Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30/06/2016

Le 8 avril 2011 vu par Emile Guiréoulou

Joël N’guessan, l'ingrat, témoin à visage découvert à la CPI et porte-parole du RDR a raconté sa « mésaventure » du 8 avril 2011. A cette époque, voici l’atmosphère qui régnait dans la ville d’Abidjan.
Affrontements directs entre FDS et FAFN/FRCI par Emile Guiréoulou



« Les affrontements armés directs entre les FDS et les FAFN/FRCI ont eu lieu du 31 mars au 9 avril 2011.
Il est bon de signaler qu’à aucun moment durant toute cette crise, les FDS n’ont été à l’initiative d’une offensive mais étaient constamment en position défensive alors que tous les jours, les FAFN/FRCI lançaient des assauts, en bénéficiant des appuis aériens des hélicoptères de type apaches et tigre de l’opération française « Licorne » et de type Mi 24 de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).
Ainsi, du 4 au 11 avril 2011, les FAFN/FRCI ont bénéficié de l’appui logistique de l’ONUCI et de la Licorne : des soldats FAFN/FRCI étaient héliportés par la Licorne et l’ONUCI et déposés sur les toits des immeubles. Ces derniers transformés en snipers, tiraient à partir de leurs positions sur les FDS puis s’abritaient dans les domiciles privés. Les FDS ont subi plusieurs pertes à cause de cette tactique et du parti-pris flagrant des troupes agissant sous mandat de l’ONU qui combattaient aux cotés des FAFN/FRCI dont ils avaient épousé la cause à savoir chasser Laurent Gbagbo du pouvoir afin d’y installer Alassane Ouattara.
Sur tous ces théâtres de confrontations, après une semaine de combats intenses, toutes les offensives FAFN/FRCI avaient été repoussés avec succès par les FDS. La Licorne et l’ONUCI entreront alors en action pour combattre directement les FDS et permettre aux FAFN/FRCI de prendre le contrôle d’Abidjan.
Du 4 au 10 avril 2011, les hélicoptères de combats de la Licorne et de l’ONUCI se sont attelés à détruire toutes les armes et munitions dans les camps militaires d’Abidjan.
C’est dans ces conditions que le 11 Avril 2011, les soldats français ont pénétré sans combattre, dans la résidence présidentielle en feu sous la puissance des bombardements aériens et ont arrêté le président Laurent Gbagbo pour le remettre aux FAFN/FRCI qui ont tué le Secrétaire Général de la Présidence et ancien Ministre de l’Intérieur Désiré Tagro, qui était pourtant sorti à leur rencontre avec un drapeau blanc en main ».
Dans le livre « LE PROCÈS DE LA CPI CONTRE LE PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO. Et si la Politique quittait le Prétoire ! », L’Harmattan, 2016
Eddy Koua

21:02 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.