Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

14/01/2016

Attentats de Paris: 51 personnes encore hospitalisées

Curieusement, on ne donne jamais le bilan total des morts; quelques jours après l'attentat, j'ai entendu qu'on en était à 156 morts, puis silence radio. Or parmi les blessés il y avait 99 personnes dont le pronostic vital était engagé. Alors combien s'en sont sorties?
Dommage qu'il y ait tant de tabous dans la mentalité française; pourquoi faut-il toujours faire soit-même les ajustements, car on ne peut faire confiance dans les dires des médias?
Hier j'ai suivi un peu une émission sur les vaccins -et le refus grandissant des français de se laisser vacciner en masse- sur la chaine Arte; ce qui ressortait évidemment, c'est que
beaucoup de gens relativisent le discours des médias, c'est à dire la parole de
l'état; la confiance est rompue et la méfiance de mise. Même scénario à l’œuvre quand on parle du méchant dirigeant russe, le très charismatique Vladimir Poutine, diabolisé par les médias, et pourtant selon les instituts de sondage révèlent qu'il est admiré et estimé, et même envié !

Fleurs et
drapeaux tricolores en hommage aux victimes des attentats, le
16 novembre 2015 devant le café Le Carillon rue Bichat à
Paris

14 janvier 2016
Parmi ces 51 personnes, trois sont encore en réanimation et 25 sont suivies dans des services de Soins de suite et de réadaptation (SSR), a détaillé la ministre lors d'un discours au Congrès de la société de réanimation de langue française à Paris.

Les attentats du 13 novembre ont fait 130 morts et 350 blessés.

La ministre a également annoncé qu'elle recevrait le 20 janvier les conclusions du rapport consacré au retour d'expérience sur l'intervention du système de santé lors des attentats. 

Le travail, confié au directeur général de la Santé, a associé le SAMU de Paris, la brigade de sapeurs-pompiers, le service de santé des armées, les services du ministère de la santé et les opérateurs qui y sont rattachés, dont l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), a-t-elle précisé. 

Sans attendre, la ministre a déclaré qu'elle souhaitait travailler sur l'efficacité de la prise en charge depuis le site de l'attentat jusqu'à l'établissement de santé. Elle a évoqué une "identification plus rapide des victimes, du lieu de leur prise en charge et des coordonnées de leur famille".

Concernant les cellules d'urgence médicopsychologiques (CUMP), ce dispositif doit être "mieux adapté" à la gestion d'évènements de l'ampleur du 13 novembre, a-t-elle dit.

La ministre veut en outre que le système de prise en charge sanitaire d'urgence soit renforcé sur l'ensemble du territoire national. Elle a demandé aux Agences régionales de santé (ARS) que leurs établissements "soient capables de mettre en place une prise en charge des victimes aussi exemplaire qu'en Ile-de-France".

"Nous devons réfléchir à la spécificité de la prise en charge d'enfants", a-t-elle ajouté.

(avec AFP) i24news

17:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.