Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

27/07/2016

"Bouaké demande pardon à Ouattara..."



"BOUAKE VEUT DEMANDER PARDON À OUATTARA..." : La marque distinctive qui manquait à la tyrannie....
Quelques deux pelés, trois tondus, en provenance de Bouaké, garnis d'attributs religieux et royaux, s'exhiberont, dans les heures qui suivent, à la television Ouattariste, aux pieds du maître des 322.000kms2, depuis le 11 avril 2011, pour "attraper son pied".
Pour quels justes motifs.... "Républicains" ?

C'est le lieu de rappeler qu'en ce qui nous concerne, nous, en tant que digne peuple ivoirien, debout, avons d'ores et déjà éloquemment montré notre sérieuse aversion pour la violence, sous toutes ses couleurs.
Aussi pendant 8 longues années, nous sommes-nous mobilisés, aux côtés du fils du peuple, Son Excellence, Laurent GBAGBO, pour contrer les assauts mortifères d'une terrible rébellion, notoirement mise en musique par sieur Dramane Ouattara, jusqu'à être violemment vaincus par les seules bombes de l'Otan, à la date du 11 avril 2011. C'est un fait.
Dès lors, concernant l'amplification de la colère actuelle des clients de la Cie, au niveau de Bouaké, une autre constance ne saurait être occultée : ces habituels pillages sont incontestablement l'oeuvre des anciens employés, non rémunérés, de Dramane Ouattara, contre le régime de Laurent Gbagbo.
Il s'agit donc d'une question purement de travail, c'est-à-dire, entre employeur et employés. Ce type de palabre s'appelle cela, dans le jargon : contentieux social.
Il devrait donc en aller que la résolution d'un tel contentieux soit détaché de la crise sociale, née des mensurations que Ouattara a prises des ivoiriens, sans jamais parvenir à leur livrer la moindre camisole, ni chemise, ni pantalon...



Dès lors, qu'est-ce qui justifierait encore des salamecs à Ouattara, en ces moments de terribles angoisses existentielles chez les ivoiriens ?
Dramane Ouattara mérite t-il un pardon, de la part du peuple ivoirien, parce qu'il lui a faussement promis, le 1er mai dernier, de régler cette facturation désordonnée de la consommation d'électricité ?
Le pardon à Dramane Ouattara aurait-il vocation à humaniser l'homme, au point de l'amener à se raviser de ses légendaires mensonges, ayant plongé le peuple ivoirien dans cette tragédie ?
Quelle sera la suite de ce pardon que des metteurs en scènes sont en train d'orchestrer, du côté de Bouake ?
Après cela, Ouattara qui n'a pu faire les premières fouilles de la première des 6 universités dont les ivoiriens sont créanciers, vis-à-vis de lui, à raison d'une université par an, reprendra t-il place sur sa machine à coudre pour objectiver les "mesures" de ses clients que sont les ivoiriens, afin de leur livrer, enfin, leurs habits, au travers d'une révision honnête du coût de l'électricité, en tout cas, du coût de la vie ?

On dit chez moi que si le soleil matinal n'a pu sécher votre linge, ce n'est pas de celui du crépuscule qu'il faudra attendre mieux.
Ce ballet qui commence par Bouaké aura t-il autre vocation que celle de noyer le poisson, c'est- à-dire, tenter maladroitemen de faire passer par perte et profit la criante mal gouvernance de Ouattara, mise particulièrement, en relief par cette augmentation sauvage du prix de l'électricité ?
Mais, Ouattara et ses metteurs en scène devraient intégrer, que s'agissant d'une question existentielle, quelque sera la couleur de la dictature qu'ils engendreront, quelque chose me convainc qu'en cette année 2016, cette question de l'électricité, allant au-delà de la ville rebelle de Bouaké, majorée par les nouvelles républiques à créer, comme ça, aux forceps, servira à quelqu'un, de billet retour.
Car, trop est devenu trop ! Et cette dernière marque distinctive de la pire des dictatures des débuts de l'indépendance n'y pourra rien.
Allons-y seulement !
Roger Dakouri Ledj ,aliasTchedjougou. OUATTARA

08:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Commentaires

Allons Seulement

Écrit par : Galé Azo Roland | 27/07/2016

Les commentaires sont fermés.