Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

13/01/2016

La répression houphouëtiste du mardi soir

Le procès de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale devrait commencer le 28 janvier 2016, cinq ans après le différend électoral en Côte d'Ivoire qui a dégénéré en grave crise au cours de laquelle des milliers d'Ivoiriens ont trouvé la mort. Pendant les quatre mois de pur délire et de féroce propagande mensongère qui se sont écoulés du 28 novembre 2010 au 11 avril 2011, l'armée française, les mercenaires déguisés en Casques bleus et les rebelles à la solde d'Alassane Ouattara ont perpétré d'innombrables crimes de guerre et crimes contre l'humanité, notamment le massacre d'Anonkoua Kouté, la boucherie génocidaire de Duékoué, l'utilisation de civils comme boucliers humains dans les rues d'Abidjan ainsi que le bombardement de la résidence présidentielle, où se trouvaient des femmes et des enfants. 

Par l'entremise de sa Cour pénale internationale, la clique d'États voyous qui se fait appeler la «communauté internationale» et qui est convaincue d'avoir le droit divin de régenter le monde, intente aujourd'hui un procès à deux grands panafricanistes qui ont toujours prôné la démocratie et la souveraineté de leur peuple. Pendant ce temps, Alassane Ouattara et ses brutes sanguinaires exercent la tyrannie en Côte d'Ivoire, mais ne sont pas inquiétés. Ils ont commis les pires crimes et sont des partisans de la terreur et du totalitarisme, comme ils l'ont maintes fois démontré, mais les médias les présentent comme les détenteurs légitimes du pouvoir et des partisans de la démocratie. Quel mensonge abject!

La presse atlantiste a toujours occulté les tentatives de coup d'État et la guerre civile de plus de 8 ans qu'Alassane Ouattara a infligées aux Ivoiriens. Elle a beaucoup répandu divers quolibets sur Laurent Gbagbo, lui imputant un comportement tribal, sectaire et répressif, alors que c'était exactement l'inverse. Gbagbo n'a jamais eu quoi que ce soit à voir avec le concept d'ivoirité. Il a toujours voulu que l’opposition politique puisse faire valoir ses idées, grâce à une liberté de presse totale et au financement public des partis politiques. Il n’a jamais fait emprisonner ses adversaires. Il voulait qu'on recompte simplement les voix de l'élection présidentielle de 2010, pour régler le différend, ce qu'on lui a refusé. Ouattara, lui, appelait ses amis occidentaux à faire la guerre contre le peuple ivoirien, ce qui lui a été accordé.

Le comportement de Ouattara depuis qu'il a déclenché la guerre civile, en 2002, n'a rien de nouveau. Il a toujours été l'homme de la fourberie et de la manière forte. Il a toujours privilégié la violence comme instrument pour assouvir ses ambitions. Il a toujours pensé que l'Afrique devait perdre pour qu'il gagne, ce qui est exactement le contraire de la pensée de Laurent Gbagbo. Pour le démontrer à ceux qui connaissent mal l'histoire récente de la Côte d'Ivoire, je vous propose un retour en 1992, à l'époque où Alassane Ouattara était premier ministre de ce pays.



Laurent Gbagbo, Simone Éhivet et Michel Gbagbo racontent la violente répression orchestrée par Alassane Ouattara contre la manifestation pacifique du «mardi noir», le 18 février 1992, à Abidjan. Les brutes armées à la solde de M. Ouattara avaient tenté d'assassiner Laurent Gbagbo, le père du multipartisme en Côte d'Ivoire. M. Ouattara avait eu recours à des casseurs pour pouvoir accabler par la suite l'opposition de fausses accusations. La décision de réprimer violemment la manifestation avait été prise après que le Front populaire ivoirien (FPI), de Laurent Gbagbo, eut érigé des barricades dans les rues pour protester contre l'adoption de la loi sur la presse, destinée à museler l'opposition politique. — Extrait du film «La Force d'un destin» (2002), d'Henri Duparc.

Bernard Desgagné

Mots clés

Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Simone Éhivet, Michel Gbagbo, Front populaire ivoirien, FPI, Félix Houphouët-Boigny, Côte d'Ivoire, répression, multipartisme, démocratie

10:08 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.