Shlomit
topblog Ivoire blogs

26/04/2016

Electricité, quelques détails

AUGMENTATION DES TARIFS D'ÉLECTRICITÉ ET DE L'EAU.

Il faut arrêter de dédouaner Dramane en accusant la France. Le gouvernement en place est juste incompétent.
Pour l'info, les Ivoiriens doivent savoir que Bouygues s'est dessaisi du secteur de l'électricité depuis 2008 et de l'eau de façon progressive depuis 2009. C'était sous Gbagbo. Chose qui a été fortement dénoncé en son temps par les syndicats du secteur. Donc, dans cette affaire, il faut éviter de regarder dans la mauvaise direction.
En Côte d'Ivoire, selon les accords, la CIE n'est que concessionnaire dans ces secteurs et le prix de l'electricité et de l'eau est de la seule et unique initiative de l'Etat de Côte Ivoire.
De plus, entre juillet 2008 et octobre 2009, ECP FII Finagestion S.a.r.l., société affiliée au fonds d’investissement panafricain Emerging Capital
Partners (ECP) acquiert progressivement 60 % du capital de cette entité à Bouygues. ECP FII Finagestion S.a.r.l est actuellement détenteur de 55,9 % du groupe Eranove qui detient la SODECI. Je rappelle que le groupe ECP est detenu par un fonds americain d'investissements qui a fusionné avec une entreprise detenue par Marcel Zadi Kessy, pour racheter les parts cedés par Bouygues. Le seul et unique responsable de cette augmentation est donc le gouvernement de Côte d'Ivoire qui a l'exclusivité de la fixation des prix.
Si Zadi Kessy a combattu si fort Gbagbo, c'est parce qu'il le soupçonnait d'avoir pris la décision de nationaliser ce secteur après l'élection de 2010. Je suis de ceux qui ont suivi ce dossier en son temps.

Isidore Srobois Alla
en exil à Accrah

 Commentaires que j'ai relevés entre le signataire et un ami:

Ba Bemba
- Bonnes informations, cher
Isidore Srobois Alla, meme si je crois que Bouygues a garde une part minoritaire dans les 2.
Dans cette affaire de cession, nous avons fait une grosse connerie: la nature de la convention de concession n'autorise pas le bénéficiaire
à céder ladite concession sans l'approbation formelle du gouvernement. Quand nous avons appris les intentions de cession de la part de Bouygues, ca a cause une crise au sein du gouvernement entre plusieurs monstres concernés, ce qui n'a pas permis de gerer le dossier avec le recul et la sérénité nécessaires, d'où la précipitation à prolonger la convention en 2005 je crois et je pense que c'est a la faveur de ce renouvellement que Bouygues a pu glisser la capacité de céder.
2 camps étaient opposés autour de Gbagbo :
1 qui souhaitait le maintien de Bouygues et
1 qui pensait qu'il fallait récupérer, donc ne pas prolonger la concession, afin de créer des sociétés nouvelles, privées et/ou mixtes autour des activités de production, distribution et gestion des infrastructures divers.
Isidore Srobois Alla
- Tu as vraiment suivi l'affaire frère Ba Bemba, c'est exactement ce qui s'est passé. Notre laxisme habituel a fait le reste. Selon les conventions, Bouygues n'avait pas le droit de céder sans avoir proposé ses parts à l'Etat. Nous avons été doublés et on a laissé faire. Le gouvernement a choisi de ne pas ébruiter l'affaire et d'attendre la nationalisation, mais nous avons été dégagés.
Ba Bemba
- En fait dans la convention initiale, qu'on appelle "contrat d'affermage" je crois, Bouygues n'avait que le droit de commercialiser et rien d'autre. Tout Le reste appartenait à l’État, même électricité produite par les centrale appartient à l’État,
qui l’achète avec les IPP pour que la CIE la commercialise et collecte les revenus, qui sont ensuite redistribués entre elle, l’État, les producteurs d’Électricité et les producteurs de gaz.
Même les anciennes centrales lui étaient "confiées" pour exploitation!
Mais, nos gens ne suivaient rien et se contentaient des rapports Bouygues pour faire prendre les décisions au chef...
Bouygues n'avait aucun droit de ventre ce contrat...



Isidore Srobois Alla Absolument, Ba Bemba, on avait un vendu au conseil d'administration qui nous a vendu moins cher. Mais je crois Frère que nous n'iront pas plus loin dans ce scandale que somme toute, je n'avais pas le droit de livrer dans les détails. Nous avons terriblement gaffé.
Ba Bemba "J’étais entouré de compromissions..."
Perso, J'ai pleure Le jour de la fameuse ceremonie de renouvellement au palais. J'etais trop degouté, comme si on se battait pour rien...
Isidore Srobois Alla Et moi donc Frère, et moi donc?

21:30 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.