Shlomit
topblog Ivoire blogs

01/10/2016

CPI, témoignages par écrit autorisés

LA GROSSE COLERE DE MAÎTRE ALTIT QUI DÉVOILE UN AUTRE COMPLOT CONTRE LE PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO

        La chambre préliminaire de première instance de la cour pénale internationale a rendu une décision en date du 27 septembre 2016 en déboutant Maître ALTIT  et les avocats de la défense qui s'opposent au témoignage par écrit de certains témoins. Maitre ALTIT est très en colère contre la cour dans la mesure où cette requête est fondée en droit et pose la question récurrente de l'équité du procès.
       En effet l'article 82 du statut de Rome portant création de la CPI stipule que " l'une ou l'autre partie peut faire appel, conformement au règlement de procédure et de preuve si la décision soulevant une question de nature à affecter de manière appréciable le déroulement équitable et rapide de la procédure où l'issue du procès et dont le règlement immédiat pourrait de l'avis de la chambre préliminaire ou de la chambre de première instance,faire sensiblement progresser la procédure."  C'est pourquoi,maitre Altit soutient que la cour a commis une erreur en autorisant des témoignages par écrit au motif que " la déclaration du témoin p428 est périphérique et ne se rapporte pas immédiatement à tous les éléments de charges. "
       La colère de maitre ALTIT est d'autant plus fondée que cette décision est non seulement illégale dans la mesure où ce n'est pas aux seuls juges  mais à la défese d'apprécier la teneur d'un témoignage susceptible de nuire aux intérêts du président Laurent GBAGBO et de Charles Blé Goudé. Mais plus,c'est une décision qui ne garantit pas l'équité du procès parce que la cour a changé les règles en plein audience en autorisant ces témoignages par écrit. De quel temps dispose la défese pour apporter des éléments contradictoires à ces témoignages ?
      Pourquoi cette question n'a-t-elle pas été soulevée au cours des audiences de mise en état ? C'est un secret de polichinelle,les audiences de mise en état permettent à la défense,à l'accusation et aux juges d'être au même niveau d'information quant aux témoins qui doivent déposer par écrit ou en audiences publiques. Pour ne l'avoir pas fait,les juges et le procureur sont complices dans un autre complot contre le président Laurent GBAGBO et Charles Blé Goudé.                                                                                                                                                                                                  
 VOICI LA VRAIE IDENTITE DE L'OFFICIER QUI TÉMOIGNE CONTRE LE PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Le procès de la honte intenté contre le président Laurent GBAGBO continue de mettre à nu l'identité des différents officiers félons qui ont décidé de trahir la République qu'ils étaient censés défendre contre la horde des rebelles venue du nord. Au nombre de ceux-ci,se trouve le témoin p.238 qui n'est autre que selon des sources très introduites,le lieutenant-colonel Goué Plékou,ancien adjoint du colonel Dadi au Bataillon d'Artillerie Sol-Air (BASA) aux heures chaudes de la crise post-électorale. Le lieutenant-colonel est actuellement en fonction à l'état-major général des Frci.
        IL complète ainsi la liste des officiers déloyaux tels que Ouattara Obieneré,Amichia Kouao Edouard,le général Lourougnon des renseignements générax etc. Toujours selon les mêmes sources,le lieutenant-colonel profite de son témoignage pour  " régler ses comptes" au colonel Dadi. C'est ce qui justifierait en effet, ses piques lors de son premier jour de déposition contre ce colonel resté fidèle aux valeurs de la république. IL a déclaré à la barre que le colonel Dadi, dont il était le second au niveau du bataillon d'artillerie sol-air avait  des relations "exécrables " avec les autres  chefs de corps de l'armée.
       Le lieutenant-colonel Goué Plékou ne sera pas malheureusement le dernier officier supérieur à déposer contre le Président Laurent Gbagbo et son ministre Charles Blé Goudé. IL est fort probable que l'ex-chef d'Etat -major, le général Philippe Mangou,le général Edouard Tiapé Kassaraté, ex-commandant supérieur de la gendarmerie, Brindou M'bia, directeur général de la police, et autres déposeront incessamment au prétoire. On assiste en ce moment au ballets des renégats de la République qui ont décidé de pactiser avec le diable !
Lecombattant.com

 

21:54 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.