les circonstances."

 

Didier Zokora - Trabzonspor - Spor HaberleriAinsi donc, la Fédération Ivoirienne de Football vient une fois de plus de démontrer ses limites. La FIF vient de confirmer sa médiocrité aux yeux du monde entier, à l'instar de son ministère de tutelle! Quoi de plus logique? La gestion du sport en CIV est vraiment en décadence. L'écroulement et la dégénérescence sont vertigineux. L'amateurisme est à son paroxysme! De l'oncle au neveu, la gestion du sport subit atrocement les conséquences du parachutage d'une famille à la tête d'un domaine dont ils n'ont aucune idée!

Titi Camara a été ministre des sports en Guinée parce qu'il a été footballeur professionnel, Youssou N'dour a été ministre de la culture au Sénégal parce que c'est simplement Youssou Ndour: inimitable, magistral et légendaire dans son domaine! Quel est donc le background de cette famille qui gère le sport en Côte d'Ivoire aujourd'hui? Qui sont-ils? Quelle affinité ont-ils avec le sport? Sont-ils des Gouaméné Alain ou encore des Hobou Arsène? Sont-ils des Aka Kouamé, des Omar Ben Salah ou encore des Laurent Pokou? Sont-ils enfin des Akpa Guy ou encore des Namama Fadiga? Après l'oncle, c'est le neveu qui étale ses carences notoires. Le sport ivoirien est en souffrance, comme les supporters, comme les stades, comme les infrastructures, comme les finances, comme la société elle-même, comme les hommes, comme les ivoiriens, comme le pays! Safroulaye!

 

Cote d'Ivoire yako!

 

A quoi rime cette sanction démesurée et disproportionnée contre Zokora?

Est-ce une vindicte personnelle contre le joueur ou purement l'application rigoureuse des règlements intérieurs ?

Dans l'hypothèse de l'application de la loi dans toute sa rigueur, une exclusion pure et simple du groupe aurait sans doute été moins punitive et plus éducative. 15 000 euros d'amende et exclusion à vie du port de brassard pour avoir  quitté l'hôtel de l'équipe, un avenir incertain dans l'équipe,  et le footballeur est encore au sein du groupe, et on attendra qu'il donne cent pour cent de ses capacités pour défendre les couleurs nationales! Quelle absurdité!

 

Si Zokora est victime de la rigueur et du professionnalisme des dirigeants de notre sport, qu'en est-il alors de ceux qui en sont venus aux mains à plus d'une reprise dans les vestiaires des éléphants footballeurs? Qu'en est-il également de ceux qui ont remplacé François Zahoui, cet entraineur presqu'irréprochable qui avait su instaurer la discipline au sein d'un groupe complètement disloqué et divisé à l'image de la Cote d'Ivoire? Qu'en est-il enfin des éléphants footballeurs qui ont fait de l'impolitesse et de l'indiscipline leurs marques de fabrique?

 

La lourde sanction contre Zokora est sans aucun doute l'émanation de l'excès de zèle de la part d'une équipe dirigeante carante aux abois  qui compense ses limites par des abus de leur pouvoir!

Le sport est certes le lieu de la discipline par excellence, mais le sport doit d'abord éduquer! Paul Gascoigne a bien rempli une carrière impressionnante en équipe nationale d'Angleterre. Eric Cantona a existé, Diego Maradona a laissé des traces...tout cela a été possible grâce à un encadrement professionnel qui faisait d'abord et avant tout de l'éducation et non de la punition.

 

Il est grand temps de rendre le sport ivoirien aux sportifs pour des résultats sur le terrain. "Quand la tête est là, le genou ne porte pas le chapeau" dit le sage africain. La Cote d'Ivoire a les athlètes qu'il faut dans toutes les disciplines sportives. Dommage, notre sport est pris en otage! La médiocrité est devenue la norme en Côte d'Ivoire. Le pays va à reculons à une allure hallucinante. La deuxième CAN n'est surement pas pour demain. Serge Magui, où es-tu?

 

Sans rancune.

 

Cebastien Gnahoré

Infodabidjan.net

 

10:10 Écrit par Shlomit dans Sauver l'honneur, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Nouvelle chronique politique de Raphael Adjobi

La crise morale des socialistes français et le camarade Laurent Gbagbo

 

Comment réinventer la France, Laurent Gbagbo et les socialistes français, Quans les socialistes français trahissaient Laurent Gbagbo, les Noirs de France et le parti socialiste

09/09/2013

Nombreux étaient les Africains francophones qui, en 2012, lors des élections présidentielles françaises, avaient adressé des prières au ciel pour qu'il les débarrassât de Nicolas Sarkozy. Une fois leurs vœux exaucés, ils s'étaient mis à espérer une politique plus ferme de François Hollande à l'égard de la dictature qui commençait à se mettre en place en Côte d'Ivoire. Ils ont attendu. Ils n'ont rien vu venir. Certains se demandent s'il faut encore espérer.

 

Au regard de l'esprit actuel des socialistes, on est tenté de leur dire que l'espoir n'est pas permis sans un petit miracle. Car, au-delà de l'impasse économique dans laquelle se trouve la France et qui demande une autre voie d’étude - excellemment analysée par Fernand A. Dindé dans son article « La France doit se réinventer ou périr » - le mal français trouve aussi son explication dans l'éloignement des valeurs morales. Et ceux qui ont perdu quelque chose dans ce domaine, ce sont les socialistes. Quand Jean-Marc Ayrault clamait le 25 août 2013 à la clôture de l'université d'été des socialistes à La Rochelle qu'il leur faut « se réinventer », c'est qu'il était conscient que son parti s'est éloigné de ses valeurs premières. En effet, depuis quelques décennies, il paraît tout à fait évident – aussi bien sur le plan national que sur le plan international – que les socialistes ne portent plus aucun espoir, n’indiquent plus aucune voie à suivre. L'affaire du camarade Laurent Gbagbo et l'état actuel de la Côte d'Ivoire sont là pour nous montrer qu’ils ont perdu tous leurs repères. Peut-être qu'avant de penser à se réinventer économiquement – comme le leur conseille Ferdinand Dindé - il faudra d’abord qu'ils songent à retrouver leurs valeurs morales.

 

Car, si dans l'opinion commune le libéralisme a une connotation individualiste, le socialisme revêt indubitablement une idée de société plus égalitaire, distillant des valeurs humanistes. Le socialisme renvoie aux combats pour l'égalité et la fraternité humaines. Des idées apparemment utopiques, mais qui ont dans la pratique quelques consistances charmantes et galvanisantes qui font de l'homme un être cherchant à donner le meilleur de lui-même pour construire une humanité plus juste. Le socialisme évoque le combat des abolitionnistes du XIXe siècle, le combat de tous ceux qui, çà et là, sous tous les cieux, ont soutenu ou participé aux luttes des faibles contre les puissants, des pauvres contre les riches.

 

En mai 1981, avec l'arrivée de François Mitterrand à l'Elysée, nous nous sommes tous mis à rêver : Français blancs, Français noirs et anciens colonisés d'Afrique et d'ailleurs. Oui, les Noirs de France et d'Afrique francophone ont vu se lever un jour nouveau sur leur rêve d'une plus grande fraternité humaine en mai 1981. Par ailleurs, la personnalité même de François Mitterrand, homme cultivé pétri de connaissances humanistes, laissait augurer de belles choses pour les minorités françaises et anciens colonisés vivant dans une indépendance tronquée au sein d'un système de soumission et de prédation adroitement préparé par Charles de gaulle.

 

La grande désillusion

Malheureusement, François Mitterrand et les socialistes n’ont jamais adressé de signe fort aux minorités nationales pour entretenir leurs rêves. Certes, les discours plaidant pour une vie commune apaisée n'ont pas manqué. Certes, le racisme n'a jamais été aussi vivement dénoncé par les autorités politiques. Mais à aucun moment le pouvoir n'a accompli de geste significatif permettant une plus grande acceptation des minorités par la majorité blanche. Rivés au principe selon lequel il n'y a pas de communauté ethnique en France, les socialistes n'ont pas tenté d'analyser les souffrances des minorités pour y trouver des solutions particulières comme on le fait pour les femmes, les handicapés, les victimes de guerre, les homosexuels... Ils n'ont pas jugé que des gens sortant assez récemment tout de même de l'esclavage et de la colonisation - états dans lesquels ils n'ont connu que brimades et tâches avilissantes - avaient besoin d'être présentés différemment pour être mieux acceptés par leurs nouveaux concitoyens blancs. Aucun héros noir ne sera élevé à la gloire nationale. La discrimination positive tant rêvée ne sera jamais tentée parce que constamment soumise à des débats stériles. L'on se contentera par conséquent d'un seul Noir issu de l'immigration (comme on le disait déjà) au sein du gouvernement durant les quatorze années de pouvoir mitterrandiste-socialiste.

 

Il a donc fallu attendre que la droite revienne au pouvoir avec Nicolas Sarkozy, le moins amoureux des lettres et donc des humanités parmi les présidents de la cinquième république, pour voir un geste allant dans le sens d'une meilleure visibilité des minorités en terre de France. La maigre poignée de ministres noirs et d'origine maghrébine a créé l'événement durant son quinquennat. En 2012, la nomination d'un plus grand nombre de ministres issus des minorités par François Hollande est presque passée inaperçue. Et pour cause : en cinq ans, les Français se sont déjà quelque peu habitués à voir des personnes basanées dans les plus hautes fonctions politiques de l'Etat ! Chacun venait de comprendre que ce n’est pas le talent qui permet d’accéder aux hautes fonctions politiques et à la direction des grandes sociétés d’Etat mais l’arbitraire de la nomination et de la promotion.

 

Retenons donc que c'est la nouveauté qui effraie mais qu’en même temps « on ne peut rétablir confiance et espérance que si l’on indique une autre voie » (Edgar Morin, sociologue et philosophe). Il fallait donc oser la nouveauté pour que l’habitude, ou plutôt la confiance s’installe ! Retenons aussi que quand on manque d’audace, quand on a peur de la nouveauté, à force de mollesse, on finit par marcher dans les pas de ses adversaires. Les valeurs qui sont votre marque distinctive finissent par vous sembler encombrantes et vous finissez par les taire ou les cacher. Les socialistes se renient constamment et se contentent de faire comme les autres parce que, aujourd'hui, défendre les valeurs morales et humanistes est vu comme une faiblesse. Par contre, prôner la violence pour la violence, le châtiment pour la moindre offense, lever des armées pour combattre sous tous les cieux pour y apporter désolation et misère est vu comme une vertu. Qu'elle est déjà lointaine cette époque où les intellectuels socialistes descendaient dans les rues pour défendre les peuples opprimés par nos propres armées !

 

Quand les socialistes livraient Laurent Gbagbo à la droite

S’ils ont du mal à reconnaître et à défendre des valeurs humanistes en France, ce n’est pas en terre africaine qu’ils vont jouer les défenseurs de la veuve et de l’orphelin. Sur ce continent, ce sont les armes qu’il faut faire parler. On est sûr d’être applaudi par les médias qui se parfument à la dynamite, la guerre sous tous les cieux étant leur fond de commerce. N'est-ce pas à leurs exploits militaires en Afrique que le peuple français juge de la valeur de chacun de ses présidents ? Après le Mali qui lui a permis de grimper durant quelque temps dans les sondages, François Hollande ne s’est-il pas découvert une âme de guerrier ? L’Afrique comme terrain de jeu ne lui suffisant plus, il veut aller s’amuser en Syrie. Il faut croire que les socialistes ont perdu toutes leurs valeurs au point de ne plus savoir ce qu’ils disent et ce qu’ils font. Edgar Morin a bien raison de dire que « le parti [socialiste] a perdu sa pensée » parce que « nos hommes politiques ne se cultivent plus, ils n’ont plus le temps, leur connaissance du monde est fournie par des spécialistes et des experts dont la vue est évidemment bornée à un domaine clos et il n’y a personne pour faire la synthèse »*. N’étant plus éclairés par les humanités ils ne peuvent que tourner le dos aux valeurs qui nous unissaient au-delà de nos frontières respectives. On comprend mieux le crime des socialistes français à l’égard du camarade Laurent Gbagbo.

 

Car là où François Hollande et les socialistes ont fait preuve de la plus grande lâcheté et d’une mollesse inqualifiable et continuent à le démontrer, c’est avec l’affaire du camarade Laurent Gbagbo. Oui, l’ancien président ivoirien est un socialiste dont le parti était une des composantes de l’Internationale socialiste. Nous disons « était » et allons vous expliquer pourquoi nous nous exprimons au passé. L’Internationale socialiste exige une certaine cohésion entre ses membres sur certaines valeurs. Cela va de soit, dans toute organisation.

 

Toutefois, tenez-vous bien ! Alors qu’à la fin des années 90 Dominique Ouattara organisait des galas au nom d'une association ivoirienne d'aide à l'enfance dont on devine que les bénéfices ont servi à acheter des armes, au moment où elle faisait le tour des personnalités socialistes pour plaider la cause de son cher et tendre époux (propos de François Loncle, député socialiste de l’Eure*), aucun d’eux n’a jugé utile d’entendre un autre son de cloche pour essayer de comprendre la réalité du terrain ivoirien parce qu'ils ne voulaient pas avoir à soutenir le socialiste Laurent Gbagbo contre un projet français. Ils iront même plus loin.

 

Non contents de se murer dans le silence quand les valeurs humaines sont bafouées dans les anciennes colonies par l'armée française et les réseaux officiels de l’Elysée (la Françafrique n'est plus un réseau occulte*), les socialistes français vont aller jusqu’à se désolidariser officiellement, et donc publiquement, du démocrate Laurent Gbagbo au nom des intérêts de la France. Par un acte officiel intitulé « Appel : Gbagbo doit partir » daté du 22 décembre 2004 publié par le journal Le Nouvel Observateur, ils avaient lancé les premières signatures demandant l’exclusion de Laurent Gbagbo et du FPI de l’Internationale socialiste ! 

 

Cet appel est intervenu à la suite des événements de 2004 où, encerclé par les patriotes ivoiriens venus protéger la résidence de leur président contre tout éventuel coup d’état, l’armée française tira sur la foule. Cet événements, exceptionnel en Afrique noire – qu’Antoine Glaser et Stephen Smith comparèrent à la prise de la Bastille* - fut l’occasion pour les socialistes de se rapprocher davantage du gouvernement de Chirac et lui témoigner leur solidarité. Effectivement, pour eux, « les pouvoirs passent, les intérêts de la France demeurent », selon les termes de Laurent Fabius.

 

Quand de jeunes patriotes défient à mains nues une armée étrangère qui vient faire la loi sur leur sol, universellement, on y voit un acte héroïque. Malheureusement pour les socialistes français, un jeune Ivoirien qui meurt pour son pays est un affront à la France ; et cela mérite des représailles. Quelle perte énorme du sens des choses ! Qu’ils prennent le temps de méditer ces paroles pleines de vérité de Bernard Houdin, le Conseiller Spécial du président Laurent Gbagbo : « En France on perpétue la mémoire de [Guy Moquet], tombé sous les balles nazies […]. Mais a-t-on le même souci pour tous les "Guy Moquet" des luttes pour la souveraineté des peuples et qui sont, parfois, tombés sous les coups de ceux qui honorent, chez eux, "leurs Guy Moquet" ? Combien de Guy Moquet palestiniens, ivoiriens, congolais, vietnamiens, boliviens et autres ? »*

 

Et au moment où Nicolas Sarkozy avait besoin d'être officiellement approuvé pour mener la charge finale contre le palais présidentiel ivoirien et parachever l'œuvre commencée par Chirac, qui se chargea de déclarer le camarade Laurent Gbagbo « infréquentable » ? Le camarade François Hollande ! On n’est jamais mieux trahi que par les siens.

 

Aujourd’hui, plus personne ne cherche les valeurs humaines chères aux socialistes français d'antan. Depuis leur retour au pouvoir en 2012, François Hollande a purement et simplement chaussé les bottes impérialistes laissées sur le paillasson de l'Elysée par son prédécesseur pour aller défendre les intérêts français en Afrique sans une once d'attention à la dictature qui sévit en Côte d'Ivoire. Plus de 700 prisonniers politiques et plus de 200 militaires de l'ancien régime (Nouveau Courrier du 23/08) croupissent dans les geôles de Ouattara ; la plupart dans le nord du pays transformé en véritable Guantano impénétrable. Et Hollande se tait. Ceux qui sont laissés libres ont leur compte bancaire bloqué par Ouattara. Et Hollande se tait. Les exilés qui ont un peu de notoriété sont pourchassés avec la complicité des pays voisins et jetés en prison. Et Hollande ne dit mot. Les populations de l'ouest qui ont pris le chemin de l'exil après les massacres de Douékoué, Guitrozon et Nahibly sont remplacées par des populations venues du Burkina et du Mali. Pas un socialiste pour crier au scandale. Hollande se tait. Et quand officiellement Ouattara déclare que par la politique de rattrapage le sud de la Côte d'Ivoire est exclu de la gestion des affaires du pays, le président français se tait parce qu'il juge que cela ne porte nullement atteinte aux intérêts français.

 

Plus rien ne distingue une politique étrangère de la gauche d’une politique étrangère de la droite. Il est clair que pour le gouvernement socialiste, critiquer les agissements du pouvoir ivoirien installé avec force par la France réunifiée et solidaire équivaut à une remise en question de la politique africaine de la France. Après avoir chanté les louanges du burkinabé Ouattara et l'avoir imposé aux Ivoiriens comme leur sauveur, ce n'est sûrement pas un président français qui commettra le crime d'aller défaire ce que son prédécesseur a fait. Pourquoi aller parler de droits de l’homme et de démocratie à un dictateur installé par la France ? De toutes les façons, il n’est pas certain que les nègres aient assez de jugement pour distinguer démocratie et dictature.

 

De leur côté, sûrs de l'impossibilité pour la France de se renier, Alassane Ouattara et ses milices font la pluie et le beau temps depuis deux ans. Ils assurent haut et fort qu'ils sont en train de réussir la réconciliation nationale, de « rendre la démocratie irréversible en Côte d’Ivoire » (Le Monde du 4 février 2012), et leurs propos sont pris pour parole d'évangile en France. Ils assurent que tous ceux qui ont commis des crimes durant les périodes troubles du pays seront jugés et punis. Et François Hollande les croit, même si de toute évidence c’est un mensonge puisqu’il n'y a que Laurent Gbagbo et ses partisans qui subissent la loi du régime en place. Ni l'ONU, ni les Américains, ni la France ne juge tout cela inadmissible. Alors Ouattara passe son temps à voyager en Europe pour serrer des mains blanches qui sont autant de bénédictions qui l’innocentent des crimes de ses miliciens chargés de terroriser les populations pour éviter toute manifestation politique en Côte d'Ivoire. La peur est décidément devenue un gage de stabilité aux yeux de tous les observateurs étrangers.


Ou les socialistes se réveillent ou ils disparaissent

François Hollande le socialiste peut-il avoir une autre lecture de la relation entre la France et la Côte d'Ivoire ? Nicolas Sarkozy était l'ami d’Alassane Ouattara et il a mis l'armée française au service de son ami pour installer le pouvoir que nous connaissons aujourd'hui. François Hollande est-il capable de dire à Alassane Ouattara « moi aussi j'ai des amis et des valeurs à défendre avec eux » ? Non ! Il n'en est pas capable. Et c'est là que l'on reconnaît la gauche molle dans toute sa splendeur ! Elle n'est pas capable d'exiger le respect des valeurs chères à tous les socialistes du monde entier : un retour rapide à une vie politique normale afin de permettre des élections démocratiques honnêtes qui ne nécessitent pas l'intervention de l'armée française, de l'Onu et des Etats-Unis. Voilà le minimun que l’on attendrait d’un gouvernant socialiste. Si nous avons festoyé ensemble à la Bastille en agitant les drapeaux de divers pays de la terre lors de l'élection de François Hollande, c’était tout simplement pour lui demander qu’il nous permette de nous retrouver autour des valeurs simples comme la démocratie et le non-emprisonnement pour des opinions politiques.

 

A vrai dire, François Hollande et les socialistes français nous ont trahis. Ils vivent dans la peur d'incarner des valeurs pour lesquelles le monde entier lutte pour un mieux-vivre et un mieux-être. Ils ont peur d'agir parce qu’ils ont peur de la nouveauté. Alors, ils se contentent de gérer plutôt que de prendre des initiatives. Si François Hollande ne force pas immédiatement la main à Ouattara pour l’amener à une gestion plus humaine, plus démocratique et plus juste de la Côte d’Ivoire, alors ce dernier a de beaux jours devant lui. Grâce à ses dozos et à ses rebelles nordistes qui ont remplacé les forces régulières ivoiriennes plurirégionales – rattrapage ethnique oblige – et la naturalisation massive de ses anciens compatriotes burkinabés, il est certain d’avoir préparé le cocktail idéal pour remporter les élections de 2015 dans un carnaval de fraudes. Et quand la gauche aura perdu les prochaines élections présidentielles en France, l’homme fort d’Abidjan sera assuré de continuer à mépriser les appels à la démocratie, à l’instauration d’un état de droit, à une justice équitable pour tous et au non repeuplement de la Côte d’Ivoire.

 

C'est en Côte d'Ivoire, terrain d'injustice et de violations des droits de l'homme où la responsabilité entière de la France est engagée que les socialistes doivent "se réinventer" et non en Syrie. C'est là qu'ils doivent commencer - sur le plan international - le grand chantier moral qu'ils viennent de découvrir enfin. C'est au pied du mur ivoirien, où nous les attendions depuis si longtemps, qu'ils ne doivent pas mollir au risque de disparaître à jamais de la mémoire de leurs camarades de l'Internationale socialiste.

 

*le film de Patrick Benquet : Françafrique, 50 années sous le sceau du secret.
* Antoine Glaser et Stephen smith : Pourquoi la France a perdu l'Afrique. Calmann-Lévy, 2005.
* François Loncle, député socialiste de l’Eure, ancien président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale entre avril 2000 et juin 2002. http://www.youtube.com/watch?v=Yj7OJH_zH0c
* Bernard Houdin : hommage à Vergès, « Salut Jacques ! »

Raphaël ADJOBI,

le Blog politique de Raphael

 

Magnifique! Tu arrives à synthétiser en un article très pétillant une politique française où le socialisme n'a rien à envier à l'impérialisme sanglant de Nicolas Sarkozy.

« C'est en Côte d'Ivoire, terrain d'injustice et de violations des droits de l'homme où la responsabilité entière de la France est engagée que les socialistes doivent "se réinventer" et non en Syrie". C'est là qu'ils doivent commencer - sur le plan international - le grand chantier moral qu'ils viennent de découvrir enfin » écris-tu

on peut rêver...Après tout, le terme de" résistance"qui nourrit tous les affamés de Vérité et espèrent le rétablissement de la Justice, vient bien de Marie Durant, cette femme protestante toute simple qui "résista" toute une vie dont 37 à l’infâme tour de Constance, pour l'honneur de son Roi, l'Eternel des Armées, alors que le terme de "socialisme" retrouve lui aussi ses lettres de noblesse, puisque c'est sous la plume d'Alexandre Vinet et autres protestants honorables du XIXème siècle qu’il est remis au gout du jour, dans ce qu’on a appelé le « christianisme social. ».

En Côte d'Ivoire « ils doivent commencer - sur le plan international - le grand chantier moral qu'ils viennent de découvrir enfin ». Malheureusement je crains bien que ce"grand chantier moral" ne verra pas le jour. Personne n'en veut, personne ne veut savoir que la prospérité française - et maintenant sa survie - est financée sur la disparition, la lente agonie de la Côte d'Ivoire, de l'Afrique toute entière et de tous les pays dont on peut boire jusqu’à la lie la sève du sol et du sous-sol ! Les vampires sont là, bien décidés à gagner encore du terrain, et cet immense chantier moral que tu appelles de tes vœux, n’apparaîtra que contraint et forcé, avec une France à genoux, exsangue elle aussi, parce que les vampires de la finance l’auront mise à genoux. !

Il a fallu que Ouattara soit imposé à la Côte d’Ivoire par Nicolas Sarkozy pour que se dévoile enfin aux yeux des Ivoiriens sa vilénie et sa traîtrise de Collaborateur, pour que les Ivoiriens mesurent enfin l'ampleur de la calamité et se décident enfin à combattre cette Françafrique injuste, imposée par la force, sous couvert constant d’ingérence humanitaire !  il faudra, dans ce même contexte français, où l'horreur est en train de se dévoiler, - un nazisme non plus à l'échelle artisanale, bien ciblé, mais une vaste opération d'extermination des peuples refusant leur destinée de peuples esclaves et analphabètes, justes bon à nous servir leurs immenses ressources sur un plateau –un cataclysme de même amplitude pour que les yeux des Français s’ouvrent, et que la France renonce d’elle –même à continuer la prédation tous azimuts de ses anciennes colonies. Le réveil sera rude, les médias bien verrouillés, les Eglises bien endormies du sommeil du tiède, celui qui ne sait pas encore qu’il sera vomi ; mais voilà, il faudra bien pourtant crever l’abcès avant que tout le corps ne soit gangréné.

Oui comme Raphael, j’appelle de tous mes vœux cette France du sursaut, avant que la pente descendante qu’elle a amorcée ne soit trop accentuée et que telle un sous marin, elle ne puisse plus remonter à la surface.

Shlomit

09:48 Écrit par Shlomit dans Sauver l'honneur, Une certaine droite, une certaine gauche | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : socialisme, hollande, sarkozy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

06/05/2011

Conseil Constitutionnel : Paul Yao N`dré proclame Alassane Ouattara vainqueur de l’élection présidentielle

Le 06 mai 2011 par IvoireBusiness – Paul Yao N’dré, président du Conseil constitutionnel ivoirien, a proclamé jeudi Alassane Ouattara
Président de la République de Côte d’Ivoire, après avoir déjà proclamé Laurent Gbagbo comme Président. Le faisant, il vient de se dédire
surtout qu'on sait que les décisions prises par le Conseil ne sont susceptibles d’aucun recours.
Le faisant, le Conseil a ouvert la boite de pandore sur la fiabilité des institutions de la République de Côte d’Ivoire, car rappelons-nous, le même Conseil avait déjà rejeté la prestation de serment écrite par Alassane Ouattara.
Paul Yao N’Dré est-il devenu aujourd’hui proche de Ouattara et non plus de Gbagbo comme on nous l’a servi à profusion? Où ses décisions n’ont de valeur que lorsqu’elles arrangent Ouattara ?
Que vaut aujourd’hui un Conseil qui dit une chose et son contraire ?
Faut-il désespérer de la Côte d’Ivoire où le non-droit et la force s’appliquent sur le droit ?
Paul Yao a-t-il agit pour sauver sa peau et non dans l’intérêt supérieur de la nation ?
Pourquoi a-t-il choisi de donner une valeur juridique au putsch de la Communauté internationale et d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire ?
A-t-il pris un arrêt politique pour sauver son institution et la remettre ainsi en selle?
La Côte d'Ivoire est-il un Etat souverain lorsque le Conseil dit motiver sa décision par le fait que «les normes et dispositions internationales acceptées par les organes nationaux compétents ont une autorité supérieure à celles des lois et décisions juridictionnelles internes"?
Vient-il de faire kidnapper une seconde fois Laurent Gbagbo ?
Le Conseil a-t-il agit pour sauver ce qui peut l’être encore dans une Côte d’Ivoire à genoux , lorgnant ainsi vers les élections législatives et municipales futures?
Autant de questions qui restent pour l’instant sans réponses.
Nous vous livrons néanmoins le texte intégral de sa déclaration pour que chacun s’en fasse l’écho.
Mais nous reviendrons sur cette décision lourde de conséquences du Conseil constitutionnel sur l’avenir de la Côte d’Ivoire.
Christian Vabé

Lire la suite

20/04/2011

maitre Vergès et maitre Collard

L'AFFAIRE DU PERMIS DE VISITE

Mes Vergès et Dumas, avocats de Laurent Gbagbo.
Mes Vergès et Dumas, avocats de Laurent Gbagbo.

Le 20 avril 2011 | IVOIREBUSINESS - Hier encore dans l’émission le grand débat sur Africa n°1 de Francis Laloupo à Paris, Me Vergès a affirmé n’avoir pas été consulté par son confrère Me Collard sur ce qui est désormais appelé " l’affaire du permis de visite " à Gbagbo demandé par Me Collard au Président Alassane Ouattara.

Lire la suite

16:14 Écrit par Shlomit dans Côte d'Ivoire, Flashes info, France, ONU, Ouattara, Sauver l'honneur, SEM Laurent Gbagbo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Comment la France entérine un coup d'état

DRAMANE: Un burkinabé nommé gouverneur de la France avec rang de Président en Côte d’Ivoire


Alassane Dramane Ouattara, Gouverneur de Côte d
Alassane Dramane Ouattara, Gouverneur de Côte d'Ivoire.


Le 20 avril 2011 par IvoireBusiness

Plusieurs fois planifié mais toujours reporté, le coup d´État de la France contre Laurent Gbagbo vient enfin de connaître son dénouement. Sarkozy ,au prix du sang demilliers d'Ivoiriens vient d´offrir sur un plateau dégoulinant de sang le pouvoir d'état à Dramane. Au moment où ce dernier se prépare à enjamber les cadavres d´innocents ivoiriens pour prendre possession du cadeau que lui a offert la France, voici pèle mêle quelques idées forces que l'on retiendra:

Lire la suite

15:36 Écrit par Shlomit dans Burkina Faso, Côte d'Ivoire, France, ONU, Ouattara, Sauver l'honneur, SEM Laurent Gbagbo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Un homme d'honneur

Interview télévisée de Guy Labertit le 11 avril 2011



04:01 Écrit par Shlomit dans Côte d'Ivoire, Forfaiture, France, Ouattara, putsch, Sauver l'honneur, SEM Laurent Gbagbo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Billet doux pour Sarkozy !

PÉTITION : LIBÉRATION IMMÉDIATE DU PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO

 

par Toussaint Alain, mardi 19 avril 2011, 21:03

 

Laurent Gbagbo, Président constitutionnellement élu en Côte d’Ivoire, investi le 4 décembre 2010, a été livré, le 11 avril 2011, par l’armée française, avec la complicité de l’ONU, à Alassane Ouattara, imposé à la Côte d’Ivoire sur la base de résultats frauduleux illégalement proclamés, mais reconnus par le représentant du secrétaire général de l’ONU, le Coréen Young-jin Choi. A l’écrasement militaire,  rappelant les pires heures de sa politique coloniale en Afrique, la France a ajouté l’humiliation dont avait été victime le Congolais Patrice Lumumba avant d’être assassiné il y a un  demi-siècle avec la complicité de l’ONU.

 

Laurent Gbagbo, opposant historique depuis la fin des années 1960, qui a incarné la lutte pour le multipartisme et la démocratie en Côte d’Ivoire n’a jamais pris les armes et a été élu en 2000. Il a été remis par les éléments de la Force française Licorne à ceux-là même qui ont voulu le renverser par un coup d’État militaire en septembre 2002 précipitant la partition du pays et plongeant celui-ci dans une crise meurtrière pour le peuple ivoirien.

 

Nous, soussignés,

 

DÉNONÇONS

-l’intervention de la France en Côte d’Ivoire qui outrepasse  le mandat de l’ONU et viole le droit international ;

 

-les mensonges d’État du gouvernement français et la complaisance de nombreux médias.

-les exactions et les tueries perpétrées par les troupes d’Alassane Ouattara contre les partisans de Laurent Gbagbo depuis son arrestation illégale, dont la première victime a été l’ancien  ministre de la Justice et de l’Intérieur Désiré Tagro

 

CONDAMNONS

 

la politique guerrière, illégitime et coûteuse, conduite par le Président Sarkozy, avec la complicité des Etats-Unis, de chefs d’Etat d’Afrique et de l’ONU ayant mis sous tutelle la diplomatie africaine.

 

DEMANDONS

 

la libération immédiate de Laurent Gbagbo car la réconciliation ne peut se faire en Côte d’Ivoire qu’avec Laurent Gbagbo vivant et libre.

 

Chères amies, Chers amis,

 

Si vous êtes d’accord pour le signer, merci de me préciser vos noms et qualités (profession, mandat politique...) le plus vite possible et de me renvoyer le tout à : guylabertit@orange.fr

Bien cordialement Nous collectons cette liste de premiers signataires qui apparaîtra par ordre alphabétique.

03:40 Écrit par Shlomit dans Côte d'Ivoire, Forfaiture, France, Ouattara, putsch, Sauver l'honneur, SEM Laurent Gbagbo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Retour sur les origines de la crise ivoirienne

Guy Labertit à propos de la crise ivoirienne : “La Côte d’Ivoire à travers le prisme occidental”

 

Publié le vendredi 11 mars 2011  

 

Guy Labertit, membre du Parti socialiste français, revient sur la crise ivoirienne telle qu’elle est entretenue par l’Occident. Pour confondre la communauté internationale qui veut imposer à tout prix Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire, Guy Labertit donne des chiffres et des statistiques sur les résultats du vote du 28 novembre 2010. Un document qui en dit long sur la fraude massive organisée par les suppôts du néo-colonialisme.

 

Guy Labertit.jpgAvant la réunion au sommet de l’Union africaine qui doit définir, le 10 mars, les mesures contraignantes qui seront mises en œuvre pour une sortie politique de la crise post électorale en Côte d’Ivoire, quelques rappels s’imposent pour mieux comprendre pourquoi une simple élection présidentielle dans un Etat d’Afrique suscite l’engagement déterminé de la France, des Etats-Unis et du monde occidental en faveur d’un candidat, Alassane Ouattara, son adversaire Laurent Gbagbo étant diabolisé par les mêmes. Ce dernier peut compter sur les Etats africains les plus puissants de l’espace non francophone, à l’image de l’Afrique du Sud et de l’Angola, mais à la notoire exception du Nigeria dans l’orbite de Washington. La Russie et dans une moindre mesure la Chine traînent le plus souvent des pieds à l’ONU.

Lire la suite

17/04/2011

Criminalité internationale

Impunité gouvernementale : une brèche de plus dans les murs de la citadelle.

 

 

USA: Après le sénateur James Inhofe, le sénateur John Kerry se mobilise.

 

Samedi 09 Avril 2011

 

Le Sénateur Démocrate, John Kerry, précédemment candidat à l’élection présidentielle américaine, va bientôt ouvrir une session spéciale du Congrès américain sur la crise en Côte d’Ivoire.

Afin de mesurer l'impact de l'erreur de l'administration OBAMA dans son appréciation du dossier ivoirien, il a lancé une espèce de sondage. Cela consiste pour son équipe à recenser le nombre de personnes, ivoiriennes ou non, qui sont soucieuses d'un changement de la position américaine sur la Côte d’Ivoire.

Son standard téléphonique qui était utilisé à cette fin est rempli de messages laissés à cet effet. Il demande donc à ce que les personnes intéressées puissent lui faire parvenir des emails à l’adresse suivante :
kerryoffice@foreign.senate.gov
 
 

23:40 Écrit par Shlomit dans Forfaiture, France, ONU, Ouattara, Sauver l'honneur, SEM Laurent Gbagbo, USA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

16/04/2011

Retour sur le sénateur James Inhofe;

Voici le texte et la traduction française de la lettre adressée le 29 mars dernier par le sénateur James Inhofe à la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, lettre hélas restée sans réponse :
Inhofe à Hillary Clinton
Inhofe letter
(Pour mémoire, voir ici la vidéo et le texte de son intervention au Sénat, et ici le détail de ses réponses aux allégations de l'ambassadeur de France à Washington, volant au secours d'Hillary Clinton pour l'aider à désamorcer une véritable "bombe" sénatoriale : la mise en lumière de l'implication directe de l'administration Obama dans les crimes commandités et perpétrés par la France de Sarkozy.)

21:47 Écrit par Shlomit dans Forfaiture, France, ONU, Ouattara, Sauver l'honneur, SEM Laurent Gbagbo, USA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

14/04/2011

Interview de Guy Labertit

Pour se réconcilier, la Côte d'Ivoire a besoin de Laurent Gbagbo vivant et libre

 

Guy Labertit est un proche de Laurent Gbagbo. Délégué Afrique du Parti socialiste français pendant treize ans (1993-2006), il a rencontré le Président sortant de Côte d’Ivoire alors qu’il était réfugié à Paris, voici une trentaine d’années.

Lire la suite

11/04/2011

Mensonges et vérité

USA : Minutes de l’échange entre le Sénateur américain INHOFE et l’ambassadeur de France à Washington sur la situation en Côte d’Ivoire

 

Le Sénateur américain Jim Inhofe.jim-inhofe.jpg

 

Le 11 avril 2011 par IvoireBusiness

 

REPONSE DU SENATEUR INHOFE AUX ALLEGATIONS CONTENUES DANS UNE FICHE QUE LUI A ADRESSEE LE 6 AVRIL 2011 L’AMBASSADEUR DE FRANCE A WASHINGTON CONCERNANT LA SITUATION EN COTE D’IVOIRE, FAISANT SUITE A LA DEMANDE DU SENATEUR AU SECRETAIRE D’ETAT HILLARY CLINTON, DEMANDE PUBLIEE DANS LA PRESSE, DE REVOIR LA POSITION DES ETATS-UNIS SUR LA COTE D’IVOIRE EN VUE DE LA REPRISE DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE DU 28 NOVEMBRE 2010

Lire la suite

21:07 Écrit par Shlomit dans Forfaiture, France, ONU, Ouattara, Sauver l'honneur, SEM Laurent Gbagbo, USA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Début des vrais ennuis pour Sarkozy

18h30: «Une violation gravissime des règles les plus élémentaires du droit international» pour le Front national.

 

Dans un communiqué, le parti présidé par Marine Le Pen dénonce

 

«l'arrestation de Laurent Gbagbo par les militaires français qui l'ont remis immédiatement aux chefs de la rébellion, constitue une violation gravissime des règles les plus élémentaires du droit international, à l'heure où le Tribunal pénal international soupçonne les partisans de Ouattara de s'être livrés à des massacres et des atrocités». Le parti ajoute que «les décisions de Nicolas Sarkozy portent gravement préjudice aux intérêts de la France en Côte d'Ivoire, mettent en danger la vie de nos compatriotes dans ce pays et dans toute l'Afrique, ainsi que celle de nos soldats engagés dans cette guerre civile».
 

Comment tous les juristes de France et de Navarre,  ainsi que le reste de la classe politique, vont ils faire pour éviter de reconnaître que la direction du Front National dit VRAI.  Ou n’y aura-t-il en France que Marine Le Pen pour dire le DROIT ?

 

10/04/2011

Jean-Paul Lecoq, ou l'un de nos derniers députés...

Regardez attentivement cette vidéo : elle vous donnera une idée du degré d’abjection auquel s’est abaissée aujourd'hui la classe politique française. Ricanements en cascades, grimaces, haussements d’épaule, huées, sarcasmes... Notre frère Jean-Paul Lecoq, de trois ans mon cadet, debout devant ses égaux, représentants du peuple de France, s’est montré à cette heure l'un des seuls dignes de porter le nom d’homme, au sein d’une assemblée composée d'une large majorité de couards et de meurtriers par défaut.


Côte d'Ivoire - Le Gaulois Lecoq sauve ce qu'il... by legrigriinternational

Voir également ici

18:19 Écrit par Shlomit dans Côte d'Ivoire, Forfaiture, France, Sauver l'honneur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Un homme debout

Côte d'Ivoire: A propos des massacres perpétrés par les troupes de Ouattara, le Sénateur James Inhofe évoque le génocide du Rwanda.

 

« Si Ouattara avait accepté la médiation de UA, le massacre de Duékoué aurait pu être évité ».

 

Voici la vidéo (en anglais), et une traduction, d'une allocution au Sénat US, de M. James Inhofe, sénateur (Républicain, Oklahoma) président du Comité des Forces Armées, et membre du Comité des Affaires Étrangères.

 

Traduction de passages du discours de James Inhofe devant le Sénat des États-Unis d'Amérique, dont la vidéo est reproduite ci-dessus :

Lire la suite

14:37 Écrit par Shlomit dans Forfaiture, France, ONU, Ouattara, Sauver l'honneur, SEM Laurent Gbagbo, USA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

03/04/2011

Pour mémoire : infréquentable Marine ?

Il y a un mois et demi, seule l’actuelle présidente du Front National osait poser à l’Europe une question dont la prise au sérieux aurait pu faire échec à l’aventurisme destructeur du chien fou de la Communauté...

 

Mais malheur à qui s’aviserait de préférer une vérité d'“extrême-droite” aux mensonges criminels d’un appareil d’État “démocratique”... 

 

Lire la suite