Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

18/01/2016

revue de presse de linfodrome

Soro et Hambak se livrent une guerre de succession à Ouattara

http://afriquequotidien.com/wp-content/uploads/2013/07/Soro_et_Hamed_Bakayoko.jpg

Bonjour amis de Linfodrome.ci et bienvenue à notre revue de presse qui retient comme sujets d'actualité l'attentat au Burkina Faso et les mandats d'arrêt contre des autorités ivoiriennes. Bonne lecture à tous !


Affaire de mandats d'arrêt

Guillaume Soro est visé par un mandat d'arrêt lancé contre lui par le Burkina Faso, dévoilé la veille des attentats. En croire les journaux, il y a de la mobilisation autour du PAN ivoirien dans cette affaire. Nord-Sud Quotidien parle d'une «vague de mobilisations autour de Soro». Il rapporte que le samedi, «plusieurs mouvements de jeunesse ont condamné le mandat d'arrêt émis par la justice burkinabé contre le président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire. Ils ont réaffirmé leur soutien indéfectible à Guillaume Soro.»

Quant à L'Expression, il livre que le mandat d'arrêt suscite une «grosse colère à Abidjan». Lui également affirme que quatre mouvements proches du président Guillaume Soro ont produit des déclarations pour dénoncer une cabale contre le PAN. «Nous, Jeunesse Soro Guillaume, condamnons fermement cette énième provocation, mettons en garde contre tous ceux qui,d ans l'ombre, tirent les ficelles de déstabilisation de la Côte d'Ivoire, à travers une prétendue écoute téléphonique qu'ils s'avèrent incapables d'authentifier...»

Mais en dehors de Soro, qui est aussi visé par un mandat d'amener de la justice française, Le Quotidien d'Abidjan fait savoir que d'autres ivoiriens sont dans le viseur de la France. «Rebondissement dans l'affaire Michel Gbagbo. Après Soro, la justice française attaque Hamed Bakayoko», barre t-il à la Une. Il parle de l'ouverture d'une procédure contre deux officiers de la police nationale. Ces derniers qui sont des collaborateurs du ministre de l'Intérieur et de la Sécurité sont cités dans une enquête rogatoire pour être entendus. «Le commissaire de la police aéroportuaire et d'autres policiers se trouvent dans le collimateur du juge français Cyril Paquaux. Il leur est reproché d'avoir empêché Michel Gbagbo, le vendredi 14 février 2014, de se rendre à Paris pour répondre à la convocation de la juge Sabine Khéris dans l'affaire qui l'oppose à Guillaume Soro.»

Attaques terroristes au Burkina Faso

«Burkina Faso/ des hommes lourdement armés attaquent : des morts dont un gendarme», titre à la Une Soir Info. Il raconte que le Burkina Faso a connu un vendredi noir, le 15 janvier. Le journal fait savoir qu'avant l'attentat contre l'hôtel Splendid et le restaurant-café Capucchino à Ouagadougou, des gendarmes en mission commandée, dans le village de Tin Abao ont été la cible, dans l'après-midi du même 15 janvier, de d'une vingtaine d'individus non identifiés mais lourdement armés. Cette attaque a fait deux morts dont un gendarme.

En ce qui concerne les attentats contre l'hôtel Splendid et le Cappuchino, Fraternité matin donne le nombre de victimes par nationalité. D'après le journal, un communiqué du procureur du tribunal du Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou, Sérémé Maïza, fait savoir que les attaques ont fait 29 morts dont 7 Burkinabé, 4 canadiens, 2 Ukrainiens, 2 Français, 2 Suisses, 1 Américain, 1 Libyen, 1 Néerlandais, 1 Portugais, 1Franco-Ukrainien. L'on dénombre aussi 7 personnes non identifiées, dont 3 de race blanche et 4 de race noire.

L'ex-président du Burkina est cité dans cette affaire comme étant à la base. «Après l'attaque terroriste à Ouagadougou : Compaoré fortement soupçonné», barre à la Une Lg Infos. Dans une déclaration, Salif Diallo, premier vice-président du Mouvement du peuple pour le progrès (Mpp) s'interroge. «Ces attaques ne seraient-elles pas sur commande des connexions entre le Mujao et l'ancien régime, dans le but d'installer le chaos dans notre pays, après l'échec du coup d'État du 16 septembre 2015?», a-t-il dit. Ce dernier a reçu un message de son homologue Guillaume Soro, à en croire L'inter. «Tôt ce matin, par courriel officiel au PAN, du BF, j'ai exprimé ma compassion et ma solidarité aux autorités et au peuple burkinabé».

La peur s’installe

Quelques heures après l’attentat perpétré à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, les Ivoiriens à en croire les parutions du jour sont de plus en plus inquiets face à cette menace pour leur pays. « Après l’attaque terroriste au Burkina Faso: grande peur à Abidjan », livre à sa Une Notre Voie. Selon le journal, après cette attaque dont a été victime le pays des Hommes intègres, « la vigilance doit s’étendre à toute la région ouest-africaine à commencer par la Côte d’Ivoire ». Car, à en croire le quotidien, « il n’y a pas longtemps, notamment au début du second semestre 2015, les groupes islamistes qui ont revendiqué les attaques de Ouagadougou avaient menacé la Côte d’Ivoire ».

De son côté, Le Mandat livre les dispositions prises en Côte d’Ivoire après cet attentat. « Attaques terroristes: Hôtels et supermarchés sous haute surveillance », peut-on lire en manchette du quotidien. « Après l’attaque de l’hôtel Splendid à Ouagadougou, les autorités ivoiriennes ont décidé de renforcer la sécurité autours des grandes surfaces commerciales et les hôtels abidjannais. Selon les sources autorisées, des mesures ont été prises », écrit le quotidien.

Quant à Le Patriote, il s’interroge sur l’existence de cette menace pour la Côte d’Ivoire. « Après les attaques terroristes au Burkina Faso: notre pays menacé? », barre le journal à sa Une. « La menace terroriste devient certes de plus en plus réelle. Mais, pour autant , il ne faut pas céder à la panique. La Côte d’Ivoire qui a connu des menaces plus graves, s’en est toujours tirée à bon compte », commente le quotidien qui invite cependant les autorités à « la vigilance ».
Linfodrome

18:44 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.