Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

18/03/2016

Éric MacDonald est-il un idiot ou un comédien


Éric MacDonald est-il un idiot ou un comédien qui souhaite toucher le plus longtemps possible son salaire libre d'impôt de procureur fantoche?

Aujourd'hui, dans ses questions supplémentaires, MacDonald a essayé de faire dire à Sam l'Africain que, le 9 novembre 2004, l'armée française entourait l'Hôtel Ivoire pour y protéger les civils qui s'y trouvaient. Or, dans l'extrait de reportage que MacDonald a tenu à présenter de nouveau, le journaliste dit que «deux jours plus tôt, l'hôtel a servi de zone d'évacuation pour des ressortissants français en détresse. Des hélicoptères et des bateaux les ont acheminés par la lagune vers le camp militaire du 43e BIMA». L'évacuation a eu lieu le 7 novembre. Donc, le 9, les civils qui ont transité par l'hôtel en sont repartis depuis longtemps.

Dans un autre reportage de même nature, on peut voir les soldats français évacuer l'Hôtel Ivoire 15 minutes après la fusillade. Le journaliste mentionne qu'aucun civil n'est aperçu au milieu des soldats. Les blindés partent sous les applaudissements des manifestants. Auraient-ils abandonné les pauvres ressortissants imaginaires de MacDonald dans l'hôtel?

Voici un bref montage des extraits pertinents des deux reportages.

Par ailleurs, MacDonald a demandé à Sam l'Africain pour quelle raison les «gens du Nord» qui ont pris les armes en 2002 étaient frustrés. Son témoin lui a répondu que la frustration leur venait probablement de leur incapacité à s'emparer du pouvoir jusque là.

Mais si MacDonald veut vraiment savoir quels étaient les sentiments des rebelles en 2002, pourquoi n'appelle-t-il pas Guillaume Soro à la barre? Je suis certain que vous seriez enchanté de le contre-interroger. N'est-ce pas?

Continuez votre bon travail. Au milieu de la mise en scène de l'injustice internationale, la prestation de l'équipe de la défense nous redonne espoir.

Le procès fait relâche jusqu'au 9 mai, ce qui me donnera l'occasion de passer des nuits plus normales.
Mais, en cette dernière journée du témoignage de Sam l'Africain, MacDonald s'est surpassé. J'en garde un souvenir indélébile. Quel câlisse de cave!

Bernard Desgagné

16:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.