Shlomit
topblog Ivoire blogs

28/01/2016

Procès et vision politique

Une contribution d'Ozi Godo

A l'heure où approche le procès de la honte, le rôle de chaque intellectuel panafricain devrait être de "théoriser" enfin" la victoire finale de Laurent Gbagbo contre le système mis en place pour l'anéantir. Théoriser veut dire montrer, faire voir le spectacle, faire voir le film de la fin d'un régime, et d'un système. Théoriser c'est voir, et faire voir, faire découvrir une chose comme elle est en réalité. C'est décrire la confusion des uns, en contraste avec la joie et la sérénité des autres. C'est décrire la panique, la tourmente et les gesticulations des uns, en miroir, avec l'assurance, la satisfaction, et la force tranquille des autres, qui ont la certitude qu'ils sont du bon côté, et qu'ils ont mené le bon combat, et qui voient enfin poindre à l'horizon l'agonie de la nuit et l'émergence d'une lueur d'espoir dans le dur et harassant combat auquel ils ont tout sacrifié..

L'aurore pour certains, et le crépuscule pour d'autres.
ainsi, plus le jour se lève sur la vérité, et plus les uns sont comblés, tandis que les autres sont inquiets et tourmentés.
Pourquoi sont-ils si confus, si inquiets, et si tourmentés?
Et bien, parce qu'ils savent bien qu'ils sont pris au piège de leur propre turpitude. Ils savent bien qu'ils sont enserrés dans le carré ivoirien, chauffé à 90 degrés, et qui s'apprête incessamment à bouillir et à faire sauter le couvercle..A l'ouest, au Libéria, les exilés wê qui en ont gros sur le coeur attendent rendre gorge à leur bourreau; à l'est, au Ghana les exilés, qui ont fuit la furia des FRCI ruminent tranquillement leur souffrance en attendant le changement des rapports de forces. Au sud, la mer, l'océan, qui symbolise la France et la communauté internationale engluées dans le procès de la CPI, mais aussi l'Afrique digne qui se réveille sur les crimes odieux de ouattara, et l'injustice faite au Président Laurent Gbagbo. Au nord au Mali, Ouattara n'est plus leur tasse de thé. Il ne reste plus que le Burkina, où le régime de ouattara, pouvait encore espérer, il y a peu, s'échapper. Mais là aussi, les rapports de forces ont changé. la couleur politique aussi. Il se pourrait même que la chute prenne sa source aux pays des hommes intègres.

Que reste-il alors aux bientôt anciens maîtres de Côte d'Ivoire?
Rien. Sinon attendre en silence, que vienne sa chute, en se débattant comme un beau diable.
Hêrêmankono! Ou en entendant le malheur, pour les uns, et en entendant le bonheur, pour les autres. Ainsi va la vie! Car, il faut bien que meurt la nuit pour que naisse le jour. C'est la loi de la nature. Et elle est immuable. C'est pourquoi Galilée disait, et à juste titre d'ailleurs, que la nature est géométrique. Bon voyage à tous ceux qui vont à la Haye ! Allez dans la sérénité la joie et l'allégresse. Tout s'accomplira comme il se doit. Car jamais le Mal n'a triomphé du Bien, ni dans le contes merveilleux, ni dans aucunes traditions séculaires qui soient. Les lois sont les lois. Les lois de la nature sont immuables, fixes, constantes, et égales à elles mêmes. Le savoir et agir en conséquence, c'est être en confiance. Et c'est de là, de cette source là, que le président Gbagbo Laurent tire sa force morale et sa confiance inébranlable dans son destin.

La confiance qu'il triomphera un jour de ses adversaires, malgré leurs attaques et coups bas. La confiance, toujours la confiance, parce qu'il sait que comme 2 + 2 = 4, ou comme, il faut que meurt la nuit pour que naisse le jour, ainsi, qui respecte le droit, la justice, et les lois de son pays et celles de la nature, ne peut, si l'équation est bien menée et bien résolue, en aucun cas, être confondu. Car la nature ne joue pas aux dés. Les lois sont fixes pour tous et pour toujours. Qui les respecte, ne peut être confondus. C'est la source de la force morale et de la conviction de notre leader.
Bientôt il fera jour. Et tous les journalistes cyber activistes pro gbagbo devront être des "jour(a)nalystes". C'est-à-dire devront savoir décrypter les signes annonciateurs du jour, et l'annoncer comme le coq annonce la naissance du jour. Le faisant, ils rendraient une fière chandelle à cette masse majoritaire de la population ivoirienne, qui ignore encore, de par sa force et sa nature réelles, qu'elle est un lion enfermé dans une cage, avec l'homme que le destin lui réserve au goûter des généraux.

Ozi Godo

07:56 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.