Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

23/02/2016

Affaire «Il n’y a rien de sérieux contre Gbagbo»

 Bensouda réagit: «C’est une fabrication»

C'était prévisible...


22 février-L'Inter
International Criminal Court (ICC) Chief Prosecutor
Fatou Bensouda at a past event. International Criminal Court
judges have given Prosecutor Fatou Bensouda six days from
Friday to confirm whether she is ready to have the trial of
President Uhuru Kenyatta commence on October 7. FILE PHOTO
|Fatou Bensouda aura finalement réagi à l’énorme polémique sur de supposés propos qu’elle aurait tenus en privé s’agissant du dossier Laurent Gbagbo.

A travers son assistant spécial, Sam Sasan Shoamanesh, également coordonnateur du bureau du procureur de la Cour pénale internationale, Mme Bensouda a répondu, vendredi 19 février, via courriel, aux préoccupations de L’inter. Elle réfute énergiquement les paroles qui lui ont été prêtées dans la presse. En début de semaine écoulée, plusieurs tabloïds ivoiriens relayaient les écrits d’un journal sud-africain (The Star), au sujet de confidences qu’aurait faites la procureure de la Cpi à un candidat à la présidence de la République centrafricaine Pascal Bida Koyagbele. Mme Bensouda aurait dit à cette personnalité : « Il n’y a rien de sérieux contre Gbagbo, c’est juste une pression politique venant de la France et je ne peux rien faire ». La procureure de la Cpi fustige une « fabrication ». Elle fait écrire par son assistant spécial : « En ce qui concerne votre question relative à la déclaration contestée de M. Pascal Bida Koyagbele, il s’agit d’une affirmation totalement fausse et d’une fabrication, tant dans son attribution, que dans son contenu. Le procureur n'a jamais rencontré M. Koyagbele. Il ne lui a jamais fait une telle fausse déclaration, encore moins à une autre personne, ou dans un quelconque endroit ou contexte ».

Fatou Bensouda a bien conscience que les propos de Pascal Bida Koyagbele tendent à remettre en cause son indépendance, et à établir qu’elle serait manipulée par des entités extérieures à la Cour. Elle fait rappeler qu’elle adhère strictement au principe d'indépendance et d'impartialité dans l'exécution du mandat qui lui est confié par le Statut de Rome, traité fondateur de la Cpi. C’est ce traité qui fonde et guide toute l’action du Bureau du procureur, relève notamment M. Shoamanesh. « Les enquêtes et les poursuites du Bureau, que ce soit en ce qui concerne le procès de l'accusé M. Gbagbo et al., ou tout autre procédure, sont toujours guidées par le cadre juridique strict applicable et les preuves recueillies en toute indépendance par le Bureau. Le Bureau ne permettra pas que des tentatives externes de politisation puissent dérouter les procédures judiciaires à la Cpi, qui doivent suivre leur cours conformément à la loi », consigne la plume de Mme Bensouda. Ce dernier paragraphe a toute l’apparence d’une mise en garde à l’encontre de ses contempteurs. La magistrate gambienne est régulièrement au centre de critiques sur l’indépendance de ses procédures et leur côté prétendument politique. Dans sa déclaration liminaire, lorsque s’ouvrait le procès conjoint Gbagbo-Blé Goudé, le 28 janvier, Fatou Bensouda, martelait à la Cour : « Je tiens à souligner une fois de plus que ce procès n'est pas de nature politique. Nous poursuivons une mission purement juridique dans le cadre du Statut de Rome (…) Certaines et certains se demanderont pourquoi l'Accusation ne poursuit que ces deux hommes et personne d'autre, pour le moment. L'Accusation tient vraiment à ce que les principaux responsables des violences perpétrées contre des civils de Côte d'Ivoire, dans le cadre des élections de 2010, soient traduits en justice. Trois mille civils auraient été tués par les forces armées des deux camps lors de ces violences postélectorales. Nos enquêtes se poursuivent dans le pays. Mais il faut du temps ».

Les assurances de la procureure de la Cpi et son démenti concernant les propos de Pascal Bida Koyagbele suffiront-ils à rasséréner les plus sceptiques sur l’impartialité des procédures ? Les semaines à venir nous situeront.

Kisselminan COULIBALY
Linfodrome

01:02 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.