Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

08/06/2016

Joël N'guessan, "sa" vérité et celle des autres

Me Alain Bokola, avocat de la partie civile, hier, devant la Cour d’assises, demande à Mme Simone Gbagbo : «Est-ce que vous connaissez le capitaine Séka Yapo Anselme ?» Mme Gbagbo : «Oui, c’est mon aide camp». Me Bokola : 'Comment avez-vous pu garder quelqu’un qui a été déclaré coupable de l’assassinat de Mme Rose Doudou Guei et de l’assassinat des gardes du corps de M. Joël N’Guessan comme votre aide de camp ?'
Les avocats de Mme Gbagbo s’interposent parce que, disent-ils, elle n’a pas connaissance du dossier. Le juge rétorque qu’elle doit répondre pour éclairer leur lanterne. Après des échanges houleux, Mme Gbagbo prend la parole.
«Pour Mme Guei, je ne sais rien, j’étais en Italie avec mon mari, mais je vais parler de Joël N’Guessan. C’est mon gendre (Ndrl, Stéphane Kipré, époux de la fille de Mme Gbagbo) qui était entre les mains du Commando invisible qui m’a demandé d’aller le chercher. J’ai donc demandé au commandant Séka, qui est commandant et non capitaine, de prendre un petit cortège de véhicules blindés pour aller le chercher. Ils revenaient quand ils ont vu Joël N’Guessan en difficulté. C’est sur insistance de mon gendre qui est le neveu de N’Guessan puisque sa mère est son frère, que le cortège s’est arrêté pour le secourir. Ils l’ont pris et ils sont allés à la résidence. Et là, on lui a dit qu’on allait le déposer dans le lieu de son choix. Il a dit qu’il voulait allez chez Banny, juste à côté de la résidence. Mais ce monsieur est un menteur. Tout le monde le connait dans la famille comme un menteur. Pour ça, personne ne l’aime dans la famille (…) Il dit qu’il est arrivé à la résidence le t-shirt en sang. C’est faux. Il a fait ces fausses déclarations à la demande. D’ailleurs, c’est consigné dans son dossier. Quant à comment ses gardes du corps ont été tués, je n’en sais rien. Mais ce n’est pas mon aide de camp. Toute cette affaire est le fruit du mensonge de Joël n’Guessan», a clarifié Mme Gbagbo qui en avait gros sur le cœur au regard de la quantité de mensonges qui sortent depuis toujours, de la bouche de Joël N’Guessan.
Mon commentaire: voici l'individu nu comme un rat des égouts

Eudes Bauer

Seka Seka a t il sauvé Joël N Guessan?
Voici toute la question. Parce que je ne comprends pas pourquoi il aurait tué ses gardes du corps et le sauver.
J'ai lu le témoignage de la première dame et la lettre de Joël N Guessan.
J espère que Stéphane Kipré qui est encore vivant va nous instruire sur la question puisque la première dame l a cité.
Seka Seka meurt aujourd'hui en prison à cause du témoignage de Joël N Guessan.
Que les sachants parlent, n attendez pas que les gens meurent dans ces simulacres de procès avant de dire des parts de vérité.
Dogbo Blé Seka Seka Simone Gbagbo blé Goude vagba faussignaux Laurent Gbagbo.... Tous ceux qui étaient avec eux sont libres mais ils ne disent rien. Des gens qui avaient le verbe sont devenus subitement muet. Au delà des procès tout sachant doit parler. Imaginez des conférences de presse hebdomadaire de sachants à la Haye ou en Afrique pour sortir une vérité vraie.
Les avocats se débattent sur le terrain juridique mais leur voix ne portera pas parce que les procès sont politiques. Que les politiques donc parlent preuves à l appui et on verra si ça ne dérange pas.
Il ne s'agit pas de se retrouver dans une salle pleine de pro Gbagbo mais porter le message là où les gens seront genes.
Bien le bonjour chez vous amis Qwerty et Azerty.

Ivoire Zulu
__________________

Stéphane Kipré écrit à son oncle Joel N’guessan :

« Ne sois pas le baoulé de service »

16 juillet 2013


Image

Monsieur le ministre Joël N’guessan et très cher oncle,

Tu m’excuseras de la forme ouverte de ma lettre. J’ai beaucoup hésité mais après de longues réflexions, j’ai jugé cela utile car étant en exil depuis le 11 avril 2011, c’est le seul moyen pour moi de pouvoir m’adresser à toi. Je voudrais avant de commencer, même si tu n’as jamais jugé utile de prendre de mes nouvelles, te dire que je me porte bien, toujours ancré dans mes convictions.
Monsieur le ministre, permets-moi d’évoquer nos souvenirs communs car même si tout le monde ne saura pas de quoi je parle, toi et certains de nos proches respectifs comprendront ma lettre ainsi que sa portée car mon objectif contrairement à ce que tu pourrais penser n’est pas de t’humilier mais te faire admettre qu’à force de vouloir être plus royaliste que le roi, tu te ridiculises tout en faisant honte aux personnes comme moi que tu as introduites en politique dans les années 2000.

Monsieur le ministre, te souviens-tu de ce jour où assis à ta terrasse, tu tentais de nous convaincre de t’accompagner dans la vision politique du Mouvement des Forces d’Avenir (Mfa) ? Un parmi nous t’avait demandé ce que pouvait nous apporter le ministre Anaky Kobenan et ta réponse avait été digne, celle d’un homme d’honneur et d’un intellectuel. Tu lui avais enseigné que « la politique, c’est d’ abord une conviction car faire la politique sans conviction, c’est comme avoir une arme à feu en main et tirer dans tous les sens sur des êtres humains ». Tu nous demandais donc ce jour-là de militer au Mfa, parti politique de gauche non pas pour ce que le Ministre Anaky pouvait nous apporter mais par conviction et avec la volonté d’apporter notre pierre à la construction de la Côte d’Ivoire, notre cher pays. Malheureusement, 13 ans plus tard, je me pose la question de savoir où se trouve cette conviction dont tu nous parlais lorsque je lis tes nombreuses déclarations pour le compte du Rdr.

Monsieur le ministre, n’est-ce pas le même Alassane Ouattara dont tu disais, dans un passé récent, qu’il était la plus grosse erreur d’Houphouët-Boigny, qui l’avait fait venir en 1989 et fait entrer en politique en Cote d’ivoire?
Ta compréhension de l’erreur a pu évoluer certainement mais dans ta volonté de te faire accepter au Rdr comme un militant des premières heures, te pousse à aller trop loin. Certes au Rdr, les grades se gagnent soit par les armes, soit par les invectives déversées sur Laurent Gbagbo et ses partisans, mais laisse moi te dire, cher oncle, malgré les injures et les insanités que tu déverseras sur le président Gbagbo et le Fpi, tu ne gagneras jamais la confiance du Rdr. Tu as quitté le Fpi en 1993 pour le Pdci à l’arrivée du Président Bédié au pouvoir. A la chute de ce dernier, tu as rejoint Anaky Kobenan au Mfa que tu abandonneras en 2007 suite à son éjection du gouvernement, pour revenir avec les pro Gbagbo, afin de demeurer au gouvernement en tant que ministre des droits de l’homme. En 2010, tu quittes Gbagbo et va poser ton « nid voyageur  » au Rdr. Penses-tu, cher oncle, que les militants de ce parti te font confiance? Ils sont certains, et ils ont raison, que tu les quitteras aussi un jour pour celui qui te donnera le plus à manger quand ils ne seront plus au pouvoir.

M. le ministre, je ne crois pas que toi-même, tu ferais confiance à une personne comme toi. Avec un tel curriculum vitae politique et malgré toutes les promesses que Ouattara ait pu te faire, il ne t’a jamais et ne te confiera jamais un poste de responsabilité dans l’appareil de l’Etat en dépit de tes compétences intellectuelles. Tu es juste bon à faire le sale boulot du Rdr : désintégrer au maximum le tissu social. Un poste qu’il ne confierait jamais à quelqu’un pour qui il a du respect.  Ta feuille de route de porte-parole du RDR t’ordonne t’elle aussi d’être si ingrat? Assurément non!

M. le ministre, comment expliques-tu cette haine injustifiée que tu nourris à l’endroit du président Gbagbo alors que les liens de famille sur lesquels tu t’appuyais pour qu’il te vienne en aide moralement et financièrement, n’ont toujours pas disparu ? Dois-je comprendre que pour toi, le lien de famille n’est brandi que lorsqu’il doit te servir ? Dois-je dire sur la place publique ce que Laurent Gbagbo, le ‘’dictateur sanguinaire’’ selon toi a fait pour ta famille et toi même lorsque tu es sorti du gouvernement ? Je te laisse le soin de l’expliquer aux militants du Rdr et à tous les ivoiriens lors de ta prochaine prise de parole dans le cadre de tes activités politiques. Mais n’oublie pas que c’est cet homme, le président Laurent Gbagbo, que Dieu a utilisé pour préserver ta vie le 09 avril 2011, pendant qu’il était lui-même bombardé dans sa résidence par la coalition "franco-rebelle". Aujourd’hui, pour tes intérêts, tu es prêt à tout, au point d’oublier les souvenirs les plus forts de ta vie familiale et politique. Je voudrais malgré toutes tes invectives, te rassurer si tu en as besoin, que pour le peu que je connais du président Laurent Gbagbo, il n’aura rien dans le cœur contre toi, s’il apprend tout ce que tu dis, si ce n’est de chercher à comprendre pourquoi un intellectuel comme toi, ait pu tomber aussi bas.

M. le ministre et cher oncle, tu vas trop loin dans ta quête de plaire et de convaincre tes nouveaux amis. Il est vrai que l’homme mangera à la sueur de son front mais celle que produit ton front actuellement est nauséabonde et indigne. Je te sais très attaché à la tradition alors ne sois pas le "baoulé de service" car c’est ainsi qu’ils te perçoivent au Rdr. Je te dis tout cela, non pas dans le but de te recruter mais pour que tu mettes en pratique les enseignements que tu nous donnais hier, c’est-à-dire "faire de la politique par conviction", la politique des débats contradictoires, la politique de vérité, ce métier noble qui consiste à se mettre au service des autres.

Abandonne, cher oncle, cette politique qui conduit à insulter, à proférer des mensonges et à semer la haine dans le cœur de nos concitoyens. Reviens à la politique saine, reviens à la dignité, non pas pour moi, non pas pour ces milliers d’ivoiriens parce que je sais qu’ils comptent peu pour toi vu ta transhumance aiguë, mais rejoins la noblesse de l’âme à cause de tes enfants. Dans la Côte d’Ivoire de demain, tes enfants auront la lourde charge de défendre le souvenir que tu laisseras dans notre pays parce que, dans la Côte d’Ivoire de demain, la politique ne sera pas seulement la saine appréciation des réalités du moment mais elle sera aussi la saine appréciation du rôle joué par tout un chacun dans l’histoire passée de notre pays. Penses-y!

Cher Oncle, si tu as perçu cette lettre comme blessante, sache que cela n’était pas mon objectif. Je suis prêt, cher oncle, à offrir le jour J, quand j’en aurai les moyens, selon la tradition, le bélier aux mânes de nos ancêtres pour t’avoir interpellé publiquement . Vois-tu, cher oncle, au delà de nos divergences politiques, les liens de sang demeurent et nous aurons, tôt ou tard, l’occasion de nous retrouver en famille et que tu l’oublies ou non, Gbagbo demeure et demeurera ton parent parce que dans les veines de tes petits enfants, coule aussi le sang Gbagbo.
Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire et inspire tous ceux qui pratiquent ce noble métier qu’est la politique.

Stéphane Kipré
President de l’Union DES Nouvelles Générations

Ton neveu
lu sur le site de

11:56 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.