Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

12/04/2016

Quand Ben Soumahoro dénonçait les intrigues de Gérard Latortue

Personne n’y a véritablement prêté attention. Et pourtant, cela s’est passé. A la fin de la mission d’observation de l’élection présidentielle qu’il a conduite, en Côte d’Ivoire, pour le compte de l’Organisation internationale de Francophonie (OIF), M. Gérard Latortue a dressé son rapport au pied de M. Young Jin Choi, dans les locaux du siège de l’ONUCI à l’Hôtel Sebroko. Aussitôt fait, il a repris l’avion le même soir pour Paris, laissant au Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, le soin d’enfoncer le clou et de gérer la crise qu’ils avaient préparée ensemble contre les Ivoiriens. M. Gérard Latortue venait ainsi de nous indiquer, clairement, que Young Jin Choi est son binôme local dans la fabrication de la crise postélectorale dans laquelle est plongé notre pays depuis le 28 novembre 2010.
Latortue et Choï ont agi pour espérer imposer Alassane Ouattara au peuple ivoirien. C’est un des pans de ce complot aux multiples tentacules enclenché pour faire main basse sur la Côte d’Ivoire. Mais ses prémices datent de longtemps. De quelques années plus tôt.
L’indécente proposition au candidat Gbagbo
Nous sommes en 2008. L’ancien Premier ministre de la République d’Haïti, Gérard Latortue, une vieille connaissance personnelle, sollicite par mon intermédiaire un rendez- vous avec le chef de l’Etat de Côte d’ivoire. Il l’obtient d’autant plus facilement qu’il prétendait vouloir porter à la connaissance du Président Laurent Gbagbo «l’expérience» qu’il venait de réussir dans son propre pays au moment où le nôtre s’apprêtait à aller à son tour à des élections présidentielles importantes annoncées, à cette époque, pour novembre 2009. C’est ainsi que profitant de l’occasion qui lui était offerte, Gérard Latortue s’est permis de proposer à Laurent Gbagbo de se mettre sous «la protection de George W. Bush et des Etats-Unis d’Amérique».

Pour la mise en œuvre de ce projet, l’homme a fait valoir au Président Laurent Gbagbo ses relations intimes et privilégiées avec le frère du Président des Etats-Unis, Le gouverneur de l’Etat de Floride. C’est du reste grâce à l’intervention de ce dernier que le Président Bush a désigné Gérard Latortue pour diriger, à titre intérimaire, le gouvernement d’Haïti. Gérard Latortue devait y organiser les élections de sortie de crise après l’expulsion du Président Jean Bertrand Aristide déposé auparavant par les forces onusiennes, toujours sous la férule de Gérard Latortue, leur mandataire. Les Etats-Unis voulaient René Préval comme président d’Haïti, les Etats-Unis et Gérard Latortue ont “donné” René Préval à Haïti. Après cette élection truquée avec succès, Gérard Latortue a voulu monnayer son expérience auprès de Laurent Gbagbo. Un livre blanc a été édité par ses soins. Il l’a proposé au Président ivoirien au cours de l’audience qui lui a été accordée. Ce livre blanc lui a d’ailleurs servi de viatique pour proposer ses services à toutes les capitales africaines qui préparaient des élections dans cette période troublée.

A la deuxième visite faite à Laurent Gbagbo à son domicile officiel de Cocody, Gérard Latortue, plus concret, a proposé à son hôte une véritable stratégie de hold-up électoral avec son aide personnelle et celle des Nations unies à New York. Il annonçait qu’il allait se faire mettre en mission comme observateur international de nos élections à venir, au nom de l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) et de son Président Abdou Diouf. En prévision de cette «mission», il demandait au Président Laurent Gbagbo de faire nommer immédiatement, à un poste technique au siège des Nations unies à New York pour le compte de la Côte d’Ivoire, son compagnon de voyage, un certain Marc Maxi, notoirement connu pour être un honorable agent de la CIA. Cet autre Haïtien, qui avait dirigé auparavant l’organisation humanitaire CARE pour l’Afrique de l’Ouest, devait mettre en place le mécanisme qui devait impliquer le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon lui-même, pour appuyer tout ce qui allait se faire sur le terrain en Côte d’Ivoire afin d’assurer la victoire du Président Laurent Gbagbo «sans bavure». Selon les plans de Latortue, à l’issue du scrutin, peu importe le score, que ce soit au premier ou au deuxième tour, l’ex-Premier ministre d’Haïti représentant l’OIF devait tout simplement “crédibiliser” les résultats en faveur de Gbagbo en s’exprimant au nom de tous les observateurs de l’Union européenne et au nom de l’OIF. L’ONU devait ensuite reconnaître la sincérité du scrutin et, selon ce plan, les autres candidats n’auraient eu que leurs yeux pour pleurer. C’est exactement le même schéma qu’il avait proposé en Guinée-Conakry avant la mort du Président Lassana Conté. Le coup d’Etat du capitaine Dadis Camara a mis fin à ses espoirs et annihilé son plan pour les élections en Guinée.

La belle affaire pour Ouattara et connexions
A la fin de sa visite à Laurent Gbagbo, le Président ivoirien qui avait prêté une oreille plutôt agacée au discours corrompu de Gérard Latortue, lui a fait remettre par mes soins une somme d’argent frais, quelques dizaines de millions de francs CFA, pour faciliter son séjour et celui de son compagnon d’agent de la CIA, Marc Maxi. Le chef de l’Etat n’a pas donné suite à la démarche indécente de l’ex-Premier ministre d’Haïti Gérard Latortue. Ses incessants appels téléphoniques n’ont pas trouvé non plus d’échos auprès du président Laurent Gbagbo pendant de nombreux mois. Son projet est resté lettre morte parce qu’il est tombé sur un véritable démocrate et un intellectuel honnête qui a toujours bâti sa vie sur la vérité de l’onction populaire. Gérard Latortue n’a pas cessé de me harceler, moi qui l’ai introduit auprès du Président Laurent Gbagbo. Là aussi, sans aucune suite. A l’évidence, le Président de la Côte d’Ivoire s’était senti profondément vexé par la proposition malhonnête de Gérard Latortue qu’il a donc définitivement éconduit en ne répondant plus à ses pressants appels téléphoniques.

Bien entendu, toute cette entreprise avait un prix dans l’esprit du représentant de commerce de l’OIF et des Nations unies. Le refus de Laurent Gbagbo constituait pour lui et pour ses commanditaires un énorme manque à gagner qu’il fallait combler d’une manière ou d’une autre. C’est ainsi que Gérard Latortue et Marc Maxi ont proposé leur service diabolique à Alassane Ouattara et à son épouse Dominique Folloroux. Connaissant son entregent, la femme du plus grand imposteur devant l’Eternel, Alassane Ouattara, a dû consolider le projet scélérat de Gérard Latortue par l’adhésion empressée de leurs amis français, américains et ivoiriens de nationalité américaine vivant aux Etats-Unis. Ce qui n’était qu’un plan devant consolider l’avantage du candidat le mieux placé, dans l’esprit de Gérard Latortue et ses comparses accourus pour empocher quelques millions de dollar, est devenu, par la force des choses, un des éléments fondateurs du complot international qui continue de secouer la Côte d’Ivoire, mon beau pays. Ce complot devait donner gagnant celui que personne n’attendait, c`est-à-dire Alassane Ouattara. Pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce vaste complot qui s’est étendu à quelques valets de M. Sarkozy en Afrique, notammen tle Burkinabé Blaise Compaoré et le Sénégalais Abdoulaye Wade, il importe de savoir que l’acteur principal, le missi-dominici de l’ombre, Gérard Latortue, a servi comme représentant permanant du PNUD (Programme des Nations unies pour le Développement) à Cotonou dans les années 70 et, à ce même titre, en Côte d’Ivoire pendant cinq ans sous l’autorité de l’Algérien Abderamane Kane qui dirigeait l’organisation à partir de Vienne, en Autriche.

Vous avez dit Nations unies ? Que reste-t-il pour accomplir le complot ? Evidemment les élections ! Les fameuses élections ! Le prétexte tout trouvé ! Or, dans ce domaine, les données sont connues : Depuis 2002, "la Communauté internationale" voulait la tête de Laurent Gbagbo. C’est tout ! Seulement voilà, toutes les tentatives ont lamentablement échoué. Il manquait un homme de main “crédible”, loin de l’Afrique, discret et efficace pour accomplir l’opération «enlever Gbagbo». Le premier bénéficiaire, Alassane Ouattara, pour une fois, n’est pas allé le chercher puisqu’il ignorait son existence. Cet homme prétendument providentiel est arrivé de lui-même : après son échec au pied de Laurent Gbagbo, Gérard Latortue est allé proposer la forfaiture de l’OIF à Ouattara. Abdou Diouf, l’ancien Président de la République du Sénégal était candidat à sa propre succession à la tête de l’organisation francophone. Le coup de pouce de Latortue lui a sûrement fait du bien. Au renouvellement du mandat d’Abdou Diouf en Suisse, Nicolas Sarkozy en a décidé tout seul, à la place de tous les chefs d’Etat africains présents, en piétinant leur dignité. La Côte d’Ivoire vaut bien une messe et tout le monde a dit Amen !

«Donne-moi la tête de Gbagbo, et tu auras l’ONU»
Ainsi donc, on a échangé l’honneur et la sécurité de 20 millions d’Ivoiriens contre le confort du poste d’un homme qui fut pourtant chef d’un Etat africain et non des moindres. Gérard Latortue est l’un des artisans zélés et intéressés de cette mascarade qui a échoué, dans sa version OIF, en Côte d’Ivoire.
Lamentablement !

Quoiqu’il en soit, par quelque bout qu’on le prenne, le complot qui essaie de déstabiliser notre pays trouve son épicentre aux Nations unies, son exécuteur testamentaire étant M. Ban Ki-moon qui, malgré son incompétence avérée, veut un deuxième mandat. Nicolas Sarkozy de Nagy Bosca, qui détient un veto en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, lui a donné l’assurance de bloquer toutes les initiatives des pays émergents pour lui ouvrir la voix du succès aux prochaines élections de Secrétaire général des Nations unies. Cela peut expliquer en grande partie l’acharnement de M. Ban Ki-moon et de son «frère» sud-coréen Young Jin Choi qui le représente en Côte d’Ivoire et qui l’épaule pour mériter le futur «service» attendu de Sarkozy. Ce n’était pas un hasard si M. Gérard Latortue, responsable des observateurs de l’OIF dans la présidentielle ivoirienne du 28 novembre, a rédigé son rapport au pied de M. Choi, dans les locaux du siège de l’ONUCI à l’Hôtel Sebroko, juste avant de reprendre l’avion le même soir pour Paris, laissant à son binôme Choi le soin d’enfoncer le clou et de gérer la crise qu’ils avaient préparée ensemble contre les Ivoiriens.

Ces révélations ne sont ni une fiction ni un roman. Pour tous ceux qui en douteraient, j’exige que M. Gérard Latortue vienne s’expliquer devant le peuple de Côte d’Ivoire pour réfuter, s’il le peut encore, toutes ces accusations gravissimes que je porte contre lui en tant qu’Ivoirien qui croyait pouvoir compter sur son amitié. Je crie ici ma déception et ma colère contre son comportement cupide, mercantiliste et bassement intéressé.
M. Gérard Latortue, vous m’avez sans doute reconnu à travers cet article dénonciateur de votre indignité vis-à-vis de la Côte d’Ivoire, mon pays. Je vous attends pour vous porter personnellement la contradiction si vous osez accepter un face à face, ici même à Abidjan, devant tout le monde.

Enfin, je comprends maintenant pourquoi vous n’avez pas donné de suite au coup de fil du Président de la Commission électorale indépendante (CEI) qui voulait me donner la possibilité de vous serrer la main à l’Hôtel Pullman d’Abidjan au Plateau où je n’ai jamais pu vous trouver. M. Bakayoko Youssouf devait ignorer que je ne comptais plus parmi vos amis à Abidjan et que lui-même, Bakayoko Youssouf, avait été déjà instrumentalisé par vous, Gérard Latortue, ainsi que par Ban Ki-moon pour le compte d’Alassane Ouattara.
Abidjan, le 12 février 2011
Mamadou Ben Soumahoro
Député indépendant à l’Assemblée nationale
____________________

Décès à Accra du journaliste ivoirien Ben Soumahoro

Le

Publié le mardi 12 avril 2016  |  APA
Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le journaliste ivoirien Mamadou Ben Soumahoro est décédé, lundi soir, à Accra, au Ghana où il était en exil depuis 2011 après la chute de Laurent Gbagbo dont il était très proche.

Selon diverses sources dans la capitale économique ivoirienne, relayées par la presse locale, Ben Soumahoro (68 ans), affaibli par un accident vasculaire cérébral (AVC) qui l’avait frappé en août 2015, n’a pu résister longtemps aux conséquences de cette maladie.
Déjà, le journaliste était éprouvé par les décès successifs de sa sœur aînée et l’ainé de ses garçons, Olivier Soumahoro (47 ans) respectivement, en mars et novembre 2015.

Journaliste émérite et grand professionnel de la communication, Ben Soumahoro a dirigé la télévision ivoirienne pendant de nombreuses années sous Félix Houphouët-Boigny, le premier président ivoirien.

Ex-député (2000-2011), Ben Soumahoro est passé du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-parti unique) au Front populaire ivoirien (FPI de Laurent Gbagbo) en transitant par le Rassemblement des républicains (RDR) d’Alassane Ouattara dont il fut le porte-parole (1995-1997).
abidjan.net

20:10 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.