Shlomit
topblog Ivoire blogs

08/03/2016

Ministère public contre Laurent Gbagbo et autres

La grosse farce de la réconciliation continue...

08/03/2016 L'Inter
Laurent Gbagbo, Aké N'Gbo, Koné Katinan et Désiré Dallo ont été convoqués ce lundi 7 mars 2016 au tribunal de première instance pour affaire les concernant.


Le Tribunal de 1ère Instance d’Abidjan a remis au goût du jour l’affaire "Ministère public contre Laurent Gbagbo et autres", poursuivis pour ‘’vol en réunion par effraction portant sur des caves à la Bceao et des numéraires ; complicité de vol en réunion par effraction ; destruction d’une installation appartenant à autrui ; détournement de deniers publics’’. Cette affaire sera à nouveau en jugement en audience criminelle le lundi 7 mars 2015, au Palais de justice au Plateau, suite à une nouvelle convocation du procureur de la République adjoint, Yéo Abel.

En effet, l'ex-chef de l'Etat, Laurent Gbagbo, son Premier ministre, Aké N'gbo, et ses ministres Désiré Dallo (Economie et Finances), Katinan Koné (Budget), sont poursuivis pour le ‘'braquage'' de l'agence nationale de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bceao) pendant la crise post-électorale de décembre 2010 à avril 2011. Les huissiers de justice Antoine Oulaï Crépin, Yacouba Kéïta, Edmond Amonh Loesse, Gnéplé Séri, Kouadio Brou, André Marie Té Beignand et Lucien Séka Monney, qui ont dressé les procès-verbaux de constat après ce ‘' braquage'', sont également poursuivis pour «complicité».

L'affaire appelée pour la première fois le 7 juillet 2015 puis reportée au 21 juillet et au 20 octobre a été renvoyée à ce jour pour ‘'comparution de toutes les parties et retenue'' a déclaré le Tribunal. Selon des sources proches du parquet, fin janvier 2011, alors que la crise post-électorale ivoirienne battait son plein entre pro-Gbagbo et pro-Ouattara, l'agence nationale de la Bceao a fait l'objet d'un ''braquage'', au cours duquel plus de 50 milliards de Fcfa ont été enlevés des caisses de cette banque.

Ce procès n'est qu’un autre pan des procès de la crise post-électorale. En mars 2015, l'ex-Première dame Simone Gbagbo avait été condamnée à 20 ans de prison pour son rôle durant la crise post-électorale de 2010-2011. Pascal Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (Fpi), avait été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Cette peine a été couverte par les deux ans de détention provisoire qu’il a effectués. Abou Drahamane Sangaré, lui, avait écopé de 5 ans d’emprisonnement, tout comme Michel Gbagbo, le fils de l’ex-président ivoirien.

Cyrille DJEDJE Linfodrome

17:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.