Shlomit
topblog Ivoire blogs

25/08/2016

Un ventre vide, mais costumé

Le gouvernement wattra spolie les étudiants.
Juste rappeler que dans la vie il y a une échelle de besoin selon la pyramide de Maslow 
c'est à dire une classification des besoins primaires de l'individu 
Chose classique qu'on apprend en Marketing , communication , économie , sociologie , bref ! 
Et l'un des premiers de ces besoins est le (besoin) physiologique , c'est à dire la survie , manger , boire.... 
Je vais vous épargner les autres besoins que sont la sécurité , l'estime de soi , bref 
Mais comme on parle d'une pyramide , il faut aller par étape
Alors, nos étudiants qui n'ont déjà rien à manger , doivent d'abord satisfaire ce besoin primaire avant de s'acheter des costumes à 100 euros soit 65 000 Fcfa , chez un fournisseur agrée par l"'état et qui est forcement un parent de Wattra 
Oui, dans cette cote d'ivoire la distribution des richesses ne profite qu'à un seul camp 
Alors de grâce , le costume Smalto n'est pas la première nécessité de Etudiant qui a faim !
Une contribution d'Ephrem Kobri Boda
Ephrem Kobri Boda

_________________________

Tenues vestimentaires «trop onéreuses» imposées à l’ENS, des étudiants crient au scandale


L’Ecole Normale Supérieure d’Abidjan vient d’entreprendre une série de rencontre avec ses futurs pensionnaires en vue de les informer sur les modalités pratiques d’inscription pour l’année académique 2016-2017. Hélas, les admis aux différents concours d’entrée à l’ENS sont confrontés actuellement à des payements excessifs dans un pays déjà en pleurs face à la cherté de la vie.

En effet, en plus des nombreux dossiers administratifs à fournir, ils doivent s’acquitter des frais d’inscription et de la pochette qui s’élèvent à 18.000 frs.
Comme si cela ne suffisait pas, l’ENS impose des dispositions réglementaires relatives à la tenue vestimentaire qui suscite des grincements de dents.
Plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer le coût trop élevé des uniformes; quelques deux mètres de tissus à 27.000 frs sans compter la couture bien que modeste, mais évaluée à 18.000 Frs.
Ce n’est pas tout. Les étudiants admis sont obligés de s’acheter la tenue chez un prestataire choisi, imposé par l’école et qui se trouverait à Adjamé. Tenez-vous bien, lors de l’inscription à l’ENS, le reçu d’achat des tissus chez le prestataire agréé est exigé. Or, le même tissu existe sur le marché à moindre coût (6.000 frs). Mais l’ENS exige la facture de son fournisseur agréé qui s’élève à 27.000 frs pour les mêmes effets d’une même qualité. Ce qui fait dire à de nombreux observateurs qu’il y a une forte senteur de corruption dans cette affaire.
Pourquoi imposer un commerçant dont les prix sont extrêmement hors de portée alors qu’il y a des possibilités plus alléchantes ? Quelle est cette société ivoirienne ou les plus riches sont sans cœurs ?
Ndri E. pour connectionivoirienne

00:16 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.