Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

18/02/2016

Affaire bombardement de Bouaké : De Villepin, Alliot Marie et Michel Barnier en difficulté ?

Suite logique du documentaire « Spécial Investigation » de Canal + largement diffusé par les réseaux sociaux en raison de sa censure ? On pourrait le penser tellement les révélations qui y sont faites font froid dans le dos et incriminent directement de hauts responsables français en poste en 2004.

Selon l’hebdomadaire satirique français le « Canard enchaîné », trois anciens ministres qui ont directement géré ce dossier pourraient s‘expliquer devant la justice française, si la doléance de la juge Sabine Kheris venait à prospérer. Selon le confrère français dans sa livraison de cette semaine, la doyenne des juges d’instruction du tribunal de Paris a fait une proposition dans ce sens au procureur de Paris. Sa proposition a été accompagnée du dossier sur le bombardement du camp français de Bouaké en novembre 2004 lors de l’opération « Dignité ». Une chose est sûre. Il ne s’agit pas pour la juge de fouiller dans des affaires ivoiriennes mais de réclamer justice pour des citoyens français (neuf soldats au total) tombés lors dudit bombardement. « La juge soupçonne les trois anciens ministres d’avoir sciemment laissé filer les pilotes biélorusses des avions responsables du massacre », écrit le Canard enchaîné. L’affaire n’est qu’à son prélude pour le moment. La réponse du procureur est attendue. Et le confrère de préciser : « Si elle est approuvée, la requête de la juge Kheris sera transmise au procureur général près la Cour de cassation, seul habilité à saisir la Cour de justice de la République (Cjr) ».

Pour rappel, Dominique De Villepin, Michèle Alliot Marie et Michel Barnier étaient respectivement ministre de l’Intérieur, ministre de la Défense et ministre des Affaires étrangères de France. Chacun d’eux avait joué un rôle dans ce dossier. Aujourd’hui avec les aveux et les pistes mis en avant par le documentaire de Canal + de forts soupçons de manipulation des pilotes biélorusses planent sur ces personnalités. L’on se rappelle que peu avant le déclenchement de l’opération « Dignité » visant à chasser les rebelles des territoires occupés, Laurent Gbagbo avait pris soin d’en informer par téléphone son homologue Jacques Chirac. Le chef de l’Etat français n’avait ni approuvé ni désapprouvé l’initiative. Il s’était simplement borné à dire à Laurent Gbagbo qu’il en assumerait seul, les conséquences, en cas de pépin.
Les pilotes biélorusses qui travaillaient pour le compte de l’armée ivoirienne avaient été surveillés du début à la fin par les renseignements français. 
Appréhendés au Togo puis mis à la disposition de l’Etat français par les autorités de ce pays, ces pilotes furent relâchés.

S. DEBAILLY sur ivoirenewsinfo

Afficher
l'image d'origine Afficher
l'image d'origine

Le bombardement de Bouaké fait encore la une de l’actualité. A l’origine de ce regain d’intérêt pour ce dossier, c’est la diffusion d’un documentaire sur la chaîne française, Canal+ qui a mis le feu aux poudres, selon Le Canard enchaîné. Dominique De Villepin et Alliot Marie devraient être entendus par la justice française.

Bombardement de Bouaké, la juge Khéris ressort l’affaire.

Le bombardement de Bouaké (au centre de la Côte d’Ivoire) date du 6 novembre 2004. Ce jour là, l’armée de l’air ivoirienne a entrepris des frappes sur la grande ville du centre du pays, fief de la rébellion conduite par l’actuel président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro. L’opération qui visait à attaquer les positions rebelles et à réduire à néant leur dispositif sécuritaire a tourné au vinaigre. Prétextant d’avoir perdu neuf soldats par la faute des militaires ivoiriens, l’armée française bombardera la flotte aérienne ivoirienne au sol à l’Aéroport de Yamoussoukro (la capitale politique).

Dans un documentaire diffusé sur les antennes de Canal+ le 8 février dernier et intitulé « Bombardement de Bouaké : une affaire d’Etat ? », les journalistes de la chaîne française pencheront pour la théorie du complot qui visait à sacrifier neuf soldats français sur l’autel des intérêts supérieurs de la nation. Objectif : renverser le chef de l’Etat ivoirien de l’époque, Laurent Gbagbo. La juge Sabine Khéris aurait émis le souhait d’entendre certains ministres français au moment des faits :  Dominique De Villepin (Intérieur), Alliot-Marie (Défense) et Michel Barnier (Affaires étrangères).

Le chef de la force Licorne (2004 – 2005), le Général De Malaussène a formellement affirmé que le gouvernement français n’a jamais voulu savoir la vérité sur cette affaire. L’Élysée, avec à sa tête Jacques Chirac et tous les ministres aux affaires à cette période, notamment Dominique De Villepin (Intérieur) et Alliot-Marie (Défense) ont tout fait pour étouffer l’évolution de l’enquête.

Selon nos confrères français du journal « Le Canard enchaîné » : « La juge soupçonne les trois anciens ministres d’avoir sciemment laissé filer les pilotes biélorusses des avions responsables du massacre. Si elle est approuvée, la requête de la juge Kheris sera transmise au procureur général près la Cour de cassation, seul habilité à saisir la Cour de justice de la République (Cjr). »
Afrique-sur7.fr

15:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.