Shlomit
topblog Ivoire blogs

15/08/2016

Etats-Unis, France et Grande-Bretagne ont donné leur accord au massacre de Srebr enica

MONDE 


Le 11 juillet 1995, 8.000 hommes et adolescents étaient exécutés par les forces du général Mladic. Un massacre qui ne doit rien au hasard, révèle la journaliste Florence Hartmann, 20 ans plus tard.
Srebrenica se trouve dans une vallée verdoyante, en Bosnie orientale, au milieu des montagnes qui entourent la rivière Drina. Mais il y a 20 ans, le 11 juillet 1995, Srebrenica se transforme en véritable enfer. Les forces bosno-serbes, dirigées par le général Ratko Mladić, s’emparent de cette enclave musulmane, séparent les hommes et les femmes et massacrent, dans les jours qui suivent, tous les hommes âgés entre 16 et 60 ans. Au total, cela représente 8.372 victimes, dont les corps sont enterrés dans des charniers. La « lâcheté » et le « dysfonctionnement onusien » sont pointés du doigt pour ce véritable massacre, reconnu comme génocide par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.

Que s’est-il passé ? Srebrenica avait pourtant été décrétée « zone protégée » par le Conseil de sécurité des Nations Unies. De son côté, l’Otan avait reçu l’obligation de défendre l’enclave coûte que coûte et un bataillon de Casques bleus néerlandais y avait été envoyé pour protéger la zone. Comment un tel massacre a-t-il pu avoir lieu sous le nez des grandes puissances européennes ?
Un sacrifice de 8.000 hommes
Longtemps considéré comme une « erreur » de l’Occident, le génocide de Srebrenica aurait, en réalité, eu l’aval de la France, de la Grande-Bretagne et des États-Unis, selon la journaliste Florence Hartmann, ancienne journaliste du Monde, qui publie  «Le sang de la realpolitik. L’Affaire Srebrenica». Il représentait le meilleur moyen d’en finir avec la guerre de Bosnie. Les trois grandes puissances n’auraient donc pas hésité à sacrifier plus de 8.000 hommes et adolescents pour obtenir la paix…
Pis, le général néerlandais Onno van der Wind vient de confirmer un élément glaçant mettant directement en cause les Nations Unies, peut-on lire dans le quotidien suisse Le Temps. Bien que ce sont les soldats de Mladić qui ont transporté les victimes en autocars pour les exécuter, l’Onu leur aurait fourni près de 30.000 litres d’essence pour mener à bien leur opération et alimenter les bulldozers qui allaient creuser les fosses communes.

Garder la face
En réalité, la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne se sont rendu compte que le président yougoslave, Slobodan Milosevic, refuserait catégoriquement l’idée des Occidentaux sur le partage de la Bosnie, qui veulent que les Serbes détiennent 49 % du pays. Sauf, peut-être, si les enclaves musulmanes (dont fait partie Srebrenica) ne reviennent aux mains des Serbes.
Dans son livre Florence Hartmann dévoile les dessous de ce génocide sur base d’interviews, de témoignages et de documents récemment déclassifiés par l’Onu et les États-Unis.
Interrogée par Le Temps, elle affirme que « l’équation qu’avaient à résoudre les dirigeants occidentaux était particulièrement complexe  », tout en précisant qu’elle ne veut pas «  donner une version caricaturale des faits  ».
Mais pour résumer, le sacrifice de Srebrenica était nécessaire pour que cette interminable guerre prenne fin, mais également pour que les trois grandes puissances mondiales puissent «  sauver la face  » et diminuer les pertes occidentales...Le cynisme à l’oeuvre, comme le résume Le Temps dans son éditorial.
Camille Tang Quynh
mobilesoir.be

12:50 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.