Shlomit
topblog Ivoire blogs

03/05/2016

Affaire "Ali Fawaz contre ayant droit de feu Souleymane Boundy".

Affaire "Ali Fawaz contre ayant droit de feu Souleymane Boundy".

A diffuser, largement. En espérant que cet homme fera des émules !

Un numéro spécial de l'éléphant déchaîné sera gratuitement distribué ce vendredi 6 mai 2016. C'est notre contribution à l'émergence d'une société juste et équitable dans laquelle on s'indignera tous devant toute injustice, d'où qu'elle vienne. On ne va pas continuer, sous le prétexte que quelqu’un a des décisions de justice, à regarder ailleurs pendant que les pires injustices sont commises.
Si nous ne réagissons pas maintenant en remuant la tête pour dire "non", la mafia qui s'est installée dans ce pays dans le domaine du foncier urbain va nous exproprier tous de nos biens immobiliers ou jeter nos enfants dehors demain, en notre absence, sur la base de décisions de justices assises sur le faux transformé en vrai.

Le faux est en train d'envahir ce pays, je l'ai démontré l'année dernière après 11 mois d'enquête avec infiltration du réseau.
Je me suis fais établir une fausse pièce d'identité, indétectable par les policiers, un faux permis de conduire indétectable, un faux certificat de visite technique automobile, etc. Pour les besoins de la cause, j'ai utilisé ces pièces pendant des jours sans qu'aucun policier ne s'aperçoive de leur fausseté. L'enquête à été publiée sous le titre de: La République en danger.

Aujourd'hui, dans le secteur de l'immobilier et du foncier urbain, les faussaires ont acquis tellement d'expertise qu'ils sont financés par une vraie mafia qui est en train de s'accaparer des biens privés avec de faux documents blanchis par des décisions de justice. Vous pouvez acquérir un terrain après de lourds sacrifices, obtenir tous vos papiers et puis, un matin, quelqu'un vient vous servir une assignation à déguerpir des lieux parce qu'il a gagné un procès contre vous par défaut, et qu'il a les mêmes papiers que vous sur le même terrain. Au début, vous penserez à une plaisanterie de mauvais goût mais ce sera le commencement d'un cauchemar et, à la fin, vous serez expulsé du terrain. Ils sont des centaines d'ivoiriens à vivre chaque année ce cauchemar et à renoncer à la fin, faute de moyens financiers pour continuer une longue bataille juridique généralement perdue d'avance.
Aujourd'hui, les gens fabriquent n'importe quel document administratif, y compris même des décisions de justice pour arracher les biens d'autrui. une certaine race d'individus, dans ce pays, travaille et finance les activités de ces faussaires, créent de faux héritiers dans des successions et avec la complicités de magistrats et de notaires véreux, arrivent à empêcher les vrais héritiers de jouir des biens que leur ont laissé leurs parents, surtout lorsqu'il ya dans la succession, des biens immobiliers bien placés dans des quartiers tels que cocody et surtout à Marcory zone 4.

Cette situation, aujourd'hui, commence à atteindre des sommets inquiétants et nous sommes tous en danger. l'argent, dans ce pays, à acquis une force si prodigieuse que les faibles ne sont plus à l'abri de rien et peuvent tout perdre à tous moments, avec la complicité d'une justice qui peut faire traîner une procédure pendant des années rien que pour vous épuiser financièrement afin que vous renonciez à ce qui vous appartient. Et comme il n'y a pas de société civile crédible dans ce pays comme au Sénégal, au Mali, au Burkina Faso pour ne citer que ces pays, nous sommes là, avec notre lâcheté à regarder les bras croisés, des Ivoiriens se faire piétiner, se faire exproprier, sans dire "non", ça suffit maintenant.

Si on continue à se taire, à célébrer L'indifférence, bientôt plus rien ne nous appartiendra dans ce pays. On aime tous tellement l'argent facile dans ce pays qu'on ne se rend même plus compte des "crimes" qui sont commis contre des Ivoiriens par des individus originaires de pays dans lesquels aucun ivoirien ne peut se permettre même de porter une simple plainte pour revendiquer le moindre droit. Mais ici, parce que nous avons renversé toutes les valeurs, on s'étonne même que des Ivoiriens spoliés de leurs biens sur la base du faux, osent refuser l'injustice qui leur est faite. On est en train d'accepter que le faux triomphe sur le vrai, que le mensonge devienne la vérité parce que en face, on a affaire à quelqu'un qui peut s'acheter tout, y compris des décisions de justice.

Pendant combien de temps encore allons nous continuer à mépriser notre propre pays et à accepter l'injustice? A rester indifférent alors qu'il y a des combats nobles à mener, pour nous mêmes, peut-être, mais surtout pour nos enfants? Pourquoi c'est chaque jour les Ivoiriens qui sont expulsés de leur maison, de leur terrain par une catégorie d'individus qui ne perdent jamais de procès ? Pourquoi on ne voit jamais d'ivoiriens en train d'expulser aussi ces gens? Pourquoi quand un ivoirien gagne un procès contre un membre de cette mafia, il n'arrive jamais à obtenir le concours de la force publique pour faire exécuter sa décision ? Pourquoi les perdants, en un temps record, arrivent à obtenir des sursis à exécution et même des discontinuités de poursuite qui bloquent tout alors que vous êtes dans votre droit?

Quel type de société voulons - nous laisser à nos enfants? Une jungle où régnera la loi du plus fort? Quelles sont aujourd'hui les valeurs qui fondent la société dans laquelle nous vivons? Vous êtes victime d'une injustice, un magistrat corrompu à rendu une décision inique pour détruire votre vie, tout le monde le sait, vous écrivez des lettres à toutes les autorités pour demander secours, vous n'aurez jamais de réponse de leur part, ça ne les intéressera pas. Si vous êtes un homme, elles ne vous recevrons jamais ou ce sera un collaborateur sans pouvoir qui vous écoutera d'une oreille distraite en vous disant qu'il rendra compte à son patron. Vous n'aurez plus jamais de suite. Si vous êtes une femme, par curiosité, certaines autorités chercheront à vous rencontrer en personne et ne lèveront pas le petit doigt tant que vous ne finissez pas dans un lit sous leur poids. Je sais de quoi je parle. Et après, c'est fini, votre problème ne sera pas résolu et il ne restera plus qu'à renoncer ou à vous immoler par le feu. Si vous leur montrez du caractère, elles vous mépriseront, ces autorités et vous traiteront de tous les noms d'oiseau. Ah quel pays!

J'ai si peur à présent de ce que pourrait vivre mes enfants en mon absence, j'ai si peur à présent de ce peuple qu'on tond jusqu'à la peau et qui trouve ça normal, j'ai si peur de ce peuple qui commence à traiter de fous ceux qui refusent l'injustice, ceux qui, comme les enfants de feu Souleymane Boundy, refusent de prendre l'argent de celui qui les a jetés à la rue en sachant très bien que celui qui lui a vendu le terrain n'en est pas le propriétaire. J'ai si peur de cette normalisation de l'injustice, j'ai si peur de cette absence de valeurs cardinales chez nos leaders politiques dont on ne sait quels genres d'idéaux ils défendent au juste, quel modèle ils véhiculent pour la jeunesse.

J'ai si honte de ce qui se passe dans ce pays dont on dit qu'on le veut émergent en 2020, j'ai si honte de cette lâcheté qui est en train de triompher. j'ai si honte de vivre dans un pays où tout est mis en œuvre pour décourager les gens honnêtes, où tout est fait pour que nous soyons tous compromis, pour que nous comprenions que l'honnêteté ne nourrit pas son homme et que seule l'acquisition de l'argent en vitesse compte. Quel est ce pays dans lequel on utilise la politique pour diviser le peuple afin de l'empêcher de mener des combats nobles et responsabiliser ses dirigeants? Quel est ce pays où les gens sont si indifférents à la souffrance injustifiée de leur prochain? Quel est ce pays où les gens courageux ne s'expriment que dans leur salon?
Quel est ce pays où des gens peuvent tout se permettre à coups de millions sans qu'il n'y ait personne pour dire ça suffit? Nos autorités sont-elles compromises jusqu'à ce point avec des individus à la puissance financière insoupçonnées à qui elles ne peuvent rien dire?
Mon Dieu, j'ai si honte! Je veux crier qu'on ne peut plus continuer comme ça, l'injustice tolérée va nous emporter tous. Si nous aimons ce pays, on ne peut plus continuer sur cette voie. il y a trop d'injustice, il y a trop d'injustice et si peu de personnes pour les dénoncer que, sans nous rendre compte, nous sommes au bord de l'explosion sociale et de la commission d'actes de désespoirs.
J'ai si mal devant tant de "crimes" commis contre des Ivoiriens et impunément. j'ai si mal d'entendre des gens dire à des Ivoiriens: "Votre justice, on la contrôle, si vous y allez, vous allez tout perdre".
C'est quoi au juste ce pays où on ne se mobilise jamais pour les bonnes causes ? L' affaire des ayant-droit de feu Souleymane Boundy est là pour nous interpeller tous.
Et moi, en tant que citoyen mais surtout un journaliste dont la justification s'il en est, de parler dans la mesure du possible comme le dirait Albert Camus, à la place de ceux qui ne peuvent le faire, j'ai décidé que je n'ai plus le droit de me taire. je ne sais pas pour vous mais, moi je suis fatigué de ma lâcheté. et j'ai décidé d'agir.

Monsieur Ali Fawaz, laissez ces 750 Mètres carrés à ces enfants. A moins que vous ayez tellement usé de certaines pratiques pour en devenir le propriétaire que tout en sachant que le vendeur n'en était pas le propriétaire, il vous est impossible de faire marche arrière, l'affaire étant devenue une affaire d'orgueil. Comment ces pauvres peuvent refuser 15 millions et continuer à réclamer ce qui leur appartient? Quelle gloire tirez vous à voir des enfants jetés dans la rue par vos soins et qui ne vont plus à l'école (des loubards sous la surveillance des forces de l'ordre, ayant tout détruit) alors que les vôtres sont à l'école à l'extérieur ?
C'est quand même osé !

Tiémoko Antoine Assalé

07:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Commentaires

Je voudrais saluer M. Assalé Tiémoko de son courage. cependant je suis un perplexe devant l'état que vous faite devant le tableau sombre de notre société et de la gouvernance de ce pouvoir. Vous deviez vous rendre compte de la réalité maintenant; excusez moi mais, je crois savoir qu'en dépit de ce" pouvoir assassin" qui est parti et que vous le vouliez de tout votre vœux(FPI), l'ivoirien avait un semblant de dignité.Que s'est il passé entre vous? avez vous pas eu votre part du gâteau? Je veux juste comprendre Mon frère. On peut ne pas aimé quelqu'un, mais reconnaitre certaines de ses qualités. Gbagbo, au moins nous donnait un peu "de rire", l'ivoirien avait sa place dans son pays. Maintenant, les nantis passent avant tout, c'est dire les pauvres n'ont pas de raison de vivre, et vous être entrain de le dénoncer. Pouvez vous me dire des deux qui doit conduire la destinée du Pays? Notre souhait se réalise, pourquoi sommes nous inquiets alors? Les emplois ne sont-ils pas en abondance dans le pays? Pourquoi alors? ceux qui ont eu la force de dénoncer sont en Prison, que faites vous pour eux? Que voulez qu'il fasse si protester fait d'eux des pro-gbagbos que vous avez combattu, et qu'on nomme des frondeurs? j'avoue qu'en vous lisant j'ai eu peur pour vous en même temps et pour notre pays. Vous dénoncez une injustice, c'est bien mais faut-il choisir les injustices faites aux HOMMES et à des frères simplement parce qu'on n'a pas la même opinion? Qui faut il défendre en cas d'injustice? je suis perdu devant votre texte et vos craintes.je souhaite que vous vous battez pour tous les ivoiriens sans faire de choix. Ils sont vos frères au même titre que les autres.Il y a des gens qui sont en prison, dites quelque chose, ils vous seront reconnaissant. certains ont perdu leur emplois faite quelque chose, leur joie sera votre joie. Excuse moi si mon cœur saignant, j'ai pu écrire ces mots.Juste un ivoirien qui observe.

Écrit par : zouzou | 03/05/2016

Je suis autant écœuré et meurtri que toi mais je le suis encore plus parce ce que mon coeur saigne et il saigne autant que celui de la mère patrie. Quant a la mēre patrie, elle est désespérée, abattue et inconsolable. C'est vraiment dommage que ce soit maintenant que tes yeux s'ouvrent.C'est cela que nous étions en train de decrier depuis cette sale rebellion parce qu'elle n'avait pas sa raison d'être. C'est aujourd'hui que tu es désolé et que tu as mal, mais il est déjà trop tard pour regretter ce mal; comme une graine elle a ete deja planter en plein coeur de la mère patrie. Aujourdhui,nous en souffrons tous et elle va continuer a faire beaucoup de victimes parce que c'est une graine qui a été sémé et elle doit suivre son processus normal de croissance.
Je serai traité peut être de "pro" A ou B parce que c'est a cela que se resume le débat intellectuel pour ne pas dire politique aujourd'hui dont souffre la mère patrie.
Et en plus tu traite tes frères et soeurs de traîtres,NON ils ne sont pas des traîtres. Bien qu'étant libre physiquement,ils sont tous enfermés a la Haye et pour certains ils sont en exile forcé.Les hommes et femmes courageux sont tous en prisons. Ceux qui sont libres aujourd'hui,sont les vrais traîtres et lâches toi y compris.
Combien parmis vous encore,qui êtes en liberté et êtes resté au pays peuvent dénoncer ce qui se passe?
Prouvez moi le contraire!
Dénoncer la cherté de la vie,Ces ministres incompetants, le phénomène des microbes,les marchés de gré a gré, le deguerpissement des populations les plus démunis,la justice alors cette justice a deux vitesse que tu n'as pas eu le courage de dénoncer,la nomination des seules cadres du nord,les licenciements abusifs,les sociétés parallèles installé dans les bureaux de l'État qui appartiennent aux ministres et qui font le travail que sont supposé faire ces mêmes structures de l'État,
Waoh je suis fatigué, ah j'allais oublier,vous les journalistes sans aucune dignité et sens du devoir parce que vous avez peur d'aller en prison,bref....
Que le bon Dieu ai pitié de nous et qu'il nous pardonne,surtout toi parce que l'un des tiens en souffre aujourd'hui tu oses. Ou étais tu lorsqu'on vidait Zakri Noël et sa famille ?

Écrit par : John Pololo | 04/05/2016

Les commentaires sont fermés.