Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

29/09/2016

La FrançAfrique à la croisée des chemins

Gabon / La FrançAfrique à la croisée des chemins | Eric Kahe

Eric Kahe, ancien ministre ivoirien du Commerce puis de la Réforme administrative,
jette un regard sur l'actualité gabonaise vue sous l'angle de le françafrique

A l’issue des élections présidentielles gabonaises, clôturées par la prestation de serment du président reconduit Ali Bongo, ce sont en définitive les opinions africaines qui se trouvent confortées et crédibilisées. Cela pourrait marquer le début d’une nouvelle époque, où ces opinions pèseraient enfin de tout le poids qu’elles méritent sur la scène internationale.

quote-debut
On a vu une certaine FrançAfrique croiser le fer avec l’autre FrançAfrique

Dans le cas gabonais, on a vu la FrançAfrique combattre la FrançAfrique : il s’agit là d’un précédent riche en enseignements. Les fils de la FrançAfrique se sont d’abord longuement testés, avant d’en venir, pour certains, à livrer bataille au système. S’il est vrai que rien n’est encore définitivement gagné, au regard des capacités de l’ordre néocolonial établi, cela rappelle un peu l’histoire de l’empire romain, dont la désagrégation, née du désir d’émancipation des peuples conquis, s’est accélérée lorsque leurs élites ont entrepris de retourner contre Rome les leçons politiques et stratégiques que Rome leur avait apprises.

Sur cette bataille des longs couteaux, l’ombre de la Côte d’Ivoire n’a cessé de planer : d’abord au travers des leçons que les uns et les autres ont tirées de son histoire récente, ainsi que de la mise en œuvre des méthodes qui ont marqué cette histoire. Mais aussi à travers l’implication avérée de certains de ses dirigeants dans la « crise électorale » gabonaise. Se souvenant sans doute du rôle des « oui-dire » dans les attaques dont le président Laurent Gbagbo a été la cible de la part de ses adversaires intérieurs et extérieurs, le président Ali Bongo a pris le soin de communiquer sur chaque rumeur. Ainsi, en a-t-il été de la question de ce fameux charnier, dont l’existence « prouvée » allait servir de prétexte à tous les coups tordus; ou de la soi-disant disparition de citoyens français, aussitôt démentie par l’annonce de l’arrestation de quelques franco-gabonais, avec en guise de piqûre de rappel à ses amis de la FrançAfrique, l’évocation du cas de Michel Gbagbo en Côte d’Ivoire. Ce franco-ivoirien dont les cris, relayés en France par sa mère, sont restés à ce jour inaudibles.

quote-debut
Sur cette bataille, l’ombre de la Côte d’Ivoire et du Burkina ont plané…

Le passé récent du Burkina a également inspiré bien des acteurs, croyant pouvoir récupérer au profit de leurs ambitions politiques, dans le contexte Gabonais, l’histoire des démissions et de l’abandon du navire par une partie de l’équipe Campaoré. Cette référence ne semble pas leur avoir porté bonheur, du moins pour l’instant. Quant à l’incendie de l’Assemblée Nationale du Burkina, qui avait permis d’asseoir l’image d’une insurrection populaire, ils ont aussi tenté de s’en servir, mais l’inspiration aura été des plus mauvaises : le contexte d’une élection n’est pas identique à celui d’une tentative de modification de la Constitution. Sur ce registre, les partisans du candidat Ping semblent avoir été mal conseillés, offrant à leurs adversaires l’aubaine de passer pour des adeptes de la violence, peu respectueux de la chose publique qu’ils aspirent à gérer, donc loin d’être de vrais patriotes ou des leaders responsables.

L’appel au secours lancé par le camp de l’ex-commissaire de l’Union Africaine aux puissances occidentales, les sorties peu diplomatiques du Parti Socialiste français, la diabolisation zélée du président Ali Bongo dans les médias français, sur fond de confidences compromettantes – à la limite de la décence – sur le fonctionnement de la FrançAfrique, etc., ont rapidement retourné les opinions africaines en faveur du président sortant. Ces opinions y ont vu à la fois de la manipulation et surtout un incompréhensible et suspect retournement de veste de la part de ceux qui étaient suspectés, hier seulement, de l’avoir installé lors de la précédente élection. Soupçons confirmés par une interview de l’avocat français Robert Bourgi, très actif sur le dossier gabonais, au point de sembler y laisser une partie de son habituelle élégance. Alors que le président Laurent Gbagbo n’avait pas eu gain de cause pour sa proposition de recomptage des voix, cette exigence a été brandie de toutes parts et mise en œuvre par le Conseil Constitutionnel. En l’absence de rebelles armés sur le terrain, la proximité de la présidente du Conseil Constitutionnel avec l’un des deux camps n’a pas pu servir de prétexte pour récuser sa décision.

Au moment où le président Ali Bongo prête serment sans l’affluence traditionnelle des chefs d’état africains, nous ne pouvons que nous réjouir de ce que le drame ait été évité de justesse. Mais l’affaiblissement notable de chacun des deux protagonistes, auquel elle aura largement contribué, laisse à la FrançAfrique une marge de manœuvre non négligeable dans les affaires gabonaises, en dépit de son score de moins en moins honorable à l’échelle du continent, qu’il s’agisse des dossiers gabonais, ivoirien, malien, béninois ou autres. Nous n’avons qu’une hâte : que le dialogue annoncé porte ses fruits, afin que pour une fois, force ne soit pas à la violence.

quote-debut
De l’impact de l’appel au secours, lancé aux puissances occidentales

La suite sera désormais du ressort de la diplomatie, cette diplomatie qui était à l’avantage de l’Opposition sur le papier, et dont cette dernière a sans doute surestimé les possibilités d’ingérence dans un pays souverain, et sur le territoire duquel ne se trouve aucune armée étrangère opérant sous mandat des Nations-Unies…

Décidément, les conditions qui ont présidé à la mise en orbite de la « République du Golf » n’étaient pas réunies au Gabon pour permettre l’avènement d’une « République du QG » ! C’est tant mieux pour la vie des Gabonais qui n’ont pas besoin de ces bilans macabres!

Eric Kahe
Ancien Ministre
lePalmier1.com


02:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.