Shlomit
topblog Ivoire blogs

10/10/2016

la grande marche de l'opposition contrôlée




UN CHEF....


En vrai chef, le président Affi était lui même à la tête des troupes.

dixit Edouard Yro , un partisan d'Affi. (Affi à droite, tout en blanc )
mais l'arbre n'arrivant pas à cacher la forêt, pardon, la clairière:

Le verdict vient de tomber : la marche du FPI contre la nouvelle constitution, n'a rassemblé que 200 personnes, ce samedi 8 octobre 2016 !! C'est pas la honte ça !?

Franck Lohourignon

LA STRATÉGIE QUI PAYE

La marche de protestation de l’AFD a donc eu lieu ce samedi 8 octobre 2016, pacifique, tranquille et responsable, bien encadrée et bien planifiée, aucun incident n’a été signalé. Ils étaient venus très nombreux à l’appel du président Affi, beaucoup étaient même venus de l’intérieur du pays. Tous ensemble, les manifestants ont exprimé le NON des ivoiriens à la Constitution de Ouattara. NON à une Constitution unilatérale qui piétine les libertés, assassine la démocratie et heurte notre dignité.

Au-delà du succès de cette manifestation et des meetings pacifiques que le président Affi et l’AFD organisent, il y a une stratégie politique qui paye. Affi et l’AFD savent que la peur est le véritable obstacle à toutes les actions de libération. Il faut donc saisir chaque occasion pour faire réculer la peur. Ouattara pensait que son texte pouvait passer comme lettre à la poste, il sait désormais que ce tour est loin d’être déjà joué et que la résistance s’organise.
Le régime RHDP croyait que les ivoiriens allaient se coucher et le laisser faire, il se rend compte que la peur se dissipe et que les ivoiriens repartent au combat pour libérer leur pays. Car chaque action doit s’intégrer dans la stratégie globale de libération. Car le plus important est de se débarrasser de ce régime tyrannique en 2020 pour nous débarrasser de ses caprices et de ses tentations.

Océane Yacé, politologue, monaco

Océane Yacé, signature féminine d'un affidé

LA DIVISION, LE PILIER DU POUVOIR OUATTARA

Gbagbo était sûr de son assise populaire car il puisait sa force dans le peuple, et c'est pourquoi il n'avait pas peur d'aller vers les autres à la recherche d'une paix qui, selon lui, devait reposer sur la démocratie, c'est-à-dire sur les citoyens qui doivent avoir le dernier mot.
Or, Ouattara qui sait qu'il n'a pas été élu n'a logiquement aucune confiance dans sa popularité, et c'est pourquoi il ne peut rechercher la paix par la démocratie.
Il ne faut donc pas se faire d'illusion sur la capacité d'un tel homme à rassembler les ivoiriens et à faire la réconciliation.
Le pilier de son pouvoir, c'est la division. Pour son bénéfice, avec les moyens de l'état, moyens politiques, financiers, judiciaires, il divise les ivoiriens. Il les divise par un rattrapage présenté comme ethnique mais qui est plutôt clanique,; il divise les partis politiques, les syndicats, les régions, etc. Il divise même ses propres partenaires.

Mais, il faut le dire et le répéter, cette division est rendue possible par ceux qui jouent le jeu en mettant en avant leurs intérêts personnels au détriment des causes qu'ils sont censés défendre.

Alexis Gnagno
Alexis Gnagno

 
PASCAL Affi Nguessan aux manifestants:
" Vous êtes le symbole d'un peuple qui ne renonce pas à sa dignité. La lutte pour que cette constitution soit retirée ou abolie ne fait que commencer.Restez à l écoute pour les mots d ordres à venir"
En toute franchise... Parlons de la marche qui devait commencer à la place des martyrs Pour s'achever au plateau .
Finalement l'itinéraire autorisé a été de la place des martyrs à la gendarmerie d'Agban ( foutaise au carré).

Non seulement l'initiateur de la marche c'est à dire le 1er ministre Affi N'guessan est arrivé à 12h, pour une marche qui est sensé commencer à 8h mais ses militants n'ont pas eu accès à la commune du plateau.
Est ce que l'itinéraire communiqué par Affi à ses militants était le vrai ou bien il leur a caché la vérité pour les apaiser, vu qu'ils étaient déçus après le report du sit-in de l'assemblée nationale?
Ou bien c'est Ahmed Bakayoko qui l'a encore berné?

Olivier Kouadia
 
Et Edouard Yro de conclure

TEST REUSSI...
"c'était un test et le test est réussi" (P.Affi Nguessan)
Il s'agit du test de remobilisation des militants encore tétanisés par la barbarie consécutive à la crise pos-électorale.
Il s'agit de tuer en eux la peur de sortir ,la peur de s'exprimer,la peur de s'opposer.
Le processus est en bonne voie.
MERCI A L'AFD
MERCI AU PRESIDENT AFFI

______________________

Le journaliste Senn Souleymane écrivait hier

Y a rien en face

Depuis le 11 avril 2011, le FPI, tel qu'on l'a connu, a cessé d'exister. Un morceau du rouleau compresseur créé par Gbagbo est détenu par Affi et l'autre par Sangaré. Le morceau d'Affi est incapable de mobiliser. La piteuse et honteuse reculade du mercredi en fait foi. Le morceau de Sangaré ne peut bouger le petit doigt, sans courir le risque d'être réprimé, au motif qu'il est dans l'illégalité. Pendant ce temps, Ouattara est en roue libre. Devant lui, c'est le néant. C'est maintenant qu'il n'y a vraiment rien en face. Pas de maïs.


10:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.