Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

19/05/2016

petit portrait du témoin Matt Walls

QUAND HRW REFUSE DE RENCONTRER LES AVOCATS DE GBAGBO

Me Altit: Pourquoi n'avez-vous pas répondu au mail de Jennyfer Naori qui voulait vous rencontrer ?
Témoin: J'avais reçu des instructions à ce moment là de rapporter toutes les communications quel que soit le camp, et je crois que c'est notre Bureau France qui a envoyé à Me Naori tous les documents dont nous disposions.

Me Altit: Dans ce mail envoyé par son cabinet et signé de Me Naori, il était dit je cite: « Nous avons reçu un certain nombre de témoignages concernaient des exactions de crimes commis par les forces du Nord ». N'était t-il pas en votre devoir si vous vouliez rendre un rapport neutre de rencontrer ceux qui pouvaient vous donner des informations correctes qui pouvaient vous aider pour votre rapport?
Témoin: Là encore, ce sont les mêmes instructions que j'ai reçues

Me Altit: Au même moment n'avez-vous pas rencontrer les avocats de Mr Ouattara ?
Témoin: Je les ai contacté, enfin ils m'ont contacté par le même moyen et notre Bureau France leur a remis les documents...Je ne les ai pas vu

Me Altit: Je vous lis votre déclaration: « Nous avons prévu une réunion avec les avocats de M. Ouattara à Paris », et vous dites « J'ai participé à la réunion par téléconférence ». Il y avait un émissaire de M. Ouattara à votre réunion et vous dites que cela n'a pas été rendu public. Ma question, pourquoi n'avoir pas rencontré les avocats de M. Gbagbo et avoir uniquement rencontré ceux de M. Ouattara?
Témoin:" ce n'est pas moi qui prends ces décisions

Me Altit: "Vous avez rencontré le Procureur de la CPI, n'est ce pas, est-ce qu'il a fait tout le tour qu'ont fait les avocats de M. Ouattara?
Témoin: "Ils ont suivi le circuit au sein de Human Rights Watch
Me Altit: Vous l'avez rencontré selon votre déclaration à 12 reprises, c'est ça ?
Petit commis: Oui, je les ai rencontré à la Haye

Me Altit: "Est-ce que cela vous parait normal de rencontrer les avocats de M. Ouattara, le procureur de la CPI, et pas les avocats de M. Gbagbo ?
En ce qui nous concerne, nous avons été renvoyé au représentant de HRW en France et nous lui disions et je cite: « Nous souhaiterions vous en parler, où et quand pouvons-nous vous joindre ? » Et nous n'avons pas eu de réponse naturellement. Alors vous ne vous êtes pas inquiétés par le fait de ne pas nous rencontrer, cela pouvait vous aider non ?
Témoin: C'est au Bureau France que j'ai remis tous les documents et eux ont répondu à Me Naori...
Source: Excellence Zadi

____________________

Maître Altit en Action...

Question (Me Altit) : Est ce que vous considérez avoir fait un véritable travail de recherche ?
Réponse (Témoin P 369) : Oui

Question (Me Altit) : Je vais vous citer un extrait du sit internet de human rights watch, qui décrit la méthodologie de recherche de l'organisation. C'est la pièce, Mr le Président CIV D 15 0004 1272 page 1274. et je cite : " L'objectif des premières étapes de la recherche est de développer une connaissance approfondie et complète de l'incident ou de la violation des droits humains et d’acquérir une compréhension solide du contexte politique, social et culturelle local, dans lequel cet incident s'est produit.". Est ce que le travail que vous avez effectué ici et les sources que vous avez utilisées, permettent, je cite : "Une compréhension solide" du contexte politique Ivoirien de l'époque ?
Réponse (Témoin P 369) : human rights watch avait travaillé en Ci en ce moment depuis plus de dix (10 ans), et la personnes avec qui je travaillais au cours des deux premières missions sur Abidjan avait superviser le travail de ....pendant tout ce temps. Et elle avait été impliqué dans le premier rapport écrit par human rights watch.. Donc Oui, en tant que organisation nous avions dix (10 ans) d'expérience pour comprendre le contexte. Nous avions travaillé dans le contexte des élection 2000, aussi la période 2002-2003, et aussi de la période qui a précédé les élection en 2010 ensuite pendant les élection 2010, ensuit on a travaillé ultérieurement.

Question (Me Altit) : Vous consacrez une partie de votre rapport à évoquer les différents accords de Paix signés entre rebelles et autorités gouvernementale de 2003 à 2007. Et c'est la pièce CIVOTP 00871369 page 1398 et suivante. Je vais vous poser quelques questions sur la méthodologie que vous avez utilisez pour cette partie du rapport. Concernant le respect des accord de Ouagadougou de Mars 2007. Il est indiqué dans votre rapport, et je cite: " Laurent GBAGBO reporte plusieurs fois les élections prétextant que les conditions prévues par l'accord politique de Ouagadougou ne sont pas remplies.". ma question, pourquoi avoir utilisé le terme "Prétextant" concernant la raison du report des élections ?
Réponse (Témoin P 369) : Nous étions très prudents pour ce qui est de notre façon de dire le choses pour ne pas prendre position d'un coté ou de l'autre. pour ne pas dire qu'un côté ou l'autre avait violé l'accord de paix. car ce n'est pas le mandat de human rights watch. On n'est pas la pour savoir si quelqu'un a violé un accord de paix ou non. notre mandat c'est de nous concentré sur les violations des droits de l'homme, sur les abus des droits de l'homme commis par toutes les parties en conflit. Cela permet juste de donner le contexte de la côte d'Ivoire.

Question (Me Altit) : Donc selon votre rapport, c'était un prétexte ?
Réponse (Témoin P 369) : Non, nous ne prenions pas position d'un côté ni de l'autre. On disait juste ce qui se passait. On n'était pas entrain de dire si cette revendication était légitime ou pas. On prenait note c'est tout.

Question (Me Altit) : Ma question est simple. Vous portez un avis, cela n'a rien n' avoir avec des précautions ? Vous portez un avis, vous dite, celui là, il n'a pas fait ce qu'il aurait du faire.
Réponse (Témoin P 369) : pas du tout. L'anglais est très clair. Au motif que, nous on ne prend pas position. On n'est pas en train de dire c'est un bon ou un mauvais motif on dit juste que c'est le motif. c'est tout.

Question (Me Altit) : pourtant vous précisez à la note de bas de page et je vous cite : "L 'accord de Ouagadougou et son quatrième accord complémentaire signé le 30 Décembre 2008, fixe le processus à suivre en vue des élections. Comme condition préalable, ils exiges le désarmement et la démobilisation des milices et des forces nouvelles et le redéploiement complet des autorités de l'Etat dans le Nord, auparavant sous contrôle des forces nouvelles.", et un peu plus loin il est noté : "Ces conditions ne sont toujours pas remplies à la mi 2010.", fin de citation. c'est cela que je ne comprends pas très bien. Vous expliquez là de manière très claire que l'accord n'a pas été respecté par les rebelles. puisque, et vous le dite "Comme condition préalable, ils exiges le désarmement et la démobilisation des milices et des forces nouvelles", force nouvelle c'est à dire les rebelles. Pourquoi dans le corps du texte vous semblez, dans la version française, faire porter le blâme au Président GBAGBO pourquoi, puisque un peu plus loin vous dite ce qui c'est passé ? Ma question, vous êtes juriste, vous voyez bien ce que disent les accords de Ouagadougou ?
Réponse (Témoin P 369): Je pense que l'anglais est plus nuancé, il reflète bien le fait que l'un des partis était responsable du faite que les accords de Ouagadougou n'est pas été satisfait entier et puis on a donné les détails comme vous l'avez vue dans les notes de bas de pages qui font partis intégrantes du rapport. .
Me Altit : On va passé à un autre Point.
source
Abidjan Cotedivoire
_________________
Petit rappel utile sur
Human Rights Watch et son fondateur...
par ailleurs, un des premiers articles mis en ligne sur resistanCIsrael rappelait que Soros avait offert à Ouattara son premier avion " présidentiel", un Gruman. La mise en ligne m'a valu via l'intérieur du blog, c'est à dire celle de l'administrateur que je suis, plateforme que je partage avec ivoireblog, l'hébergeur  (comment ont-ils fait???) une mise en demeure de retirer immédiatement cet article sous réserve de poursuites
de la part des avocats de Ouattara. Ce que j'ai fait évidemment, n'ayant pas quelques milliers d'euros devant moi pour jouer les gros bras. J'avais gardé cet article en "brouillon", invisible donc, il a disparu, comme a disparu des référencements googles et autres systèmes toutes traces de ce cadeau de Soros à Ouattara.
Shlomit

Charité bien ordonnée: le "système Soros" mis à nu

Les investissements directs de George Soros dans Human Rights Watch se sont chiffrés à environ 100 millions de dollars depuis 2010. Ils visent à déstabiliser des régimes, selon des experts.
Le milliardaire George Soros, qui est depuis des années le principal sponsor de Human Rights Watch (HRW), utilise les ONG qu'il finance pour promouvoir ses intérêts économiques, politiques et culturels, estiment des experts américains.

"Toute organisation à but non lucratif qui accepte des contributions volontaires peut être soumise à l'influence de ses sponsors. HRW ne diffère pas des autres organisations à but non lucratif", a indiqué à Sputnik le directeur du Centre de la paix et de la liberté de l'Institut indépendant (Etats-Unis) Ivan Eland.
George Soros

Le rédacteur du magazine Executive Intelligence Review Jeff Steinberg a pour sa part déclaré que M. Soros s'en tenait toujours au principe de la "Société ouverte" (Open Society est le nom de la fondation du milliardaire) qui a contribué à déstabiliser les systèmes religieux et politiques traditionnels à travers le monde.

"Le soutien de M. Soros en matière de légalisation des drogues est une partie de sa notion folle de "société ouverte", il utilise son large réseau d'ONG pour déstabiliser les régimes qui, selon lui, sont en contradiction avec la "société ouverte" libérale de l'Occident", a déclaré M. Steinberg.

"Toutes ses œuvres de charité, ce sont des révolutions colorées, le renversement de régimes et la culture des drogues", met en garde le politologue.

Selon Sputnik, les investissements directs de George Soros dans Human Rights Watch se sont chiffrés à environ 100 millions de dollars depuis 2010.

Mercredi, l'ONG Human Rights Watch a publié son rapport annuel dans lequel elle déclare que les tendances anti-occidentales en Russie ont atteint leur sommet depuis l'époque de la guerre froide. L'ONG a également critiqué la situation de la liberté d'expression en Russie, ainsi que les lois adoptées dans ce pays qui "l'isolent de plus en plus".

Human Rights Watch est une organisation non gouvernementale qui s'occupe de monitorage, d'enquêtes et de documentation en matière de violations des droits de l'homme dans plus de 70 pays. Son QG se trouve aux Etats-Unis. Selon les déclarations officielles, l'ONG n'accepte pas de soutien financier de la part de structures gouvernementales.

Les ONG créées par George Soros, à savoir Open Society et Assistance, ont été jugées "indésirables en Russie" par une décision de la justice russe en novembre 2015.
Sputniknews

*********************

voir aussi sur Sputniknews,
George Soros, architecte du chaos
et Les ONG du milliardaire George Soros "indésirables" en Russie

et sur un autre site, Etats-Unis : inquiet de la montée de Donald Trump, le milliardaire George Soros a déjà injecté plusieurs millions de dollars dans la campagne démocrate

Et même le très conservateur site dreuz s'y met aussi, Selon George Soros, la principale menace pour l’Europe serait … Poutine et non l’Etat islamique.


_____________________

Matt Walls, un gamin de 27 ans met un pays en feu.

Entre Décembre 2010 et Avril 2011, le destin d'une nation, celui de la Côte d'ivoire, a été déposé dans les mains d'un gamin, soi-disant expert. Quelqu'un qui n'était en réalité qu'un employer inexpérimenté. M. Walls aurait été bien pour assister un vrai expert (doyen), surtout dans une situation comme celle de la Côte d'Ivoire où une mauvaise gestion de l'information pouvait conduire à une catastrophe. C'est en afrique qu'on peut voir ce manque de responsabilités de la part de la direction de HRW. Ailleurs, ce jeune homme aurait juste assisté un doyen, il n'aurait pas eu tout seul la lourde charge de traiter un tel dossier. En Cote d'Ivoire, Matt Walls affirme avoir travaillé seul, par moment. Au bout, le resultat est là: un pays profondément divisé, des milliers de morts et des dégâts matériels inestimables. En plus, des leaders injustement poursuivis pour des crimes qu'ils n'ont jamais commis. Ce gamin de 27 ans fait donc partie de ceux qui ont envoyé la guerre en Cote d'Ivoire en 2011. Il devait être arrêté par la CPI en pleine audience et jugé pour crime contre l'humanité.
Arsene Dogba
___________

Aux États Unis on est pas milliardaire par hasard c'est sur fond de commerce abusif. C'est la combinaison gagnante que la puissance dominante du monde a trouvée en vue de coloniser l'univers des pauvres.
Abou Cisse



09:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.