Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

23/01/2016

Affi au service de Ouattara, quelques échos

«Nous avons suivi avec beaucoup d’intérêts l’audience que le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA,  a accordée au Front Populaire Ivoirien (FPI) le jeudi 21 janvier 2016. Le Président Alassane OUATTARA a consacré 3 heures de son temps précieux de Chef d’Etat à ses visiteurs. 3 heures pour bien montrer qu’il accorde du prix à tout ce qui peut créer et favoriser la cohésion sociale, la réconciliation et la consolidation de la démocratie dans notre pays.

Au sortir de cette audience, le Président du FPI, Monsieur Pascal AFFI N’GUESSAN a annoncé aux journalistes et à toute la nation ivoirienne que les échanges se sont soldés par des accords sur tous les points qui ont été abordés. Il était heureux pour cette rencontre que le quotidien proche du FPI a qualifié de «Rencontre Historique».

le RDR
répond
le RDR répond

Nous nous réjouissons aussi du ton de son discours même si au passage nous notons qu’un abus de langage du Président du FPI a fait passer des détenus ayant commis des actes criminels lors de la grave crise post-électorale 2010 pour des prisonniers politiques. On ne le dira jamais assez : il n’existe pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire. Il existe des hommes et femmes politiques qui ont commis avant, pendant et après la crise post-électorale des délits qui les ont conduits en prison.

Notre souhait est que cela soit bien compris de tous. Se Repentir pour les torts que nous avons causés, individuellement ou collectivement, à nos concitoyens. Réparer ces torts pour effacer le désir de vengeance des victimes ou de leurs proches, et nous. Pardonner mutuellement constitue les bases essentielles de la nouvelle société ivoirienne en construction depuis quelques années. Merci au Président Alassane OUATTARA pour cette nième action en faveur de la paix en Côte d’Ivoire».

Le Ministre Joël N’GUESSAN

Secrétaire Général Adjoint chargé de la Communication, Porte-parole du RDR
le débativoirien

________

Les coïncidences n'existent pas en politiques...

Franchement, depuis que j'ai vu cette photo, avec tous ces gens qui souriaient dessus, je me pose des questions: quel est l’intérêt de Ouattara le dictateur de la lagune Ebrié de recevoir Affi et sa bande d’égarés a 5%, après son pretendu plébiscite, et surtout à une semaine de l'ouverture du procès du président Laurent Gbagbo? Ou quel est l’intérêt de Affi de rencontrer Ouattara et ses médiocres dans cette période?
Je suis peut-être excessivement suspicieux, mais qu'on ne prétende pas que c'est pour confronter les listes de prisonniers !
Si c'est cela l'objectif, alors cette rencontre aurait dû intervenir avant l'annonce de la prétendue grâce de Ouattara, à tout le moins!
Par ailleurs, cette rencontre intervient juste après l'information selon laquelle la procureure du tribunal de la honte communément appelé cpi s’inquiète que soit ses témoins ne sont pas prêts, soit qu'ils auraient disparus!
Il y a des coïncidences bien douteuses, et le fait que Ouattara face la pub de cette rencontre vient approfondir les doutes sur les intentions annoncées de cette rencontre.

Ba Bemba
____________

Les dissensions « ont retardé » la libération de l’ex-président affirme Affi

Par Edwige Fiendé

Les dissensions au sein du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) « ont retardé » la libération de l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo incarcéré à La Haye, a estimé samedi le président du parti Pascal Affi N’Guessan, à une cérémonie à Abidjan.

« Les dissensions que nous avons connues ont retardé (le) processus pour que le président Gbagbo nous revienne », a relevé M. Affi, ajoutant que les « frondeurs » reviendront « le moment venu », à la cérémonie de présentation de vœux des femmes du FPI, au siège de la formation politique à Cocody (quartier huppé à l’Est d’Abidjan).

Les « camarades mécontents rejoindront l’équipe le moment venu pour que nous continuions la lutte », a-t-il assuré en allusion à la branche du FPI conduite par Abdourahamane Sangaré, son adversaire interne.

Le principal parti de l’opposition en Côte d’Ivoire est en proie à une crise interne qui a vu la formation de deux camps, les partisans de M. Affi et ceux de M.Sangaré.

« La cause n’est pas perdue, si jusqu’à présent nous n’avons pas pu obtenir le retour de (Laurent Gbagbo) en Côte d’Ivoire, ne désespérons pas, nous devons continuer à nous battre », a recommandé Pascal Affi N’Guessan.

Le procès conjoint de M.Gbagbo et de l’ex-leader des « Jeunes patriotes » Charles Blé Goudé, accusés de « crimes contre l’humanité » commis dans les violences post-électorales de 2010 à 2011 qui ont officiellement plus de 3.000 morts en Côte d’Ivoire, s’ouvre jeudi à la Cour pénale internationale (CPI).

Alerte info/Connectionivoirienne.net
_________________________

Communiqué

Le régime OUATTARA a été violemment installé en Côte d’Ivoire depuis le 11avril 2011, par des mercenaires et les armées de la France et de l’ONU. Ce régime exerce un pouvoir qui est donc par essence illégitime et illégal.
Durant tout le règne d’Alassane Ouattara, depuis le long coup d’Etat commencé en 2002 et achevé le 11 avril 2011, ce régime est resté dans une posture guerrière et dans le total irrespect d’aucune norme. Cela se traduit régulièrement par la violence verbale, physique et armée, sur toute personne physique ou morale qui ne l’applaudissent pas ou qui ne voient pas les choses sous le même angle que lui. Alors, on assiste à des emprisonnements arbitraires en masse d’adversaires politiques et d’honnêtes citoyens, dans une gouvernance sans aucun égard pour la Constitution de la république, une gouvernance basée sur le principe cynique du ‘’rattrapage ethnique’’.
Le régime Ouattara, comme pour se donner des allures de gestion démocratique, se constitue ses propres opposants, qu’il organise et gère contre l’opposition réelle. Ainsi, des opposants fictifs, en réalités des agents obligés du régime, l’accompagnent, contre rémunération, dans sa gestion calamiteuse du pays. Les exemples sont légions pour tous les observateurs attentifs et sérieux de l’actualité ivoirienne.
Le F.P.I tient ici à réaffirmer qu’à son Congrès Extraordinaire tenu à MAMA le 30 avril 2015, M. AFFI N GUESSAN a été exclu du parti. La décision dudit Congrès l’excluant lui a été signifiée par voie d’huissier et une copie de cette décision avait été envoyée en son temps à la presse nationale et internationale pour diffusion, ainsi qu’aux Représentations diplomatiques et aux organisations amies pour information.
Que le régime veuille récompenser les opposants qu’il s’est fabriqués, dont certains, d’anciens militants du FPI en rupture de ban, avec la complicité de la justice aux ordres, se targuent d’agir au nom du FPI, cela n’est qu’une autre illustration du faux qui caractérise ce régime illégal et illégitime.
Le Front Populaire Ivoirien désormais présidé par Laurent GBAGBO n’est concerné, ni de près ni de loin, par cette affaire d’audience avec le chef d’Etat.

Le F.P.I invite en conséquence ses militantes et militants à la sérénité, à rester mobilisés, à se concentrer sur le procès de Son Excellence le Président Laurent GBAGBO injustement déporté à La Haye, et à se préparer à l’accueillir bientôt en Côte d’Ivoire.
Fait à Abidjan le 21 janvier 2016
Pour le F.P.I
Le S.G et porte-parole par intérim,
Koné Boubacar

- See more at: http://www.ivoirebusiness.net/articles/c%C3%B4te-divoire-...

Communiqué

Le régime OUATTARA a été violemment installé en Côte d’Ivoire depuis le 11avril 2011, par des mercenaires et les armées de la France et de l’ONU. Ce régime exerce un pouvoir qui est donc par essence illégitime et illégal.
Durant tout le règne d’Alassane Ouattara, depuis le long coup d’Etat commencé en 2002 et achevé le 11 avril 2011, ce régime est resté dans une posture guerrière et dans le total irrespect d’aucune norme. Cela se traduit régulièrement par la violence verbale, physique et armée, sur toute personne physique ou morale qui ne l’applaudissent pas ou qui ne voient pas les choses sous le même angle que lui. Alors, on assiste à des emprisonnements arbitraires en masse d’adversaires politiques et d’honnêtes citoyens, dans une gouvernance sans aucun égard pour la Constitution de la république, une gouvernance basée sur le principe cynique du ‘’rattrapage ethnique’’.
Le régime Ouattara, comme pour se donner des allures de gestion démocratique, se constitue ses propres opposants, qu’il organise et gère contre l’opposition réelle. Ainsi, des opposants fictifs, en réalités des agents obligés du régime, l’accompagnent, contre rémunération, dans sa gestion calamiteuse du pays. Les exemples sont légions pour tous les observateurs attentifs et sérieux de l’actualité ivoirienne.
Le F.P.I tient ici à réaffirmer qu’à son Congrès Extraordinaire tenu à MAMA le 30 avril 2015, M. AFFI N GUESSAN a été exclu du parti. La décision dudit Congrès l’excluant lui a été signifiée par voie d’huissier et une copie de cette décision avait été envoyée en son temps à la presse nationale et internationale pour diffusion, ainsi qu’aux Représentations diplomatiques et aux organisations amies pour information.
Que le régime veuille récompenser les opposants qu’il s’est fabriqués, dont certains, d’anciens militants du FPI en rupture de ban, avec la complicité de la justice aux ordres, se targuent d’agir au nom du FPI, cela n’est qu’une autre illustration du faux qui caractérise ce régime illégal et illégitime.
Le Front Populaire Ivoirien désormais présidé par Laurent GBAGBO n’est concerné, ni de près ni de loin, par cette affaire d’audience avec le chef d’Etat.

Le F.P.I invite en conséquence ses militantes et militants à la sérénité, à rester mobilisés, à se concentrer sur le procès de Son Excellence le Président Laurent GBAGBO injustement déporté à La Haye, et à se préparer à l’accueillir bientôt en Côte d’Ivoire.
Fait à Abidjan le 21 janvier 2016
Pour le F.P.I
Le S.G et porte-parole par intérim,
Koné Boubacar

- See more at: http://www.ivoirebusiness.net/articles/c%C3%B4te-divoire-...


Communiqué Le régime OUATTARA a été violemment installé en Côte d’Ivoire depuis le 11avril 2011, par des mercenaires et les armées de la France et de l’ONU. Ce régime exerce un pouvoir qui est donc par essence illégitime et illégal.
Durant tout le règne d’Alassane Ouattara, depuis le long coup d’Etat commencé en 2002 et achevé le 11 avril 2011, ce régime est resté dans une posture guerrière et dans le total irrespect d’aucune norme. Cela se traduit régulièrement par la violence verbale, physique et armée, sur toute personne physique ou morale qui ne l’applaudissent pas ou qui ne voient pas les choses sous le même angle que lui. Alors, on assiste à des emprisonnements arbitraires en masse d’adversaires politiques et d’honnêtes citoyens, dans une gouvernance sans aucun égard pour la Constitution de la république, une gouvernance basée sur le principe cynique du ‘’rattrapage ethnique’’.

Le régime Ouattara, comme pour se donner des allures de gestion démocratique, se constitue ses propres opposants, qu’il organise et gère contre l’opposition réelle. Ainsi, des opposants fictifs, en réalités des agents obligés du régime, l’accompagnent, contre rémunération, dans sa gestion calamiteuse du pays. Les exemples sont légions pour tous les observateurs attentifs et sérieux de l’actualité ivoirienne.

Le F.P.I tient ici à réaffirmer qu’à son Congrès Extraordinaire tenu à MAMA le 30 avril 2015, M. AFFI N GUESSAN a été exclu du parti. La décision dudit Congrès l’excluant lui a été signifiée par voie d’huissier et une copie de cette décision avait été envoyée en son temps à la presse nationale et internationale pour diffusion, ainsi qu’aux Représentations diplomatiques et aux organisations amies pour information.

Que le régime veuille récompenser les opposants qu’il s’est fabriqués, dont certains, d’anciens militants du FPI en rupture de ban, avec la complicité de la justice aux ordres, se targuent d’agir au nom du FPI, cela n’est qu’une autre illustration du faux qui caractérise ce régime illégal et illégitime.,Le Front Populaire Ivoirien désormais présidé par Laurent GBAGBO n’est concerné, ni de près ni de loin, par cette affaire d’audience avec le chef d’Etat.
Le F.P.I invite en conséquence ses militantes et militants à la sérénité, à rester mobilisés, à se concentrer sur le procès de Son Excellence le Président Laurent GBAGBO injustement déporté à La Haye, et à se préparer à l’accueillir bientôt en Côte d’Ivoire.

Fait à Abidjan le 21 janvier 2016,
Pour le F.P.I, Le S.G et porte-parole par intérim, Koné Boubacar, ivoirebusiness

23:16 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.