Shlomit
topblog Ivoire blogs

05/10/2016

Pascal Affi N'guessan :le plus grand ratage de sa carrière

TRISTE OPPOSITION

La veille de la marche du 18 février 1992, nous, journalistes, avons été informés que la marche programmée par les forces démocratiques de gauche conduites par le Fpi serait infiltrée.

À la réunion de préparation de cet événement, certains leaders ont prudemment conseillé de surseoir à la grande marche de l'opposition qui réclamait des sanctions contre les responsables de la descente meurtrière de l'armée à la cité de Yopougon. Gbagbo et Etté Marcel ont dit "non". 

Le lendemain, les leaders réticents ne sont pas venus et se sont mis à l'abri. La manifestation à eu lieu avec les conséquences que l'on sait. Simone Gbagbo a failli y perdre la vie, Gbagbo a échappé à une tentative d'assassinat, Etté Marcel a été sauvé de justesse. De nombreux cadres du Fpi, de partis frères de gauche et du Synares ont été jetés en prison.

Malgré tout, le Fpi à continué à agir, même si par prudence ou par peur, c'est selon, des cadres se sont cachés un bon moment. Des délégations ont été envoyées partout en Côte d'Ivoire pour demander aux militants de rester mobilisés. J'ai eu l'honneur d'avoir été choisi pour conduire la délégation qui est allée à Sikensi et Yaobou où j'ai tenu des meetings.
C'est cela faire preuve de responsabilité. On peut vous brandir une menace, mais il y a des périodes où l'on ne recule pas au risque de se décrédibiliser, de démobiliser les militants. Il y a des moments de l'histoire où le leader se lance sans forcément le faire parce qu'il serait "jusqu'au-boutiste" ou "extrémiste". Il se lance parce qu'il veut faire passer un message et que l'importance de la manifestation ne lui laisse guère d'autre choix.

Affi vient de réaliser selon moi, le plus grand ratage de sa carrière.
Les Ivoiriens constatent avec tristesse qu'en guise d'opposition, il n'ont affaire qu'à des groupuscules qui n'affrontement jamais de front Dramane dont ils ont une peur bleue. Ils oscilleront toujours entre hésitations et boycotts, en priant pour que le ciel les débarrasse de ce Goliath qui les fait trembler de tous leurs membres.

De déclarations pompeuses en déclarations d'intentions, il ne se passera rien du tout en réalité. Je comprends aisément pourquoi les uns et les autres trouvent un exutoire dans une rivalité interne au Fpi. C'est de loin la chose la moins risquée. On entend même des gens dire: "bof! Qu'est-ce que ça fait que Dramane face ceci ou cela? Un jour il partira et on changera tout ça"!

Voici la réalité que personne ne veut reconnaître.
Il ne reste plus au peuple qu'à se détourner des politiques et à prendre son destin en mains. D'autres sont passés par là. Il n'y a pas d'opposition en Côte d'Ivoire.
Isidore Srobois Alla

09:26 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.