Shlomit
topblog Ivoire blogs

02/06/2016

quelques échos de la troisième journée au tribunal


    #‎Civ‬ : Procès de Simone EHIVET GBAGBO (Jeudi 2 Juin 2016)...‪#‎Post_3‬
    Aujourd'hui, 3ème jour du procès aux assises, et deuxième jour des échanges entre le juge et l'accusée. La 1ère dame Simone GBAGBO reste égale à elle-même. Comme quoi, quand tu dis vrai, ça sort comme ça sort. Lisez !!!
    ■ Juge : De quelle confession religieuse êtes-vous ?
    ♡ Simone GBAGBO : Je suis Chrétienne
    ■ Juge : * Est-ce que vos actions pour les gens d'Abobo s'inscrivent dans la charité chrétienne, en tant que première dame où c'est une action politique ?
    * Est-ce que les jeunes que vous avez fait inscrire à la gendarmerie et à la police s'inscrivent dans cette charité ?

    ♡ Simone GBAGBO : Qui a dit que j'ai fait inscrire des jeunes à la gendarmerie et à la police ?
    ■ Le juge : C'est de notoriété publique
    ♡ Simone GBAGBO : Pendant mon instruction, personne ne m'a posé cette question là.
    ■ Juge : Qu'es ce qui vous manque ?
    ♡ Simone GBAGBO : Il me manque la liberté.
    ■ Juge : Quelles sont vos aspirations en dehors de la liberté ?
    ♡ Simone GBAGBO : C'est de voir le respect des citoyens, La paix, La souveraineté de mon pays. Son développement plus que l'Europe, les états unis.
    Ce qui me manque aussi, c'est de voir mes enfants et mes petits enfants autour de moi.

    ■ Juge : Est-ce qu'une mère peut accepter l'injustice pour sauver son enfant ?
    ♡ Simone GBAGBO : Elle doit même l'accepter, mais si cela est nécessaire. Mais elle peut aussi se battre pour rechercher la justice pour son enfant.
■ Juge : Est-ce que vous avez été surpris par la crise ?
♡ Simone : Oui et non.
* Oui parce que je ne pensais pas que tout le monde entier allait s'inviter dans cette guerre. Je ne pensais pas pas que la France allait aller si loin avec ses alliés.
* Non parce que la crise a commencé depuis 2002. Le pays ne pouvait pas échapper à ça car les gens on militarisé la jeunesse. Tous les jeunes d'Odienné (nord du pays, bastion de ouattara) sont aujourd'hui en armes.
■ Juge : Vous avez dit que la France et ses alliés étaient impliqués dans la crise. Alors pensiez-vous gagner ?
♡ Simone GBAGBO : À ce niveau là, on ne se pose plus cette question, on fait seulement son devoir.
■ Juge : Vu ce que vous avez décrit, pensiez-vous qu'il ne fallait pas convaincre votre époux de quitter le pouvoir ?
♡ Simone GBAGBO : Même si je lui disais cela, il allait me giffler.
■ Juge : Pensiez-vous vaincre la France, qui est une grande puissance ?
♡ Simone GBAGBO : Si on veut raisonner comme vous, les pays africains vont rester colonisés toute l'éternité. Mon point de vu est que la France sera vaincu un jour.
* On n'a pas besoin d'aller prendre les armes pour faire reculer la France. Il suffit que les juristes disent le droit. Si le Président de la CEI avait résisté face à la proposition de Sarkozy, la France aurait reculé. Le président de la cei à ouvert la voie à la France.
* Chez nous quand quelqu'un marche sur votre pied et que vous ne dites rien, il continura.
■ Le juge : chez nous on dit : quand vous avez votre doigt dans la bouche de quelqu'un, vous ne devez pas le gifler au risque qu'il vous morde.
♡ Simone : Je connais ce proverbe. Ce que je comprends, Mr le Président, si des individus vous trouve chez vous avec votre famille et vous réclament votre femme et vous gifle d'un côté puis de l'autre vous faite quoi ?
■ Le juge : donc vous êtes prête à sacrifier tous ceux que vous aimez ? Donc vous accepteriez que votre famille et ceux que vous aimez soit exterminé ?
♡ Simone : C'est grave ce que vous dites Mr le Président.
(A suivre, post 5...)


■ Juge : Avez vous entendu parler des jeunes patriotes ?
♡ Simone GBAGBO : Oui.
■ Juge : Es ce qu'ils ont été d'un apport crucial dans votre lutte ?
♡ Simone GBAGBO : Oui, mais surtout pour notre pays et vous devez les feliciter ?
■ Juge : Est-ce que vous avez été informé des exactions comisent par les jeunes patriotes ?
♡ Simone GBAGBO : J'ai vu des barrages lorsqu'on me deportait à odiénné. Je ne pouvais pas savoir qui était derrière ces barrages.
■ Juge : Oui cela ce sont des patriotes de l'autre camp.
♡ Simone GBAGBO : Mr le président (juge), j'attends que vous me présentez les preuves des exactions des jeunes patriotes dont vous parlez.
■ Juge : Est-ce que vous pensez qu'il était possible que les jeunes patriotes commettent des exactions à des barrages ?
♡ Simone GBAGBO : Mr le président (juge), je veux garder mes pensées pour moi même, je suis ici pour les faits.
Kakry Khaza / CR : Pygargue TeteBlanche

 

Extraits du 5ème POINT développé par Simone GBAGBO (La crise post-électorale)
* Si des femmes sont mortes à Abobo, cela devrait être établi ;
* Ou sont les corps, quelles sont les lésions ?
* Quelle est mon implication si cela est avéré ?
* Pourquoi je n'ai pas élevée la voix pour demander à la population de lever les barrages dans les quartiers, c'est de ça on m'accuse ?
* Mais les barrages découlaient du besoin des populations de se sécuriser ;
* Même quand on me déportait à Odienné (bastion de dramane), il y avait des barrages partout dans les quartiers ;
* Même dans les quartiers (Abidjan) dit bastion du rdr il y avait des barrages ;
* Aux dernières assises, les témoins du rdr ont reconnu qu'ils faisaient des barrages dans leur quartiers ;
* Moi je n'ai eu aucun contact avec les barrages ;
* L'arrêt stipule que j'avais une mainmise sur la télévision d'état, donc j'aurais utilisé l'émission raison d'état pour inciter à la haine ;
* Mais aux dernières assises, les journalistes qui animaient cette émission et étaient poursuivi pour les mêmes raisons ont été acquitté, et moi on m'accuse (encore) d'avoir diffusé des messages de haine ;
* Vous ne pouvez pas affirmer qu'il y a eu une cellule de crise qui ordonnait tout, sans preuves, sans donner le contenu des réunions. Même si vous êtes juge, même si vous êtes procureur de la république, vous ne pouvez pas le dire dans votre bouche sans preuves, c'est que personne n'est en sécurité dans ce pays ;
* Rien que des allégations ;
* Mr le Président c'est dans vos bras que je devrais me réfugier sans appréhension...
* Je suis à votre disposition pour les questions. Je vous remercie

19:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Commentaires

rendez la liberter Celle qui doit avoir sa liberté.

Écrit par : bidjo | 05/06/2016

rendez la verité a celui qui a raison, et touts le monde entire connais la voie de la verité.

Écrit par : bidjo | 05/06/2016

rendez la verité a celui qui a raison, et touts le monde entire connais la voie de la verité.

Écrit par : bidjo | 05/06/2016

Les commentaires sont fermés.