Shlomit
topblog Ivoire blogs

13/05/2016

12 mai, quelques bribes reprises de la toile



A chacun son Dyula (1)

........
Maître : Vous avez dit hier à mon collègue du bureau du Procureur que les jeunes gens chantaient : A chacun son Dyula. C'est ça?
Monsieur : Oui, maître.
Maître : Donc devant vous ils ont attrapé un premier Dyula et l'ont tué. C'est ça?
Monsieur : Oui, Maître.
Maître : Puis toujours devant vous ils ont attrapé d'autres Dyula. Une trentaine!!!
Monsieur : Oui maître. Ils les ont égorgés et découpés en morceaux. Horribles! Ils ont même coupé le bras d'un Dyula que je connaissais bien. Ça, c'est la vérité. Ça s'est passé devant moi. Ils m'ont donné le bras qu'ils ont coupé.
Maître : Pourquoi? Et qu'avez-vous fait de ce bras?
Monsieur : Ils m'ont dit de le "braiser" comme ils ont "braisé" les autres Dyula.
Maître : Et puis quoi encore?
Monsieur : Ils ont dit de le manger. Ce que j'ai fait. C'est la vérité!!!
Maître : D'accord. Je comprends. C'était compliqué pour vous au milieu de ces jeunes violents, tueurs de Dyula et cannibales!
Monsieur : C'est ça même. Je ne pouvais pas faire autrement! Je n'avais pas le choix. Vous, vous comprenez ces choses-là
Maître : Bien ! Bien ! Je comprends l'horreur. Je comprends la Terreur! Revenons à ces jeunes buveurs de sang qui tuaient en chantant : A chacun son Dyula. Ils vous ont pris votre pièce d'identité. C'est ça. Et qu'est-ce qu'ils ont fait avec?
Monsieur : Oui. Ils ont regardé. Ils se sont regardés... Ils m'ont dit: mais vous, vous êtes Dyula. J'ai dit : oui. Ils m'ont remis ma pièce. Et ils sont partis.
Maître : Ils ne vous ont pas tué, vous le Dyula pieux et devenu cannibale à votre corps défendant !!!! (Silence glacial).... Je vous remercie Monsieur... Votre Honneur, j'en ai fini avec Monsieur. Mon collègue va prendre la suite.

Maitre Seri a fini son interrogatoire en concluant que le témoin dit que les gens ont tué tous ceux qui étaient avec lui parce qu’ils etaient dioula mais lui qui est dioula a été épargné. Lol bien allons seulement. C’est au tour d’un autre avocat de poursuivre avec les questions pièges au témoin
Maître Seri prend Aladji Mytho sur ses paroles. Le témoin dit qu’il n’a jamais été au domicile du ministre mais il avait dit dans ses déclarations que Agbôlô qui était garde du corps du ministre se tenait devant la porte du ministre. Alors on lui demande comment il sait que quelqu'un se tient devant une porte où il ne s’est jamais rendu. Il balbutie et dit des choses que je ne saisis pas mais il semble dire qu’il passait voir un directeur de cabinet dans le quartier et c’est là qu’il a vu Agbôlô. Pfff c’est dur de mentir.
Le temoin Aladji Mytho p441 dit que les conflits entre les différentes communautés du quartier Doukouré avaient démarré avant la crise c’est à dire pour lui avant les élections. Il dit qu’il ne sait pas pourquoi les gens s'affrontaient cependant il dit qu’il était capable de connaître les appartenances religieuses de chaque camp. Tu sais pas pourquoi les gens se battent tu cherches pas à savoir mais c’est leur religion qui t'intéresse. Voilà les gens qui ont inventé la guerre des religions dans notre pays. Rebelle là.
Notes (1) - Une nouvelle dialoguée tirée du contre interrogatoire de maître Zokou qui a réussi la prouesse de faire mentir sous serment le Témoin du Procureur P441 et lui donner l'occasion de décrire en vidéoconférence une scène terrible de cannibalisme à Yopougon.
merci à Jikel Naako de Naako et Fier Ivoirien.

08:54 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.