Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

26/04/2016

Affi au double langage

LA VÉRITÉ EST QUELQUE PART OU N’EST NULLE PART.

1. Pascal Affi N’Guessan a échangé avec la communauté Bheté, et a fait la déclaration suivante :
«Quand Gbagbo dit "si Sangaré (Sangaré Abou Drahamane) tient, je tiens", il faut réfléchir deux fois à cette phrase. Parce que c'est Sangaré qui l’a envoyé à La Haye. Pourquoi tu envoies le monsieur à La Haye et tu veux faire croire que ce sont les autres qui sont responsables? Je n'ose pas citer Simone (Simone Gbagbo) parce qu'elle est en prison. Mais le moment venu, on parlera de ça.
Pourquoi Gbagbo ne t’a pas envoyé au Panel des chefs d’État à Addis-Abeba alors que tu es professeur de droit international?
A mon retour d’Addis-Abeba, le président m’a envoyé en Afrique du Sud voir Jacob Zuma. Le président sud-africain m’a conseillé de dire au président de replier et qu'il était prêt à nous donner tous les moyens de revenir au pouvoir 5 après.
Je suis revenu faire le point au président Gbagbo. Il m’a ensuite envoyé chez Obiang Nguema (Theodoro Obiang Nguema Mbasogo de Guinée équatoriale); il nous a répété la même chose. Le 30 mars 2011, lorsque les rebelles ont pris Daloa, je me suis posé la question de savoir pourquoi les rebelles avançaient ainsi.
J’ai donc décidé d’en savoir plus auprès des ministres de la Défense, Alain Dogou (dit Goba Maurice) et Émile Guirieoulou. Je me suis rendu le lendemain 02 avril à la résidence présidentielle. Dès que le président Gbagbo m’a vu, il m’a demandé de monter où il était assis déjà avec les deux ministres.
On s'est retrouvé à 07 personnes: le Président Gbagbo, Simone, Sangaré, Alcide Djédjé, Alain Dogou, Émile Guirieoulou et moi-même. Le président Gbagbo a demandé aux deux ministres (Défense et Sécurité): Alors, dites leur ce que vous venez de me dire.
Les deux ministres ont pris la parole et ont dit: Hier, les officiers généraux sont venus nous voir. Ils disent qu’ils ne peuvent plus combattre. Et que nous étions en face de l'Ecomog. Mangou dit dans le meilleur des cas, ils vont nous mettre tous en prison où nous tuer tous. Et que nous (ministre) devrons dire ça au Président.
On leur a posé beaucoup de questions de savoir est ce que ce que les officiers généraux ont dit est le souhait de toutes les unités. Quand on a fini de poser toutes ces questions, le président Gbagbo a pris la parole pour poser la question suivante: Alors qu'est-ce qu'on fait?
Moi j'ai pris la parole et j’ai dit au Président que les gens qui sont venus nous parler, ce sont eux qui sont sur le terrain et qui combattent. S'ils disent qu’ils ne peuvent plus combattre, nous, on peut faire quoi? Donc cherchons une porte de sortie qui nous éviterait de graves conséquences.
Sangaré me dit: Où tu mets les principes?
Je n’ose pas dire ce que Simone Gbagbo a vociféré».

2. L'ancien ambassadeur de la Côte d'Ivoire en Afrique du Sud, son Excellence Hervé Brice Abié Zogoué, rappelle dans une lettre ouverte adressée à Pascal Affi N’Guessan ses propos:
«Cher aîné, lorsque nos interlocuteurs, visiblement inquiets pour nous et soucieux de l'étonnante soif de belligérance de la France dans une crise électorale en Afrique, nous ont demandé entre autres, si nous pouvions considérer l'éventualité d'un abandon du pouvoir (à Monsieur Ouattara), bien qu'étant vainqueurs de l'élection présidentielle, selon le Conseil constitutionnel, ta réponse immédiate a été très claire et nous n'avons pas manqué de t'en féliciter, l'ambassadeur Koné Boubakar et nous-même; au sortir de la rencontre.
Voici la réponse en question d'Affi N'Guessan :
".... Je puis déjà vous dire qu'il nous est impossible de céder le pouvoir à Monsieur Ouattara parce que ce serait une grave erreur politique. Il a fait trop de mal aux Ivoiriens et à la Côte d'Ivoire, et donc nos militants ne nous pardonneraient jamais si nous lui cédions le pouvoir, alors même qu'il a perdu l'élection présidentielle. Non, ce serait un suicide politique car en agissant ainsi, nous allons sûrement perdre le contrôle de la base».
Bally Ferro


Depuis quelques jours, le témoin P238 de Bensouda a commencé sa charge contre le président Gbagbo question d'habituer l'opinion publique à ses hérésies avant son grand déballage à La Haye dans les prochains jours. On comprendra que sa soudaine frilosité est provoquée par les sons en sa défaveur qui lui parviennent depuis la rencontre historique entre le président Laurent Gbagbo et le président délégué Laurent Akoun. Une façon de dire, si on me rejette, je vais tout mélanger. On attend la suite
Lazare Koffi Koffi

______________________

Question à Affi

Affi Nguessan a dit lors de sa rencontre avec les Bété de Yopougon ceci : "quand je suis sorti de prison Jo Mamadou m'a appelé pour me dire qu'il est l'intermédiaire entre moi et le Président Laurent Gbagbo". Je cite de mémoire.
A la lumière de cette affirmation publique, ma question est la suivante: Affi Nguessan aurait-il tenu de Jo Mamadou que Laurent Gbagbo n'avait pas fait acte de candidature pour la présidence du Fpi en décembre 2014?
Naako de Naako
Le jour se lève toujours

______________________

PASCAL AFFI NGUESSAN EST UN MENTEUR

Depuis quelques jours, -répétant en celà ce que ses cyberactivistes et Sam l'Africain ont échoué à faire admettre aux ivoiriens-, Affi Nguessan Pascal tente honteusement de réécrire l'histoire de la crise post-électorale. Il se drape ainsi d'habits d'homme pacifique, les va-t-en guerre étant Simone Gbagbo et Aboudrahamane SANGARE. C'est faux.

Premièrement, tous les documents d'archives que je rappelle ci-dessous, antérieurs au 30 mars 2011, montrent que c'est Affi qui rejette les conclusions du PANEL, Pas Sangaré, ni Simone...

http://news.abidjan.net/h/389884.html
http://news.abidjan.net/h/393867.html
http://news.abidjan.net/h/393865.html
http://www.rfi.fr/…/20110310-le-camp-gbagbo-rejette...

Ensuite, le témoignage de SEM Hervé Brice ABIE ZOGOE est sans équivoque.
Ensuite, nous avons tous en mémoire sa mémorable intervention au meeting de la place de la République.
(https://www.facebook.com/fils.duroi.12/videos/23258924709...)

Enfin, dans la vidéo ci-jointe, Laurent GBAGBO parle sur la chaîne de télévision française LCI. Nous sommes le 2 avril 2011, soit après le 30 mars 2011. C'est GBAGBO qui parle, en homme libre, pas Sangaré ni Simone.....Mensonges
https://www.youtube.com/watch?v=uthZhu1q2as
OUI, AFFI NGUESSAN EST UN MENTEUR

Ambroise Gnahoua
_________________

Je viens de lire l'article " Le camp de GBAGBO rejette en bloc les recommandations du panel de l'UA " et je viens aussi d'écouter l'interview du président GBAGBO dans la vidéo doyen Ambroise Gnahoua . Je conclurai par une citation de Phocylide de Milet qui disait " Le mensonge suppose toujours ou l'envie de cacher le mal que l'on fait ou de déguiser celui qu'on veut faire , et en même temps l'impuissance de commettre l'un ni l'autre en présence de celui que nous craignons et que nous avons résolu de tromper ".
Le mensonge est donc un acte lâche. Et AFFI le prouve à ses sorties, chaque fois que le procès du président GBAGBO approche. C'est tout simplement dégueulasse.

Adolphe Inagbe

A PROPOS DES COMMENTAIRES SUR LA RÉCEPTION DE LAURENT AKOUN PAR LE PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO:
RESTER CONCENTRE SUR L'ESSENTIEL


La réception de Laurent AKOUN, vice-président du FPI par le président Laurent GBAGBO fait la une de la presse écrite ivoirienne et des réseaux sociaux depuis jeudi dernier. Celà n'a rien d'étonnant pour les observateurs de la vie politique de notre pays, tant il est constant et incontestable que Laurent GBAGBO , cet absent omniprésent (https://www.facebook.com/ambroise.g...), demeure au centre du jeu politique ivoirien.
Malgré l'importance de cette visite et l'abondance des commentaires qu'elle suscite, il me semble que nous devons, tous, éviter de nous laisser distraire par certains (I) et veiller à rester concentrés sur l'essentiel (II).

I - EVITER DE NOUS LAISSER DISTRAIRE
En parlant d'éléments de distraction, je ne parle évidemment pas des commentaires de la presse ivoirienne dont les analyses sur cette visite me paraissent clairs et objectifs: "le camp Sangaré frappe un grand coup" (Soir Info n° 6463 du 22 avril 2016). Je parle des commentaires venant de Monsieur Pascal AFFI NGUESSAN, de ses acolytes tel Sam l'Africain et de ses cyberactivistes-suiveurs. Paradoxalement, ce sont eux qui semblent les plus préoccupés par le contenu des échanges entre les deux Laurent et par les retombées de cette visite. Comme on dirait à Yopougon, "je porte mon habit, et c'est toi que ça serre????". Mon dôgô Koné Ladio Issa Sankara, toi et ton chef là, votre problème est où? Vous, vous n'allez jamais à La Haye, même pour suivre les audiences en soutien au président Laurent GBAGBO et au Ministre Charles Blé Goudé, mais c'est vous qui êtes intéressés par ce que pense Laurent GBAGBO et ce qu'il a dit à AKOUN. Franchement, arrêtez de nous distraire.
Or donc, Affi sait que c'est GBAGBO qui l'a mis là (en 2001). Or donc, Laurent GBAGBO, du fond de sa prison, demeure la référence et le Chef de notre camp? Or donc, on peut être en prison et demeurer la référence idéologique et le chef d'une force politique? En confessant celà et en sollicitant si frénétiquement la parole de Laurent GBAGBO, alors que vous avez nié et moqué sa signature il n'y a pas si longtemps, AFFI et vous avouez votre défaite dans ce combat qui s'est engagé entre nous, qui voulions le garder comme notre chef et au centre du jeu politique et vous, qui vouliez tourner sa page. Ce n'est déjà pas si mal pour vous faire avancer sur la voie de la repentance. En effet, ainsi que j'ai déjà eu à l'écire, nous savons tous que seule la repentance sincère et véritable a permis à Pierre de se voir confier l'Eglise par le Christ alors qu'il l'avait renié trois fois. De même, le fils prodige n'est devenu tel et n'a reçu le pardon de son père qu'à la suite d'une repentance et d'une contrition claires.
Malheureusement, vous n'en avez manifestement pas le courage. Notamment, il vous reste encore à vous débarasser de votre volonté freudienne et oedipienne à vouloir, coûte que coûte, "tuer le père" SANGARE Aboudrahamane (https://www.facebook.com/ambroise.g...). Il y a en effet une indécence maladive et insultante pour les intelligences à vouloir nous faire croire "aimer et se réclamer de Laurent GBAGBO" tout en vouant aux gémonies SANGARE et Simone GBAGBO, elle, pourtant actuellement en prison et en attente d'un autre procès face à cette justice des vainqueurs.
En conséquence de ce qui précède, les agitations de Monsieur Pascal AFFI NGUESSAN et de ses affidés ne doivent pas nous distraire de l'essentiel.

II - RESTER CONCENTRES SUR LE PROCES DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO ET DU MINISTRE CHARLES BLE GOUDE
Il est vrai que les ivoiriens, les africains et tous les Hommes épris de justice et de liberté attendent quelque chose vienne de la Haye. Cette chose est assurément la bonne nouvelle de la libération du Président Laurent GBAGBO et du Ministre Charles Blé Goudé. C'est à celà que nous devons continuer de travailler. C'est cet objectif qui doit continuer de nous occuper.
C'est pourquoi il faut ne pas se laisser distraire par ceux qui préfèrent aller rencontrer AHOUSSOU KOUADIO plutôt que Laurent GBAGBO ou Charles Blé Goudé, même au niveau des audiences lors du procès; ceux qui, du statut de témoins à charge, c'est à dire d'allié du procureur et de l'accusation, veulent se faire passer aujourd'hui pour des héros. Non, il ne faut pas se laisser distraire.
Par ailleurs, dans notre camp, je considère qu'il ne faut pas exiger plus de détails sur ce que se seraient dit le vice-président AKOUN et le Président Laurent GBAGBO. Laissons les , avec Sangaré, gérer ça et communiquer ce qui doit l'être. N'oublions pas que Laurent GBAGBO et Charles Blé Goudé demeurent dans les liens de la détention et que leur procès, qui est en cours, reprend bientôt. Il faut faire attention à ne pas alimenter le procureur qui, comme on l'a vu, est en panne d'arguments.

Qu'il nous suffise en effet, pour l'instant, de noter:
- que cette rencontre ait eu lieu,
- qu'une autre soit prévu avant le retour à Abidjan du vice-président;
- que le vice-président, au sortir de cette rencontre, a marqué sa satisfaction d'avoir retrouvé son "chef et ami", mais surtout exprimé "sa révolte face à l'injustice faite" au président GBAGBO, donc, également au Ministre Charles Blé Goudé.
Il me semble que cela devrait, pour l'instant, suffire pour alimenter tous nos commentaires.
Préparons-nous donc pour les prochaines audiences qui reprennent le 9 mai 2016 et "laissons parler les gens" la...
Haut les coeurs camarades, la liberté vaincra!!!
Ambroise Gnahoua·lundi 25 avril 2016


07:58 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.