Shlomit
topblog Ivoire blogs

09/03/2016

L'hommage unanime à Sam Jichi

 L’HOMMAGE DU SAGE D’ODIENNE, LE DOYEN ABOU CISSE A SAM L’AFRICAIN:

"Sam l’Africain, s’est inscrit dans le tissu des héros des hommes qui se sont accomplit à travers des actes qu’ils posent à temps voulu et au moment voulu. Je lui rends Hommage et le peuple qui est pratiquement parti le chercher à faire en sorte qu’il soit au RDV de l’histoire devant un tribunal des plus opprobres tant le parrainage de l’injustice y est de mise. L’homme a sue répondre à l’attente d’une Côte d’ivoire encore dans le deuil de l’agression coloniale.
Par sa compréhension de l’histoire de la Côte d’Ivoire, surtout en cette période de crise, le WARABA( Le grand Lion ) , faisant référence à SAM L'AFRICAIN , a permis de faire naître à nouveau à travers ce procès, un homme dont le parcours était méconnu parce qu’il était trop humble. En accouchant de GBAGBO, que les gens voulaient qu’il condamne par de faux témoignages, le WARABA s’est inscrit dans l’histoire des grands procès, il a réorienté la suite du procès par son franc parlé.
Quel homme pouvait faire un tel témoignage en cette période d’incertitude si ce n’est un WARABA… ??
Puis je me tromper sur cet homme qui prend l’histoire en otage ? Je ne le crois parce qu’au Mading la parole donnée est un frein à toute reculade quelles que soient les menaces que l’on subirait pour ses propos."
Merci doyen ABOU CISSE.
Fréjus Koffi

Sam

Sam l’Africain et l’école de la vie

Publié le mardi 8 mars 2016  |  La Tribune Ivoirienne

L’histoire ne retiendra guère de lui qu’il est un pétochard. Non pas du tout ! Sam l’Africain n’est ni un froussard encore moins un péteux. Appelé à témoigner pour servir la cause de l’Accusation dans le procès de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé à La Haye, Sam l’Africain a fait preuve d’un sang froid extraordinaire. Il a précisé avoir accepté de témoigner, non pas pour un individu, mais pour la Côte d’Ivoire, son pays, sa patrie. Sam l’Africain sait que le monde entier a soif de connaître la vérité sur ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire.

Il n’a pas renié son soutien à Laurent Gbagbo. Il a assumé tous les actes qu’il a posés, les efforts qu’il a consentis pour la paix dans son pays. Il n’a bénéficié d’aucun soutien financier pour défendre les intérêts et les institutions de la Côte d’Ivoire. Malgré les sorties de route du procureur, le témoin est resté serein, digne et convaincu d’avoir fait le bon choix, soutenant une lutte et un combat noble. Le procureur qui semblait tenir le bon bout a été sérieusement dérouté par les déclarations du témoin à rebrousse-poil de ses arguments.

Si Blé Goudé n’entend pas être la honte de sa génération ainsi qu’il l’a solennellement affirmé lors d’une des audiences à La Haye, Sam l’Africain lui non plus ne voudrait absolument pas faire partie des perfides et autres falsificateurs cyniques de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Il ne veut pas et ne souhaite point souper avec ces gens qui marchandent le peu d’honneur qui leur reste et qui entreprennent des actions à mauvais escient et dans le seul but d’obtenir un profit personnel au détriment de la morale et des valeurs des autres.

Sans avoir fait les bancs d’une école au Libéria où il est né encore moins en Côte d’Ivoire, le pays dont il a choisi d’être l’un des citoyens, Sam l’Africain a fait cependant la plus grande école : celle de la vie où l’on apprend à être honnête, loyal, courageux, respectueux. Quelqu’un l’a dit, « on ira jusqu’au bout » dans ce procès !

Alain BOUABRE, abidjan.net

00:32 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.