Shlomit
topblog Ivoire blogs

27/06/2016

la marche de mars 2004



Joel N’guessan dit : que lors de la marche de Mars 2004 du groupement rebelle, le G7, les hélicoptères de GBAGBO ont bombardés les militants de l'opposition dans les quartiers d'Abidjan alors que la marche n’avait pas démarré et que les manifestants n’étaient pas allé au plateau (centre d'affaires d'Abidjan) qui avait été déclaré zone rouge par l'armée républicaine.
Joel N’guessan : que partie prenante de la marche, le mouvement armée (rebelles de soro) était resté à Bouaké avec ses armes et n'avait donc pas pris part a cette marche qui se déroulait à Abidjan et donc Djedje Madi, alors secrétaire général du Pdci et porte parole de ce groupement politico rebelle (G7) avait lancé un appel pour dire à leurs militants de ne plus continuer la marche.

Sacré joel heinnnnnnnn hummm tu es fort!
Lago M'boua

_______________________
compléments d'informations glanés sur la toile

Voici le courrier de l'Armée qui interdisait la marche subversive de l'opposition politico-armée en 2004.

L’armée décrète le Plateau "zone rouge"

Les rebelles du MPCI et leurs alliés ont annoncé, par voie de presse, l’organisation d’une marche de protestation, le jeudi 25 mars 2004 avec leur destination finale, la Place de la République, à quelques mètres du Palais présidentiel.
Monsieur le ministre de la Sécurité, nous tenons à attirer respectueusement votre attention sur le fait que le MPCI, qui est un mouvement rebelle et non un parti politique ou une Ong, n’a pas encore désarmé et n’a pas encore accepté la proclamation de la fin de la guerre. De ce fait, toute manifestation des rebelles en zone libre est un acte de déstabilisation.
Par conséquent, nous considérons la marche des rebelles à Abidjan comme une deuxième attaque contre notre pays, la Côte d’Ivoire.
Ainsi, le Commandant de la Garde républicaine et le Commandant du Groupe de sécurité présidentielle dont la mission est d’assurer la sécurité du Chef de l’Etat, des hautes autorités de l’Etat ainsi que des édifices et des bâtiments nationaux (CI, article 2 du décret n° 90 – 191 du 28 février 1990 portant création de la Garde républicaine et le décret n° 95 – 625 du 9 août portant création du GSPR), s’opposeront avec tous les moyens réunis au rassemblement des rebelles sur la Place de la République. En outre, ils entendent prendre toutes les dispositions de combat du temps de guerre, car ce rassemblement est une première étape à un assaut sur le palais qui a toujours été l’objectif majeur des rebelles. De ce fait, sera déclarée zone rouge la zone ci-dessous délimitée :
* Au nord : la zone définie par la voie partant du cercle des rails, passant par la radio jusqu’au carrefour Chardy.
* Au Sud : la ligne passant par le sud des deux ponts.
* A l’est : le boulevard lagunaire (du carrefour Chardy jusqu’au sud du pont De Gaulle)
* A l’ouest : le boulevard de la Carena (du garage central de la présidence au sud du pont Houphouët-Boigny).
Tout manifestant qui oserait s’y aventurer sera considéré comme combattant ennemi et traité comme tel sans sommation.
Tout en vous priant monsieur le ministre, de porter ces mesures à la connaissance des différents chefs de cette coalition pour qu’ils prennent toutes leurs dispositions le jour de la marche.

Nous vous prions de bien vouloir accepter l’expression de nos profonds respects.
Fait à Abidjan le 18 mars 2004.
Lieutenant-colonel ‪#‎Dogbo_Blé_Bruno‬
Commandant de la garde républicaine
Lieutenant-colonel ‪#‎Ahouma_Brouha_Nathanaël‬
Commandant du groupe de sécurité présidentielle
Kakry Khaza
__________________

La marche de mars 2004 ....

Je m'en souviens comme si c'était hier ....
Il faudra rafraîchir la mémoire à N'guessan , pas Affi mais Joël, trainant un handicap plus mental que physique...
Ce jour là, ces sauvages de rebelles devaient renverser le pouvoir légitime
Il y a eu fuite, et la gendarmerie a été alertée ( mon père lui même commandant de brigade à l'époque) ..
Le Pr Gbagbo ayant été mis au parfum, a alors réquisitionné l'armée et a décrété le plateau comme zone rouge ...
En effet il y a eu plus de 300 morts, oui vous avez bien lu : 300 morts qui étaient en majorité ressortissants des états de la CEDEAO ..
Des mercenaires recrutés par Dramane, qui à travers une soit-disant "marche pacifique" comptaient renverser Gbagbo ...
La marche a été interdite, nous patriotes, avons reçu l"ordre de ne pas sortir de chez nous car l'armée savait ce qui se tramait et était prête.
Dans la nuit du 23 au 24, les positions de tous ces mercenaires étant connues, ils étaient dans les forêts d'Abobo, à Treichville, sous les 2 ponts ils avaient caché des armes d'assaut ... Adjamé, Attecoubé
Les Mi24 cette nuit ont fait un travail silencieux I M P E C A B L E .... Taillé sur mesure sans bavure, encore moins parler de dégâts collatéraux..
Plus de 300 combattants mercenaires étrangers anéantis
Le fœtus a été étouffé dans l'oeuf
Le 24, au matin, tous les dirigeants de cette marche ont fuit, laissant les quelques 60 manifestants pour tout Abidjan à leur propre sort.... Dieu merci ils ne rentrèrent pas tous sains et saufs
La manifestation n'a pas eu lieu ....
C'est après avoir constaté les " dégâts " des Mi24 , que la France, huit mois après a inventé ses 9 soldats français morts afin de trouver un prétexte pour détruire l'aéronef de l'armée républicaine de Côte d Ivoire, et par la suite elle abattait une 50taine d'Ivoiriens aux mains nues devant l'hôtel ivoire .. Venus protester
N'guessan ( Affi, je ne parle pas de toi ), c'est vrai, tu n'as pas pied, mais pardon, il faut avoir mémoire !!!
Jak Apotre de Gbagbo


20:08 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.