Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

24/07/2016

Simone Gbagbo

MERCI SIMONE GBAGBO POUR CET ENSEIGNEMENT:
OUI, LE FILS PRODIGUE AVAIT UN PÈRE ET UN FRÈRE

J'ai vu, comme beaucoup, cette image prise au tribunal d'Abidjan et montrant Angeline KILI et Simone GBAGBO se tenant par les mains. Selon les explications données par ceux qui ont diffusé cette photo, la première est venue jusque devant le box d'accusée où se tenant la seconde pour lui apporter son soutien. Comme beaucoup, j'ai aimé cette photo et j'ai adressé mes félicitations et mes encouragements personnels à ma frangine Angeline KILI.

Mais cette image m'a surtout rappelé que Simone GBAGBO est à la fois une Grande Dame, une excellente pédagogue, une femme politique de grande envergure et une chrétienne profondément ancrée dans sa foi qui est vivante.
En regardant cette image, je me suis rappelé son extraordinaire exposé au Radisson Blu de Dakar le 17 septembre 2010, à l'occasion de la dédicace de son livre "Paroles d'honneur". Ce jour-là, elle avait médusé l'auditoire composé en particulier d'hommes politiques et de culture en trouvant dans la parabole du fils prodigue (Luc, 15, 11-32) un fondement indiscutable du souverainisme du FPI. Voici l'extrait (surtout la réponse du Père)sur lequel elle a appuyé son argumentaire: "...Mais il répondit à son père : voici, il y a tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c'est pour lui que tu as tué le veau gras ! Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j'ai est à toi...". Je suis sûr qu'elle aura encore l'occasion de développer ce point, devant le tribunal ou ailleurs....

En regardant cette image, je me suis rappelé cet enseignement donné ce 17 septembre 2010 par Simone GBAGBO, longtemps chargée de la formation politique au FPI dont j'ai retenu ceci: "le fils prodigue avait un frère et un père". Dans le cas qui nous concerne, on pourrait dire: "la fille prodigue a une mère".
Ce qui demeure constant dans cette parabole et que Simone GBAGBO nous rappelle est qu'à la condition que l'enfant prodigue fasse acte sincère de repentance et de contrition, le père (ou la mère) est toujours disposé(e) à lui accorder son pardon. C'est le sens du post que j'ai publié le 28 octobre 2015 https://www.facebook.com/ambroise.gnahoua/posts/907206216... .

J'espère donc que cet acte posé par Angeline KILI, compagne de Pascal AFFI NGUESSAN, n'est pas juste destiné à faire de la communication politique, mais est mu par une volonté sincère d'apaisement et de rapprochement, après deux années de gâchis. Dans ce cas, il faudra faire preuve de constance et de courage car il y a du boulot. wait and see alors....
Quant aux autres membres de la famille, une fois que cette repentance et cette contrition sincères auront eu lieu (si elles ont lieu), instruits par l'enseignement de Simone GBAGBO, ils n'auront alors aucune excuse pour s'étonner des paroles de pardon du Père et pour réagir comme le frère du fils prodigue dans la parabole. Car en effet, dans cette parabole, au delà du fils prodigue, il faut aussi faire attention à l'attitude de son Père et de son frère.
Merci Simone EHIVET-GBAGBO, Merci combattante de la liberté....
Ambroise Gnahoua

01:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.