Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/08/2016

Les Noirs dans la libération de la France

La 1ére division française libre dans la libération

24/01/2014 10:21

La 1ére DIVISION FRANCAISE LIBRE , DANS LA LIBERATION DE LA FRANCE

Arrivée en France, Aout 1944
La 1e DFL qui doit participer à l'opération "Anvil Dragon" quitte les ports italiens de Tarente et de Brindisi le 13 août 1944 et prend pied à Cavalaire le 16, après que les troupes d'assaut aient dégagé les plages la veille. Si le matériel perdu au combat a pu être remplacé avant son départ, le personnel manquant après sa campagne d'Italie crée de nombreux vides dans les rangs de la Division.
D'autres français libres participent également à l'opération : Avisos FNFL "Moqueuse"et "Cdt Dominé". Escadrille de bombardement FNFL "6 F" , groupe de bombardement FAFL."Bretagne"
 
La 1e DFL va participer avec la 9e DIC à la prise de Toulon qui tombera le 25 août 1944 en même temps que Paris et Bucarest.
Puis, c'est la ruée vers le Nord de la France, en re montant la rive droite du Rhône. La DFL libère Lyon le 3 septembre 1944, puis est stoppée par le manque d'essence. Pourtant, une colonne est lancée en avant, elle dégage Autun le 9 et fait sa liaison avec les Spahis de la 2e DB venant de Normandie le 12 septembre à Montbard près de Châtillon-sur-Seine.
Le 17 septembre 1944, la DFL prend position devant les forces ennemies qui se sont rétablies dans la région de Baume-les-Dames. Le 25, la Division entame les combats pour enlever Lyoffans, Clairegoutte, le col de la Chevestraye et Ronchamps au pied des Vosges.
En octobre 1944, la pluie et le froid s'installent; les soldats noirs de la 1e DFL ne peuvent supporter ce climat et doivent être remplacés par de nouveaux engagés, des FFI. et des maquisards. Tout en se "blanchissant", la Division continue à combattre avec un matériel qui s'use et par un temps abominable. Le 2 novembre, au coeur du dispositif de la 1e Armée Française (Général de Lattre de Tassigny , la DFL se lance sur Giromagny en direction de l'Alsace.
Jonction de la 2éme DB et le la 1ére DFL
 
Le 20 novembre 1944, à la tête de ses troupes, le Général Brosset trouve la mort accidentellement près de Champagney. Le Général Garbay le remplace et les combats se poursuivent.
Giromagny tombe le 22, le Ballon d'Alsace le 24, Rougemont-le-Château le 25, Masevaux le 26. Entre temps, la Légion Etrangère a trouvé assez de ressources pour recréer un 3e bataillon. A bout de souffle, ayant rempli sa mission et atteint l'Alsace, après avoir permis à de Lattre de Tassigny de prendre Belfort et Mulhouse, à Leclerc de s'emparer de Saverne et de Strasbourg la 1e DFL est relevée le 9 décembre 1944 et reçoit l'ordre de se porter en Gironde prêter main forte aux troupes du Général de Larminat qui préparent l'assaut des poches de Royan et de la Pointe de Grave (Opération "Indépendance").
Arrivée le 23 décembre 1944 sur ses nouvelles positions bordelaises, la 1e DFL reçoit le 25 décembre l'ordre urgent de retraverser la France pour couvrir la plaine d'Alsace que les Américains sont en train d'abandonner pour colmater les vides causés plus au nord, dans l'Ardenne belge, par la puissante contre-offensive du Maréchal Von Runstedt.
 
Alsace Décembre 1944 - Février 1945
C'est dans des conditions particulièrement mauvaises que la Première Division Française Libre va prendre position en Alsace le premier jour de cette année 1945.
Le froid est intense (-15° à -20°). Les pertes ont été sensibles dans les Vosges et la Division, forte à son arrivée en Italie de 18347 hommes, n'aligne plus maintenant que 13 207 combattants. Les troupes coloniales aguerries ont été relevées par des FFl remplis de bonne volonté mais sans expérience. Le matériel est à bout de souffle. Les Allemands sont à proximité de leurs bases. Le secteur attribué à la 1e DFL est démesurément étendu au sud de Strasbourg à cause de la pénurie des troupes alliées dans cette région.
Fantassins à Illhaeusern
 
La 1e DFL s'installe de Plobsheim à Ostheim, sur 52 kilomètres, à partir du 31 décembre 1944, au moment où les Allemands se préparent à lancer leur attaque pour reprendre Strasbourg par un mouvement en pince.
Le 10 janvier 1945, les hommes de la 1e DFL arrêtent de justesse les chars allemands à 25 km au sud de Strasbourg. La lutte est acharnée dans tout le secteur. Le BM 24 est encerclé et anéanti, le 11, dans le village d'Obenheim. Enfin, le 14 janvier, la dernière tentative d'Hitler pour reprendre l'initiative sombre dans l'impuissance.
 
Il ne reste plus aux troupes de la 1e Armée Française qu'à réduire la poche de Colmar. Pour ce faire, la 1e DFL se déplace au sud et s'établit, le 17 janvier, dans la région de Sélestat.
Le 20, la bataille se déclenche avec violence, le 23, la DFL se bat sur tout son front. Le 30 janvier, les Français Libres sont maîtres d'Elsenheim et d'Ohnenheim. On se bat à la mitraillette dans les bois environnants. Un Combat Command de la 2e DB (Commandant Vézinet) épaule la Division ainsi que les chasseurs de chars du 8e RCA (Colonel Simon).
 
Le 1er février 1945, les Fusiliers Marins atteignent le Rhin devant Sasbach. Le 2, la DFL borde le fleuve depuis Rhinan jusqu'à Artzenheim. Colmar est libéré par la 1re Armée Française et le 2e Corps d'Armée Américain. L'Alsace est totalement nettoyée.



En savoir plus : http://www.libertyship.be/news/la-1ere-division-fran%C3%A...

18:12 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.