Shlomit
topblog Ivoire blogs

21/03/2016

A propos de Sam l'Africain

A PROPOS DE SAM L'AFRICAIN.



Sam l'africain a comparu en qualité de témoin de l'accusation à la CPI dans le procès du président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé. Après sa déposition, il est retourné en Côte d'Ivoire et a été accueilli dans une ferveur tout à fait justifiée et méritée car le témoin de l'accusation qu'il était a choisi de dire les faits tels que les ivoiriens les ont vécus. Assez fidèlement en tout cas. Et tout le monde a pu voir que la vérité se porte comme un charme pour celui qui opte pour elle alors que le mensonge lui, se porte comme un poids, comme un fardeau, comme on a pu le voir avec ces témoins aux images floutées et à la voix déformée Et Sam a choisi de ne pas s'encombrer du fardeau du mensonge et de la trahison, et donc de ne pas entrer dans l'histoire comme celui qui aura crucifié un homme après l'avoir soutenu jusqu'au bout.


Mais c'est une surprise, car tout le monde l'a dit et répété, tout le monde , y compris les avocats du président Gbagbo par la voix de Me Jacob à l'ouverture du procès : "La procureure de la CPI Fatou Bensouda a instruit le dossier Gbagbo à charge et uniquement à charge." A partir de là, tous les témoins qu'elle fait comparaître sont censés accabler le fondateur du FPI.
D'ailleurs, la procureure Fatou Bensouda n'a-t elle pas annoncé en conférence de presse le 27 janvier 2016, la veille de l'ouverture de ce procès historique, qu'elle a " des témoins du premier cercle pour prouver la culpabilité du président Gbagbo " ?
Tout le monde attendait donc la comparution de ces fameux témoins quand, pendant un huis clos, des noms furent ( involontairement ? ) divulgués, jetant en pâture à l'opinion des personnes qui, à des niveaux divers, ont côtoyé le président Gbagbo dans l'exercice de sa fonction de président de la république. Des partisans de ce dernier ne se sont pas fait prier pour crier " haro sur les traîtres "

Dès lors, nous avons assisté à des justifications de ces personnes dont l'une essaie de faire croire qu'elle aurait exhorté le président Gbagbo à la démission, et dont l'autre s'est elle, étonnée d'être sur la liste des témoins. Quant au témoin Sam l'africain, de son vrai nom Sam Jichi, il s'est étonné de ce que les gens l'aient déjà condamné sans savoir s'il va témoigner à charge ou à décharge. Il faut dire qu'il aurait pu ainsi calmer les uns et les autres si, dans ses interventions passées, il n'avait attaqué le camp Gbagbo, son propre camp. Même si les propos tenus par lui l'ont été à un moment où le régime Ouatara faisait preuve d'une grande violence à l'égard des partisans du président Gbagbo, quoi de plus normal qu'au moment où il a été présenté comme un témoin de l'accusation, sa posture ait été sévèrement critiquée? Et quoi de plus normal pour ces mêmes partisans du président Gbagbo que d'être satisfaits de son témoignage s'ils voient qu'il a plutôt servi la vérité que les ivoiriens connaissent.

Et c'est pourquoi, il faut féliciter Sam l'africain sans avoir besoin de s'excuser car il n'y a pas eu un seul Sam l'Africain depuis le 11avril 2011. Il y en a eu deux sur lesquels les jugements sont forcément différents.
La démarche naturelle d'un partisan du président Gbagbo est d'être un témoin de la défense. En se présentant comme un témoin de l'accusation, Sam l'africain a certainement bien manœuvré s'il avait préparé son coup, parce qu'il aura attiré l'attention sur son témoignage beaucoup plus que cela n'aurait été possible s'il avait été un témoin de la défense, mais il aura aussi prêté le flanc aux critiques, dans cette Côte d’Ivoire peuplée de traîtres. C'est donc logiquement que sa démarche a été critiquée avant que le témoin présumé à charge ne se révèle plutôt comme un témoin à décharge en offrant au monde une version de l'histoire assez réelle de la crise en Côte d'Ivoire, et qui disculpe le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé.

Pour conclure donc, on dira qu'on peut féliciter Sam l'africain sans avoir besoin de s'excuser parce qu'il mérite à la fois les critiques passées, qui ne sont pas sans fondement, et les félicitations actuelles pour son courage avec tous les risques que cela comporte dans la Côte d’Ivoire actuelle. .
Bonne soirée à tous
Alexis Gnagno
_____________

Sam le Libanais a chargé le Président Laurent Gbagbo. Les explications de Gnagno n'enlèvent rien à ce constat. J'ai appris il y a quelques jours qu'il avait été effectivement amené manu militari à la Cpi. Et la personne qui le dit a été du voyage. Il a été copieusement battu à l'aéroport. Sam le Libanais a réglé son compte à tous sauf à Pascal Affi Nguessan.
Jikel Naako de Naako

20:38 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.