Shlomit
topblog Ivoire blogs

20/05/2016

Matt Wells, un rouage de HRW

LA MÉTHODOLOGIE DE HUMAN RIGHTS WATCH POUR LES NULS


Question (Me Jean Serge Gbougnon) : J'ai lu avec intérêt votre parcours. Vous avez fait Havard ?

Réponse (Témoin P 369) : Oui

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : Il paraît que c'est l'une des meilleurs Université au monde.

Réponse (Témoin P 369) : Merci.

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : Vous avez donc bénéficié d'une solide et brillante formation ?

Réponse (Témoin P 369) : Oui, je le pense.

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : J'ai cru entendre que vous avez fait votre examen, de barreau, c'est exact ?

Réponse (Témoin P 369) : Oui

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : Je veux commencer par la méthodologie générale et globale que vous appliquez à human rights watch. Vous avez dit et dans votre déposition par devant le bureau du procureur que vous ne faite pas d’enregistrement quand vous interviewé les témoins ou les victimes. C'est exact ?

Réponse (Témoin P 369) : Dan ce contexte précis, non.

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : Dans lequel des contextes ?

Réponse (Témoin P 369) : Durant la crise.

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : et donc vous n’enregistrez pas vous ne prenez que des notes. C'est cela ?

Réponse (Témoin P 369) : Oui nous prenons des notes.

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : Ce qui suppose que la personne interviewée, votre interlocuteur, c'est à dire le témoin ou la victime, n'a pas l'occasion ni de se réécouter , ni de se relire. C'est exact ?

Réponse (Témoin P 369) : Oui c'est exact, Oui.

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : Ainsi nous ne devons que vous appuyer dans vos rapport sur ce que vous avez noté ?

Réponse (Témoin P 369) : Moi personnellement ou toutes les personnes qui ont travaillé en Côte d'Ivoire en cette période ?

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : Je parle évidemment de toutes les personnes qui lisent le rapport. Dans la mesure ou vous nous dite que vous n’enregistrez pas, les personnes ne se relisent pas. Et donc ce que vous écrivez ne découle que de ce que vous avez noté. ce qui reviendrait à dire que aujourd'hui quand nous lisons le rapport ici comme partout ailleurs, comme ceux qui l'on lu, on ne devrait que s'appuyer que sur ce que vous avez noté lors de l'interview. C'est exact ?

Réponse (Témoin P 369) : Alors, je dirai que la méthodologie consiste à interroger un grand nombre de témoin. Oui, oui, nous prenons des notes de ce qu'ils disent et lorsqu'il y a certaines conclusions, en général cela se fonde un certain nombre d'entretien qui se corroborent les uns les autres, qui se recoupent.

Question (Me Jean Serge Gbougnon) : Monsieur wells, je veux qu'on parle le simplement possible du monde. je ne suis pas très fort en interview mais je veux qu'on parle le plus simplement possible du monde. Je répète, je résume ce que vous avez dit. vous n’enregistrez pas. La personne interviewée n'a pas l'occasion de lire un transcrite et de se relire pour signer la déposition. Et donc, ce à quoi on doit s'en tenir ce sont les notes, c'est vous qui le dite, ce sont les notes que vous prenez. Même si c'est mille notes que vous croisez après...Mais ce que je demande, c'est que on devrait se fier aux notes que vous prenez. C'est exact ?

Réponse (Témoin P 369) : En ce qui concerne les témoignages, OUI.
_______________

Me Altit au témoin p369:
"Oui je sais que tu es de HUMAN RIGHTS WATCH, mais ce n'est pas HUMAN WRIGHT WATCH qui est là; c'est WELLS qui est là et c'est à lui que je pose la question".

P369 à avoué qu'il a obtenu une bourse d'étude de Human Rights Watch pour pouvoir continuer ses études à Havard aux Etats-Unis. Puis Human Rights Watch l'a envoyé en mission en Côte d'Ivoire.

Mon commentaire:
WELLS n'est donc pas neutre... juste en mission commandée pour le compte de HUMAN RIGHTS WATCH (HRW).
Ce ‪#‎procesdelahonte‬ nous révélera toutes sortes de crapules.
___________________
le temoin refuse toujours de donner les sources de ses dires en répétant cette agaçante :" Human Rights Watch ne divulgue pas l'identité de ses témoins ". Alors L'avocat lui demande pourquoi human rights watch l’a envoyé ici pour témoigner? Lol
Fier Ivoirien
_________________

Maître Altit en Action...

Question (Me Altit) : Est ce que vous considérez avoir fait un véritable travail de recherche ?

Réponse (Témoin P 369) : Oui

Question (Me Altit) : Je vais vous citer un extrait du site internet de human rights watch, qui décrit la méthodologie de recherche de l'organisation. C'est la pièce, Mr le Président CIV D 15 0004 1272 page 1274. et je cite : " L'objectif des premières étapes de la recherche est de développer une connaissance approfondie et complète de l'incident ou de la violation des droits humains et d’acquérir une compréhension solide du contexte politique, social et culturelle local, dans lequel cet incident s'est produit.". Est ce que le travail que vous avez effectué ici et les sources que vous avez utilisées, permettent, je cite : "Une compréhension solide" du contexte politique Ivoirien de l'époque ?

Réponse (Témoin P 369) : human rights watch avait travaillé en Ci en ce moment depuis plus de dix (10 ans), et la personnes avec qui je travaillais au cours des deux premières missions sur Abidjan avait superviser le travail de ....pendant tout ce temps. Et elle avait été impliqué dans le premier rapport écrit par human rights watch.. Donc Oui, en tant que organisation nous avions dix (10 ans) d'expérience pour comprendre le contexte. Nous avions travaillé dans le contexte des élection 2000, aussi la période 2002-2003, et aussi de la période qui a précédé les élection en 2010 ensuite pendant les élection 2010, ensuit on a travaillé ultérieurement.

Question (Me Altit) : Vous consacrez une partie de votre rapport à évoquer les différents accords de Paix signés entre rebelles et autorités gouvernementale de 2003 à 2007. Et c'est la pièce CIVOTP 00871369 page 1398 et suivante. Je vais vous poser quelques questions sur la méthodologie que vous avez utilisez pour cette partie du rapport. Concernant le respect des accord de Ouagadougou de Mars 2007. Il est indiqué dans votre rapport, et je cite: " Laurent GBAGBO reporte plusieurs fois les élections prétextant que les conditions prévues par l'accord politique de Ouagadougou ne sont pas remplies.". ma question, pourquoi avoir utilisé le terme "Prétextant" concernant la raison du report des élections ?

Réponse (Témoin P 369) : Nous étions très prudents pour ce qui est de notre façon de dire le choses pour ne pas prendre position d'un coté ou de l'autre. pour ne pas dire qu'un côté ou l'autre avait violé l'accord de paix. car ce n'est pas le mandat de human rights watch. On n'est pas la pour savoir si quelqu'un a violé un accord de paix ou non. notre mandat c'est de nous concentré sur les violations des droits de l'homme, sur les abus des droits de l'homme commis par toutes les parties en conflit. Cela permet juste de donner le contexte de la côte d'Ivoire.

Question (Me Altit) : Donc selon votre rapport, c'était un prétexte ?

Réponse (Témoin P 369) : Non, nous ne prenions pas position d'un côté ni de l'autre. On disait juste ce qui se passait. On n'était pas entrain de dire si cette revendication était légitime ou pas. On prenait note c'est tout.

Question (Me Altit) : Ma question est simple. Vous portez un avis, cela n'a rien à voir avec des précautions ? Vous portez un avis, vous dites, celui là, il n'a pas fait ce qu'il aurait du faire.

Réponse (Témoin P 369) : pas du tout. L'anglais est très clair. Au motif que, nous on ne prend pas position. On n'est pas en train de dire c'est un bon ou un mauvais motif on dit juste que c'est le motif. c'est tout.

Question (Me Altit) : pourtant vous précisez à la note de bas de page et je vous cite : "L 'accord de Ouagadougou et son quatrième accord complémentaire signé le 30 Décembre 2008, fixe le processus à suivre en vue des élections. Comme condition préalable, ils exiges le désarmement et la démobilisation des milices et des forces nouvelles et le redéploiement complet des autorités de l'Etat dans le Nord, auparavant sous contrôle des forces nouvelles.", et un peu plus loin il est noté : "Ces conditions ne sont toujours pas remplies à la mi 2010.", fin de citation. c'est cela que je ne comprends pas très bien. Vous expliquez là de manière très claire que l'accord n'a pas été respecté par les rebelles. puisque, et vous le dite "Comme condition préalable, ils exigenr le désarmement et la démobilisation des milices et des forces nouvelles", force nouvelle c'est à dire les rebelles. Pourquoi dans le corps du texte vous semblez, dans la version française, faire porter le blâme au Président GBAGBO pourquoi, puisque un peu plus loin vous dites ce qui c'est passé ? Ma question, vous êtes juriste, vous voyez bien ce que disent les accords de Ouagadougou ?

Réponse (Témoin P 369): Je pense que l'anglais est plus nuancé, il reflète bien le fait que l'un des partis était responsable du faite que les accords de Ouagadougou n'ont pas été satisfait en entier et puis on a donné les détails comme vous l'avez vu dans les notes de bas de pages qui font partie intégrante du rapport. .

Me Altit : On va passé à un autre Point.
____________


09:34 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.