Shlomit
topblog Ivoire blogs

30/10/2016

Le PCF à propos de la tournée africaine de M. Valls

La déclaration du Parti Communiste Français à propos de la tournée africaine de M. Valls
Manuel Valls à Abidjan : une visite sous forme de provocation
La Côte d’Ivoire est marquée par les stigmates d’un régime autocratique à la dérive. Des centaines de prisonniers politiques croupissent dans les geôles, des chefs de guerre soupçonnés des crimes les plus graves sont promus aux plus hautes fonctions de l’État, des dizaines de milliers de refugiés ne peuvent revenir en Côte d'Ivoire par crainte de repression. Une justice des vainqueurs s’est installée dans un climat de répression tous azimut contre les partis politiques d’opposition, les syndicats et des associations, avec une politique de régression sociale et une soumission totale aux intérêts des entreprises transnationales notamment françaises.
Pour tenter d’asseoir sa mainmise sur le pays, le régime d’Alassane Ouattara fait adopter dimanche 30 octobre un projet de constitution inique lors d’une parodie de référendum. Le texte prévoit la mise en place d’un vice-président que l’actuel président pourra choisir à sa guise, la création d’un Sénat dont 30 % des élus seront nommés par lui, et l’empêchement du syndicalisme dans les milieux étudiants, pour ne citer que ces éléments.
C’est précisément cette date que Manuel Valls choisit pour se déplacer à Abidjan et "afficher le soutien de la France aux processus démocratiques" en cours !
Ainsi, le pouvoir français reste non seulement sourd aux plaintes du peuple ivoirien mais adoube ceux qui l’oppriment sans vergogne ! Cette visite en Côte d’Ivoire du Premier Ministre ne peut qu’être vu comme une provocation et interroge sur les contreparties qu’il en attend.
Le Parti communiste français appelle une fois de plus à la libération des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire, à un retour à un état de droit et au respect des droits de l’homme. Il apporte sa solidarité au peuple ivoirien et aux forces démocratiques et progressistes qui veulent contrecarrer les ambitions dictatoriales d’Alassane Ouattara et des cliques affairistes qui se partagent autour de lui les miettes que veulent bien leur laisser les multinationales.
La France au lieu de perpétuer une politique de faux-semblants des plus rétrogrades devrait au contraire favoriser les conditions permettant d’assurer à la Côte d’Ivoire un avenir de Paix, de droit et de progrès social, démocratique et économique. C'est la condition sine qua none pour que des milliers d'ivoiriens, réfugiés politiques ou économiques ne prennent plus la route de l'exil.
PCF, le 28/10/2016

Ohouochi Clotilde Yapi

01:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

28/10/2016

le Kénya aussi se retire...

27-10-2016(17h30)

Le parlement kenyan a voté une loi en faveur du retrait de son pays de la CPI ,le projet a été soumis aux parlementaires ce matin par le gouvernement, il a été appuyé par le président Uhuru Kenyatta qui invitait les députés à approuver le projet de loi en vue d’autoriser le Kenya à quitter la Cour pénale internationale (CPI).

Seule opposition, le  parti Orange de Raila Odinga. Le chef de la majorité parlementaire, Aden Duale, assure que quitter la CPI va « redorer l’image du Kenya » et protéger les citoyens et la souveraineté du pays.

En 2013, le Kenya avait déjà manifester son intention de se retirer de la cour, la CPI avait réagi par la voix d’un des porte-paroles, Fadi el-Abdallah,qui estimait que ‘’ ce retrait n’entraînerait en rien l’arrêt des procédures en cours contre MM. Kenyatta et Ruto. Au contraire, il ne saurait être que dommageable pour les Kényans et la protection contre les crimes contre l’humanité.’’
RFI

19:40 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

un débat annulé

CHRONIQUE D'UN DÉBAT QUI N'A JAMAIS EU LIEU:
- Le junte au pouvoir voulant jouer les démocrates, annonce un débat télévisé entre Le OUI Et Le NON à LA KONGSTITUTION pour le jeudi 27 octobre 2016.
- Jusqu'à 10h, Bamba Moriféré donne son accord, l veut bien être le représentant du "non".
- Cissé Bacongo du camp des OUI se désiste, car il ne voulait débattre qu'avec Pascal N'Guessan
- Dans l'après midi Le RHDP annonce finalement que l'élu sera Cissé Bacongo.
- à 18h LA RTI annonce à Bamba Moriféré, que ce  se sera un débat à 3 car ils y ont adjoint un autre invité, Ouraga Obou. Selon eux Bacongo serait l'expert (LOL) politique, Ouraga l'expert technique.
- Bamba Moriféré annonce donc qu'il viendra, li aussi accompagné d'un expert technique en la personne De Wodié.
- Blocage, c'est la fin, le débat est annulé.
Patricia Winnie Kplé Kô

16:56 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Va Avec la Force que Tu As

L’Heure n’est plus à: “On va Faire Comment”—“Va Avec la Force que Tu As”


Être émotionnel. Oublieux. Instable politiquement. Presque sans mémoire Historique. Ces traits ont très souvent vidé l’Ivoirien de son engagement patriotique. Le 30 Octobre qui avance au tic-tac discret des heures va-t-il enfin tuer la passivité Ivoirienne.

Le 30 est une pièce à double face. L’une incarnant la recolonisation totale de la Côte d’Ivoire. L’autre, la rupture du premier cordon de l’expropriation de son peuple. La ligne de démarcation entre les deux faces est grossière et visible par tous. La constitution monarchique de Ouattara.

Cependant, l’Ivoirien semble parfois ne rien voir, entendre, sentir, jusqu’à ce qu’il se brûle. Pour une fois que l’opposition disparate, aux intérêts multiformes et égoïstes, sonne la même trompette, il faut “aller jusqu’au bout.”

L’heure n’est Plus au Fatalisme

Il faudrait à tous ceux engagés dans cette bataille du NON au Referendum de Ouattara, briser ce vieux disque aux paroles fatalistes: “Dieu va faire notre palabre,” ou “C’est Dieu qui est fort,” entonnées par tous les Ivoiriens. Dieu est plus que “fort.” Néanmoins, pour que Dieu fasse ton palabre, rappelle-toi ceci. “Demandez et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe” (Matthieu 7.7-8). As-tu “demandé,” “cherché,” et “frappé” dans la foi de l’action en faisant ta part?

Ton “Dieu est [certes] fort. ” Mais Il fera ton palabre parce que tu lui aurais permis. Pour cela, il exige de toi la foi dans l’action qui n'est ni synonyme de passivité, ni de stupidité. Puisqu’Il n’encourage ni pessimisme, ni paresse. Il exige de toi, la foi qui englobe ton cœur, ton âme, et ta pensée (Matt. 22:37).

On va Faire Comment

“Faire Comment?” Simple. Comme Naaman, le chef Syrien, qui a dû se laver sept fois dans le Jourdain pour guérir de la lèpre (2 Rois:1-19). Jette-toi dans la bataille pour le NON à la constitution-monarchique de Ouattara. Puisque tu t’es trempé depuis l’appel du 20 Octobre, tu dois continuer comme Naaman, à prendre la Rue chaque fois qu’elle aura besoin de toi, jusqu’à guérir ton pays de la peste-Ouattara.

L’idée essentielle c’est d’aller au charbon comme David contre Goliath (1 Samuel 26-54). Inspire-toi de lui. Il n’avait pas regardé à la force du géant. Mais à sa volonté de le défaire. Ton géant c’est Ouattara. Et il a des pieds d’argile. Donc fragile. Prouve-lui que tu es “Garçon.” Et toi “Femme,” noue bien ton pagne.

Tu pourrais aussi te référer à Gédéon qui a combattu les Madianites. Contre cette puissante armée, il avait remplacé épées, lances, boucliers, chevaux, chars, par des trompettes, des cruches vides et des torches. De trente-deux mille soldats, il avait réduit son effectif à trois cents hommes. Par une foi agissante et sa volonté de vaincre, il mit l'ennemi qui “tourna son épée l’un contre l’autre,” en déroute (Juges 7 :1-22).

Alors que ton regard s'arrête pas sur la puissance de feu ou la cruauté de l'adversaire—les rebelles-FRCI-CRS, ou sur la faiblesse de tes moyens.

Va Avec la Force que Tu As

Comme Gédéon, le Front du Refus te conduit sur la bonne voie. Comme Gédéon qui a abattu l'autel de Baal, mets-toi avec le Front du Refus pour abattre l’autel satanique de Ouattara: sa constitution-monarchique.  Retiens ceci. La victoire sur les Madianites a pu être obtenue par Gédéon parce que de vaillants soldats ont combattu à ses côtés. Soit parmi ces combattants qui lutte coude-à-coude avec le Front du Refus. Ainsi, tu pourras comme Paul faire toute chose par celui qui te fortifie (Phil. 14:13).

Gédéon a ouvert la brèche. “Va avec la force que tu as” (Juges 6:14) et “délivre” la Côte d’Ivoire “de la main” de Ouattara.

Feumba Samen

10:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Mobilisation contre la Constitution-Monarchique

Mobilisation contre la Constitution-Monarchique—“Demain n’est pas loin”

Certains propos ont la teneur de la prophétie. “Demain n’est pas loin” est de ce registre. Tous les Ivoiriens connaissent cette “maxime” de leur crue. “Demain n’est pas loin” c’est “le 30 Octobre n’est pas loin.” L’obligation et le devoir historique de répondre à l’appel du “Demain n’est pas loin” est un engagement à donner un nouveau souffle aux pratiques de la révolution aux mains nues. Mais avec la détermination inébranlable du ça passe ou ça casse.

La Patience Plombée

La dynamique entreprise par Blé Goudé est la voie à suivre pour empêcher le referendum pour la constitution-monarchique de Ouattara. Pendant six ans, la patience a plombé le soulèvement d’un peuple noyé dans la peur.  Fini la patience.

“Demain n’est pas loin” n’est pas un “euphorisme révolutionnaire” de paille dans un tel tournant de l’Histoire. Courage. Persévérance. Endurance. Abnégation à toute épreuve. Voilà le contenu de cet appel. Un engagement “révolutionnaire”  qui doit être confirmé tous les jours jusqu’au 30. Puis corrigé après le 30 par rapport aux forces et impératifs du moment. Dans le processus, chaque engagé à la bataille est une cellule politique et une dynamite. Et le plus utile c’est d’être sur le terrain. “Demain n’est pas loin” n’est donc pas une formule élégante. Mais un engagement politique.

L’Ennemi est à la Porte

——“”Sous une plume précédente, dans un papier intitulé “Maintenir la Rue en Ebullition Jusqu’au 30. Si non…” il avait été écrit “Le Front du Refus doit connaitre son statut. Il n’est pas cette opposition fantoche taillée sur mesure en Ukraine, en Russie, en Syrie, en Libye, au Burundi, en RDC, en RCA, au Gabon…pour une contestation sponsorisée et soutenue par Open Society, NDI, et les ambassades occidentales qui y infiltrent des éléments commis à déstabiliser les régimes insoumis.

Cette analyse se confirme. Au moment où le Front du Refus prend de l’envol, l’ennemi est à la porte. Il s’appelle la France. Son agent Valls est en mission pour certifier ce faux à la Choï et légitimer la forfaiture comme Sarkozy le 21 Mai 2011.  Puisqu’en politique Française, il n’y a pas de rationalité autre que leurs intérêts. Mais l’engagement de la France aux côtés de Ouattara, a peu de chance à faire plier le NON à cette constitution du Naaba-Ouattara. L’absence de projets politiques structurants, la désorganisation du système-du-Rattrapage-Ethnique de Ouattara, ajoutées à l’assassinat des libertés physique et morale, ont démontré son incapacité à produire une vision politique porteuse de reformes et d’expansion économique.

Valls Porteur du Cercueil de Ouattara

La France politique c’est du vide. Valls, encore plus. Celui qui est Juif par sa femme. Donc ce porteur de jupe à la maison ne pourra pas contrarier les “Demain n’est pas loin.” Sa présence en Eburnie le 30 n’est pas une provocation. Mais une émulation. Rien ne pourra altérer la détermination des Ivoiriens à obtenir leur liberté et leur indépendance vraie. La Côte d’Ivoire ne succombera pas. Bien au contraire, C’est Ouattara qui mourra devant le parrain venu prendre son cercueil préparé par les “Demain n’est pas loin” le 30 Octobre.

Feumba Samen

10:42 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Courageux, mais pas téméraires les copains RDR !

Ake Lemergent

10:32 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

L’Afrique a le dos large

Réchauffement climatique : pour Sarkozy, c'est la faute à l'Afrique !

Invité de "Bourdin Direct" ce jeudi 27 octobre sur BFMTV et RMC, Nicolas Sarkozy a développé son idée selon laquelle la cause du réchauffement climatique dû à l'homme "est l'explosion démographique". Pointant en particulier le continent africain, il prône la mise en place d'"une politique de natalité".


"L'environnement, ça commence à bien faire…" Entamé dès 2010, le virage climato-sceptique de Nicolas Sarkozy a depuis lors pris un tour de plus en plus sérieux, jusqu'à prononcer le mois dernier cette phrase : "Il faut être arrogant comme l’Homme pour penser que c’est nous qui avons changé le climat". Logique, donc, que le recevant ce jeudi 27 octobre sur BFMTV et RMC, Jean-Jacques Bourdin pose la question au candidat à la primaire de la droite : "Est-ce que l'activité humaine contribue à changer le climat ?" Réponse de l'invité :
"Oui, oui, sans aucun problème, sans aucune réserve."

Nouveau revirement ? Pas si vite… Le candidat enchaîne : "Est-ce que c'est la seule raison ? Non ! Est-ce que c'est le premier problème, le plus grave défi de l'humanité ? Non, je considère que le plus grave défi de l'humanité (...), c'est l'explosion démographique sans précédent". Car voici son diagnostic sur le réchauffement climatique : "La première cause de pollution, la première cause de dérèglement, c'est l'explosion de la population qui vit sur la planète".

"Le seul Nigeria aura plus d'habitants que les Etats-Unis"

A l'appui de cette démonstration, Nicolas Sarkozy ressort son exemple favori de l'année : le Nigeria. "Quand vous pensez que Lagos (capitale économique du pays, ndlr) a 22 millions d'habitants, quand vous pensez que l'Afrique va passer de 1 million (sic, c'est 1 milliard) à 2 milliards 300 millions, quand vous pensez que le troisième pays le plus peuplé du monde dans 30 ans sera le Nigeria (…), le seul Nigeria aura plus d'habitants que les Etats-Unis d'Amérique dans 30 ans ! Vous voyez bien que la première cause de la dégradation de notre environnement, c'est l'explosion de la population." Pour y remédier, il propose donc "un organisme mondial dépendant des Nations unies pour surveiller l'évolution de la démographie dans le monde" et la mise en place de "politiques de gestion de la natalité".

Sauf que… Sauf que la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique auquel fait face le monde aujourd'hui - et que Nicolas Sarkozy a donc reconnue sans ambages - est la conséquence, par définition, de son activité… passée, et non future. En l'espèce, de l'explosion de l'émission de gaz à effet de serre (GES), provoquée non pas par la hausse démographique dans les pays en voie de développement mais par l'explosion industrielle des pays qui se sont développés. Ainsi, souligne le (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) , "les émissions des six gaz à effet de serre couverts par le protocole de Kyoto ont augmenté de 80% depuis 1970 et de 30% depuis 1990". Et la principale cause de ces émissions de GES est la production d'énergie (25%). Or, toujours aujourd'hui, d'émission de gaz à effet de serre dus à la production d'énergie rapportée au nombre d'habitants ne pointent pas du tout la responsabilité de l'Afrique. Arrivent largement en tête les "Etats-Unis d'Amérique", puis… l'Union européenne.


Par conséquent, quand Nicolas Sarkozy affirme que "la première cause de la dégradation de notre environnement c'est l'explosion de la population", c'est faux. Et quand il affirme qu'en luttant contre les émissions de gaz à effet de serre dans les pays développés, "nous travaillons sur les conséquences et pas sur la cause" du réchauffement climatique actuel, il a encore faux. C'est appliquer à l'Afrique une double peine : celle d'avoir vu le monde se développer en grande partie à ses dépens, et la rendre responsable par-dessus le marché des conséquences néfastes de ce développement qui l'a laissée pour compte.
marianne.net


02:00 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Mensonges encore à la haye-sur-scène

Plus de vidéos du procès ici http://bit.ly/2ctexDl
Suivez le [DIRECT] sur www.lgtv.info
LGTV, La chaine de l'espoir.

ProcèsDeLaHonte Le témoin Metch Mechtro Harold s'adressant à Me Gbougnon, avocat de Blé Goudé :<< Maitre nous sommes tous ivoiriens et frères, allons donc doucement. Vous savez dans quoi je suis. Merci de me comprendre. >>
Rappelons que ce témoin est un prisonnier et que c'est depuis la prison qu'il a effectué le voyage pour témoigner dans ce procès.
<< Allons y doucement ...vous savez dans quoi je suis.. >>
Voilà quelqu un qui accuse les leaders de jeunesses et les ministres sous le régime de son excellence le président Laurent Gbagbo puis au moment du contre interrogatoire ..le vendu de témoin demande aux avocats des accusés d'aller doucement.
Mais pire ..là, c'est carrement un aveux << vous savez dans quoi je suis >>
Que se passe t il a la cpi ?
Comment ouattara dramane et son régime recrutent-ils leurs témoins ?
Celui qui voit "hotel le témoin de dramane" qu'il lui dise que nous ne savons pas dans quoi il est.
Son propos ci me surprend : << Nous sommes tous ivoiriens ..>>
Après avoir servi de témoin pour accuser tes frères ivoiriens pour qu ils meurent en prison..après avoir servit d'agent et collabo...tu oses dire que nous sommes tous ivoiriens.
J'ai juste une conviction le jour 6 deviendra 9 nous allons répondre a toute ses foutaises...mais sache que hier ne peut plus être comme avant.
Propos exploités rapportés par Leo Cote d'Ivoire II

01:50 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Bouaké :Convoyer des Collégiens et des Élèves du Primaire...


Pour atteindre leurs objectifs, Alassane Ouattara et ses hommes ne se donnent pas de répit. Convoyer sous ce soleil de plomb des enfants du Primaire et du Collège encore... naïfs à son meeting à Bouaké. Dieu seul sait s'ils pouvaient leurs donner des bulletins de vote pour traduire leur OUI dans les urnes.
Ouais, je revois encore le cheminement politique... de 92 à 2010.
Alassane Ouattara nous étonne vraiment comme il l'avait promis.

Saint-Claver Oula


Si la honte tuait .....
Pour un meeting on paralyse les cours, on libère les élèves pour aller grossir le rang des militants normal, que vous soyez nombreux; de plus, il y a pain avec sardine et tee-shirt à partager. En fin de compte, personne n'y perd. Sachez que Bouaké n'est plus dans la main des baoulé depuis longtemps.  Trop ignare, ce peuple

https://scontent-frt3-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/14717216_10205888167883776_8756704739418580825_n.jpg?oh=a77188c463afeda54253e7a487f8e115&oe=589F683F

Ce qu'ils font à nos enfants maintenant...

Karamoko Yayoro, ex-président du Rassemblement des Jeunes Républicains (RJR), actuel Député à l'Assemblée Nationale. Juste derrière lui, ce qu'il cautionne. Des élèves du Primaire 'encore au biberon), mobilisés, sous des bâches, ils devaient être en classe ou chez eux à la maison en train d'étudier. Regardez-les, soucieux, la main sous le menton, tenaillés par le sort qui leur est infligé par nos dirigeants, tout simplement à cause d'un OUI. Demain, ils retourneront dans leur salle de classe surpeuplée, manquant de table-bancs, d'instituteurs... Regardez le sort qui est infligé à l'avenir de notre pays, notre avenir. Je ne veux pas deviner ce qui se passe en ce moment dans la tête de ces enfants assis derrière le Représentant de la Nation, mais j'ai peur. J'ai peur que que la rébellion se perpétue, j'ai peur que des dirigeants gros-bras continuent de nous gouverner, de gouverner notre futur...
Pourquoi n'évitent-ils pas cela à nos enfants pour s'approprier tout simplement leur OUI ? Tout le monde sait déjà que c'est OUI... même si c'est NON. Prenez votre OUI et épargnez nos enfants s'il vous plaît.

Saint-Claver Oula



01:34 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Conférence de presse de La Voie Originale,

Conférence de presse de La Voie Originale,
suite à la suspension arbitraire par le CNP

Propos liminaires

Par décision n° 075 du 19 octobre 2016, le Conseil national de la Presse (CNP) a prononcé « la suspension du quotidien La Voie Originale pour quinze (15) parutions ». L’organe de régulation de la presse ivoirienne nous reproche deux délits :

• 1er délit : « publication de fausses informations », délit puni par l’article 82 de la loi de décembre 2014 portant régime juridique de la presse. Pour le CNP, le fait d’écrire que le président Laurent Gbagbo est le Président du FPI depuis le 3ème Congrès extraordinaire de ce parti ; qu’en son absence, le président Sangaré Abou Drahamane assure son intérim, etc., c’est faire « la publication de fausses informations » ;
• 2ème délit : « Défiance au CNP ». Pour le CNP, il nous a été indiqué, en vain, qu’un de ses communiqués pris à partir d’une décision de justice du 3 avril 2015 interdit aux journaux d’écrire ces informations qui seraient donc fausses. Ce délit de « défiance au CNP » n’est pas prévu par la loi !

Il est donc évident que c’est le délit de « publication de fausses informations » qui nous vaut la suspension de 15 parutions. Ce délit est-il fondé ? Nous y reviendrons. Mais notons qu’alors que l’article 82 de la loi sur la presse visé pour la sanction indique que « La publication de fausses informations est punie d’une amende de 5.000.000 de francs à 10.000.000 de francs », M. Lakpé et le CNP ont choisi d’infliger plutôt une suspension à La Voie Originale.
Cette suspension est donc arbitraire et constitue une atteinte grave à la liberté de la presse (I) ; De plus, elle est soutenue par des arguments mensongers (II).

I- Cette suspension est arbitraire et barbare

L’article 47 de la loi n°2004-643 du 14 décembre 2014 portant Régime juridique de la Presse et qui énumère les sanctions applicables stipule : « En cas de manquement aux règles relatives à la création, à la propriété, aux ressources, à la déontologie de l’entreprise de presse et au pluralisme de la presse, ainsi qu’aux règles d’éthique et de déontologie de la profession de journaliste, le Conseil National de la Presse peut prononcer les sanctions disciplinaires suivantes, pour l’entreprise de presse :
1. l’avertissement ;
2. le blâme ;
3. les sanctions pécuniaires ;
4. la suspension de l’activité de l’entreprise ».
Comme on le voit, la suspension d’activité est la dernière sanction à infliger à une entreprise de presse, ou à un journal. De plus, dans cette panoplie de sanctions, le CNP a choisi d’appliquer celle prévue par l’article 82. Alors, pourquoi la suspension en lieu et place de la sanction pécuniaire ? Du mercredi 7 septembre au jeudi 20 octobre, La Voie Originale qui a juste 1 mois et 13 jours d’âge, n’a reçu ni avertissement ni blâme, encore moins une sanction pécuniaire. Pourquoi lui infliger la suspension, c’est-à-dire la sanction suprême réservée à l’entreprise ou au journal qui a commis une faute assimilable au crime ?

De toute évidence, le CNP, selon l’image donnée par un internaute indigné, vient de sévir comme les « Microbes », produits du régime Ouattara, en agressant à mort un bébé d’à peine un mois d’âge ! Même si ce bébé semble vigoureux à la naissance, cette agression demeure barbare et honteuse. Elle porte une grave atteinte à la liberté de la presse en Côte d’Ivoire.

II- Des arguments mensongers pour une sanction arbitraire

Le 9 septembre 2016, deux jours après la parution du premier numéro de La Voie Originale, nous avons reçu une convocation du CNP. La rencontre a eu lieu le mardi 13 septembre. M. Lakpé nous a reçus entouré de MM. Domo (directeur presse), Abié (directeur juridique) et de Mlle Amoikon (Secrétaire générale). Aucun Conseiller du CNP ayant voie délibérative n’était présent, en dehors de Lakpé lui-même.

Objet de la convocation : « Pourquoi La Voie Originale affirme dans ses publications que le Président Laurent Gbagbo est le président du FPI, Sangaré Abou Drahamane son intérimaire, etc. ? ». Car, selon M. Lakpé, le faisant, La Voie Originale fait « une violation constante du communiqué n°008/CNP/SG du 16 juillet 2015 qui interdit aux acteurs de la presse d’attribuer aux personnalités des titres et qualités qu’elles ne détiennent ni statutairement ni officiellement ». Mais, M. Lakpé reconnait qu’au bas de chaque article, le journal mentionne un nota bene, en guise de « clé de compréhension » indiquant que « Le Front populaire ivoirien dont il est question ici est le parti fondé par Laurent Gbagbo et présidé par lui, décision non contestée du 3ème Congrès extraordinaire du 30 avril 2015. A ne pas confondre avec le FPI artificiel voulu par le chef de l’Etat Alassane Dramane Ouattara et son appareil judiciaire au profit d’un groupe choisi par eux ».
En réponse à ces questions, nous avons remis à M. Lakpé et à ses collaborateurs, les documents de preuves suivants qui nous fondent à écrire ces informations :
1- Un courrier d’informations par lequel le FPI avait demandé une audience officielle au CNP pour porter à sa connaissance les résolutions de son 3ème Congrès extraordinaire, audience que M. Lakpé a refusée, arc-bouté sur ses certitudes décrites plus haut ;
2- Une copie de la résolution dudit Congrès portant exclusion de M. Pascal Affi N’Guessan du FPI ;
3- Une copie de la résolution du même Congrès portant interdiction à M Affi N’Guessan l’utilisation abusive du nom du Président Laurent Gbagbo ;
4- Une copie de la notification, par voie d’huissier, de toutes ces décisions à M. Affi N’Guessan ;
5- Une copie de la déclaration officielle du RDR datant du 11 août 2016. Par cette déclaration, le parti dont M. Alassane Dramane Ouattara reste aussi le président, même en violation de la Constitution, affirme noir sur blanc : « En analysant la nouvelle posture de Monsieur Affi N’Guessan, l’on se rend compte que, dans le fond, il veut se repositionner au niveau des militants du FPI. N’oublions pas que le FPI a deux tendances : la tendance dirigée par Affi N’Guessan et celle conduite par Abou Drahamane Sangaré » (Signé, Joël N’Guessan, Porte-parole du RDR).

En remettant ces documents de preuves, nous avons rappelé à M. Lakpé, qui semble bien suivre les affaires du FPI en justice, que du 30 avril 2015 (date de la tenue du Congrès extraordinaire) à ce 13 septembre 2016 (date de notre rencontre au CNP), aucun recours judiciaire n’a été exercé par personne contre les résolutions du 3ème Congrès extraordinaire du FPI. Mais, en tant que journal animé par des professionnels bien connus, nous mentionnons honnêtement et constamment que M. Alassane Dramane Ouattara et son appareil judiciaire tentent d’imposer M. Affi N’Guessan comme président du FPI. D’où le nota bene que M. Lakpé appelle à juste titre « une clé de compréhension » et que nous, à La Voie Originale, qualifions d’honnête «équilibre de l’information ».

En conclusion, nous avons prié M. Raphaël Lakpé de bien vouloir :
1- Noter que le communiqué du CNP qu’il dit « constamment violé » ne concerne pas le 3ème Congrès extraordinaire du FPI non contesté et que de ce fait, La Voie Originale ne l’a jamais violé ;
2- Arrêter d’étrangler les journalistes ou leurs journaux sur les conflits internes aux partis politiques parce que la liberté d’opinion et de presse garantie par la Constitution et par la loi sur la presse permet aux uns d’écrire que M. Affi est le président du FPI et aux autres d’écrire, en face, que M. Gbagbo est le président du FPI, selon leurs bords respectifs. Cela contribue à la pluralité des opinions que la loi oblige le CNP à garantir et à protéger. Cela permet en définitive au public qui est mâture de se faire ses propres opinions et choix ;
3- Cesser d’être plus royaliste que le roi en s’érigeant en « juge de l’application des peines », car M. Affi N’Guessan n’a exercé aucun recours contre les résolutions du 3ème Congrès extraordinaire du FPI.
Après toutes ces preuves fournies, M. Lakpé reprend la parole et pose la question impensable suivante : « Pourquoi vous avez appelé votre journal La Voie Originale alors que vous auriez pu l’appeler Le Fleuve ou La Rivière ? ». Nous avons déclaré que nous ne souhaitions pas répondre à cette question pour ne pas être désobligeant…

Le mercredi 14 septembre 2016, c’est-à-dire le lendemain de cette rencontre, nous recevions le courrier n°0958 du CNP portant « Mise en demeure » et signé de M. Lakpé, menaçant « de tirer les conséquences de droit » de notre « contestation manifeste de la décision de justice ainsi que de la violation persistance du communiqué du CNP ». En vérité, M. Raphaël Lakpé avait donc déjà préparé sa sanction liée plutôt à la création « La Voie Originale » que nous n’avons pas appelée « Le Fleuve » ou « La Rivière ». Et la suite des évènements allaient le prouver.

Le 22 septembre 2016, nous recevons une deuxième convocation cette fois « pour affaire en rapport avec la plainte du Directeur de publication du quotidien Notre Voie en date du 9 septembre 2016 ». Cette deuxième rencontre a eu lieu le 26 septembre. Là M. Lakpé nous signifie que « la Direction » de Notre Voie a porté plainte parce que, selon cette direction, « Les lecteurs de Notre Voie confondent leur journal et La Voie Originale », et que « cela porte préjudice à Notre Voie ».

Nous exigeons une copie de la plaindre pour y répondre aussi par écrit. M. Lakpé refuse de nous la donner. Nous n’avons jamais su si cette plainte émane vraiment du « Directeur de publication » ou de « la Direction » de Notre Voie ! Mais ce jour-là aussi, M. Lakpé nous a demandé à nouveau pourquoi nous n’avons pas créé « Le Fleuve » ou « La Rivière » en lieu et place de La Voie Originale…

Chers consœurs et confrères,
Nous retraçons toutes ces péripéties pour montrer combien nous sommes persécutés par Raphaël Lakpé depuis le 7 septembre 2016, date de la parution du premier numéro de La Voie Originale. La sanction arbitraire, barbare et infondée qu’il vient d’infliger à ce journal d’un mois d’âge a un seul but : aider Alassane Dramane Ouattara et son allié, Affi N’Guessan, à effacer le nom de Laurent Gbagbo et à tuer toute voix contraire en Côte d’Ivoire. Cette œuvre d’hercule préoccupe tellement M. Lakpé qu’il n’hésite pas à prononcer une sanction politique, en l’absence de toute faute professionnelle. Dans cette période où son mentor veut imposer une dangereuse Constitution aux Ivoiriens, M. Raphaël Lakpé a trouvé le moment propice pour sévir. Nous ne nous laisserons pas faire parce qu’il n’est pas à son premier essai :
• En 2012, M. Lakpé avait exigé aux journalistes de ne plus associer le prénom « Dramane » au nom « Alassane Ouattara ». A la question de savoir ce que signifiait le slogan « ADO Solutions », M. Lakpé avait répondu : « Cela peut vouloir dire Alassane Dominique Solutions » ! Les journalistes ne l’ont pas suivi ;
• En 2013, M. Lakpé avait fermé tous les journaux proches de l’opposition qui refusaient de cesser de donner le titre de Premier ministre au Professeur Aké N’Gbo et celui de ministre à chaque membre du dernier gouvernement du Président Laurent Gbagbo. Cette affaire s’est achevée de façon honteuse au cabinet du président de la CDVR, M. Charles Konan Banny, qui a demandé à M. Lakpé de retirer son communiqué et ses sanctions infondées ;
• Depuis la suspension de La Voie Originale, des cadres du RDR exaspérés, pour des raisons qui leur sont propres, nous apprennent que « M. Lakpé, pour avoir été le premier journaliste ivoirien à traiter M. Alassane Dramane Ouattara de Burkinabé, fait aujourd’hui du zèle pour se faire pardonner et avoir un poste plus important ».

Si cela est vrai, nous souhaitons que M. Lakpé, le journaliste professionnel qui a guidé nos premiers pas dans cette profession, fasse le zèle dans un autre domaine que celui des atteintes grossières à la liberté de la presse. Nous voulons continuer à garder de lui l’image du formateur qu’il a été pour nous. Merci d’avoir fait le déplacement pour écouter nos angoisses et notre indignation.

Pour la Direction Générale de LG’Editions
Le Directeur de Publication de La Voie Originale
César ETOU

communiqué par Senn Souleymane

01:32 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Burundi, Afrique du Sud, Gambie...

La Gambie veut à son tour sortir de la CPI
Après le Burundi et l’Afrique du Sud, le pays compte se retirer de la Cour pénale internationale, estimant que seuls les pays africains sont accusés et condamnés par l’instance judiciaire.
Le gouvernement gambien a annoncé, mardi 25 octobre, son retrait de la Cour pénale internationale (CPI), accusant la juridiction de passer sous silence les « crimes de guerre » des pays occidentaux pour ne poursuivre que les pays africains.
La décision du petit pays d’Afrique de l’Ouest, dont le président Yahya Jammeh avait sollicité la Cour pour enquêter sur la mort de migrants africains en Méditerranée, fait suite à l’annonce vendredi de l’Afrique du Sud, qui a décidé de se retirer du tribunal de La Haye.
« Cette action est justifiée par le fait que la CPI, malgré son nom de Cour pénale internationale, est en fait un tribunal international caucasien pour la persécution et l’humiliation des personnes de couleur, en particulier les Africains », a déclaré à la télévision nationale le ministre de l’Information, Sheriff Bojang.



Neuf enquêtes sur dix en Afrique
L’annonce de la Gambie augmente la pression qui pèse sur la CPI, accusée de poursuivre un programme néocolonialiste en Afrique. Neuf de ses dix enquêtes actuelles concernent le continent africain.
Selon la déclaration des autorités de Gambie, dont la population représente une proportion importante des migrants africains qui tentent de rejoindre l’Europe, le gouvernement a tenté de traduire l’Union européenne devant le tribunal de La Haye pour la mort de milliers de migrants en Méditerranée, mais n’a pas obtenu de réponse.
Le Burundi a déjà prévenu de son projet de quitter la Cour et le Parlement kényan examine cette possibilité.
Créée par le traité de Rome en 1998 et active depuis 2002 et composée de 124 Etats membres, la CPI, qui siège à La Haye, est la première juridiction jouissant d’une compétence internationale permanente pour juger les cas de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre.
Pour se retirer du traité de Rome, un pays doit en informer le secrétaire général de l’Onu. Son retrait prend officiellement effet un an plus tard.

RTI Bengue

00:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

27/10/2016

Parcours de la marche et message de CBG

StopReferendum : URGENT !!!
La direction du Front du refus informe l'opinion nationale et internationale que le pouvoir à fini par accorder la marche de ce Vendredi 28 Octobre sur toute l'étendue du territoire national, et à accepter que le point de chute pour Abidjan soit, non pas la place de la République, mais plutôt le #Stade_HOUPHOUËT_BOIGNY.
À Abidjan, la marche se déroulera donc selon les modalités et le programme suivants :

■ Date de la marche : #Vendredi_28_octobre 2016 ;
>> Deux points de rassemblement :
* Pour les quartiers d’Abidjan Sud : Rassemblement au Grand Carrefour SOLIBRA à Treichville ;
* Pour les quartiers d’Abidjan Nord : Place Monument aux Morts d’Adjamé.
• Heure de rassemblement : 6h30 min ;
• Arrivée des leaders du Front du Refus : 7h30 min ;
• Départ de la marche : 7h35 min ;
• Point de chute de la marche et meeting : #StadeHouphouëtBoigny.
(Tiré du communiqué officiel)
■ Demain, commence une grande histoire, venez nombreux pour ouvrir une nouvelle page de l'histoire de notre pays !!!
Khaza Kakry



 Charles Blé Goudé appelle à un « boycottage retentissant » du référendum : https://t.co/gG9QkXwkZE
- Ci-dessous, son communiqué.
[ RÉFÉRENDUM DU 30 OCTOBRE 2016: BLE GOUDE APPELLE A UN DÉSERT ÉLECTORAL ET A UNE ABSTENTION RETENTISSANTE ]
Avec une précipitation aussi douteuse que suspecte, le président ivoirien a fait adopter aux forceps, par l’Assemblée nationale, son projet de nouvelle constitution. Sous le fallacieux prétexte de vouloir tourner la page de l’ivoirité dont le concepteur et le promoteur est pourtant, le président Henri Konan Bédié, son actuel allié, le président Alassane Ouattara appelle les ivoiriens à une élection référendaire le 30 Octobre prochain. Au-delà de tous les débats constitutionnalistes, quelques interrogations méritent d’être posées:
 En quoi la nomination inopportune et aux pas de course, d’un vice président constitue-t-elle une urgence pour la Côte d’ivoire, si ce n’est d’imposer au peuple un prince héritier, déjà dans l’antichambre de la présidence, pardon du royaume ?
 En quoi la nomination d’un vice président participe-t-elle à tourner la page de l’ivoirité ?
En quoi la création d’un sénat budgétivore, au moment où les ivoiriens croupissent toujours sous le poids de la pauvreté, est-elle une urgence et participe-t-elle à tourner la page de l’ivoirité?
En quoi la nomination d’un tiers des membres du sénat participe-t-elle à tourner la page de l’ivoirité, si ce n’est de distribuer des postes à des amis pour service rendu ou de récompenser des allégeances ?
En quoi la suppression de la limite d’âge pour faire acte de candidature à la présidence de la République participe-t-elle à tourner la page de l’ivoirité ?
En quoi l’utilisation de deux bulletins de vote en lieu et place du bulletin unique participe-t-elle à tourner la page de l’ivoirité, si ce n’est un deuil de la transparence du scrutin à venir et un déni de démocratie ?
En quoi l’embouteillage inutile créée au sein de l’exécutif avec un Président, un premier
Ministre et un vice-président-prince encombrant, participe-t-il à tourner la page de l’ivoirité ?
A moins d’être frappé d’une cécité politique, il apparait clairement que c’est une monarchie naissante que s’apprête à nous imposer le régime, par la constitutionnalisation des arrangements au sein d’un groupement politique privé. En clair, le Président Ouattara veut se servir de notre loi fondamentale pour régler son problème testamentaire entre ses héritiers et ses alliés politiques. Pire, la suppression de la limite d’âge est une remise en cause du processus de rajeunissement de la classe politique et de l’alternance entamé par le Président Laurent Gbagbo qui du reste n’a jamais été tenté de toucher à cette clause de notre loi fondamentale, tant elle traduisait sa vision du pouvoir. Si cette constitution n’est pas une stratégie particulièrement concoctée contre Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale, devenu gênant et de qui le régime tente de se débarrasser comme un mégot de cigarette, elle l’est singulièrement pour nombre de jeunes leaders politiques de notre génération et des générations futures, qui nourrissent des ambitions somme toute légitimes, et qui ont une vision pour un jour servir leur pays par l’exercice du pouvoir d’Etat.
C’est peu dire d’affirmer que ce projet controversé veut nous obliger à entrer en compétition, en concurrence, voire en conflit avec des personnalités âgées de plus de 75 ans, en déphasage totale avec les réalités de notre époque, et aux affaires depuis nos années collège, pour ne pas dire nos années d’école primaire. Alors, à quel âge allons- nous, nous aussi, servir notre pays un jour ? Quand même !
- Pour donc faire l’économie de ce conflit et de cette concurrence contre nos grands parents (pour qui nous avons beaucoup de respect),
- Pour dire ‘’NON’’ au maintien d’une oligarchie en déphasage totale avec les réalités et les exigences de notre époque,
-Pour aider notre pays à s’inscrire en lettre d’or sur la liste des pays qui pratiquent l’alternance démocratique,
-Pour faire obstacle à cette monarchie naissante
-Pour répondre à l’appel de l’histoire, et ne pas nous faire complice de la privatisation de notre loi fondamentale par le clan au pouvoir,
J’appelle, en soutien au combat de l’opposition dans son ensemble, le peuple de Côte d’ivoire et toute notre génération en particulier, dans toute sa diversité ethnique, politique et religieuse, à un DÉSERT ÉLECTORAL au score sans appel et à UNE ABSTENTION RETENTISSANTE le 30 Octobre prochain pour dire ‘’NON’’ à cette imposture de trop.
Par abus d’autorité et de pouvoir, le régime peut certes nous empêcher de nous rassembler, de marcher, de faire des meetings, il peut même nous réprimer et nous emprisonner comme il le fait depuis 2011. Mais, il ne peut nous contraindre à quitter notre domicile le 30 octobre prochain, pour aller voter.
L’artificialité et la répression érigées en mode de gouvernance, les manœuvres en cours ne peuvent que retarder notre volonté irréversible d’étancher notre soif de démocratie, elles ne peuvent jamais l’arrêter!
C’est le lieu d’adresser mes encouragements et mes félicitations à toute l’opposition ivoirienne dans son ensemble, pour toutes les actions déjà engagées pour faire entendre la voix et la douleur du peuple.
Vive la Côte d’Ivoire démocratique, unie, une et indivisible !
Fait à la Haye le 25 Octobre 2016
Charles Blé Goudé
Homme politique en détention à la Haye
[ Twitter: @ClaudusKouadio
https://twitter.com/clauduskouadio ]
Claudus - ©#StayTrue

21:50 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Rapport final de la CDVR/ Mariatou Koné, ministre de la Cohésion sociale : « Les conclusions de ce rappor t sont essentielles pour une paix durable »

Table

Deux ans, après que ce rapport CDVR ait été rendu par Charles Konan Banny, et ...enterré, voici qu'il refait surface, -probablement retrouvé par une femme de ménage qui s'occupe de nettoyer la flotte aérienne de Magellan-!

Curieusement, le père du rapport n'est pas convié à la "fête" de la publication dudit rapport! cela se passe seulement entre amis du même bord, celui qui est autorisé.Et plus curieusement encore, pas un mot sur le site FB de la Présidence au sujet de cet événement.

Par contre si vous voulez tout connaitre de la Constitution du Bonheur (dixit l'ivrogne de service *) vous serez servi. De 22 paragraphes sur les droits de l'homme , on passe à 40, c'est vous dire le sérieux de ce texte! Et bien sûr les sénateurs aux ordres se feront une joie de garantir par des lois les droits inaliénables des ivoiriens en prison, qui attendent toujours d'être jugés, à ceux qui ont perdu leurs droits, aux enfants déscolarisés, aux malades à faible revenus qui devaient être pris en charge gratuitement, de madame Mého qui aurait braqué le petit général et revendu sur le marché à côté de ses légumes le mobilier et les effets personnels du Cema!
Ah on est bien, on sent déjà le changement! La société civile conviée, les imam et religieux de service, les roitelets, vraiment que le monde ivoirien est petit et fraternel en ce moment! Concentré, il remplissait même la pelouse du Félicia !

* Extraits du discours du Président Bédié: " Nous avons pu interroger nos sachants, nos parlementaires afin de proposer une constitution du bonheur aux Ivoiriens. Je me réjouis de cette constitution. Je suis heureux que le spectre des coups d'Etat et de la violence se soit éloigné de notre pays."

Shlomit

La ministre de ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes, Mariatou Koné a remis le rapport final de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) au Premier ministre, Daniel Kablan Duncan. C’était ce mardi 25 octobre 2016 à la primature, dans le cadre de la cérémonie officielle de publication du rapport final de la CDVR.

« Les conclusions de ce rapport sont essentielles pour avoir une paix durable en Côte d’Ivoire », a dit la ministre Mariatou Koné. Hormis le mémorial aux victimes proposé par la CDVR, a-t-elle assuré, les recommandations du présent rapport connaissent un début de réalisation, notamment l’indemnisation des victimes, le dialogue entre le gouvernement et les partis politiques de l’opposition, le retour des réfugiés. Cette cérémonie, a-t-elle souligné, vise à mettre officiellement à la disposition du grand public le rapport de la CDVR afin de favoriser l’appropriation des résultats par les différents acteurs.

En effet, il ressort du rapport final de la CDVR que les principales sources de la fracture sociale sont notamment la quête du pouvoir politique, la lutte pour le leadership, l’exclusion, la xénophobie, les problèmes identitaires mais aussi la mauvaise gouvernance et les problèmes fonciers. Au nombre des recommandations dont la plupart ont été déjà mises en œuvre, la CDVR a mentionné celles relatives à la démocratie, à la citoyenneté et à la nationalité, le renforcement de l’Etat de droit et le meilleur fonctionnement des institutions.

Actualité oblige. Pour le Premier ministre Daniel Kablan Duncan la nouvelle Constitution est en conformité avec l’esprit du rapport final de la CDVR. « La nouvelle Constitution inspirée par Son Excellence le Président de la République Alassane Ouattara, et qui sera soumise au peuple de Côte d’Ivoire lors du référendum du 30 octobre est en parfaite adéquation avec ces recommandations ». Ce texte, a-t-il souligné, est « le moteur de l’avènement d’une société nationale respectueuse des Droits démocratiques de tous les citoyens et soucieuse de la réduction des frustrations et des inégalités sociales ». Le Premier ministre a donc invité les Ivoiriens à soutenir la nouvelle Constitution qui, à l’en croire, pose les bases d’une nouvelle Côte d’Ivoire.

Quant à Babacar Cissé, Représentant résident du Système des Nations unies en Côte d’Ivoire, « c’est un travail important pour reconnaître un passé contesté ou renié ». Il a salué la publication officielle du rapport final de la CDVR, un vœu relèvera-t-il, du Conseil de sécurité des Nations unies à travers sa résolution 2284 adoptée le 28 avril 2016 sur la situation en Côte d’Ivoire.

Créée le 13 juillet 2011, la CDVR avait pour mission ''d’œuvrer en toute indépendance à la réconciliation et au renforcement de la cohésion sociale entre toutes les communautés vivant en Côte d’Ivoire'', à l'issue de la crise post-électorale de décembre 2010 à avril 2011, ayant fait 3000 morts selon les chiffres officiels. La structure présidée par l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny, a remis son rapport de fin d’exercice au président de la République le 15 décembre 2014.
Danielle Tagro
abidjan.net

14:30 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Bouaké, ce jour, concert pour le "Oui"

Concert gratuit pour des chaises vides...

01:52 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le premier ministre français, Manuel Valls attendu à Abidjan dimanche pour une visite officielle

Petit rappel, il était déja venu en Côte d'Ivoire: Manuel Valls promu commandeur de l`ordre national ivoirien
C'était le Samedi 16 Novembre 2013. Abidjan. Présidence. Après avoir été reçu en audience par le Président de la République SEM. Alassane Dramane Ouattara, le Ministre de l`intérieur de la République Française a été élevé au rang de commandeur de l`ordre national au cours d`un déjeuner qui lui a été offert par son hôte.


Le premier ministre français, Manuel Valls est attendu à Abidjan dimanche pour une visite officielle dans le cadre d’une mini-tournée sous régionale qu’il débutera, bien avant la Côte d’Ivoire, à partir du 28 octobre au Togo puis au Ghana.


De sources proches de l’ambassade de France à Abidjan, Manuel Valls sera effectivement à Abidjan en début d’après-midi du dimanche prochain en provenance d’Accra. Dans la foulée, il va rencontrer les Forces françaises en Côte d’Ivoire Base de Port-Bouët puis un peu plus tard dans la soirée il prendra part à un dîner avec la communauté française vivant à Abidjan.

Le lendemain dans la matinée M. Valls effectuera une visite à la chocolaterie Cémoi installée dans la zone industrielle de Yopougon et aura une rencontre avec des professionnels du secteur du Cacao (planteurs, exportateurs) et des chercheurs (CIRAD, IRD). Ensuite, il se rendra dans la commune de Songon pour l’inauguration des installations d’alimentation en eau des quartiers ouest d’Abidjan (2 millions d’habitants) financées par le contrat de désendettement et de développement (C2D).

Aussi, à la faveur de cette visite est-il prévu une signature de la convention du volet justice du contrat de désendettement et de développement
Manuel Valls sera reçu en audience par le président de la République au palais présidentiel à la mi-journée de lundi, avant de prendre part à l’inauguration, de l’Institut français de Côte d’Ivoire rénové dans la commune du Plateau.

Un spectacle d’une demi-heure présentant les différents aspects de la scène ivoirienne (ballet traditionnel, musique classique, slam) lui sera offert avant son départ pour la France.
R. K


Commentaire d'internautes:
Les primaires ont déjà commencé en France et la présidentielle s'annonce à grand pas ! Hier Rama Yade, aujourd'hui Manuel VALLS, qui sera le prochain ? Chacun vient prendre pour lui. Mais quand nous voulons les suivre pour aller récuperer notre propre bien, ils crient sur tous les toits "La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde". Oui à la circulation des biens (enfin nos bien vers l’Europe) mais non à la circulation des personnes. DIEU vous voit !!!

Simon Kassi

il viendra prendre l'argent pour la campagne présidentielle de 2017 soit pour lui, soit pour son patron.Qui a dit que la france-afrique , c'est du passé?
Au contraire ...pendant ce temps, on manque d'écoles, d'eau potable, de médicaments, de lits dans nos hôpitaux. Quelle tristesse cette réalité politique.
en revanche, il n'a pas un mot à dire sur le référendum à venir car il n'est pas concerné, voilà!
prends tes mallettes, vas financer ce que tu veux, mais la vérité éclatera un jour.
A bon entendeur, salut!

Danho J. Atchebro

01:44 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

26/10/2016

la constitution, ça ne passe pas...

BAMBA MORIFERE : ‹‹ Le camarade LAURENT GBAGBO est un grand ami à moi. A un moment donné nos chemins ont divergé mais aujourd’hui je suis très heureux de constater que nous nous sommes retrouvés pour la côte d'ivoire.

La question de la constitution est une question urgente et nationale.
Monsieur Ouattara , la constitution n'est pas ton testament ni ton projet de gouvernement. Ouattara je te dis bel et bien que tu es un DICTATEUR. Ouattara le peuple ne veut pas de ta constitution , RETIRE LA et tout ira bien pour toi. Nos lions sont déchaînés et ils sont prêts à faire très mal si tu ne nous écoutes pas. LEVONS NOUS ››

DANIELLE BONIE CLAVERIE :‹‹ Chers peuples , je parle au nom du FRONT DU REFUS. Cette constitution est retrograde car elle efface tous nos acquis et nos années de dures labeurs. Il yaura une marche ce VENDREDI dans tout Abidjan et dans les regions de la Côte d'ivoire. Le comité de negociation est entrain de negocier car on veut nous empêcher le VENDREDI on sera à la PLACE DE LA REPUBLIQUE. Il yaura 2 points de rassemblements : le premier groupe sera Au carrefour solibra et un autre groupe à la place des martyrs et les 2 groupes convergeront vers la place de la Republique. Malgré les empêchements VENEZ NOMBREUX.


MAMADOU KOULIBALY : ‹‹ Dans le jeu politique , quand vous allez en compétition , Il ya le public qui acclame et qui juge. Vous peuple de cote d'ivoire, est ce que ouattara respecte le jeu politique? Ouattara ne respecte pas la constitution , il doit etre disqualifié. On ne peut pas aller jouer avec un homme comme ouattara qui est purement disqualifié. Vous tournez dans la ville , vous ne voyez que des OUI OUI sur les pancartes. Ouattara est disqualifié parce qu'il ne respecte pas le peuple et le public. Il vous dit votez seulement apres on va vous ecouter. Il faut que aussi nos amis policiers et militaires et gendarmes comporennent que cette constiutution n'est pas bonne pour eux. Si ouattara devait respecter des textes ya longtemps on l'aurait su en cote d'ivoire. On ne peut plus croire indefiniment que ouattara changera maintenant ou vous voulez lui donner tout votre pouvoir. Nous disons PAS DE REFERENDUM un point , un trait. Tous ceux qui vont aller viter sachez que que ce sont vos propres factures de courant qui vont payer les senateurs. Ne venez pas dire après que les factures ont augmenté. Si vous votez OUI à ce réferendum ne vous plaignez pas après. Si une autorité ne respecte pas votre droit , il ne sert à rien de le respecter. Une loi en vigueur à la CEDEAO dit que 6 mois avant il ne faut pas modifier les regles du jeu electoral et ouattara 15 jours avant il change en disant 2 bulletins. Ouattara c'est un tricheur. Un peuple ne respecte qu'un president qui est digne de respect. Le dimanche , les bureaux de vote , les urnes , les electeurs devant les bureaux de votes , il faut qu'on fasse tout qu'il ny'ait rien de tout ça. DESOBEISSANCE CIVILE. NE LAISSONS PAS FAIRE. ››

Anaky Kobénan << Cette constitution vient concrétiser et régulariser toute une série d'anomalies qui ont été commis en cote d'Ivoire. Nous les ivoiriens , nous sommes 27 millions et il ya 17 millions d'étrangers et les 10 autres millions sont des ivoiriens vrais. Le sérieux problème de cette constitution est la terre. Nous ne devons pas laisser nos terres être bradées comme ça. Cette constitution cache beaucoup de choses et ce dimanche nous ne devons pas laisser nos parents aller manger une nourriture empoisonnée. Nous ne devons pas accepter. Nous ferons barrage ce dimanche. Il n'y aura point de votes. C'est ça qui est la vérité. On ne doit même pas voir de bureaux de votes.>>

Leo Cote d'Ivoire

21:02 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

La gambie va quitter la CPI

une gifle particulièrement sonore et douloureuse pour la gambienne fatou Bensouda, qui instruit le procès laurent Gbagbo-Charles Blé Goudé contre la CPI. Ministre de la justice en Gambie de 1998à 2000, elle est depuis 2004 procureure adjointe du procureur général Moreno Ocampo puis elle lui succède, comme procureure générale le 12 décembre 2011, et prête officiellement serment le 15 juin 2012. Son recrutement: 52 candidats qui devaient s'attirer les grâces des 120 états membres   Et c'est elle a été choisie, bien formatée, bien calée dans son rôle de procureur au service des intérêts occidentaux; mais voilà, les pays des esclaves d'hier commencent à se rebeller. voilà déja trois pays africains qui se réveillent, et refusent de continuer à subir cette injustice !

la république démocratique du Congo semble aussi suivre le même chemin...

20:42 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

le candidat le plus jeune qui concourt pour la Présidence

Ismaël Boudjekada, 21 ans, est le plus jeune candidat déclaré à la Présidentielle de 2017 en France. Originaire du Doubs, il vit aujourd’hui en région parisienne.

A 16 ans il crée son premier parti politique, et se présente à plusieurs élections. Il est également l’auteur de plusieurs essais politique, dont l’Audace d’y croire. Si on en parle, c’est que c’est une curiosité, vu son jeune âge et son parcours, mais c’est parce que dans une interview publiée hier par «yahoo actualités», il y a parlé des trois idées fortes de son programme, c’est-à-dire l’instauration d’un revenu universel, la restructuration de la dette française et le vivre ensemble.
Aussitôt après, en abordant la question de l’immigration et ce qu’il propose à ce sujet, il a abordé, dans ses solutions envisagées, deux thèmes chers au président sénégalais et qu’il a d’ailleurs mis en œuvre au Sénégal dès le début de son mandat : il s’agit des bourses familiales et de la couverture maladie universelle. Lisez ce que le candidat à la Présidentielle répond quand on lui pose la question : «Elément essentiel de cette campagne présidentielle, l’immigration ? Que proposez- vous ?» Il répond : «Je propose un effacement semi-contractuel de la dette des pays africains».
Selon lui, «il faut rappeler que la plupart de ces pays sont liés à l’Union européenne par des dettes colossales qui datent pour la majorité de la période coloniale. En échange de cet effacement, on demande que cet argent soit réinjecté dans le but d’atteindre des objectifs pour garantir la dignité de leurs concitoyens : par exemple la mise en place d’un système d’allocations familiales, une couverture médicale… Le problème de l’immigration n’en serait plus un parce que ces populations pourraient vivre dignement dans leur pays».

Alors avis à ceux qui critiquent les bourses familiales de SMS ou sa Couverture maladie universelle !

xalimasn.com

Le commentaire de Steve BéKo qui m'a fait découvrir ce candidat

Chez nous par contre on nous dit qu'avant 35 ans, on n'est pas assez intelligent pour être candidat mais à 150, oui on l'est!

20:20 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le rapport de la CDVR (ou son double expurgé) enfin publié !

La femme de ménage a du égarer le rapport...

Le rapport final de la Commission dialogue, vérité, réconciliation (CDVR) a été rendu public mardi par la ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes, Mariétou Koné.

La remise de ce rapport qui s’est déroulée en présence du Premier ministre, ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, Daniel Kablan Duncan,  et en l’absence de l’ancien Président de la CDVR, Charles Konan Banny, fait planer beaucoup de doutes sur l’authenticité dudit rapport. D’autant plus que c’est à l’issue de la crise post électorale de 2011 que le Président Alassane Ouattara a mis en place la CDVR avec à sa tête l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny.

Après 3 années de travail mené sur le terrain, Charles Konan Banny a remis le 15 décembre 2014 au chef de l’Etat son rapport de fin d’activités. La question que l’on se pose, c’est pourquoi après 2 années, c’est maintenant seulement que ce rapport final est rendu public ?  Mieux, pourquoi les auteurs de ce rapport étaient-ils absents lors de la remise officielle dudit rapport ? Cela a-t-il un rapport avec la campagne référendaire qui a cours actuellement ? Difficile de répondre ! Une chose est certaine. C’est que depuis la publication mardi du rapport, des voix s’élèvent pour s’interroger sur l’authenticité dudit rapport.

« La question que je me pose. Pourquoi maintenant rendre public le rapport de la CDVR ? Est-ce que ce rapport de la CDVR est l’authentique ? Pourquoi a-t-on mis du temps pour publier le rapport de la CDVR ?  Nous demandons au Premier ministre Charles Konan Banny et à tous ceux qui ont été membres de la CDVR de veiller à ce que ce rapport n’ait pas été tronqué », s’inquiète un observateur.

David YALA, Linfodrôme

17:26 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

la nouvelle Constitution au secours des Droits de l'Homme !

En pleine campagne pour le référendum du 30 octobre prochain, le président ivoirien, Alassane Ouattara a échangé avec la société civile ce mercredi 26 octobre 2016 à Cocody.

Avant de mettre le cap sur la ville de Bouaké dans le cadre de sa campagne pour le "oui’’ au référendum du 30 octobre prochain, le président ivoirien, Alassane Ouattara a échangé lors d’un petit-déjeuner avec la société civile ce mercredi 26 octobre 2016.

A cette occasion, le chef de l’Etat a expliqué que la nouvelle Constitution est un gage pour les droits de l’Homme dans le pays. « Ce projet, comme vous pouvez le constater, renforce les droits et les libertés fondamentales. Nous sommes passés de 22 articles consacrant les droits à 40 articles consacrant les droits », a-t-il savoir. 

Le numéro 1 ivoirien, comme à son habitude a expliqué que le nouveau texte vise essentiellement  à consacrer la paix dans le pays. «Aujourd’hui, il nous appartient tous, de tirer les leçons de notre histoire, de prolonger le rêve des pères fondateurs de notre pays et de bâtir une Nation en paix, stable et moderne. C’est le sens de cette Constitution », a-t-il ajouté.

Représentés par plusieurs organisations à cette rencontre qui a duré près de deux heures, les membres de la société civile ont dans leur ensemble invité les Ivoiriens à se rendre eux urnes le 30 octobre prochain.

Abraham Kouassi linfodrome

17:04 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |