Shlomit
topblog Ivoire blogs

24/01/2016

Fwd: retour sur l'enfer de Kouya Gnépa Eric

Ainsi donc, KOUYA GNÉPA ÉRIC, enlevé le 3 avril 2015 après l’attaque de Grabo, torturé, amputé de trois orteils à l’acide, puis incarcéré à la MACA, POUR RIEN DU TOUT, est décédé le vendredi 4 décembre 2015, en prison, des suites des tortures que lui ont fait subir les hommes du régime dictatorial de dramane ouattara, mais aussi par la faute de la France qui n’hésite pas à tout détruire sur son passage, au gré de ses intérêts.
C’est la mort dans l’âme que, le mardi 15 décembre dernier, IROGBO GNÉPA et son épouse venus tout spécialement du village de Irato, ont été contraints, vu l’état de putréfaction avancée de son corps, d’enterrer en catimini, leur fils KOUYA GNÉPA ÉRIC, loin de sa terre natale. Un corps mal traité et volontairement mal conservé par ses geôliers, comme pour empêcher toute possibilité d’autopsie. Quelle cruauté !!!

Nous sommes encore plus inconsolables, d'apprendre qu'après la récente attaque d'Olodio (dans la nuit du 1er au 2 décembre 2015), OUÉLLÉ KOUYA DOMINIQUE, GNÉPA PÉRÉ EDISON, WERE KAPET, DJERE DJERE DAUTHET FELIX, IGBADIO SONDE EMMANUEL, N’GUESSAN KOUAME PACÔME et DJOROBO YEKEYOU MICHEL, ont été enlevés, au cours d’une opération de ratissage post attaque par les Frci et les Forces Spéciales basées à Olodio, comme il est de coutume dans ce Pays depuis avril 2011. Torturés puis déposés au sous-sol des lugubres locaux de la Dst et de la Préfecture de Police, devenues des camps de concentration du régime Ouattara, ces jeunes y ont encore subi tortures et humiliations des plus ignobles et des plus inimaginables, avant d’être aujourd’hui transférés à la MACA, où ils risquent de finir, hélas, comme KOUYA GNÉPA ÉRIC…, sans aucun jugement.

C’est le lieu de réaffirmer que, face aux attaques récurrentes dans le Département de Tabou, il est illusoire de croire que ce sont les séances d’autoflagellation suscitées par des "chefs coutumiers, des cadres et élus" et organisées ici et là depuis l’accession de monsieur Dramane Ouattara au pouvoir, qui changeront la nature de la confrérie que la France a installée à la tête de notre pays. Il faut plutôt savoir rester dignes et fermes dans nos revendications pour obliger le régime de Dramane Ouattara à libérer EFFECTIVEMENT tous les prisonniers d’opinion et toutes ces innocentes personnes qui croupissent dans les goulags et autres camps de concentration du pays que la France lui a donné à gouverner, par bombardements. C’est ma conviction. SURTOUT QUE LES POPULATIONS AUTOCHTONES ET LES CADRES DU DÉPARTEMENT DE TABOU N’ONT VRAIMENT RIEN À SE REPROCHER !!!

Merci à l’Affdo-ci qui ne ménage aucun effort pour soutenir les détenus au plan matériel et moral, mais surtout pour ses actions visant à les sortir de l’anonymat qui les tue à petit feu.
Merci à Michel GBAGBO, Secrétaire National du FPI chargé de la Politique Pénitentiaire et des Détenus d’opinion venu soutenir les parents de KOUYA GNÉPA ÉRIC lors de leur séjour douloureux à Abidjan.

ADIEU KOUYA GNÉPA ERIC !  La Côte d’Ivoire te pleure. Tu n’es plus concerné par l’hypothétique et comique grâce présidentielle de Dramane Ouattara accordée à « 3100 prisonniers inconnus ». Une annonce ridicule bruyamment relayée par les médias des forces du mal acquis à la cause de Dramane Ouattara.

La tribu Tépo-Sud et ta grande famille du Cavally, te pleurent !
ADIEU MON FILS ! MÔ LÉMOU, NA YOU !

LA LUTTE CONTINUE !
NOUS VAINCRONS !

TEMOIGNAGE signé Colombe Mandjira


23:20 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.