Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/03/2016

Déclaration du FPI/Sangaré

DECLARATION DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN RELATIVE À L'ATTAQUE DE GRAND BASSAM


Dans l’après-midi du dimanche 13 mars 2016, la ville balnéaire de Grand-Bassam a été l’objet d’une agression violente de la part d’individus lourdement armés. Cette attaque a été perpétrée sur la plage aux abords des hôtels Etoile du Sud, Koral Beach et La Paillote. Le bilan dressé par le gouvernement sur le coup avait fait état de 22 morts dont 14 civils de nationalités différentes, 6 agresseurs, 2 militaires et des dizaines de blessés. Mais ce bilan a été revu par le même gouvernement, vingt quatre heures après, à 18 morts dont 2 éléments des forces de l’ordre pour 3 agresseurs neutralisés.
L'agression a été revendiquée par le mouvement El Mourabitoune de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar affilié à AQMI (Alquaida au Maghreb Islamique) qui a effectivement annoncé 3 agresseurs pour cette attaque et non les 6 que le gouvernement déclarait avoir neutralisés.

Au vu de ce qui précède, le Front Populaire Ivoirien (FPI) :
- note que cette agression en Côte d’Ivoire intervient après celles du Mali et du Burkina Faso, revendiquée par le même groupe ;
- Relève que depuis de longs mois, des rumeurs persistantes faisaient état d’attaques imminentes dans notre pays ;
- Fait observer que le régime Ouattara a claironné sur tous les toits avoir pris toutes les dispositions pratiques en vue d’empêcher d’éventuelles attaques similaires en Côte d’Ivoire ;
- Constate que l’attaque de Grand-Bassam met à nu l’inefficacité de la stratégie sécuritaire du régime Ouattara qui continue à exposer les populations ivoiriennes à de réels dangers, y compris en les livrant quotidiennement aux "microbes", "dozos" et autres bandes armées à la solde du pouvoir;
- Relève avec amertume qu'un peuple divisé et martyrisé ne peut faire bloc contre l'ennemi;
- Note enfin que ces actes coïncident étrangement avec la présence en Côte d’Ivoire du plus grand déstabilisateur de l’Afrique de l’Ouest et parrain du régime Ouatarra, le dictateur déchu du Burkina Faso, Blaise Compaoré, ami des terroristes.

Face à cette situation grave et inédite en Côte d’Ivoire, le FPI :
- Condamne avec la dernière énergie ces attaques barbares d'un autre âge;
- S’incline respectueusement devant la mémoire des personnes lâchement assassinées ;
- Exprime toute sa compassion aux familles éplorées, apporte son soutien total aux blessés et leur souhaite un prompt rétablissement ;
- Demande au régime Ouattara de mettre fin à sa pratique de la politique-spectacle et d’utiliser les moyens de l’Etat pour sécuriser véritablement les populations qui vivent en Côte d’Ivoire au lieu de détourner ces moyens à la traque des opposants politiques et des simples citoyens ;
- Exige du régime Ouattara que toute la lumière soit faite pour informer l’opinion nationale et internationale sur les tenants et les aboutissants de cette attaque dont le bilan évolue au rythme des revendications des agresseurs;
- Invite ses militants, le peuple ivoirien et les peuples frères résidant en Côte d’Ivoire à la vigilance et à la prudence.

Fait à Abidjan, le 14 mars 2016
Pour le Front Populaire Ivoirien
Le 1er Secrétaire Général-adjoint,
Porte-parole par intérim
Koné Boubakar

15:04 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.