Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

11/05/2016

CPI : Fin de la deuxième journée...

Merci à Patricia Winnie Kplé Kô dont les comptes-rendus nous aident à suivre l’interrogatoire de maitre Zokou Seri

Maître SERI réclame un huis clos pour faire cas de l'actuel emploi du témoin "Aladji mytho".

Il nous avait déjà fait noter dans son interrogatoire que le témoin a eu son premier permis en 1977 à l'âge de 20 and alors que l'âge requis était 21 ans. A cela le témoin répond qu'il a eu une autorisation parentale.
Le temoin a aussi commencé à travailler en 1980 à 23 ans. Il avait dit au Procureur qu'il avait travaillé à 18 ans. Le temoin dit qu'il a des problèmes pour se souvenir de toutes les dates.
Maître lui rappelle qu'il y a des dates importantes de sa vie qu'on ne devrait pas oublier notamment la date du premier emploi. Il sont donc passés à huis clos pour la suite.

Me Zokou Seri lui demande quelle est la hauteur sous plafond
P144 dit kil ne sais pas
Me Zokou conclut qu'on ne peut pas toucher les plafonds debout
P144 dit oui
Me Zokou Seri lui rappelle que dans sa déposition il a dit qu'il était aux toilettes qui sont derrière.
Me Zokou lui rappelle que pendant les ablutions on lave les parties intimes et tout, donc Zokou lui dit comment il arrive à faire les ablutions sur la terrasse?
P144 dit que pour les parties intimes il a été dans les toilettes et pour les autres il est venu sur la terrasse quii donne sur la route

Me Zokou Seri: ceux qui chantaient là étaient où??
P144 sur la grande voie devant Saguidiba là
MeZokou vous étiez où
P144 en train de faire mes ablutions sur la terrasse de la mosquée
Me Zokou lui rappelle que l'endroit où on fait les ablutions est à l'intérieur de la mosquée.
P144: il y a 3 endroits: dans les toilettes, dans la cour et sur la terrasse.
Me Zokou Seri lui rappelle que dans sa déposition il a dit que les gens chantaient "à chacun son djoula"
P144 dit oui oui plusieurs fois ils ont chanté ça. C'est comme si ils disaient à chacun son avocat......
Tout le monde rigole.
P144 la chanson était sur un ton agressif
Me Zokou lui demande de chanter l'air de la chanson
P144 dit c'est ça il dit c'était agressif là
Me Zokou Seri lui demande où il était le 26 février.
P441 dit kil ne sait pas et qu'il a des problèmess avec les dates
Me Zokou: vous aviez dit que le vendredi 26 février des gens sont venus brûler votre lieu de travail
P441 : j'ai dit vendredi mais je ne sais plus la date.
Me Zokou on vous a signalé que le 26 n'était pas un vendredi.
Maitre Zokou lui rappelle qu'il avait dit que sa mosquée a été incendiée le 26 février 2011.
P441: en tout cas c'est vendredi.
Me Zokou lui apprend que CBG ne jouait que sur le stade Jessy Jackson.
Macdo intervient pour dire que Me Zokou Seri ne doit pas dire ça comme ca.
Tchrrr
Me Zokou Seri lui demande de préciser où était le stade Maracana où il dit que CBG allait s'entraîner là.
Me Zokou lui demande s'il a vu CBG jouer au stade Maracana de Sideci et quand
P441 ne se souvient plus quand
Me Zokou lui demande de préciser la voiture que CBG avait lorsqu'il l'a vu aller au stade Maracana de Sideci
P441: voiture 4x4 de couleur grise, mais je ne connais pas la marque de la voiture
Me Zokou Seri apprend à P144 qe pdt la période dont il parle il n'y avait pas de couvre-feu
Me Zokou Seri lui rappelle donc kil n'avait pas fait d'ablutions??
P144 dit ke ce jour là il n'y a pas eu de bagarre sinon il n'allait pas sortir.

Me Zokou Seri lui rappelle que sur sa déposition il avait dit "le vendredi 25 février 2011 au environ de 9h nous avons été alerté par des coups de feu sur la route non loin de la mosquée..... C'était une bataille rangée entre les jeunes de Doukouré et ceux de yaossehi..... Nous nous sommes rapprochés de la mosquée pour voir"

Lol alors kil vient de dire qu'il faisait ses ablutions quand les gens passaient en chantant

Maitre Seri Zokou: vous avez déclaré avoir obtenu votre permis en 1977. donc vous avez le permis
Témoin 441: j'avais le permis
Maitre Seri Zokou: A l'époque vous aviez quelle âge?
McDonald: objection nous sommes en audience publique
Maître Seri Zokou: Vous aviez 20 ans lorsque vous passiez votre permis. A cette époque pour passer le permis c'était l'âge de la majorité. C'était 21 ans.
Témoin 441: j'avais une autorisation paternelle
Maitre Séri zokou: vous avez déclaré au procureur que vous avez commencé à travaillé en 1981. Vous aviez donc 23 ans.
Lors de votre témoignage ici le 09 mai, vous avez déclarez que vous avez commencé à travailler à 18 ans.
Mcdonald: s'agit-il d'une question? mon confrère est-il en train d'ergoter?

Puis le juge-partisan intervient brusquement pour mettre fin la journée alors que Me Zokou était en plein interrogatoire.

_____________________________

où il est question de maguy le Tocard


QUAND MAGUY LE TOCARD INNOCENTE BLE GOUDE


Yopougon / Maguy le Tocard (ex-milicien) exhorte le maire Gbamnan à revenir et révèle "Nous sommes en contact avec Blé Goudé’’


"Il faut que les gens sachent que le maire Gbamnan Djidan a fui Yopougon parce qu’il ne nous a pas soutenus. Nous avons trouvé en lui un ennemi car nous n’avons pas compris pourquoi il ne voulait pas nous apporter son soutien dans une commune où nous pensions mener le bon combat. Toutes nos rencontres avec lui se sont soldées par un échec parce que nous attendions de lui un appui ferme à l’effort de guerre étant donné qu’il est le premier magistrat d’une commune acquise à Laurent Gbagbo’’, a déclaré Maguy le tocard, l’un des chefs des ex-miliciens de Yopougon.


C’était au cours d’une conférence de presse tenue jeudi 19 mai 2011, à l’hôtel Assonvon de la commune. Celui qui se fait désormais appeler Maguy le « guépard » pour sa collaboration avec le commandant Chérif Ousmane, a avoué que le maire a refusé de cautionner tout acte de violence craignant d’être traduit devant le Tribunal pénal international (Tpi). "Ce n’est donc pas le maire Gbamnan qui a armé les miliciens de Yopougon’’, a martelé Maguy. Qui explique que ce sont les armes abandonnées par l’armée régulière dans les différents camps militaires à savoir la Bae, la base navale, les commissariats de police, les escadrons de gendarmerie qui ont servi aux miliciens.


Mais avant d’en arriver là, Maguy a présenté toutes ses excuses et la compassion de ses hommes pour toutes les fautes et exactions commises. Et de se dire prêt à répondre de ses actes si la justice nationale ou internationale l’y contraignait. "Le temps de la guerre est passé maintenant c’est le temps de la paix’’, dit le chef des ex-miliciens pour encourager le maire de Yopougon à venir poursuivre son œuvre à la tête de la commune. "Je voudrais demander pardon au maire et lui demander de revenir dans sa commune afin de mener ses actions en faveur de la dynamique de paix et de réconciliation’’, ont lancé Maguy le Guépard et ses hommes au maire de Yopougon.


Concernant Charles Blé Goudé, Maguy dit avoir eu des contacts avec lui et tous ceux de leurs camarades exilés. "Nous sommes en contact avec les leaders de la galaxie patriotique dont Blé Goudé’’, a affirmé le conférencier qui reconnaît que Blé Goudé ne partageait pas sa vision de la lutte armée. "Blé Goudé n’était pas d’accord avec notre vision’’, fait-il savoir. Sur la rumeur de la mort de certains chefs miliciens dont Guy Gbétry, le désormais collaborateur des commandants des groupements tactiques des Frci, assure que son compagnon n’est pas mort. "Guy Gbétry n’est pas mort, il a reçu une balle dans les pieds. Le commandant Zoulou est vivant’’, a-t-il rassuré.

S. Débailly
Vendredi 20 Mai 2011
La Dépêche D'Abidjan
– avec Steve Beko

19:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.