Shlomit
topblog Ivoire blogs

26/09/2016

Mesmin COMOE envoie ses émissaires rencontrer Kandia CAMARA.

Manipulation ou capitulation?

Instauration des cours du mercredi: le MIDD fait machine arrière.

Mesmin COMOE DEMANDE PARDON A Madame Kandia CAMARA.

Le bras de fer a tourné court. Mesmin COMOE, le Secretaire général du MIDD a courbé l’échine. Il demande pardon à Madame Kandia CAMARA, Ministre de l’Education Nationale. L’annonce de ce dénouement inattendu dans ce qu’il est convenu d’appeler la crise des cours du mercredi a été faite le 23 septembre par le Grand Sérigne de Dakar, El Hadj Abdoulaye Makhtar, Vice-président de l’Assemblée Nationale du Sénégal lors d’une audience que lui a accordé la première responsable de l’école ivoirienne. Le parlementaire sénégalais s’est invité dans la crise du mercredi à la demande de Sa Majesté Tchiffi Zié Jean-Gervais, Secrétaire général du Forum des Rois d’Afrique. « J’ai décidé de mon propre chef de vous (Ndlr : Madame le Ministre) aider. Je ne veux pas que les gens en profitent. J’ai demandé à mon frère (Ndlr : le Grand sérigne de Dakar) de m’aider… Nous ne pouvons pas vous laisser dans cette situation où il y a un peu d’incompréhension. Nous sommes venus vous demander d’accepter notre main pour que nous puissions vous apporter notre contribution si vous le permettez, » a déclaré Sa majesté Tchiffi Zié. Et d’ajouter : « Le Président de la République mérite d’être soutenu dans cette affaire pour ce qu’il fait pour la Cote d’Ivoire. »

Ainsi la délégation conduite par Sa Majesté Tchiffi Zié était constituée, outre le Grand Sérigne, de Lamine Ndiaye Masoque, Saltiqué de Dakar, Sa Majesté Koudou Grah, chef suprême des Krou, El Hadj Alioune DIA, Imam membre de la délégation du Grand Sérigne, Nanan Aka Patriskc, chef de village, Nanan Agbatou Didier, président du collectif des chefs, Chefs BADIA KEI, chef de canton de Facobly, le prince Royal Nanan Konan Acatchi Djébonoua, Prince, président de l’association nationale des princes, etc. Le vice-président de l’Assemblée Nationale du Sénégal a précisé avant tout propos qu’il a informé le président de la république sénégalaise, SEM Macky SALL et le président de l’Assemblée Nationale de son pays, M. Moustapha Niasse avant de s’engager dans cette médiation. « Aujourd’hui, je ne cours plus derrière la carrière. Je cours derrière le prestige de mon pays », a-t-il ajouté.

Pour lui, Mesmin COMOE est aujourd’hui dans une autre disposition d’esprit. En effet, « il s’engage à respecter les décisions que vous avez prise et demande pardon (…) Mesmin est prêt à faire un communiqué pour aller dans le sens que vous avez souhaité…Mais, j’ai dit à Mesmin que je veille à ma crédibilité dans cette mission de facilitation. Et que je tiens au respect de la parole donnée. » Cela dit, le Grand Sérigne de Dakar a indiqué qu’il tient avant tout au respect de l’autorité de l’Etat et des institutions. Et que son engagement dans cette médiation ne vise qu’à participer à la pacification de l’école et de l’espace publique.
Pour sa part, Madame Kandia CAMARA a remercié le Grand Sérigne et Sa Majesté Tchiffi Zié pour leur démarche. Mais, elle n’a pas manqué de déclarer que leur médiation la surprend. « Je voudrais vous remercier pour ce que vous faites pour la Cote d’Ivoire… » a-t-elle déclaré tout en réitérant l’importance des gardiens de la tradition : « On connait la place et le rôle que peut jouer la chefferie dans le règlement des conflits. » Et de rappeler que c’est pour cette raison que dans son département « nous avons le Conseil Consultatif de l’Education Nationale (CCEN), qui comprend les chefs traditionnels, les guides religieux, les syndicats… » Et d’informer le parlementaire de la Teranga que Mesmin est vice-président du CCEN.
Commentant les décisions prises dans le cadre de cette crise, elle dira que : « c’est une décision prise dans l’intérêt supérieur des
enfants. Je ne suis pas fâchée. J’apprécie le langage de vérité que vous leur avez tenu… J’espère que grâce à vous, ils vont avoir un
comportement modèle. » Elle a expliqué, en outre, que cette dernière revendication des instituteurs était de trop au regard des efforts que le Président de la République, SEM Alassane Ouattara déploie pour améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants. A cet effet, elle a donné des chiffres éloquents pour corroborer ses propos. Ainsi, a-t-elle révélé qu’en quatre ans, l’Etat de Côte d’Ivoire a construit 19.000 écoles, recruté plus de 44000 enseignants sans compter la formation continue des enseignants en fonction.
Cependant, elle n’a pas donné une suite favorable à la demande de chef Tchiffy Zié, qui voulait la levée de la décision d’affectation de Mesmin à l’intérieur du pays. « La décision de mutation est prise, on ne peut pas la lever…Il faut que je vois pendant un an que ces gens-là ont changé. » Le grand Sérigne, qui a été Ministre d’Etat dans son pays a abondé dans le même sens que Madame le Ministre en insistant sur le fait qu’il faut que la respectabilité de l’Etat soit observé.
Sercom MEN.
Phillipe Josué Jean

18:20 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.