Shlomit
topblog Ivoire blogs

02/11/2011

Disparition Guy-André Kieffer

Un juge français en mission en Côte d`Ivoire

Évidemment l’enquête française a déjà ses coupables, ou plutôt son commanditaire, le président Gbagbo : « L`enquête menée en France s`est orientée vers des cercles proches du pouvoir de l`ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. » Ceci dit, il semble que la famille de madame Dominique Ouattara a des intérêts dans le cacao, et que la politique de Ouattara d’abaisser le prix d’achat afin d’augmenter le profit des filières de transformation pourrait aussi encourager les enquêteurs à vérifier les liens des Ouattara et alliés avec la filière cacao .

Si ce juge vient auditionner le commandant Séka Séka, c’est que ce dernier n’est pas mort, comme la rumeur le laissait entendre hier .A-t-il sous la contrainte fait des « révélations » que le juge pourrait exploiter pour alimenter son dossier d’accusation des Gbagbo, encore trop mince ?

Shlomit

____________________

2 novembre 2011   |  AFP

PresseAbidjan - Le juge français Patrick Ramaël est à Abidjan dans le cadre de son enquête sur la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer en 2004 en Côte d`Ivoire, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.
 

Arrivé lundi, le magistrat français doit passer deux semaines sur place pour son enquête sur l`affaire Kieffer et le rapt de Xavier Ghelber, un avocat parisien en mission d`audit sur la filière cacao pour le compte de l`Union européenne, brièvement enlevé par des hommes en armes le 7 novembre 2004 à l`hôtel Ivoire d`Abidjan, a indiqué à l`AFP cette source.

Journaliste indépendant, Guy-André Kieffer a disparu le 16 avril 2004 sur un parking d`Abidjan alors qu`il enquêtait sur des malversations, notamment dans la filière cacao, dont le pays est premier producteur mondial.

L`enquête menée en France s`est orientée vers des cercles proches du pouvoir de l`ancien président ivoirien Laurent Gbagbo.

Ce dernier a été arrêté le 11 avril à Abidjan, après une crise de plus de quatre mois, dont deux semaines de guerre, née de son refus de céder le pouvoir au nouveau chef de l`État Alassane Ouattara, vainqueur du scrutin de novembre 2010. La crise a fait quelque 3.000 morts.

Le juge Ramaël a déjà effectué plusieurs déplacements à Abidjan - le dernier remontant à mai 2011 - dans le cadre de l`enquête Kieffer et avait entendu en avril 2009 l`épouse du président déchu Simone Gbagbo, également en détention depuis avril dernier.

Il pourrait chercher à entendre le commandant Anselme Séka Yapo, ex-chef de la sécurité de Mme Gbagbo, arrêté le 15 octobre dans un avion de ligne à Abidjan, où il était en transit après plusieurs mois de fuite.

Accusé de nombreuses exactions sous l`ancien régime, "Séka Séka", comme il est surnommé, est soupçonné d`implication dans la disparition de Kieffer. Il avait été entendu comme témoin par le juge Ramaël en 2009.

abidjan.net

19:05 Écrit par Shlomit dans Les crimes du couple Ouattara | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kieffer, ramaël | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

17/05/2011

Petit rappel

La déclaration monstrueuse de Dominique Ouattara :

«Même s’il doit y avoir 100 000 morts nous prendrons le pouvoir !»


Dimanche 17 Avril 2011

Après avoir eu en ligne le témoin qui a assisté à l’entretien entre Dominique Ouattara et une Française chargé de la communication d’ADO, j’ai pu le convaincre de se livrer un peu plus.

Il s’agit d’un Français, Jules Perrin, qui a fait brièvement partie des instances dirigeantes du RDR à l’été 2000. Il était alors journaliste et avait été coopté dans les instances du RDR car il était totalement acquis à la cause d’Alassane Ouattara dans lequel il croyait voir un homme d’État.

Il ignore si sa participation à des réunions du comité directeur du parti a été formalisée et ne peut donc me fournir de textes à l’appui, mais les participants à ces réunions doivent se souvenir de ce journaliste de 40 ans, de taille moyenne, les cheveux châtains, avec des lunettes rondes, qui était si acquis à leur cause et qui prenait des risques pour eux dans le contexte très dur d'Abidjan du défunt général Gueï Robert et des milices.

Il fut reçu à plusieurs reprise à la résidence somptueuse des Ouattara à Cocody Ambassades et se trouva assister à cet échange délirant entre Dominique Ouattara et son amie française : « Même s’il doit y avoir 100 000 morts, nous prendrons le pouvoir ! ». C’est alors que, profondément choqué par cette déclaration monstrueuse, il a rendu son tablier.

Voilà ce que Jules Perrin a accepté de me dire sur cet événement choc qui doit faire réfléchir.

Peut-on décemment porter au pouvoir des gens qui se moquent de la vie de leurs concitoyens (pour autant que l’on puisse considérer Dominique Ouattara comme ivoirienne) et sont prêts à déclencher des massacres et à marcher sur les cadavres pour arriver au pouvoir ?

Poser la question, c’est donner la réponse : non, mille fois non !

revuedepressecigbagbo

 

Source :le mot d'humeur de jean-charles fadinga

11:09 Écrit par Shlomit dans Les crimes du couple Ouattara | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |