Shlomit
topblog Ivoire blogs

29/02/2016

décès de Rose Morvan

Les Patriotes ivoiriens ont perdu une grande amie en la personne de Rose Morvan. En novembre 2004, en pleine crise ivoiro-française, Rose n'a pas hésité à prendre le contre-pied de la version officielle en dénonçant, sur des plateaux de télévision, l'implication des rebelles pro-ouattara dans les violences contre les ressortissants français. Je publie avec l'autorisation de son compagnon, l'ambassadeur Edmond Suchet, l'hommage que j'ai prononcé à ses obsèques.

"C'est toujours un redoutable devoir de rendre hommage à un être cher qui part. Tant les mots peinent à sortir, à passer la barrière de la gorge nouée. Pour mon amie Rose, je reprendrai les mots de la célèbre chanson de Françoise Hardy "Mon amie la rose", pour dire qu'on est vraiment peu de choses. Hier, la plus belle fleur du jardin, demain poussière. Telle est l'implacable réalité de notre condition humaine. Dans ma culture du Sud de la Côte d'Ivoire, pour rendre hommage à celui ou celle qui part, on met en exergue, par des représentations symboliques, ses qualités physiques ou morales ou encore les choses qu'il ou elle affectionnait le plus. Par exemple, s'il s'agit d'un guerrier, des jeunes gens se parent d'attributs de guerrier et font des parades à travers le village.
Pour toi Rose, pour te dire l'ultime adieu, on aurait paré des jeunes filles de bijoux de grands prix et elles auraient exécuté en ton honneur la danse rituelle des personnes de valeur. Pour toi dont la première chose que j'ai retenue est l'attention particulière, quasi obsessionnelle que tu accordes à ton aspect extérieur. Toujours bien mise, ta beauté somptueuse, halée et rayonnante irradiait à chacune de tes apparitions, rappelant l'allure féline des princesses des Mille et une nuits.
Ma chère Rose, en principe, la Côte d'Ivoire officielle, ta deuxième patrie que tu chérissais tant et où tu as passé plus de 20 ans de ta vie, devait te rendre un hommage officiel et déférent, dû à ton rang. Tu n'auras pas cet insigne honneur parce que tu as choisi le mauvais camp, le camp de tous ceux qui, français ou d'autres nationalités européennes, se battent quotidiennement aux côtés des Africains engagés dans la lutte pour leur dignité, leur liberté, leur souveraineté. Tu as opté pour ceux qui sont ostracisés parce que politiquement incorrects, dans un monde où l'on affectionne et s'accommode de vérité à demie teinte, de clair-obscur. Merci pour le combat de la vérité que tu as mené pour nous, ivoiriens, aux côtés d'Edmond, dans la plus grande discrétion.
Merci pour cette amitié chaleureuse et authentique dont je m'honore dans un environnement humain où amitié rime souvent avec intérêt et vénalité. A Edmond ton compagnon, ton ami de toujours qui a su être là, surtout au plus fort des moments d'extrême souffrance, j'adresse mes condoléances les plus émues et mon affectueuse compassion. A ta famille, tes proches, ma sincère sympathie. Tu resteras à jamais gravée dans le marbre de nos souvenirs. Va ton chemin et bon vent".

Notons que la représentante du FPI, Hortense Adé Assalé, a salué Edmond Suchet au nom du président Laurent Gbagbo dont un portrait avec Rose défilait dans la bande déroulante. De même qu'un autre de Rose et Simone Gbagbo. La cérémonie a réuni une centaine de personnalités du monde diplomatique, des milieux d'affaires et de l'administration, dont une dizaine d'Africains.
C'était au crématorium de Père Lachaise à Paris, le samedi 27 février 2016.
Ohouochi Clotilde Yapi

23:58 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

La main de Dieu !

l'Edito de Yacouba Gbané

On peut tuer tous les coqs qui annoncent le lever du jour. Mais jamais, on ne peut empêcher le soleil de se lever. Le soleil est en train de se lever sur la Côte d’Ivoire. Les écailles commencent à tomber des yeux de ceux qui refusaient de voir la vérité. Ceux qui sont sourds commencent à entendre. Les muets commencent à parler. Le temps est un autre de Dieu. Et le temps, c’est Dieu. Les langues se délient maintenant. La vérité commence à sortir. Le mensonge se déplace en avion. Et la vérité à vélo. Mais la vérité rattrape toujours le mensonge. Ce sont les signes des temps. La météo annonce le changement de temps. Et personne ne fait attention. Le temps commence à donner raison au Président Laurent Gbagbo. Ses ennemis ont la montre. Alors que lui, il a le temps. Et le temps est son meilleur compagnon. Et les faits sont là. Têtus et implacables. Les lignes bougent aujourd’hui. La première partie du procès commence à faire déchanter certains milieux occidentaux qui le considéraient comme un homme dangereux, un criminel. Ils réclament sa libération. Parce que pas de preuves. Des témoignages pas convainquant. Et les témoignages le disculpent. La fuite de certains témoins. Le désistement d’autres témoins. Et le Président Laurent Gbagbo de soutenir : « C’est la main de Dieu qui se manifeste. Il faut rendre gloire à Dieu ».

Que dire du rebondissement dans l’affaire du bombardement du camp militaire de Bouaké en 2004 ? Dans cette affaire où le Président Laurent Gbagbo a été accusé de tous les pêchés d’Israël. Il y a toujours un Dieu pour les pauvres. On assiste à des révélations incroyables de la justice française qui pointent du doigt, trois ministres français. Qui l’eût cru. Incroyable. Mais vrai. Maître Jean Balan, Avocat des familles de victimes soutient : « c’est une manipulation. Un coup monté au plus haut niveau de l’Etat et à accuser. Puis à faire tomber l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo ». Ce n’est pas le juge qui soutiendra le contraire : «L’attaque était considérée comme une affaire gravissime au plus haut niveau de l'Etat. Et les hautes autorités françaises du ministère de l'Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères avaient été prévenues de l'arrestation des pilotes biélorusses impliqués. La décision de ne rien faire concernant ces pilotes a été prise à l'identique par les trois ministères, ce qui permet de penser à l'existence d'une concertation à un haut niveau de l'Etat ». Dieu, à travers ces faits précités envoient un signal fort à ceux qui détiennent illégalement le Président Laurent Gbagbo entre les quatre murs de la prison.

Tous ces faits montrent que le Président Laurent Gbagbo est dans la vérité. Et qu’il est sur le chemin de la résurrection. C’est un grand pas vers une victoire certaine. Et ça sera la victoire de Dieu sur Satan, du jour sur la nuit, de la vérité sur le mensonge, du vrai sur l’ivraie, du bien sur le mal, du positif sur le négatif, de la lumière sur l’obscurité. Le temps de la résurrection est en marche. Et personne ne peut l’arrêter. Ils ne peuvent que le retarder. Le plan de Dieu n’est pas celui des humains. Comme le soutient Aboudramane Sangaré, président intérimaire du Fpi, la prophétie est en marche. «On ne joue pas avec Laurent Gbagbo impunément ». Il a une carapace qui le protège et le couvre. « Ce n’est pas tout ce que l’œil voit que la dent peut attraper » dit un proverbe africain. Que ceux qui ont les yeux pour voir, voient. Et ceux qui ont les oreilles pour entendre, entendent. Reconnaître son erreur n’est pas une honte. Encore moins une faiblesse. Bien au contraire, c’est une marque de grandeur et de sagesse.
Allons-y seulement. Haut les cœurs. La liberté vaincra. Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire. A la semaine prochaine. Inch’Allah !
yacou06336510@yahoo.fr

Yacouba Gbané

21:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Israël :J'ai rencontré l'un des hommes les plus vieux du monde

 et c'est moi que j'ai trouvé

Lorsque j'ai su que le plus vieil homme du monde était à présent un rescapé de la Shoah nommé Yisraël Kristal, et qu'il vivait à Haïfa, j'ai immédiatement su que je devais le rencontrer, que c'était une nécessité absolue. Pas pour contempler comme au musée "l'homme le plus vieux du monde", non, ce côté sensationnel et presque voyeur ne m'intéresse pas. Mais pour lui parler, rencontrer véritablement l'homme et le témoin qu'il est, pour échanger avec lui au sujet de la question qui me hante, celle de l'identité et de la foi juive après Auschwitz. Je ne m'en étais pas rendu compte alors, mais cette idée du doyen des êtres vivants, de celui qui était là alors qu'aucun autre humain actuel ne l'était a sans doute travaillé mon esprit. Sans doute aussi que le fait que cet homme porte un prénom qui est déjà plus qu'un prénom, qui est le nom de tout mon peuple, Yisraël, a quelque part marqué mon inconscient.
Évidemment, prendre une photo de lui aussi, car c'est ce que je fais et que je sais faire, photographier les témoins que je rencontre pour tenter de saisir quelque chose de leur aura personnelle et les publier pour ce projet qui me tient tant à cœur : The last Link.

Comment réussir à provoquer cette rencontre qui s'est imposée à moi comme vitale ?
Une piste dans un article de presse, un ami journaliste, un service, puis le numéro de Shula, la fille d'Yisraël Kristal avec un avertissement ; "Fais attention, elle n'aime pas trop les journalistes". Je la comprends, et surtout, je ne suis pas journaliste. Mais pour mettre toutes les cartes de mon côté, je demande quand même à Dana, une femme active auprès des associations de rescapés de la Shoah, d'intervenir en ma faveur. Dana m'informe quelques jours plus tard qu'après une âpre conversation autour de ce qui différencie mon projet des rapaces qui veulent juste une bonne photo bien vendeuse, Shula a accepté que je rencontre son père.
Ce sera donc Lundi, à 11h. Je dors mal, je me réveille aux aurores et attend la dernière confirmation. 8h45 : "Nissim, Prends la route, tu es attendu à Haïfa". Taxi, conversations, questionnements : "Qu'est-ce que je vais bien pourvoir lui dire ?" Je pressens, sans savoir pourquoi, que cette rencontre sera différente des autres. Mais je suis loin de m'imaginer les scènes bouleversantes qui m'attendent.

L'immeuble est modeste. En montant à l'étage je vois écrit sur la porte "Yisrael Kristal". En m'ouvrant la porte, la dame de maison asiatique me dit avec un accent chantant "You are Lucky !".
J'entre d'un pas mal assuré et je les vois tous les deux. Shula et Yisraël. La fille et le père. Elle est debout à côté de sa chaise à lui. Elle a des Tefilin à la main. Ces petits boitiers que les hommes juifs doivent mettre tous les matins comme rappel du divin sur leur bras et leur tête. Elle lève la tête et me dis que depuis que son père s'emmêle un peu les pinceaux avec la pose des lanières, elle essaie de les lui mettre elle-même tous les jours. Malheureusement, elle n'est pas très sure de la bonne marche à suivre. Je lui propose de l'aider, moi j'ai appris à le faire très tôt dans ma vie, et le fait encore tous les matins, même si je suis moins religieux que je ne l'étais enfant.

Je lui suggère que ce serait formidable de faire la photo avec les Tefilin. Elle dit oui. J'aide à nouer les lanières sur son bras, je place le boitier contenant un parchemin sur sa tête. Pendant que je place un parchemin sur cet homme parcheminé, pendant que je mets ces boitiers de mémoire sur une mémoire vivante, une intense émotion m'étreint, quelque chose comme une manifestation de mon âme, un instant suspendu hors du temps. Je pense que Shula a senti mon émotion : en levant les yeux vers elle, je la vois au bord des larmes aussi. C'est comme si je comprenais pour la première fois de ma vie ce que voulait dire mettre ses Tefilin pour un juif. Je le fait depuis mes 13 ans, je l'ai fait quand j'étais à la Yeshiva, je l'ai fait quand j'ai quitté la Yeshiva pour devenir publicitaire, je le fait encore. Mais avant cet instant, je n'avais pas compris. Je ne peux pas exprimer autrement ce sentiment profond qui m'a habité à ce moment.

Yisraël, malgré ses problèmes de vision, se prête au jeu de la photo, il rit.
Shula me dit : "- Tu sais, je ne te connais pas, mais saches que tu as beaucoup de chance. Je ne laisse jamais personne entrer ici, les journalistes s'en foutent de mon père, ils ne se sont pas intéressé à lui ni à son passé avant qu'il y ait cette histoire de Guinness des records. Ce qu'ils veulent c'est un scoop, et moi ça ne m'intéresse pas de leur donner un scoop. Pourquoi faire ? Le dernier que j'ai fait entrer ici c'était-il y à deux ans, il a pris des photos de mon père et ne les a jamais publiées jusque la semaine dernière où la nouvelle est parue."
Puis elle ajoute : "- Mais lorsque Dana m'a expliqué ton projet et tes intentions de vraiment raconter l'histoire des survivants ; alors j'ai fait un effort énorme, j'ai pris la décision de te laisser entrer alors que je ne te connais pas".

yisrael_kristal

Je lui réponds alors : "- Je ne suis pas journaliste, c'est vrai, mais j'ai quand même des questions. Il y en a au moins une que je pose à chaque survivant que je rencontre même si après avoir mis les téfilin à ton père elle me paraît presque ridicule..."

- C'est quoi ta question ?
"-Yisraël, après tout ce que tu as vu, après tout ce que tu as vécu, est-ce que tu crois en Dieu?"

Notre conversation naissante est interrompue à ce moment précis par la femme de maison qui lui sert un thé. Yisraël la remercie puis me pointe du doigt en disant : "Pour lui aussi, un thé". Yisraël fait la bénédiction sur son thé : "Béni Sois-tu Eternel, qui a créé le tout par sa Parole". Je dis Amen ! Et fais ma bénédiction à mon tour. Nous trinquons comme les juifs trinquent. Lehaïm ! A la vie !

A la vie.
L'homme le plus vieux du monde trinque à la vie, après l'horreur. C'est si beau que j'en ai le cœur serré. Shula se penche à son oreille et lui pose ma question. Il lui répond en Yiddish. Elle souris. Alors je lui demande de me traduire, et elle me dit : "- Ô qu'il est bon d'avoir 112 ans et de pouvoir faire la bénédiction sur son thé ?" Voilà sa réponse à ma question. Il est heureux d'être en vie pour pratiquer les rites juifs. Il est heureux de pouvoir faire ce que des juifs ont fait avant lui. Il n'a pas de position théorique sur le devoir de croire ou de ne pas croire, il ne dit rien de ceux qui ont perdu la foi, ne les juge pas. Lui, il est heureux de pouvoir boire son thé et de bénir Dieu avant.
Avant de partir, je lui pose une dernière question.
Quel serait son message aux jeunes générations ?
Il répond en yiddish. "Se comporter comme des humains."

Je suis parti à la rencontre de l'homme le plus vieux du monde, et c'est une partie de moi que j'ai retrouvée.

Hufftingtonpost.fr
par , Photographe, cofondateur de rootsisrael.com


20:26 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Quelle sera la valeur de ce témoignage?



Témoignage de Agouti Moustafali ... Moi j’étais à l’aéroport et j’ai bel et bien vu Sam l’Africain ligoté. On le tirait, il était même trimbalé par terre. Sam l’Africain résistait et refusait de monter dans l’avion. C’est ainsi l’on pouvait voir Issiaka Watra alias Watao lui administrer des coups de botte au ventre et aux fesses. Une scène très dégradante que nous avions assisté hier avec notre équipe de reportage. Pour ceux qui pensent que, le régime de Dramane Watra n’est pas capable d’agir ainsi, nous vous demandons d’aller revoir votre copie. Car, c’est ce que Dramane Watra sait bien faire. C’est à dire brutaliser et traumatiser les gens.


communiqué par Jean Pierre Fieglo

18:26 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

CPI:Dommage que Gbagbo n'ait pas connu ce Me Altit-là

7 février 2016

Post initialement paru ici même le 27 janvier 2015...

Ce jour, dans un espace emmaüssien voué aux meubles pas chers mais où on trouve aussi des livres, entre les mémoires mitterrandiennes de Roland Dumas - très jolies pages sur Jacques Vergès - deux Dashiell Hammett et un A.D.G.*, déniché Dans les geôles de Kadhafi, d'Emmanuel Altit. L'avocat de Gbagbo à La Haye, devant la Cour pénale internationale pour les Africains seulement. 4 euros pour le tout. J'achète.

En rentrant, je pelote un peu le Dumas, jusqu'à tomber sur les pages consacrées à Vergès. Pour le moins différentes de celles du livre soi-disant "co-écrit" par Gbagbo et validé par un Altit visiblement désireux de tuer jusque dans le cercueil de Vergès la possibilité d'une Défense moins connivente que la sienne (si efficace, on l'a vu).

Feuillette mes Hammett.

Lis le début d'A.D.G.

La seule quatrième de couverture que je lis, allez savoir pourquoi, c'est celle d'Altit.

"De Sofia à Tripoli, de Londres à Paris en passant par New York, Emmanuel Altit dévoile les coulisses de l'affaire, les enjeux cachés, les négociations secrètes. Il explique sa stratégie gagnante : transformer l'affaire en une question politique internationale, mobiliser les consciences du monde entier, réveiller les opinions publiques et se servir des médias pour peser sur les politiques."

Il y a donc eu une période où Me Altit trouvait judicieux d'écrire un livre dans le cadre de la défense d'un client de dimension internationale...
Il y a donc eu une période où Altit écrivait lui-même, sans avoir besoin d'un vrai-faux livre faussement co-écrit par Gbagbo (et dont l'impact sur les médias internationaux aura, comme prévu, été nul).

Il y a donc eu une période où Me Altit trouvait indispensable de :

1) transformer une affaire en question politique internationale.

2) mobiliser les consciences du monde entier

3) réveiller les opinions publiques

4) se servir des médias

Quel dommage que le Président Gbagbo n'ait pas connu ce Me Altit-là !

Le sien est vissé à La Haye. Pas foutu d'aller même seulement à Abidjan informer, juste informer, les Ivoiriens de ce qui se joue à la CPI. Manifestement incapable aujourd'hui de "mobiliser les consciences, réveiller les opinions publiques et se servir des médias"...

Pas grave, les groupies de Gbagbo répètent jusqu'à s'en étourdir que le meilleur avocat de Gbagbo, c'est...Gbagbo.

Grégory Protche
LeGrigriInternational
___________________________

* ADG, je suppose qu'il s'agit d'un polar signé Alain Dreux Gallou)


18:12 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le projet HAARP :

17 septembre
Les militaires américains sont passés maîtres dans l'art de camoufler leurs opérations secrètes sous le couvert de recherches pacifiques. Ainsi, HAARP signifie "High Atmosphere Auroral Rechearch Program" ("programme de recherche sur les aurores boréales en haute atmosphère"), un nom calculé pour ne faire peur à personne, avec un budget apparemment pas trop élevé  (30 millions de dollars par an officiellement). En réalité, depuis plus de quinze ans, se déroule sous ce couvert un projet gigantesque de construction d'une nouvelle arme terrifiante. La première réalisation est une station située à Gakona en en Alaska, station dont la puissance double régulièrement au fur et à mesure que de nouvelles installations voient le jour (960 kW en 2003, 3,6 mégawatts en 2006, 20 mégawatts en 2008). D'autres stations sont en construction. Mais cela ne constitue que la partie émergée de l'iceberg. L'île américaine de Diego Garcia, au sud ouest de l'inde, serait un autre maillon de HAARP. Il y en aurait un autre à Pine Gap, en Australie.

L'objectif  réel de HAARP est simple : pouvoir atteindre et bombarder à volonté n'importe quel point de la terre et de l'espace proche avec un faisceau d'énergie directif ultra-puissant... sans utiliser de satellite ! Mais en fait Haarp marche si bien qu'un grand nombre de nouveaux objectifs sont apparut possibles et sont en cours de développement / tests :

Détruire en vol les missiles, fusées, avions et satellites,

Mettre HS des installation électriques civiles et militaires

Communiquer avec les sous-marin même à grande profondeur

Provoquer des incendies dans des installations industrielles

Interdire les communications radio sur une zone donnée, à volonté

Scanner le sol et les océans à grande profondeur

Manipuler à distance l'esprit des gens et le comportement des foules (si, si !)

Réaliser un bouclier antimissile pour les USA

Attaquer des cibles au sol

Et même... contrôler le climat et créer une arme climatique

Ces objectifs ne sont pas bien sûr avoués par les américains, car ils sont contraire à la convention ENMOD de 1977 qui interdit les modifications de la biosphère à des fins hostiles. Notons cependant que les nations-unis ont récemment, sur l'instigation des américains, exclu de leur ordre du jour les changements climatiques résultant des programmes militaires. Cependant, les USA n'ont pu empêcher quelques informations de filtrer, et cela a commencé à alarmer les autorités de certains pays. En février 1998, le Comité des affaires étrangères, de la sécurité et de la politique de défense du parlement européen a tenu une audience publique à Bruxelles au sujet de HAARP. Ce comité à présenté au parlement européen en 1999 une motion stipulant que "HAARP... en vertu de son impact étendu sur l'environnement , constitue une préoccupation mondiale... [le comité] demande que ses implications légales, écologiques et éthiques soient évalués par un organisme international indépendant... [le comité] regrette le refus réitéré des États-Unis d'apporter des preuves à l'audience publique concernant les risques pour l'environnement et le public du programme HAARP". Cette requête fut rejetée sous le prétexte que la Commission Européenne ne disposait pas de la juridiction nécessaire lui permettant de s'immiscer dans les liens entre l'environnement et la défense. La vérité, c'est que Bruxelles ne souhaitait pas entrer en conflit ouvert avec Washington... Retenons une chose : Haarp, c'est du sérieux.

La Douma, le parlement Russe, s'est également inquiétée de HAARP : en 2002 ses membres ont exprimé leur vive inquiétude en évoquant "un saut qualitatif considérable en matière d'armement". Le rapporteur a indiqué trois sites prévus pour HAARP : Alaska, Groënland et Norvège. Un appel contresigné par 90 députés de la Douma a été transmis à l'ONU ainsi qu'au parlement et leaders des pays adhérents à l'ONU.

HAARP utilise les propriétés de l'ionosphère, une couche atmosphérique située à 270 Km d'altitude environ, qui possède la propriété de réfléchir les ondes radio. Les radio-amateurs connaissent bien l'ionosphère, c'est elle qui leur permet d'établir par exemple des liaisons radio transatlantiques, sans satellite. L'ionosphère est ainsi une sorte de miroir radio naturel, qui  renvoie vers le sol les ondes radio (de certaines fréquences précises) émises depuis la terre. L'ionosphère est ainsi appelée parce que ce sont des ions (des atomes électrisés) qui réfléchissent les  ondes.

Seulement l'ionosphère est capricieuse. Les conditions radio et les fréquences changent d'heure en heure, voire de minute en minute, et sont sujettes aux variations de l'activité solaire. C'est d'ailleurs dans l'ionosphère que se produisent les aurores boréales, ou aurores polaires.

D'où l'idée : et si on pouvait, avec un  émetteur HF de forte puissance, contrôler l'ionosphère, au moins sur une petite portion (quelques centaines de kilomètres carrés),  et la transformer en un miroir parfait, et même en un miroir parabolique parfait, est-ce qu'on ne pourrait pas en profiter pour envoyer un second faisceau d'ondes, bien plus puissant, qui se réfléchirait sur ce miroir pour frapper toute cible désignée avec une précision de quelques mètres ?

Dit comme ça, ça parait simple, mais les détails techniques sont très compliqués. Les américains, toutefois, semblent y être parvenus. La station de Gakona (Alaska), malgré sa gigantesque puissance HF émise, ne sert qu'à amorcer dans l'ionosphère les conditions radio pour que d'autres stations, bien plus puissantes (!) (on parle ici de gigawatts émises par radio) et opérant dans d'autres gammes de fréquence (VLF et ELF), puissent utiliser le miroir ainsi créé pour atteindre instantanément une cible au sol, en vol ou dans l'espace, partout dans le monde, et avec une puissance telle que la cible est immédiatement vaporisée. Haarp a ceci de "merveilleux" que le miroir ionosphérique fonctionne dans les deux sens et permet aussi de créer un radar parfait, donc de suivre la cible en même temps qu'on la détruit. Et comme l'ionosphère se désionise très rapidement, aucune preuve ne peut être apportée quant à l'auteur du tir. Ni vu ni connu ! Mais s'il n'y avait que ça...

De nombreux experts en armement et scientifiques ont fait part de leur vive inquiétude face à HAARP, y compris au parlement européen.  Le physicien allemand Zielinsky et le chimiste Richard William affirment que les énormes puissances mises en jeu sont susceptibles d'influencer la météorologie d'un pays et d'y provoquer des effets catastrophiques. Gratan Healy, expert en énergie, a été chargé par des parlementaires de rassembler des preuves sur cette arme terrifiante.

Station de Gakona 

Elle s'étend sur plusieurs hectares à Gakona, une petite localité au sud d'Anchorage. Elle est située tout à coté des immenses réserves de gaz et de pétrole de la société (écran) ARCO, qui est ... propriétaire des brevets HAARP. L'installation est reliée à l'un des plus puissants ordinateurs de la planète, sur le campus de l'université D'Alaska, dans le Butrovich building. Elle est protégée par un réseau de défense antiaérien comparable à celui de Washington : des batteries de missile sol-air sont disséminés partout en Alaska dans le seul but de protéger la station de Gakona. La photo ci-contre ne montre qu'une partie des installations, elle a été "caviardée", mais hélas je n'en ai pas trouvée de meilleure.

HAARP dispose (actuellement) de 48 énormes antennes de 20 mètres de haut, reliées chacune à un émetteur de 1 mégawatt. Le projet à terme prévoit 360 antennes de 3 mégawatts chacune, soit 1 gigawatt ! (Et rappelons que c'est uniquement pour créer le "miroir" qui sera utilisé par des installations secrètes dont la puissance est largement supérieure... et reste inconnue).

Les émetteurs HF sont alimentés en énergie par 6 turbines brûlant 95 tonnes de diesel par jour. L'installation rejette 7 tonnes de déchets par jour.

En 2005, la société BAE Systems Advanced Technologies Inc, située à Washington D.C. s'est vue attribuer un contrat ferme de 35 mllions de dollars TTC dans le cadre des des contrats hors limitation d'attribution et de de volume ( N00014-02-D-0479 ) pour construire des transmetteurs haute fréquence dans la cadre du projet de rechercher HAARP, de recherche d'activation aurorale par hautes fréquences, situé à Gakoma, et opérant grâce à un système d'antennes émettrices.  Le travail sera effectué à 72 % à Dallas, Texas, et à 28 % à Washington et il était prévu que tout serait achevé en juin 2007. Le Bureau des Recherches Navales, Washington S.C. est la structure chargée de gérer ce contrat. Bien sûr, ce n'est que l'un des multiples contrats liés à HAARP...

A quoi ça sert ?

Au début, il s'agissait simplement de faibles énergies: on utilisait des ondes HF émises depuis Gakoma pour  ioniser l'ionosphère et créer un miroir sur lequel on envoyait des ondes ELF, utilisées pour communiquer par exemple avec les sous-marins : les ondes de très basses fréquences, ou ELF, ont en effet la propriété de pouvoir pénétrer plusieurs kilomètres sous terre ou sous la mer. Seulement ces ondes sont très peu directives, et il faut des antennes de plusieurs kilomètres de long (les sous-marins nucléaires traînent derrière eux des fil d'antenne de cette longueur). Avec Haarp,  l'ionosphère permet enfin de focaliser les ELF et d'envoyer des puissances gigantesques (on sait faire des émetteurs extraordinairement puissants dans ces gammes d'ondes) directement vers les sous-marins. Les applications sont incroyables puisque on parle même de recharger des batteries à distance...

Très rapidement, les militaires américains se sont aperçus que HAARP marchait super bien et que d'autres applications étaient envisageables : tout d'abord un "radar ELF" capable de scanner le sous-sol de la terre entière à la recherche de bases secrètes, et les mers à la recherche de sous-marins (qui ne donc sont plus du tout invisibles pour les américains, ce qui fout en l'air une bonne partie de la stratégie de dissuasion nucléaire, au moins française).

Enfin HAARP permet de créer une arme EMP, une arme à impulsion éléctromagnétique... sans faire péter de bombe atomique dans l'espace. Les armes EMP anéantissent instantanément toutes les communications et dispositfs électronique chez l'ennemi. Une arme EMP a été utilisée contre l'Irak en 1991 au cours de la guerre du gofe, ce qui explique pourquoi Saddam et sa clique se sont rendus si vite.

Mais le "jeu" ne s'est pas arrêté là : les américains ont très vite compris qu'ils pouvaient utiliser des énergies encore plus intenses pour détruire carrément des cibles terrestres ou aériennes... Et même carrément contrôler la météorologie ?

Contrôler le climat ?

Et si les américains avaient vraiment la capacité de créer / influencer des ouragans et des tornades ? 

Encore plus fort  : manipulation mentale ?

Un certain nombre de personnes se sont engagées dans un véritable jeu de détective afin de déterminer les véritables but de HAARP : Rosalie Bertelle, scientifique et consultante pour le parlement européen, et Nick Begish, écologiste qui avec Jeanne Manning, Journaliste indépendante, est l'auteur du livre "les anges ne jouent pas de cette haarp", qui fit grand bruit.

Selon eux, les armes EMP (et à plus forte raison, HAARP) ont un effet psychologique perturbant sur l'être humain. Il se pourrait que HAARP, arme polyvalente s'il en est, puisse aussi être utilisée dans ce but. Une arme "psychotronique" utilisant une onde ELF (ultra basse fréquence) de forte puissance, capable de manipuler mentalement les populations à leur insu. Les ondes ELF sont en effet, comme l'avait découvert dès 1952 le professeur Jose Delgado de l'uniersité de Yale, capables de d'interférer avec les fréquences cérébrales et de provoquer la synthèse de substances neurochimiques altérant les émotions : peur, dépression, colère... Ceci pourrait (?) expliquer pouquoi lors de la guerre du golfe, des milliers de militaires irakiens se sont rendus sans combattre.

Et c'est un fait que les molécules d'ADN et ARN, à cause de leur longueur, sont particulièrement sensibles aux hautes fréquences modulées en basse fréquence. Il est possible que des maladies affectant le système d'orientation des cétacés, les faisant s'échouer par troupeaux entiers sur les côtes (ce qui ne s'était  jamais vu auparavant) soient causés par les essais HAARP pour communiquer avec les sous-marins.
Choc-vérité

17:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Vers un printemps "américain" en Europe ?

Plus grave : Est-ce que Hollande nous prépare à la guerre en Europe en accusant la Russie ? Udo Ulfkotte signale dans article en date du 12 février dernier que la guerre en Europe serait prévue dans 6 semaines contre la Russie ! "c’est actuel"
Les U.S.A sont en train de préparer à la guerre et une guerre de l’OTAN contre la Russie.
Merkel devrait entraîner l’Allemagne et les autres pays européens dans la guerre », écrit Udo Ulfkotte qui a toujours été jusqu’à maintenant un journaliste fiable.
Dans la conférence de Munich du 12 au 13 février l’Arabie saoudite a menacé la Russie d’une guerre de religion totale si Moscou soutient Assad.
L’OTAN fait intervenir à ses côtés la Turquie et l’Arabie saoudite, deux nations qui veulent détruire la Russie mais aussi la civilisation européenne.
Hollande, lui, parle du risque d’une guerre alors que la France, elle, -et surtout Hollande-, porte la responsabilité de cette guerre car la France n’a pas dénoncé les menaces de l’Arabie saoudite à Munich ni remis en cause la collaboration de l’OTAN en France ou la collaboration de l’OTAN avec la Turquie ou l’Arabie saoudite, ni la soumission de la France à l’OTAN.
Hollande est, donc, pour la soumission de la France, le « Gauleiter » de la France aux ordres du Nouvel Ordre mondial !
Hollande soutient l’Arabie saoudite au lieu de soutenir la Russie et semble nous préparer à la guerre en Europe contre la Russie !
Hollande doit être bien payé pour cette mission, sinon quel serait son intérêt ? la littérature de l’Arabie saoudite et les romans turcs, ou le fromage turc ??

Dominick Guerin

Hollande accuse la Russie et prépare à la guerre mondiale ?

Hollande
          accuse la Russie et prépare à la guerre mondiale ?

Dans la conférence de Munich du 12 au 13 février l’Arabie saoudite a menacé la Russie d’une guerre de religion totale si Moscou soutient Assad. L’OTAN fait intervenir à ses côtés la Turquie et l’Arabie saoudite, deux nations qui veulent détruire la Russie mais aussi la civilisation européenne. Hollande, lui, parle du risque d’une guerre alors que la France, elle, et surtout Hollande, porte la responsabilité de cette guerre car la France n’a pas dénoncé les menaces de l’Arabie saoudite à Munich ni remis en cause la collaboration de l’OTAN en France ou la collaboration de l’OTAN avec la Turquie ou l’Arabie saoudite, ni la soumission de la France à l’OTAN. Hollande est, donc, pour la soumission de la France, le « Gauleiter » de la France aux ordres du Nouvel Ordre mondial ! Hollande soutient l’Arabie saoudite au lieu de soutenir la Russie et semble nous préparer à la guerre en Europe contre la Russie ! Hollande doit être bien payé pour cette mission, sinon quel serait son intérêt ? La littérature de l’Arabie saoudite et les romans turcs ou le fromage turc ?

« Gauleiter » de l’ordre mondial.
Hollande s’envole à Tahiti. On apprend que les pauvres de Tahiti sont retirés des rues pour ne pas déranger. Le président socialiste, qui n’a jamais travaillé de sa vie dans une entreprise mais toujours vécu à la solde de l’Etat fonctionnaire (pas le très petit fonctionnaire genre infirmier…), qui se présentait proche du peuple lors de son élection (on se souvient de sa petite voiture normale pour le transporter) agit en « Gauleiter » qui se moque du peuple, à se demander si le peuple en est conscient ou plutôt à se demander il existe encore un peuple en France ? Sur tous les points Hollande méprise le peuple et ne se cache pas. La mère de ses enfants, Ségolène Royal, a obtenu un poste au gouvernement et fait régulièrement partie des voyages officiels au frais de l’Etat. Le couple, non marié, se retrouve dans les châteaux et dans les jolis dîners toujours aux frais du peuple. C’est étonnant de voir ces nouveaux patrons de la France SARL, en référence à Deutschland GmbH, pouvoir agir en toute impunité et qui usent des moyens de répression de la dictature pour intimider et faire taire les citoyens (censure des média et sites du Net, fortes amendes contre les citoyens qui critiquent). C’est étonnant de voir l’emploi des mensonges sur tous les domaines pour diriger la France SARL qui selon le Nouvel Ordre Mondial (la commission trilatérale a été citée dans la liste des invités de Munich) doit être détruite et disparaître dans le mélange du TIPP. Hollande aurait fait une alliance avec la Russie, la France aurait pu retrouver sa dignité, son honneur, sa force et défendre les valeurs européennes, comme les valeurs de la femme. La preuve est faite toujours et encore que Hollande n’est pas au service du peuple français, ni de sa civilisation. A se demander si l’homme a une conscience ? Hollande répète les lignes directrices de l’OTAN et de l’ONU, mais cet homme est dangereux car médiocre !

La Russie est le problème !
Pour Hollande c’est la Russie le problème, comme c’est pratique. Nous sommes au 21ème siècle et les élites sont toutes dans leur majorité à dire que la Russie est le danger et lobotomisant des millions de Français qui répètent le même slogan. Hollande ne parle même pas une langue étrangère correctement et ça dicte ce que la France doit faire ! C’est sidérant ! Parler une autre langue permet d’avoir un recul sur sa propre culture ! Parler 3 langues étrangères permet d’avoir 3 angles d’approches sur le monde ! Ou Hollande parlerait parfaitement une autre langue qui ne serait pas le français mais de quelle langue s’agirait-il si cela était le cas ? Hollande collabore avec l’Arabie saoudite mais il ne parle même pas l’arabe, du moins pas devant les caméras. Avec son niveau d’anglais il ne pourrait même pas vendre dans une entreprise des capotes anglaises ! C’est que l’Ordre Mondial a besoin de gens peu éduqués et surtout ouvert sur le monde pour mener à bien ses plans mais surtout des gens qui se comportent en prince et pense à leurs intérêts !

Pression sur Moscou de Hollande ! Bonne blague !
« La Turquie est impliquée en Syrie (…) Là, il y a un risque de guerre (avec la Russie) et c’est pourquoi le conseil de sécurité (de l’ONU) se réunit en ce moment”, a dit Hollande sur France Inter. Et Hollande dit, « la Russie ne s’en sortirait pas en soutenant unilatéralement Bachar el-Assad ». Puis Hollande a demandé à faire des pressions sur Moscou ! La France qui n’a plus d’armée est un pays occupé par des zones de non droit ! « Le Gauleiter » du Nouvel Ordre Mondial est utilisé pour faire le diplomate, jouer à la voix de la France ! Puis Hollande accuse la Russie de bombarder des civils, « je ne peux pas accepter qu’en même temps qu’on négocie, on bombarde des populations civiles », en accusant la Russie. Mais jamais Hollande ne va accuser la Turquie de tuer les civils ou accuser l’Arabie saoudite de menacer la civilisation européenne d’une guerre totale de religion. En outre la Turquie a bombardé des civils durant la conférence de Munich. Il serait intéressant de voir comment pense Hollande en privée… pour comprendre ce qu’est ce personnage qui détruit la France et les relations avec les peuples liés traditionnellement à la France. Non ! Hollande ! Tu n’es pas le président de la France mais « le Gauleiter » de la Trilatérale !

Plus grave. Est-ce que Hollande nous prépare à la guerre en Europe en accusant la Russie ? Udo Ulfkotte signale dans article en date du 12 février dernier que la guerre en Europe serait prévue dans 6 semaines contre la Russie ! « C’est actuel. Les U.S.A sont en train de préparer à la guerre et une guerre de l’OTAN contre la Russie. Merkel devrait entraîner l’Allemagne et les autres pays européens dans la guerre », écrit Udo Ulfkotte qui a toujours été jusqu’à maintenant un journaliste fiable.

Olivier Renault
novorossia.today  

17:20 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Carambar, histoire d'un bonbon star

ceci n'a rien à voir avec la Côte d'Ivoire et les questions de fond. J'avais juste envie d'une petite douceur, et cette annonce est venue à ma rencontre. Quel dommage si le Carambar disparaissait, ce serait un pan de notre jeunesse qui disparaitrait avec lui.
Shlomit


Par  -

Le groupe Mondelez met en vente l'usine Carambar, a révélé Challenges mercredi 21 octobre. Triste nouvelle pour le monde de la confiserie et pour les amateurs de ce bonbon et des blagues inscrites sur son emballage. Son histoire a commencé en 1954 à Marcq-en-Baroeul (Nord-Pas-de-Calais), elle est agrémentée de mystères et de légendes qui ont fait la notoriété de la marque.

Le groupe Mondelez serait prêt à se séparer de son usine Carambar à Marcq-en-Baroeul (Nord-Pas-de-Calais), selon un article de Challenges publié mercredi 21 octobre. Triste fin pour ce bonbon culte qui colle aux dents depuis trois générations. Sans oublier les blagues potaches inscrites sur son emballage. L'histoire de Carambar est truffée de légendes et de coups de com. Un storytelling bien rôdée qui a contribué au succès de la marque.

La recette serait une erreur

Avant d'appartenir au groupe Cadbury en 1998, lui-même racheté par Mondelez en 2010, Carambar a été créé par la société Delespaul-Havez, fondée à Lille en 1848. Une société spécialisée dans les dragées, bonbons au chocolat, pains d’épices et biscuits. En 1953, l’entreprise connaît un ralentissement de son activité. Georges Fauchille, directeur commercial et Augustin Gallois, chef de fabrication s'inspirent d'une étude réalisée auprès d’enfants pour inventer une nouvelle friandise. Les enfants ne s'intéressent plus aux sucettes, ils veulent mâcher des bonbons.

Les deux collègues imaginent alors un mélange de cacao et de caramel. Pendant les premiers essais de production, une machine se serait déréglée. Il en sort un bonbon au caramel mou, long de soixante-deux millimètres. Cette histoire de flop devenu succès, comparable à celle de la tarte Tatin, serait en fait peu probable. Augustin Fauchille aurait réglé la machine afin de produire des caramels longs, pour changer du format carré habituel des "toffee" déjà fabriqués par Delespaul-Havez.

Le "Caram'bar" était né. Il arbore déjà un emballage rouge et jaune et coûte cinq centimes de franc.

Mais qui écrit les blagues carambars ?

"Que se fait un Schtroumpf quand il tombe?... Un bleu"... Les blagues Carambar ont fait la notoriété du bonbon, et sont même devenues un type d'humour à part entière.

Les dix premières années après la création de Carambar, Delespaul-Havez lance un système de points à récolter sur les emballages et à échanger contre un cadeau. Mais en 1969, les points sont remplacés par des devinettes et des charades. En 1990, Carambar lance les fameux "Monsieur et Madame ont un fils…" pour se diversifier.

Mais une question persiste "qui écrit les blagues Carambar?", et avec elle le fantasme de ce métier improbable "inventeur de blagues pour Carambar". Le Nouvel Obs, dans un article de 2013, rend le fantasme un peu plus réel. Le journal recueille le témoignage de Stéphane, auteur de blague Carambar, payé 70 euros par blague validée. Pourtant chez Cadbury, personne ne dévoile l'identité des auteurs, ça fait partie du mythe. Selon les informations du Parisien, une agence de communication serait à l'origine des blagues. Elle s'inspirerait d'études marketing très poussés.

En 1999 pour fêter le milliardième Carambar, un concours est organisé: la marque propose à ses clients d'envoyer leur meilleure blague. Sur les deux mille blagues reçues, cinq cents sont sélectionnées et quatre cent vingt publiées. La marque renouvelle l'opération en 2011.
La marque a aussi fait appel à des humoristes comme Eli Semoun en 2008 ou Zep, l'auteur de la BD Titeuf en 2001. 

Le canular de Carambar

"Carambar arrête ses blagues", "Fin des blagues Carambar, plus dure sera la chute", "Carambar perd son sens de l'humour", le 21 mars 2013 les médias et les internautes s'enflamment. Carambar annonce que les blagues seront remplacées par des questions "ludo-éducatives" pour "donner un coup de fouet à la marque". Une pétition est lancée par la mairie de Marcq-en-Baroeul où est implantée l'usine. Carambar dément quelques jours plus tard. Ce n'était qu'un canular pour faire le buzz, orchestré par l’agence Fred & Farid. Carambar publie même une vidéo pour expliquer "les coulisses de la plus grosse blague de l'année".

La mise en vente de l'usine n'a cette fois-ci rien d'une blague, bien que la direction de Mondelez ne se soit pas encore exprimée sur le sujet. Le groupe avait déjà vendu sa branche café en mai 2015…

Marine Protais
usinenouvelle.com

16:38 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Petite vidéo que Mme Bensouda ne vous montrera pas.

Sortie de personnes provisoirement internées au Golfhotel, après l'attaque de la résidence présidentielle. Les dernières images nous présentent Madame Simone Gbgbo malmenée et brutalisée par des hommes en armes.

Je vous prie de visionner cette petite vidéo et dites qui doit être traduire à la CPI ???

Posté par Bonte Benediction sur lundi 2 février 2015

16:10 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

CPI: Les Ingrédients d’un Procès Politique


En scrutant les premières semaines du procès de la honte qui oppose le président Laurent Gbagbo aux lobbies internationaux et leurs “laquais-Peau Noire Masque Blanc,” un être normal aurait Honte. Chaque jour d’audience, ce fameux procès a apporté son lot de surprises. Toutes, des ingrédients politiques à la persécution de Gbagbo.

Rien de Sérieux dans le Dossier
 Confidences! Découvertes! Indiscrétions! Ces révélations  mettent les manquements du dossier d’accusation en lumière.  Montrent l’incapacité des procureurs à défendre leur affaire et convaincre. Exhibent l’envers du décor: un procès politique qui révèle la manipulation du juge-président et ceux qui sont derrière ce faux procès.
A l’ouverture de ce procès de l’humiliation de l’Afrique, la procureure Fatoumata Bensouda déclarait, “je tiens à souligner une fois de plus que ce procès n'est pas de nature politique. Nous poursuivons une mission purement juridique dans le cadre du Statut de Rome.” Pourtant des indiscrétions publiées dans les medias montrent que Bensouda ment. The Star, un journal sud-Africain révélait il y a quelques jours les confidences qu’aurait faites la procureure de la Cpi à Pascal Bida Koyagbele, candidat à la présidence 2016 de la République Centrafricaine. A cette personnalité politique Bensouda aurait avoué ce que tout le monde sait. “Il n’y a rien de sérieux contre Gbagbo, c’est juste une pression politique venant de la France.” En réponse aux intimidations Françaises, elle avoue, “je ne peux rien faire.”

Toujours un Gigantesque Fossé
Sous la plume de Sam Sasan Shoamanesh, son assistant spécial, Bensouda, refuse d’assumer ces propos. Il s’agit selon elle “d’une affirmation totalement fausse et d’une fabrication, tant dans son attribution, que dans son contenu.” Il poursuit, “le procureur n'a jamais rencontré M. Koyagbele. Il ne lui a jamais fait une telle fausse déclaration.” Au lieu de se répandre dans ce qui apparaît comme un droit de réponse à la presse, Bensouda aurait dû exiger que Koyagbele soit sur la liste des témoins à décharge de Me Altit, pour qu’elle le cuisine, le confonde, le fasse passer à table, afin que la honte soit sien.
Théoricien du droit, son nègre d’écriture relève que “le Bureau ne permettra pas que des tentatives externes de politisation puissent dérouter les procédures judiciaires à la Cpi, qui doivent suivre leur cours conformément à la loi.” La particularité de Bensouda qui se reflète dans sa lettre, c’est qu’entre l’intention et les faits pratiques, il y a toujours un gigantesque fossé.

Choisie pour Couvrir les Exactions Occidentales
Pour soutenir son accusation contre Gbagbo, la procureure s’est basée sur le chiffre sans fondement de 3000 morts. Chiffre fabriqué par Nicolas Sarkozy. Remis à la machine médiatique Française de propagande qui l’a repris à l'envie, infestant les consciences à travers le monde. Pourtant, elle avait les moyens techniques et financiers pour réviser ce chiffre fantaisiste et politique, et considérer les 16.000 victimes civiles dénombrées par la “Commission Banny,” mais tenu secret par Ouattara.
Une telle jonglerie avec les chiffres n’est pas étonnant. Une Cour qui manipule l’élection de ses membres ne peut être qu’une instance politique. Bensouda est le produit de cette fraude. La fabrication de ceux qui ont grillé toutes les règles qui régissent l’élection du procureur de la CPI, pour l’imposer après avoir écarté à partir des faits illicites réprimandables plus de 90% de candidats au poste.
Prisonnière de la caste qui l’a choisie sans vote “ justement parce qu’elle est Africaine” pour couvrir les exactions occidentales en Afrique et éviter que la CPI soit “taxée de raciste et orientée,” Bensouda subit. Elle ne peut se démarquer d’un procès politique.

Pression Fabiusienne et Tâtonnement de la Procureure-robot
Prise dans le tourbillon d’une justice aux ordres, Bensouda mène une investigation séquentielle. Une recherche d’information par épisode. Voire par saison. Elle l’a avoué. “Nos enquêtes se poursuivent dans le pays. Mais il faut du temps.” Dans ce cas, “pourquoi avoir voulu instruire un procès? ” Charge l’historien et Egyptologue Beninois Coovi Gomez.  “Parce qu'en droit lorsqu'on n'a pas suffisamment de preuves pendant l'audience de confirmation de charges, on ne peut pas garder un prisonnier.” Enseigne-t-il à Fatou Bensouda. “Parce que l'absence de charges doit être au profit du prisonnier,” rappelle Gomez à la procureure-robot des multinationales et institutions internationales occidentales.
Le tâtonnement de la procureure, sa connexion avec les politiques, et son incapacité à prouver la culpabilité du président Gbagbo sont aussi expliqués par le professeur Michel Galy. Il détaille. “Malgré les témoignages ou coupures de presse fournis à Bensouda par les gouvernements Ivoiriens, et les dossiers et documents militaires par Paris, ‘le prévenu Laurent Gbagbo a failli être libéré pour insuffisance du dossier de l’accusation, en Juin 2013,’” lors de l’audience de ‘confirmation/infirmation des charges.’” Il poursuit, “il a fallu toute l’insistance des gouvernements Ouattara et Hollande–et dit-on de Laurent Fabius lui-même–pour que la CPI offre une seconde chance à l’accusation de recommencer son travail!” Précision de taille qui dévoile une implication politique dans la procédure instruite dans la logique des vainqueurs: à charge.

Paolina Massida, Zoro Bi, Suppletifs de Bensouda
Paolina Massida, “représentante des victimes” n’est pas en reste de ce procès de la honte qui se construit sur des normes politiques. Au lieu de rester à équidistance des parties, cette petite dame aux yeux effrayés a choisi son camp. Celui des vainqueurs. Elle ne s'occupe que des victimes du clan Ouattara. “Alors que sur les 16000 victimes recensées plus des ¾ sont vraisemblablement le fait des mercenaires et milices de hétéroclite et sanglante armée de Guillaume Soro [et Ouattara].” Développe Michel Galy.
Lors des audiences de confirmation/infirmation des charges dans le procès du Ministre Blé Goudé, elle avait recruté le juge de Dimbroko, Epiphane Zoro Bi Ballo, militant du RDR, parti de Ouattara Alassane, comme expert indépendant pour servir de supplétif de Bensouda. Pourtant, des faits, des actes, des propos, témoignent contre l’impartialité de ce juge auteur du Certificat de nationalité très contesté délivré en 1999 et qui a permis à Ouattara de se prévaloir de la nationalité Ivoirienne.
En Janvier 2014 dans une interview accordée au quotidien-pro-Soro Nord-Sud, Zoro Bi disait à propos de l’éligibilité à la Présidence qu’“il faut éviter de mauvaises surprises.” Car si on appliquait la constitution dans les règles, “l’article 35 va éliminer des candidats.” Il pensait sûrement à Ouattara son mentor. Et donnait raison à tous ceux qui ont toujours soutenu que Ouattara n’avait pas qualité à être candidat aux présidentielles en Côte d’Ivoire. Pas sûr de l’amitié du PDCI-RDA, il conseille que “le RDR doit compter sur lui-même.”
S’entretenant en Mai de la même année avec les secrétaires de section du RDR de Sinfra, il leur donne cette recommandation: “restons unis autour du président Ouattara et des idéaux du parti.” Plutard, le 22 Mars 2015 il participait au 3e Congrès du RDR qui s’était tenu au palais des Sports de Treichville. Ce juge militant-partisan avait déjà commis un ouvrage intitulé “Désarmer la violence.” Une plaidoirie totalement à charge contre le président Gbagbo et ses soutiens.
La présence d’un tel spécimen dans le prétoire contre les adversaires politiques de son camp ne pouvait s’expliquer que par une ingérence du politique dans le juridique. Une manigance pour tordre la courbe de la justice, du droit, et de la vérité. Mais il avait fallu que le ministre Charles Blé Goudé perce cette mascarade, dénonce ce scandale, et le démonte  pièce par pièce pour que la Cour aux ordres se ravise et renvoie Ballo continuer à organiser les organisateurs des marches violentes pour le compte de son parti.

Information Politique Influencée
Zoro Bi n’est pas que ça. Pour se donner de la contenance, il s’était enfui pendant quelques années et avait pu bénéficier de nombreuses ramifications et appuis durant tout ce temps, notamment grâce aux adeptes du RDR, ce parti qui fonctionne comme une secte, et des services occidentaux. Agent de l’impérialisme caché dans les jupes des ONGs fantoche, il collabore avec les plus dévastatrices du Continent comme Human Rights Watch, FIDH, Amnesty, ou des boîtes à souris comme la Belge Verbatim's du propagandiste antiGbagbo Benoît Scheuer, auteur de “Côte d’Ivoire: Poudrière identitaire,”  qui puise ses fonds aux fonds Européens.
Pour couvrir sa liaison incestueuse avec des ONGs déstabilisatrices de la souveraineté de l’Afrique, Zoro Ballo Bi s’érige en prête-nom. Il crée le 8 Octobre 2000 le MIDH–Mouvement Ivoirien des Droits de l'Homme– dont la mission principale a consisté à incriminer le président Gbagbo dans le charnier de Yopougo de 2000. Pourtant, la vérité se trouvait ailleurs. Ce fameux charnier annoncé d’abord par un media Français, s’est avéré être un montage du RDR.
Mission accomplie avec MIDH, Ballo Bi cree  “La Cité de la Tolérance.” Ces organisations, maillons du réseau mondial Soros à travers Open Society Fundation et les mediamensonges ont influencé l’information politique en Côte d’Ivoire.  Comment sortir de l’engrenage du mensonge? La CPI tente un redressement dans le mensonge. Alors, il faut continuer à présenter la rébellion de Ouattara comme quelque chose de positif, comme une lutte pour la démocratie. Et garder silence sur les exactions et les crimes de ses rebelles. Impossible d’y arriver sans donner une odeur politique à leur procès.

ONGs en Mission : Propagande des Charniers de Human Rights Watch
Cette affaire où on a cumulé les mensonges, où les réseaux d’influence ont sans cesse tenté d’étouffer l’enquête sur les crimes de Ouattara n’est pas un imbroglio juridique, mais politique. Laurent Gbagbo a été bombardé, kidnappé, déporté, emprisonné, placé en jugement, parce qu’il a osé revoir les règles qui régissent les relations politiques et les conventions en matière économique et stratégique. Sa redéfinition des normes régissant les relations entre nations est perçue comme un repli national. La construction d’une société fermée.
Un crime pour les mondialistes et Georges Soros pour qui “La démocratie et la société ouverte ne peuvent être imposées que de l’extérieur, parce que le principe de souveraineté fait obstacle à l’ingérence extérieure.”
Il était donc hors de question que Gbagbo qui souhaitait contrôler ses propres ressources naturelles, développer son économie et sa force de travail à l’aide de tarifs douaniers et de régulations soit considéré comme l’un des leurs. Objecteur des thèses de l’impérialisme du libre-échange, et catalogué comme l’un des promoteurs des sociétés fermées, il était condamné à faire l’objet d’attaques de la part des firmes multinationales. Alors l’argent de Soros qui est un instrument pour démanteler la souveraineté nationale des Etats a été injecté dans des ONG comme Open Society Institute–OSI–, FIDH, OSIWA, et autres ou Human Rights Watch qui avait reçu 100 millions de dollar de Soros pour se mettre à son service. Conséquence, grâce à la propagande des charniers de Human Rights Watch le président Gbagbo a été diabolisé; permettant à Ouattara de prendre le dessus sur le plan communicationnel.

Ouattara: Parcours de l’Homme-lige
Le parcours de Ouattara par qui et pour qui la Côte d’Ivoire a été mise en pièces en dit un brin sur ce procès politique. Premier ministre imposé de 1990 à 1993 à Houphouët Boigny au soir de sa vie, il est en mission pour la privatisation de l'économie nationale Ivoirienne pour un franc symbolique. Artisan de la dévaluation de 1994 dont il se flatte d'avoir préparée, il est complice du bradage du patrimoine immobilier de Côte d’Ivoire orchestré par son épouse Dominique Ouattara.
Cet ouvrier-esclave de l’occident pour l’intérêt de l’occident avait été programmé pour “dézinguer” les économies Africaines. Pour cela, il joue un rôle privilégié dans la création en 1999 de Open Society Initiative for West Africa–OSIWA–, branche Africaine de l’OSI.  Ce pion des services de renseignements occidentaux  fut son premier président. Un an plutard se tenait à Paris une réunion de l'OSIWA autour de la Côte d’Ivoire. Prélude à la mise sur pied des stratégies finales de déstabilisation et de pillage de ce pays.
Soros finance sa rébellion qui dans la nuit du 18-19 Septembre 2002 entama dans un bain de sang la conquête du pouvoir. Semant terreur et horreur, les rebelles-terroristes de Alassane Ouattara qui décimaient des vies innocentes, avaient été salués et encouragés et bénis par la France, le Burkina, le Sénégal, le Mali, le Nigeria, appuyées par leurs médias, qui se plaisaient à traiter Gbagbo de xénophobe ou d’ivoiritaire. Comment cacher ces monstruosités et leurs complices dans un procès juste? Cette question que se posent les vrais stratèges et exécutants des crimes de guerre et contre l’humanité en Côte d’Ivoire est le fondement de ce procès politique.

Acteurs du Plan Commun Dévoilés
Hisser au pouvoir après plus d’une décennie de rébellion et de diabolisation par les media de ses maîtres de tout homme politique autre que lui, Ouattara n’a qu’une mission, obéir aux chancelleries occidentales. Comme un drapeau au bout d’un mat, il gouverne au gré du vent de la volonté de ses fabricants. La bataille pour installer Ouattara au pouvoir ne répondait donc pas à l’objectif fut-il factice de l’Open Society Fund qui est de “promouvoir la gouvernance démocratique, les droits de l'Homme, les réforme légale, économiques et sociales.”
La gestion catastrophique du despote Ouattara le prouve. Le rôle de trois ex-ministres de Chirac, Michèle Alliot-Marie, Dominique de Villepin et Michel Barnier, soupçonnés d'entrave aux investigations sur le dossier du bombardement du camp militaire Français en 2004 de Bouaké en 2004 le prouve. Les déclarations de Me Jean Balan, avocat de familles de victimes de ce bombardement dénonçant le rôle de ces ex-ministres dans ce drame, et avouant que ce bombardement est “une manip,” et “un coup monté au plus haut niveau de l'Etat et destiné à accuser, puis à faire tomber le président Ivoirien Laurent Gbagbo,”  prouve non seulement que Ouattara a été utilisé parce que exagérément friand du pouvoir, mais innocente le président Gbagbo, l’otage de la CPI. L’affirmation de Gildas Le Lidec, ancien ambassadeur de France à Abidjan selon laquelle “Gbagbo n’était pas au courant de ce qui allait se passer à Bouaké,” innocente le Woody victime d’une toile de réseaux mafieux.

Questions pour Fatou Bensouda
Pourquoi a-t-on installé Ouattara au pouvoir? De quel côté se trouve le “Plan politique Commun,” pour la déstabilisation d’un pouvoir démocratiquement élu? De quel côté se trouve le “Plan militaire commun,”  pour la prise du pouvoir par la violence et par la force des armes? De quel côté se trouve le “Plan commun général”?

l’Histoire de son Héroïsme s’écrit d’Elle-même
Le bombardement de Bouaké étant l’un des alibis du déclenchement de la guerre contre le président Gbagbo, un journal Français saisit cet autre nœud du plan commun que Bensouda fait semblant de ne ni voir ni comprendre les contours. Il écrit, “‘aujourd’hui, certains tentent d’accréditer l’idée que les réticences Françaises dans cette affaire sont liées au refus de déballer les secrets de la françafrique lors d’un éventuel procès, si les pilotes avaient été arrêtés et extradés. Mais cette option a été examinée par les juges, elle sert juste à masquer le vrai but de l’opération : une tentative ratée de coup d’Etat,’ considère pour sa part l’avocat.”
Heureusement, “l'histoire de la Côte d'Ivoire est trop récente pour qu'on puisse la falsifier sous nos yeux” comme l'a rappelé le ministre Charles Blé Goudé dans sa formidable allocution du 2 Octobre 2015.
Que dire? Le président Gbagbo est la victime du plan commun élaboré par ceux qui éliminent tous ceux qui les empêchent de piller en toute quiétude les richesses dont ils ont besoin pour garantir la bonne santé de leurs industries et la survie de leurs banques, au détriment des peuples, et au mépris de leurs droits.
En attendant, l’Histoire de l’héroïsme de Gbagbo s’écrit d’elle-même. Et sa “renommée prend une dimension planétaire” comme l’a dit l’ancienne ministre et femme politique Danielle Boni Claverie.
Feumba Samen

15:24 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

déprime et mauvais temps cette semaine

Pour faire sobre, femme soumise, Dominique a couvert ce qu'elle sait aussi découvrir; elle a donc ressorti la panoplie vestimentaire qu’elle portait chez le pape, en retirant juste la voilette
Shlomit Abel


Par AFP - Le président turc est arrivé en Côte d’Ivoire, première étape d’une tournée africaine. Erdogan est arrivé avec des hommes d'affaires turc,- ces fameux investisseurs que l'on attend de puis des années-, et qui participeront au forum économique d'Abidjan qui commence lundi. Rappelons que l'an passé, un industriel français, certainement plein de bonnes intentions, mais fort naïf avait été convié à ce forum, A la sortie de l'aéroport, il s'était déja vu délesté de ses bagages et de son ordinateur ! 
la suite sur  ivoirebusiness.net

les bonnes (ou mauvaises ) nouvelles n'arrivant pas seules, en voici une autre pour bien commencer la semaine
.
Erdogan en Côte d'Ivoire, les saoudiens en Israël....
tous les s*** sont de sortie!

Révélation : le chef de la Diplomatie
                              saoudienne en Israël

Encore un élément du rapprochement israélo-saoudien livré cette fois par le site d’information russe...

12:58 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

CPI : pas de mosquée à Dabré, et pourtant elle aurait brulé...

ALEPÉ -MEMENI 


Le substitut du procureur BENSOUDA avait déclaré à la CPI que à Alepé, et précisément à Dabré, une mosquée avait été brûlée et qu'un imam puis son fils y ont été tués. Les ressortissants de tous les villages GOUA dont DABRÉ s'indignent. :

<< DABRÉ est un village GOUA ou MBATTO. Et dans tous les villages Goua, il n'existe aucune mosquée. Il n'y a jamais existé de mosquée. Cependant il y existe des familles musulmanes. Ces familles prient chez elles à la maison.

  DéfionsMme Bensouda de venir nous montrer une seule trace de natte de prière en public. Nous avons rédigé une déclaration qui sera à la porte de tous en semaine. Nous voudrions que cette déclaration arrive à la CPI >>  dixit YAPI Arsène le Fédéral JFPI Alepé.

La VP Marie-Odette Lorougnon, alias MOL, leur a recommandé le VP Seri Gouanon chargé des affaires juridiques.
Gala Kolebi

12:44 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

aéroport de Douala, suite

comment les autorités camerounaises peuvent-elles supporter cette fermeture d'un mois pour réfection, alors que l'aéroport au lieu de se développer deviendra un sous aérodrome de la sous région, les vols internationaux débouchant sur Abidjan seulement?

DOUALA/CAMEROUN | NOS AÉROPORTS: LE DANGER FRANÇAIS! Suite à mon dernier commentaire posant et reposant le danger de la fermeture complète du plus grand aéroport de la sous-région CEMAC (Douala), certaines critiques virulentes se sont concentrées sur ma «compétence» en matière de réfection des aéroports. Je ne prétends pas être un spécialiste. Je m’informe et je pose des questions. De plus, des millions de matériaux internationaux sur le sujet sont disponibles sur simple recherche Internet.
Le danger reste donc entier à mon avis. Pourquoi les Aéroports de Paris (ADP, à travers leur filiale locale ADC) ferment-ils pendant un mois entier un aéroport international hautement économique pour des travaux manifestement de moyenne envergure? Je répète: ça ne s’est jamais vu nulle part ailleurs! Ils le savent.

Nos compatriotes semblent fonder beaucoup d’espoir dans le développement des aéroports du Cameroun à travers la France. C’est à en mourir de rires.
On l’a vite oublié: la première convention de concession entre l’État du Cameroun et les Aéroports de Paris (ADP) relative à nos aéroports fut signée le 12 août… 1994. Avant même la création des ADC. Elle portait sur… 07 aéroports (Yaoundé-Nsi, Douala, Ngaoundéré, Garoua, Maroua-Salak, Bamenda et Bertoua); or le Cameroun compte une vingtaine d’aéroports nationaux certifiés IATA et OACI qui sont abandonnés par nos ministres/fonctionnaires très corrompus. Question: en 20 ans de concession française, que sont devenus ces 07 aéroports gérés par les ADP? Allez les revoir. Réponse: des poubelles d’une autre époque. Rien que des poubelles! D’autres qui figurent dans ladite concession ne fonctionnent plus depuis des lustres. Mais. L’État du Cameroun, ces «gens de Yaoundé», ne se sont pas posés ces questions. Et le 27 octobre 2015, on a secrètement renouvelé cette convention de concession avec les Aéroports de Paris à travers son écran ADC --- dont l’actuel DG Thomas Owona Assoumou (signataire pour la partie française) n’était autre que le fonctionnaire corrompu des Transports qui fut chargé de surveiller les intérêts de son pays dans cette concession. Et tenez vous bien! Cette fois-ci la convention avec les Français prendra fin en… 2065. Vous avez bien lu! Il s’agit de… 50 ans de concession! Voilà!

Je le rappelle: les Français très occupés à développer leurs aéroports, n’ont «aucun intérêt à développer de bonne foi» (dixit le Pr. Obenga) nos plates-formes aéroportuaires tropicales tant qu’il ne s’agit pas d’y étendre leur marché intérieur au détriment de nos affaires. C’est cela la guerre économique déloyale!
Je m’explique. Les aéroports, comme les ports, sont les portes d’entrées des affaires --- et, au besoin, des guerres impérialistes! Les contrôler et pouvoir en faire ce qu’on veut quand on veut au plan militaire notamment c’est contrôler en quelque sorte le pays et le soumettre à son profit. Tout se fait au détriment du pays.

En ce qui concerne l’aéroport de Douala, il DOIT entrer dans le plan de développement d’Air France-KLM dont l’essentiel de «l’avenir se fera en Afrique». D’excellente source, la multinationale française va progressivement arrêter ses vols directs Roissy-Charles de Gaulle-Douala entre autres destinations. Les longues lignes se feront uniquement entre Paris et Abidjan. Les autres capitales du «pré carré français» --- dont certaines pourraient à tout moment subir des conflits armés créés de toutes pièces et attisés par les médias français --- seront desservies par de plus petits aéronefs à partir d’Abidjan. Leurs aéroports doivent, dans cette perspective, perdre toute importance métropolitaine. À l’évidence, aucune compagnie aérienne africaine ne sera favorisée dans ce plan de guerre à double vitesse où les redevances aéroportuaires des Africains sont déjà directement collectées par les filiales locales des Aéroports de Paris... Cette guerre économique faite sous la menace subtile de campagnes médiatiques mensongères ou de résolutions (françaises) de l’ONU pour des interventions militaires bidons est totalement déloyale disais-je. J.-M.S.
Jean-Marc Soboth

12:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

"P" comme "Pris de force"

A partir du 7 mars nous aurons un P célèbre, "pris de force", gageons que toute la CPI va défiler incognito dans sa chambre d’hôtel pour le briefer! au fait que valent des aveux sous la contrainte? Et c'est l'Inter qui nous le dit. Même si c'est seulement pour le ménager, le journal gouvernemental écrit "pris de force"; donc selon le contenu de la déposition, les avocats de la défense pourront mettre en doute le témoignage d'un homme "contraint" à venir témoigner, alors qu'il avait voulu se rétracter.


12:16 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Proces à La Haye: Les victimes de Duékoué s’adressent à l’opinion internationale

Proces à La
              Haye: Les victimes de Duékoué s’adressent à l’opinion
              internationale

29/02/2016
Procès ou demi-procès ? En vérité, ce qui se passe à La Haye depuis le 28 Janvier 2016 n’est qu’une honteuse parodie de procès, conformément aux réserves émises par les victimes de Duékoué et les démocrates du monde entier depuis la déportation du Président Laurent GBAGBO une nuit du mois de Novembre 2011.


La nuit du 18 Septembre 2002, notre pays qui dormait paisiblement, la Côte d’Ivoire, a été attaqué par une rébellion sauvage et sanguinaire. De nombreux hommes d’Etat, des officiers supérieurs de notre armée nationale ont été lâchement assassinés par des criminels entraînés à ôter la vie à autrui comme des vampires. Terreur et indescriptible horreur ont été notre lot quotidien pendant de longues années, quand les autorités de France, du Burkina et du Sénégal, appuyées par leurs médias, se plaisaient à traiter les Ivoiriens et Laurent GBAGBO de xénophobes ou d’ivoiritaires, saluant et bénissant ainsi ce terrorisme qui décimait à haute échelle des vies innocentes mais aussi et surtout leurs propres consciences d’hypocrites.

Oui, tels des négriers des temps modernes, ils se sont acharnés, avec haine et rage le plus souvent, à vouloir nous imposer l’inacceptable par tous les moyens. Des accords de paix pour sorciers eux-mêmes envoutés par leur propre esprit de domination et de nuisance à Marcoussis, des résolutions onusiennes périodiques, contraires à l’éthique, à la morale et à la justice, bref, ils ont tout tenté, tout essayé et ils ont échoué devant la détermination du peuple de Côte d’Ivoire alors orphelin mais qui, toujours debout, a vaillamment résisté à l’ensevelissement de sa conscience collective et de sa nation qui déjà comptait, avant l’an 2000, vingt six pour cent d’étrangers.

Perdus un tant soit peu dans les méandres de leurs pirateries d’un autre âge, ces primitifs à la barbarie consommée, dans leur convoitise exacerbée des richesses de notre sol, ont commis l’erreur fatale de ne compter que sur leurs mensonges et leur sens consommé du terrorisme. En conseillant à leur protégé OUATTARA de signer un décret de nomination de mercenaires de la sous-région ouest africaine en f.r.c.i. le 17 Mars 2011 depuis son QG à l’hôtel du Golf, en lui offrant une télévision comme ils avaient ouvert leurs chaînes cryptées à la rébellion en 2002, en appelant les armées du Nigéria, du Burkina, du Sénégal , de la France et de l’O.N.U. à massacrer les Ivoiriens, les agresseurs de notre pays étaient loin, très loin de savoir qu’ils venaient ainsi de libérer notre chère Côte d’Ivoire.

En effet, s’il est vrai et indéniable qu’ils n’ont fait que causer de nombreux cortèges de morts dans les rangs des patriotes ivoiriens, en collaboration avec tous leurs brigands qui nous avaient envahis à la faveur de la sécession du pays toute la décennie qui avait précédé, il est tout aussi clair qu’aujourd’hui, leur embarras est des plus grands, eux, venus nous attacher pour nous jeter dans le feu de la destruction mais qui se retrouvent ligotés et bloqués à l’orée de ce feu qui court maintenant (miracle !) vers eux.
Nous voici à La Haye depuis le 28 Janvier 2016, à la périphérie d’un semblant de procès ou d’un demi-procès, avec, à la barre, encore s’ils en sont vraiment, deux des protagonistes GBAGBO et BLE Goudé, tous du même camp, le camp de ceux qui ont été mortellement agressés le 18 Septembre 2002 puis n’ont fait qu’appeler à la paix dès 2002, ainsi qu’en 2010 et 2011 ! Où sont donc les agresseurs que la C.P.I. se refuse à arrêter ? Et madame la Procureure de s’embourber en croyant nous intimider : "nous ne sommes pas ici pour évoquer qui a gagné ou qui a perdu les élections de 2010". Vache ! Ah, bon ?

Dans une Cour de justice qui joue sa propre crédibilité et son avenir, cette dame, devant l’ampleur suicidaire de sa foireuse mission, veut nous imposer que l’on ferait mieux de s’intéresser aux effets, rien qu’aux effets, plutôt qu’à la cause. Mais enfin, si à la Cour Pénale Internationale qui est une tribune mondiale pour l’éclatement de la vérité, on ne recompte pas les voix, il sûr que cet acte indispensable et majeur n’aura point lieu après le déluge que BENSOUDA croit qu’elle est ! Quelle audace mal inspirée ou maladresse de sa part puisque leur prétendue crise postélectorale est née de leur refus du recomptage des voix, avec pour maîtres de cette œuvre sordide, monsieur BAN KI Moon et son bras droit CHOï, deux dieux au-dessus de notre Conseil Constitutionnel !

Madame Fatou BENSOUDA qui avait déjà donné la preuve d’un faux procès en Février 2013 suite à sa vidéo kenyanne, aurait-elle le courage de démissionner après nous avoir dit elle-même aussi, la vérité, toute la vérité, tant son discours est digne des ténèbres  car véritablement sorti des dites ténèbres ? Son concerto juridique est des plus scabreux, c’est pourquoi chaque jour que Dieu fait, les victimes de Duékoué se rient éperdument du ridicule qu’elle et son équipe de mercenaires (accusation et témoins) exposent.

Les victimes de Duékoué, pour beaucoup d’entre elles, disent en chœur qu’il n’y a pas plus grande mort que la fin Mars 2011 à Duékoué, le 20 Juillet 2012 de Nahibly, et les nombreux massacres ignorés par madame la Procureure depuis 2002 à Fengolo, jusqu’en 2005 à Guitrozon et Petit-Duékoué, massacres perpétrés par les mêmes illuminés qui ont endeuillé Anonkoua Kouté, Yopougon, Abobo Doumin, Tabou, San Pedro et autres villes et villages ivoiriens en 2011, bien après le 11 Avril de cette même année. Sur ces massacres que la Procureure feint d’ignorer, les victimes de Duékoué et les patriotes ivoiriens se disent prêts à témoigner à visage découvert, au contraire de ses témoins qu’elle aurait bien voulu encagouler ou emmurer.

Les victimes de Duékoué reprochent à la Procureure BENSOUDA d’avoir travesti la prestigieuse Cour Pénale Internationale, au-delà de leur douleur, en un théâtre ou un cirque où, comme dans une fiction à vite rejeter, l’irréel est pris pour le réel, le faux supplante le vrai pour le dominer sans partage et sans concession aucune car ici, l’envers, écrasant sans détail l’éthique et la morale, devient à son tour l’endroit. Bref, un théâtre ou un cirque dans lequel même la pensée du grand Albert CAMUS, maître de la théorie de l’absurde, ne serait qu’une simple bactérie ou un microbe dissout car vite pulvérisé. Mais malgré tout, un triste théâtre dans lequel la Procureure et son équipe croient exceller. Sacrée BENSOUDA !

L’octogénaire Victor, qui a perdu ses quatre fils sous les rafales des kalachnikovs d’Amadé OUEREMI et ses braqueurs du parc du mont Péko en Mars 2011, dit de notre altesse la Procureure : "elle est fôri, hein !", entendons par-là, "elle est forte, hein !". Sans commentaire.

Nous voici donc à La Haye, depuis ce 28 Janvier 2016, comme si nous étions au Palais de justice d’Abidjan. Même décor ou tableau, même scénario et même argumentaire. Mais de La Haye à Abidjan, les accusés, en fait les victimes d’une méchante cabale internationale, les patriotes et les démocrates du monde entier avec eux, sont tous relax, affichant une sérénité déconcertante qui ébranle au point de les paniquer leurs accusateurs.

Des vaincus qui, en pleine partie du même match, avec d’illustres personnalités à la réputation irréprochable comme témoins, s’éclatent quand les prétendus vainqueurs eux, maîtres et obligés, font profil bas, sont muets et peinent dans une gêne des plus grandes. La honte et un stress périlleux emballent les cœurs et les nerfs des accusateurs ici à Abidjan comme là-bas à La Haye, ils s’embrouillent davantage à chaque pas et à chaque mot qu’ils avancent, ils cherchent quelque part un introuvable répit et leur propre nasse sans relâche vient, lentement mais sûrement, pour se refermer sur eux, englués qu’ils sont dans leur haine et leur indécrottable mépris pour les patriotes que nous ne cesserons jamais d’être.

De leurs bouches, bourdes et lapsus involontaires se succèdent dans un cycle des plus vertigineux, celui même de leur décadence totale. Ils refusent que le rebelle ou le criminel soit désigné par son nom ou qualificatif, qu’un président de la république (ô sacrilège !) ne le soit plus pour l’avoir décemment été. On est où là ? Le subconscient ou le tréfonds de l’âme de chacun de ces accusateurs est constamment trahi par leurs paroles et actes déplacés, au grand dam des maîtres cachés qui les ont mis en mission (les pleutres).

A croire même aussi que leurs corps et leur sang fourmillent d’innombrables asticots, tant ils se démènent, s’éreintent et s’étiolent déjà, tels des petits diables. Ils s’essoufflent donc sous yeux, écrasés par le feu roulant des questions des avocats de la défense qui n’ont pas encore passé la vitesse supérieure, eux qui avaient programmé plusieurs autres années de détention arbitraire pour les otages que sont GBAGBO et BLE Goudé. Quelqu’un n’avait-il pas prédit, bien avant le début de cette sale guerre menée contre nous depuis Septembre 2002 que le combat des patriotes ivoiriens serait avant tout d’ordre spirituel ? "Ne vous attaquez pas à la Côte d’Ivoire, sinon ce sera votre tombeau !", avait aussi prévenu Jacques VERGES, trois mois avant la meurtrière résolution 1975 de l’O.N.U. du mois de Mars 2011.

Entre nous, à défaut d’être un fervent croyant (nous n’avons pas la moindre prétention de l’être plus qu’autrui), pour qui aime la vérité, aime son prochain et a toujours la crainte de Dieu en son cœur, nous avons là, devant nous, des signes indiscutables d’une victoire assurée. Parce que nous, patriotes et démocrates, nous reconnaissant comme de simples et pauvres créatures, nous n’avons jamais eu la prétention saugrenue de nous comparer au Créateur ou de le défier. Nous avons terriblement souffert de la méchanceté et de l’injustice de la communauté internationale, des années durant.

Mais voici qu’à partir du 28 Janvier 2016, nos cœurs de patriotes, dans une totale harmonie, palpitent de joie, de bonheur et de sérénité, comme pour nous confirmer qu’après en avoir payé un lourd tribut par nos larmes et par notre sang, notre volonté de liberté totale va être assouvie avec le prochain retour parmi nous de Laurent GBAGBO et de BLE Goudé, sans oublier tous ces illustres et anonymes patriotes, eux aussi en mission dans les geôles ivoiriennes !

En attendant, à vous patriotes ivoiriens et africains mais surtout à vous, patriotes de la diaspora, panafricanistes et démocrates abonnés aux pavés d’Occident ou ayant élu résidence autour de Scheveningen à La Haye, à vous toujours debout pour la vérité, la justice, la démocratie et la liberté, les victimes de Duékoué disent infiniment grand merci. La lutte continue, sans kalachnikov et sans amulette ou gri-gri ! Mais ensemble, gardons un œil vigilant sur Duékoué, où des velléités d’exhumation des nombreux charniers, sur fond de menaces directes de la part de ceux qui veulent faire disparaître toute preuve, semblent renaître ces jours-ci. Duékoué va-t-elle connaître d’autres massacres ? Prévenir vaut mieux que guérir.

Pour le collectif des victimes de Duékoué (Carrefour & Nahibly) : Emmanuel Caleb, porte- parole, le 22 Février 2016.
Eburnienews.net

01:02 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

une vraie victime qui ne partira pas à la haye pour témoigner

En ce moment au Chu de Cocody , venu soutenir mon frère et ami de lutte Christ Heritier Gbagbo, victimes des tortures de Ouattara pendant 4 ans , qui depuis sa sortie de la MACA souffre énormément de maux graves au niveau de l'oreille gauche ( dus aux gifles et aux saignements ), au bas ventre ( dû aux sauts sur son ventre des FRCI de Ouattara) et à la hanche ( dus aux coups de chaines en fer  reçus chaque jour de 00 heures à 01 heure ) .

Notre ami souffre énormément et est très mal au point.
Il a besoin de nous et de grands soutiens.

MOBILISONS NOUS.
Leo Cote d'Ivoire

00:50 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

28/02/2016

Un ancien agent du Mossad évoque la mort de lady Diana

Ce qui va suivre ici est une information à haut risque, mais devant l’importance d’une telle information, notre décision ne s’est pas fait attendre ; un ancien agent du Mossad nous a adressé un témoignage capital, l’équipe de Wikistrike remercie ici cet homme courageux pour lever le voile sur l’affaire de la princesse Diana et sur son  supposé « accident »…

Le privilège insolent de posséder des services secrets n’est pas seulement l’apanage de quelques pays qui s’arrogent le droit de croire encore qu’ils représentent de grandes puissances, ce privilège est un droit qu’ont repris par mimétisme stratégique les firmes internationales. Ce n’est pas un luxe qu’elles se sont octroyé, mais bien une nécessité fondamentale pour se prémunir de l’espionnage industriel tout en ayant les moyens de l’appliquer pour leur propre compte. Si bien qu’au fil du temps ce sont devenus de véritables services de renseignement omnipotents, capables de produire des leviers d’influence sur n’importe quel marché et sur n’importe quel homme. Elles ont fait main basse sur les centres financiers, fixant le prix des brosses à dents, des voitures, des denrées alimentaires et du papier-cul qui vous lèche la merde industrielle que vous avalez tous les jours en achetant leurs produits pleins de pesticides, de colorants, de conservateurs et d’anti-vomitifs.

Ces services de renseignements privés ont constitué au fil des années des ramifications impressionnantes, par exemple des milices de spéculateurs qui travaillent ainsi contre les intérêts communs des peuples du monde ; ils ont même infiltrés, et ce depuis longtemps, les agences de notations dont l’indépendance n’est qu’une vaste fumisterie. Certains diront ici qu’il est toujours aisé de s’insurger à tort sur les spéculateurs, que c’est quelque chose de trop facile, de bien trop vulgaire. Et pourtant, c’est à force de ne pas nommer les choses et de laisser faire que l’exosquelette économique internationale s’est gravement dégradée.

A l’heure actuelle, certains fonds d’investissements privés et américains ont un intérêt financier à mettre des pays de la zone euro en faillite. Ils le font en achetant des CDS (Crédits default swap) sur les dettes européennes et en balançant sur le marché une masse nauséabonde de rumeurs. La réaction des autorités de marché devrait consister à identifier les spéculateurs dangereux et à interdire les CDS. Pourquoi ? Réponse : parce-que le mécanisme des CDS permet à une banque de prêter sans assumer le risque complet d’une transaction et sans augmenter ses besoins de capitaux de garantie. Il s’agit là d’un simple moyen de contourner les règles bancaires en créant un risque collectif extrêmement dangereux. Les CDS sont ainsi la principale source de diffusion incontrôlée des risques de crédit. C’est une fausse assurance et un moyen de spéculer. C’est l’escroquerie devenue à la fois forme d’art et pouvoir totalitaire. Il faut donc supprimer les CDS afin de mieux réguler l’économie mondiale. Nous sommes engagés malgré nous dans une guerre financière sans précédent. Qu’on se rappelle la timidité suspecte des agences de notation concernant leurs triple A sur les subprimes de 2008…

J’ai travaillé, il y a longtemps, pour une de ses firmes, et puis plus tard pour une agence gouvernementale : le Mossad. J’ai appris beaucoup sur la condition des hommes. Ces derniers sont faits pour produire et se reproduire : travailler jusqu’à ce que mort s’ensuive, et larguer sur des zones de combat des enfants qui feront de même en fermant leur gueule de ratés, d’esclaves, de sous-merdes prolétariennes.

J’ai été un de ses agents de renseignements, j’y ai perdu mon âme, et depuis pas mal d’années maintenant j’essaie de la regagner… La meilleure définition de l’informateur qui m’ait été donné d’entendre fut formulé par une vieille connaissance, un ancien agent secret du Mossad, Uzi Mahnaimi :

« Vous passez des jours, voir des heures, avec lui ; suivez ses progrès pas à pas, vous l’aidez, vous l’assistez dans toutes ses démarches, vous regardez ses photos de famille, vous connaissez les prénoms et l’âge de ses enfants. Et pourtant, l’informateur n’est pas un être humain ; il ne faudra jamais le considérer comme tel. L’informateur n’est qu’une arme, le moyen d’atteindre une cible, un peu comme une Kalachnikov, point à la ligne. S’il faut l’envoyer à l’abattoir, n’y réfléchissez pas à deux fois. L’informateur n’est pas une personne. C’est un numéro. »

Et si vous saviez le nombre de blaireaux qui remplissent cette fonction à la perfection…

L’espionnage est une affaire d’intelligence et de secrets partouzant derrière une porte blindée. Pour l’ouvrir, aucune balle ni aucune tête chercheuse ne suffiraient, même pendant une fusillade de mille ans. Que faut-il faire ? Réponse : savoir persuader son geôlier par le raisonnement, la flatterie manipulatoire, et, s’il le faut, par la menace.

Je regrette l’ancien temps de ma jeunesse, se tenir constamment informé des alliances politiques, bancaires, économiques, aussi mouvantes soient-elles, savoir quel marché va tomber, vendre des informations essentielles, être reçu comme un roi dans des hôtels de luxe où se côtoient négociants en armes et contacts douteux.
Afficher
          l'image d'origine

Un jour, je fus mêlé au destin tragique de Diana, la princesse de Galles, et de son amant, Dodi al-Fayed, playboy et fils du riche propriétaire du Ritz, Mohammed al-Fayed. Le Mossad, à l’époque, avait décidé de recruter des informateurs permanents au Ritz. C’était une équipe de professionnels dont je faisais partie. On saisissait au vol les propos de ses hôtes, on observait leurs attitudes, notant leurs allées et venues, relevant l’identité des personnes qu’ils fréquentaient. Souvent, les paparazzis agglutinés en permanence devant le Ritz pour mitrailler les prestigieux clients de l’établissement posaient problème. Une armée d’appareils photographiques est toujours un sérieux problème. Des mesures prudentielles s’imposaient, nos visages n’existent pas et n’existeront jamais, peut importe ce qu’on doit faire pour cela.

Les jours passaient, les clients arabes et surtout saoudiens se faisaient nombreux. Je me rappelle que le personnel de l’hôtel ne les aimait pas, ils étaient grossiers, vulgaires, et claquaient du doigt pour appeler, hurlant si le service n’était pas assez rapide à leur goût. On avait besoin de recruter un informateur non juif, on fit donc une « approche froide » ; en général, pour recruter un informateur, on dit souvent qu’on travaille pour une société désireuse de réactualiser sa banque de données et qui paye un bon prix ceux qui l’y aident. On ajouta à celui que l’on avait jugé apte que nombre de clients du Ritz détenaient des informations susceptibles d’intéresser la société que l’on représentait. L’homme mordit rapidement à l’hameçon…L’argent est roi en son royaume.

L’homme en question était fragile, on le harcelait, il noyait son angoisse dans l’alcool. On lui mettait la pression, il arriva un moment où il ne pouvait plus reculer, sinon on balançait à la direction de l’hôtel les informations confidentielles qu’il donnait aux paparazzis pour de belles petites rémunérations de fouine. On le tenait par les couilles, les dossiers qu’on avait sur sa vie étaient une chose qui suffisait à rappeler à cette merde, chef adjoint de la sécurité de l’hôtel, ce qu’on exigeait de lui.

Le dimanche 31 août 1997, à 1 heure du matin environ, un accident de voiture se produisit dans le tunnel de l’Alma : une Mercedes roulant à grande vitesse percuta un pilier de béton armé. Les morts, au nombre de trois, n’étaient autres que la princesse Diana, mère du futur roi d’Angleterre ; Dodi al-Fayed, fils de Mohammed al-Fayed, le propriétaire égyptien des magasins Harrod’s et du Ritz ; et le chauffeur de la Mercedes, notre informateur, Henri Paul. Quant au garde du corps, il était grièvement blessé.

Très peu de gens, hors des services secrets israéliens, ont une idée du rôle joué par le Mossad dans la fin tragique de la femme la plus célèbre du monde, ainsi que dans les agences de notation à travers le monde. La méthode est la même : vanité, arrogance, pouvoir, manipulations, secrets. Les humains sont si stupides, personne ne se pose jamais de questions, l’opinion publique a accepté la version officielle de l’accident sans relever les incohérences monstrueuses du dossier.

Seul un homme, Mohammed al-Fayed, père de la victime, a quant à lui échapper à cette règle ; cet homme tenace, dont le fils a été lâchement assassiné, possède un cerveau et posa à l’époque les bonnes questions qui bien sûr restèrent sans réponse :

« Pourquoi a-t-il fallu une heure quarante pour conduire la princesse à l’hôpital ? Pourquoi certains photographes n’ont-ils pas restitué les photos prises sur place ? Pourquoi y a-t-il eu un cambriolage cette nuit-là au domicile londonien d’un des paparazzi ? Pourquoi les caméras de télévision en circuit fermé de ce quartier de Paris n’ont-elles pas produit une seule image ? Pourquoi les caméras de contrôle de la circulation n’étaient-elles pas branchées ? Pourquoi le théâtre de l’accident, au lieu d’être isolé, a-t-il été rouvert à la circulation au bout de quelques heures ? Pourquoi, parmi les paparazzis massés à l’extérieur du Ritz, y en avait-il un dont l’équipement était celui d’un photographe d’actualités ? Et qui sont les deux hommes non identifiés qui, après s’être mêlés à la foule des badauds, se sont retrouvés plus tard au bar du Ritz ? Ils ont passé commande en anglais, sans cesser d’observer et d’écouter ce qui se passait, avec une attention soutenue. »

La vérité est que c’est moi qui ait pris le contrôle à distance du système électronique de la Mercedes. Ensuite, cela fut un véritable jeu d’enfants, comme diriger une voiture téléguidée, de faire en sorte que…d’un seul coup…

L’assassinat de Lady Diana a été commandité par la Couronne d’Angleterre, et plus particulièrement par le prince Philip, duc d’Edimbourg, et le contrat a été donné au MI6, service de renseignement extérieur du Royaume-Uni et au Mossad. La famille royale d’Angleterre ne voulait pas d’un prétendant au trône d’origine arabe, voir même musulman…

Je demande pardon à Mohammed al-Fayed pour ce crime, ce que je faisais c’était pour l’argent et pour rien d’autre ; je sais que mes excuses ne valent rien, mais j’espère me racheter aux yeux de Dieu en révélant ce que je sais, et n’oubliez jamais ceci :

Le racisme n’est pas un défaut, c’est une maladie.

Karl Weizmann

_________________

Tout ce qui est écrit ici est la pure vérité, cela a été confirmé par Thomas Gordon, journaliste d’investigation gallois, spécialiste des services secrets du monde entier, il a publié une quarantaine de livres dans ce domaine, ainsi que par beaucoup d’autres journalistes spécialisés, et aussi par un membre de la gendarmerie nationale travaillant pour le Mossad.

L’équipe de Wikistrike est fière d’être l’un des derniers sites internet où la vérité survit, et nous tenons à remercier ici Mr Karl Weizmann d’avoir contacté le site Wikistrike en reconnaissance de notre travail et de notre dévouement malgré les menaces perpétuelles dont nous faisons l’objet. Et nous vous donnons ici des informations capitales sur le Mossad, peut-être plus anecdotiques :

Les directeurs généraux du Mossad

  • 1951-1952 – Reuven Shiloah
  • 1952-1963 – Isser Harel
  • 1963-1968 – Meir Amit
  • 1968-1974 – Zvi Zamir
  • 1974-1982 – Yitzhak Hofi
  • 1982-1990 – Nahum Admoni
  • 1990-1996 – Shabtai Shavit
  • 1996-1998 – Danny Yatom
  • 1998-2002 – Efraim Halevy
  • 2002-2010 – Meïr Dagan
  • 2010-à nos jours – Tamir Pardo

Lexique du Mossad :

  • AL – Unité spéciale israélienne opérant clandestinement aux Etats-Unis
  • Aman – Service israélien de renseignement militaire
  • APM – Avtahat Peylut Medinit, division de sécurité intérieure du Mossad
  • Approche froide – Approche visant à recruter un informateur étranger
  • Couverture légère – Couverture diplomatique d’un katsa
  • Dardasim – Agents opérant en Chine
  • Katsa – Agent d’opération du Mossad
  • Kidon – Tueur du Mossad
  • Lakam – Bureau pour les relations scientifiques du ministère israélien de la Défense
  • Légende – Fausse biographie attribuée à un katsa
  • Mabuah – Informateur non-juif
  • Mehabelim – Terroristes
  • Melukha – Département de recrutement
  • Memuneh – Titre donné au directeur général du Mossad
  • Miketel – Micro permettant d’intercepter ou enregistrer les coups de téléphone
  • Mishlashim – boîte aux lettres où un agent peut laisser où recevoir des informations
  • Sayanim – Juifs volontaires pour aider le Mossad
  • Shin Beth – Sherout Bitakhon, service de sécurité intérieure (équivalent israélien du FBI)
  • Yahalomin – Membres de l’unité spéciale du Mossad chargée de la communication avec les katsas

Karl Weizmann réside aujourd’hui à Ashdod, en Israël, sous une nouvelle identité. Il a arrêté ses activités de renseignement et se consacre aujourd’hui à l’écriture. Le nom de K. Weizmann est évidemment un pseudonyme utilisé pour des raisons de sécurité.

Wikistrike demande la réouverture du dossier Lady Diana, compte tenu des nouveaux éléments apportés à l’opinion publique. Nous tenons à apporter ici notre affection et notre soutien à Mr Mohammed al-Fayed, qui s’est battu avec ténacité pour la vérité sur la mort de Lady Diana et de son fils Dodi al-Fayed.

Source : Wikistrike
onsaitcequonveutquonsache

11:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Fiabilité de RDR...

Il est né QUAND Amadou Soumahoro , Secrétaire général du RDR ?

Sur le site internet du RDR, il est né le 31 octobre 1953 à Seguela tandis que sur sa fiche du ministère de la fonction publique, il naît le 01 janvier 1960 à Abidjan mère inconnue et de père qui s'appelle juste Soumahoro sans aucun prénom.

J'attire juste l'attention dessus afin que ce soit corrigé. Un point un trait et cela n'induira rien...
Steve Beko

02:24 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Nouvel exemple de bonne gouvernance

COTE D'IVOIRE UN PAYS À SCANDALES

L’Organisation des Nations-Unies qui avait décidé en 2014 de suspendre la Côte d’Ivoire de toutes ses opérations de mission de paix ou de rétablissement de paix à travers le monde jusqu’à nouvel ordre à cause d’un vaste scandale de corruption. L'ONU a levé cette sanction sans toute garantie d'impartialité dans le recrutement car les exigences pour être sur la liste des admissibles demeurent.

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara, il se passe, selon des sources diplomatiques avisées, des pratiques de concussion et de corruption dans l’affectation des policiers et gendarmes en attente d’une mission de maintien de la paix des Nations-Unies à travers le monde.
En fait, il s’agit de policiers et gendarmes qui ont présenté le test de l’Onu pour participer aux missions de maintien ou de rétablissement de la paix dans les pays en crise devant une équipe d’assistance et de sélection (SAT) de l’Onu. Il se trouve qu’en Côte d’Ivoire, notamment depuis l’arrivée au pouvoir du régime Ouattara, de l’argent est exigé aux policiers et gendarmes admis au test avant de se faire affecter.
A en croire nos sources, la procédure se déroule comme suit : l’Onu informe la Côte d’Ivoire qu’elle a besoin d’un certain nombre de policiers pour une mission de paix dans un pays donné. La Côte d’Ivoire ainsi informée va sélectionner dans le lot des agents de la police nationale reçus au test, le nombre de policiers demandés pour les mettre à la disposition de l’Onu. C’est à ce niveau que la corruption entre en ligne de compte. « Ils exigent des policiers qui veulent être dans ce lot demandé par l’Onu, de l’argent soit la somme de 02 millions avant que leur dossier ne soit acheminé. De plus, la forte somme exigée, barre la route aux policiers et gendarmes démunis pour ne laisser la place qu'à ceux qui ont déjà fait une mission onusienne et sont en mesure de payer le pot de vin. »

Jean Pierre Fieglo

02:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

27/02/2016

Les journalistes occidentaux doivent dépeindre une Russie qui en bave

Des journalistes occidentaux confient que leurs supérieurs leur enjoignent d'écrire sur les souffrances des habitants de Russie en raison des sanctions de l'Occident, témoigne le journaliste allemand Ulrich Heyden.
Le 1er février, Canal+ a diffusé un documentaire de Paul Moreira intitulé "Ukraine: les masques de la révolution" consacré à la tragédie survenue en mai 2014 à Odessa, en Ukraine, alors que plus de 40 personnes ont été tuées dans un incendie provoqué par les nationalistes ukrainiens.

Odessa, mai 2014

Le film de Paul Moreira n'est pas le premier à traiter de ce sujet en Occident. Dès 2015, son collègue allemand Ulrich Heyden avait déjà tenté, sans beaucoup de succès d'ailleurs, de diffuser le sien.

Dans une interview accordée au quotidien Komsomolskaïa pravda à l'occasion du deuxième anniversaire du coup d'Etat en Ukraine, M.Heyden a avoué avoir compris dès le début que le mouvement de protestation en Ukraine, avec lequel il sympathisait, conduirait à quelque chose d'antipathique et dangereux.

Il a dit à ce propos qu'au début les médias occidentaux, allemands notamment, présentaient l'EuroMaïdan en rose, comme quelque chose de positif, comme une lutte pour la démocratie et les valeurs européennes. Aujourd'hui, cette euphorie a disparu et a cédé la place au silence: silence sur la démission du ministre de l'Economie de nationalité lituanienne, sur la dégradation du niveau de vie des Ukrainiens, sur les exactions des nationalistes ukrainiens.

"Je croyais que l'EuroMaïdan était un mouvement civil avançant des revendications légales. Contre la corruption. Ils voulaient vivre comme en Europe. Cela ne signifiait pas qu'ils voulaient une guerre contre la Russie. Mais ces gens ont été trompés par des marionnettistes. Celui qui veut rompre les liens culturels et économiques avec la Russie est fou. Parce que cela signifie, entre autres, des emplois. Je suis sûr que de nombreux Ukrainiens regrettent déjà d'avoir participé à l'EuroMaïdan", estime Ulrich Heyden.

La
                  place de l'Indépendance, Kiev. Photo d'archives.

Il signale que les rédacteurs en chef occidentaux ne sont plus intéressés par les problèmes de la population ukrainienne. Ce qui les intéresse, c'est Bruxelles, Moscou et Washington.

A la question de savoir s'il avait été frappé de sanctions à cause de ses articles qui ne s'inscrivaient pas dans le mainstream général, il a répondu que c'était en effet pour cette raison que son journal avait rompu le contrat avec lui.

"J'ai vécu une expérience immense, je me suis rendu dans la quasi-totalité des ex-républiques soviétiques. Les journalistes comme moi sont peu nombreux. Limoger quelqu'un comme moi signifie qu'il y a quelque chose de plus important que les connaissances réelles sur la Russie. Je constate que les bureaux de nombreux journaux ferment à Moscou, comme si la Russie n'avait pas d'importance", dit Ulrich Heyden.

Il ajoute que de nombreux collègues lui ont raconté que leurs rédacteurs exigeaient qu'ils écrivent des articles sur l'opposition réprimée par Poutine et les souffrances des Russes suite aux sanctions occidentales.

Il constate avec regret que les journalistes allemands qui travaillent en Russie et critiquent peu Poutine soient suspects et qu'ils doivent se justifier.

"Telle est notre réalité allemande", conclut Ulrich Heyden.
sputniknews

19:52 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |