Shlomit
topblog Ivoire blogs

23/08/2016

‘’ Maman Gbagbo’’ chef de gang ou prisonnière politique ?

Dix jours après l’arrestation,  de dame Antoinette Mého alias "Maman Gbagbo", les langues se délient sur les causes réelles de la mise aux arrêts de cette militante du Fpi. Si dans les premières heures de son arrestation par les éléments de la Dst,  l’on a vite fait d’assimiler l’incarcération de Maman Gbagbo à  des fins politiques, ces dernières heures, cette version est battue en brèche.  Car selon les enquêtes, Mého Antoinette serai le cerveau d’une bande armée de voleurs. Plusieurs autres chefs d’accusation sont portés à l’endroit de cette femme dont l’arrestation défraie la chronique…  
Récupération politique ou simples spéculations ? L’arrestation de Mého Antoinnette ne cesse d’alimenter les conversations au sein des formations politiques. Ce parce que la mise en cause est une militante mordue du Front Populaire Ivoirien (Fpi). E à ce titre, des voix se sont levées pour déduire que Maman Gbagbo a été mise aux arrêts parce qu’elle faisait signer la pétition pour la libération de Gbagbo. Quand d’autres personnes spéculassent  que dame Mého est présentée comme un témoin à décharge à la CPI pour le procès de l’ancien président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé. Une thèse fortement brandie par les activistes du Fpi.

A contrario cet argument, une autre thèse, celle-là plus proche des enquêteurs, présente une femme âgée de la soixantaine comme un agneau avec des griffes.   Écrouée à la Maca, Mého Antoinette  est accusée pour  atteinte à la défense nationale, attentat ou complot contre l’autorité de l’Etat, constitution de bandes armées, direction ou participation à une bande armée, atteinte à l’ordre public, tentative d’assassinat, vol en réunion à main armée portant sur des armes, munitions et divers objets et destruction volontaire de biens d’autrui. Tout un long chapelet de chef d’accusation qui n’est pas  fait pour aider Maman Gbagbo.
Vrai ou faux ? Cette seconde version risque d’emporter Maman Gbagbo. Car il se dit qu’elle a été citée dans une affaire d’attaque du domicile du chef d’État-major (CEMA) Soumaila Bakayoko.
En effet dans la nuit du 20 au 21 février 2016, le domicile du CEMA à Séguela a été visité par des malfrats. Une enquête est ouverte et les malfrats sont mis aux arrêts en juillet dernier. Cuisinés; ils ne tardent pas à passer aux aveux et citent le nom de Maman Gbagbo.  C’est elle qui aurait  hébergé les malfrats pendant la préparation de l’attaque et  récupéré les armes. Apprend-t-on des complices  lors de leur audition à la DST. Mise aux arrêts à son tour, Mého Antoinnette, a été déférée à la MACA le mercredi dernier où  elle attend de  passer devant le tribunal. On en saura un peu plus les jours à venir.
                                                                                                                           Ange T. Blaise
Imatin.com

01:24 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Commentaires

Imatin vous êtes de vrais malades mentaux

Écrit par : Chaye | 23/08/2016

Les commentaires sont fermés.