Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21/03/2016

Renversement de LG : Sarkozy se justifie :« C’EST A LA DEMANDE DES NATIONS UNIES »

A la faveur de sa visite à Abidjan, Nicolas Sarkozy s’est offert, hier vendredi 18 mars, une conférence de presse à l’université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan.
« C’est à la demande des Nations Unies que la France est intervenue pour détruire les armes de Gbagbo. La France n’avait pas de candidat. », s’est évertué à expliquer Nicolas Sarkozy à l’amphithéâtre du district de l’université de Cocody. Une couleuvre que les nombreux étudiants, venus pour la circonstance, ont eu du mal à avaler. Et l’ex-locataire de l’Elysée de poursuivre ses explications. A l’en croire, les résultats des élections présidentielles de 2010 donnaient le Président Gbagbo perdant.
A l’issue de ce scrutin, ajoute-il, la Cedeao, l’Union africaine et les Nations Unies approuvaient les résultats proclamés par la Commission électorale indépendante (Cei). Mais Sarkozy ne mentionne nullement les résultats définitifs proclamés par l’institution suprême, le Conseil constitutionnel, donnant la victoire à Laurent Gbagbo. Toutefois, le Président de la Coalition "Les Républicains" fait des aveux. « Nous, la France, nous avons fait de grandes choses. Mais nous avons commis des erreurs. Le passé, c’est du passé. Ce qui compte, c’est l’avenir. », a-t-il reconnu.
En ce qui relève de l’attaque terroriste de Grand Bassam, l’auteur du discours de Dakar du 26 juillet 2007, se convainc que l’Afrique et l’Europe ont le même ennemi, à savoir le djihadisme. Pour lui, c’est ensemble que les deux continents relèveront ce défi. Un challenge qui passe à ses yeux par le développement de l’Afrique. Lequel développement doit être, selon l’ex-Président français, au cœur de la politique française en Afrique.

Cyrille NAHIN, correspondant eventnewstv à Abidjan.

Par la rédaction EventnewsTV



01:00 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.