Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

14/06/2016

Les méditations de l'AIRD

10 juin 2016
Selon les compte-rendus de l'audience du procès de Mme Simone Ehivet Gbagbo, ex-première Dame de Côte d'Ivoire, pour un des avocats de la partie civile, quand la Premiere Dame représente le Chef de l'État, c'est une entorse au protocole d'État.

Le protocole d'État est un service de la Présidence de la République géré par le Ministère des Affaires étrangères pour organiser les rites protocolaires: accueil des personnalités, respect de l'ordre de préséance, organisation des cérémonies, etc.
Un chef d'état peut désigner n'importe lequel des citoyens pour le représenter et accomplir une mission ponctuelle. Entendre cela d'un homme de droit donne à désespérer de notre pays.
Que dira-t-il demain de celle qui est présidente d'un comité interministériel sans être membre du Gouvernement?
Vraiment, ne descendons pas plus bas.

C'est l'occasion pour notre parti de renforcer son système de formation citoyenne.

Hummmm! Quand même ! !!
Selon le ministre Bruno Koné, porte-parole du gouvernement ivoirien, si le nombre de candidats aux examens à grand tirage a "dépassé la barre d’un million" cette année, c'est grâce à l’entrée en vigueur de la politique de l’école obligatoire à la rentrée 2015-2016. Analyse faite à la sortie du Conseil des ministres.
Mais voyons bien.
Les examens à grand tirage sont le CEPE, le BEPC ou le BAC.
Ceux qui passent le CEPE cette année sont allés à l'école au plus tôt à la rentrée 2010-2011.
Les candidats au BEPC ont foulé le sol d'une classe au plus tôt en 2006-2007 tandis que pour le BAC il faut remonter à 2003-2004.

Autrement dit, les plus jeunes ont commencé leur scolarité au moins 5 ans avant cette mesure qui ne date que de 2015-2016.
Allez-y comprendre quelque chose.
Nous sommes incapables de commenter.

Aird-Alliance Côte d'Ivoire

Commentaire du journaliste Paul Zahiri
Les Ivoiriens ont bien du mal à cerner leur ministre, Bruno Koné, qui est accessoirement le porte-parole du Gouvernement. Il est flagrant pourtant que c'est un partisan du charabia qui parle souvent pour ne rien dire. Il reste à se demander s'il le fait à titre personnel. Mais c'est aussi le propre des serviteurs dans l'âme qui sont des valets. Or nous savons que ceux-ci sont les flatteurs qui n'ont pas de héros, mais des maîtres. Qui leur donnent la pâtée, au sens profond de ce terme.

12:42 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.