Shlomit
topblog Ivoire blogs

05/04/2016

Le cas du prisonnier Abraham

Les droits de l'homme n'existent pas en Côte d'Ivoire!


Hier, dans une publication je vous avais promis de parler des conditions d'arrestation et des conditions de vie des prisonniers politique dans les différentes prisons de notre pays.

Je partagerai avec vous les témoignages de plusieurs camarades torturés à mort, ou certains ont souhaité mourir face à l'atrocité dont il étaient victimes. En effet, la plupart de nos camarades ont été arrêtés sur dénonciation calomnieuse, avec des méthodes extrajudiciaires, sans mandat d’arrêt légal. Il va s’en suivre pour eux un long et périlleux périple qui les conduira soit dans un camp FRCI, où il seront torturés pendant plusieurs mois, soit à la Préfecture de Police d’Abidjan, ou dans un lieu de détention tenu au secret, à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST).

Comme ce fût le cas du camarade Abraham, un chauffeur de taxi qui a épousé les idées du président Gbagbo Laurent et qui après avoir été arrêté, fut torturé pendant deux mois a la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), menotté pendant tout le temps qu’il y a passé.
Il mangeait comme un chien parce que menotté; après ses besoins, il ne pouvait se nettoyer le derrière, parce que menotté au point où des asticots sortaient de son anus.
Il n'avais le droit d’aller au besoin que 2 fois par semaine, il lui a été interdit de se laver pendant les deux mois qu'il y était , il était battu chaque jour par les FRCI pendant tout le temps qu’il y a passé.
Après toutes ces tortures il fut ensuite conduit a la Maca, où il est en attente d’un jugement qui certainement ne viendra jamais de la volonté du pouvoir car leur seul désir était de l'éliminer; malheureusement pour eux, Dieu en a décidé autrement
C'est pourquoi j'invite la communauté internationale et toutes les organisations des droits de l'homme à se pencher sur le cas de nos camarades qui se meurent dans les prisons de côté d'Ivoire.
Loin de moi l'idée de révolter qui que ce soit ,mais je pense que les ivoiriens ont le droit de savoir ce que vivent leurs parents.

Letissia Nguessan

19:22 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.