Shlomit
topblog Ivoire blogs

26/07/2016

La Com de réconciliation chez Affi N'guessan

"NEGOCIATIONS POUR UNE RECONCILIATION AU FPI"?
QU'EST-CE A DIRE? POUR QUOI FAIRE?



Ce sont d'abord sur les réseaux sociaux que les partisans de Pascal AFFI NGUESSAN ont fait courir des rumeurs sur des négociations qui auraient commencé pour "une réconciliation au sein du FPI".
Ensuite, c'est Christine NEBOUT-ADJOBI qui a fait état de l'existence d'un groupe de contact qu'elle présiderait pour atteindre ce même objectif. Enfin, c'est Pascal AFFI NGUESSAN lui-même qui n'a pas craint d'affirmer qu'il était prêt à accueillir au sein du parti "des camarades qui sont aujourd'hui dans l'impasse et qui veulent revenir".

Aujourd'hui 25 juillet 2016, la presse parle encore de ces prétendues négociations dont une délégation conduite par AFFI aurait parlé avec le Doyen Bernard DADIE (L'Inter) et dont la nécessité serait soutienue par "un groupe de jeunes du FPI" (LNC).
En attendant que la direction du FPI donne la suite qui convient à toute cette persistante campagne médiatique, il me semble utile de s'interroger sur la signification et les objectifs qu'auraient de telles négociations, dans l'hypothèse où elles existeraient effectivement.
En effet, il ne faut jamais oublier que la crise qui a démarré en juillet 2014 a été sanctionnée par le Congrès de Mama qui a exclu Pascal AFFI NGUESSAN (coupable de rupture idéologique par suite de retournement par l'impérialisme) et élu Laurent GBAGBO comme président du FPI. Dès lors, accepter ou laisser prospérer l'idée de l’existence de quelconques négociations sur des bases autres que celles des décisions de ce Congrès ne me semble ni saine, ni acceptable politiquement, surtout après la dernière réunion du Comité Central qui a entendu le compte-rendu de Laurent AKOUN sur ses rencontres à la Haye avec le président Laurent GBAGBO.
Ceci, d'autant plus que, selon AFFI, ce serait la capitulation de "camarades égarés et dans l'impasse" et que, selon NEBOUT-ADJOBI (celle qui n'est plus la soeur de Simone GBAGBO depuis 2011), l'objectif serait à but essentiellement électoraliste...
Si Pascal AFFI NGUESSAN et Christine NEBOUT-ADJOBI veulent revenir au FPI, on peut les comprendre, surtout après leur déroute aux présidentielles 2015 et l'évanouissement du rêve du titre de "chef choisi de l'opposition". Mais, de même que le pardon ne peut être accordé à l'enfant prodigue sans repentance et sans contrition préalables, celà ne saurait se faire sans condition préalable.
Ainsi, s'ils veulent être pris au sérieux, AFFI et ses suiveurs doivent, notamment, dans des déclarations publiques et non-équivoques, d'abord, faire allégence au Président Laurent GBAGBO en sa qualité de président du FPI, ensuite et conséquemment, demander l'annulation de toutes les procédures judiciaires qu'ils ont engagées contre Laurent GBAGBO, le FPI et ses cadres depuis décembre 2014. Après ça, mais après ça seulement, l'idée de négociations sur leur éventuel retour pourrait être évoquée, dans le cadre exclusif des organes et des textes du FPI.
Ambroise Gnahoua
Dakar, Sénégal 

10:04 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.