Shlomit
topblog Ivoire blogs

28/04/2016

Mankono, la ville oubliée...

Mankono, le seul chef lieu de région à n’avoir aucun accès bitumé !
Mankono, une ville oubliée de tous, en plein cœur de la Côte d’Ivoire, doit avoir honte de son rang de Chef-lieu de Région. Cette ville, en plein cœur du bastion du RDR et une des premières à donner un élu à ce parti, est le seul Chef-lieu de Région de la Cote d’ivoire, jusqu’à ce jour, à n’avoir aucun accès bitumé.
En Juillet 2015, à la faveur de la visite d’Etat dans le Woroba, le président avait lui-même annoncé le début des travaux de l’axe Tienoughoué-Séguela en passant par Mankono. Plusieurs bulldozers avaient été mobilisés dans ce sens. A peine la visite a-t-elle pris fin que tout le dispositif qui avait été mise en place a été démantelé. Les camions, les réprofileuses et les ouvriers ont été réaffectés à d’autres taches plus importantes. Et depuis, le début des travaux a été relégué au calandre grecque. Pendant ce temps, de nouvelles routes bitumées sortent de terre à Cocody, chaque semaine, des échangeurs et ponts sont annoncés à coûts de centaines de milliards. Dans l’Agneby, l’épaisseur du bitume frise les 15 centimètres.
Mankono continue, même après les promesses électoralistes du président, de vivre sur son passé et au passé. Il a mal et s’interroge : N’a-t-il pas fait assez, pour les pouvoirs successifs, depuis l’indépendance avec le Président Félix Houphouët-Boigny jusqu’au Président Alassane Ouattara, en passant par le Président Bédié ? En quoi les villes de Jaqueville, Soubré, Bouaflé, Daoukro… qui ont bénéficié des largesses infrastructurelles du président Ouattara sont-elles plus importantes que Mankono ? Qu’est ce que la commune de Cocody à-t-elle donné de plus que celle de Mankono dans le combat pour l’accession de Ouattara au pouvoir, au point ou la première voit au fil des jours qui passent, toutes ses ruelles bitumées pendant que la seconde n’a aucun accès bitumé ? Le président serait-il complexé à l’idée de désenclaver Mankono, une ville du nord, son bastion ?
Autant de questions et bien d’autres, les unes aussi amères et accusatrices que les autres, que les populations sont réduites à se poser, pour tenter de comprendre le traitement fait à Mankono, qui frise l’indifférence et le mépris du pouvoir du pouvoir en place.

MANKONO, UN BASTION EST OUBLIE. COMME NOUS NE SOMMES QUE #200 , ON ATTEND PEUT ETRE L’ARRIVÉE DU PDCI OU DU FPI AU POUVOIR POUR BALAYER DEVANT NOS PORTES.... Le notable de Tonhoule ne saurait passer une telle forfaiture de nos dirigeants respectifs sous silence.

00:36 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.