Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

01/12/2015

Quand Soro lâche du lest....

30 novembre -Soir Info-
Soro serait-il en train de revoir à la baisse ses prétentions s'agissant de l'alternance en 2020 ?

Le scandale des écoutes téléphoniques est-il en train de mélanger l'agenda politique de Guillaume Soro ?

C'est la question que suscitent les propos lâchés par celui-ci au détour d'une interview diffusée sur la chaîne britannique, BBC. Dans cet extrait, qui est passé inaperçu, le président de l'Assemblée nationale livre une proposition inédite sur la question du parti unifié et de son pendant qu'est l'alternance en 2020. En effet, évoquant ce sujet, Guillaume Soro rompt pratiquement avec la langue de bois et autres demi-mots. « Une fois que le parti unifié sera mis en place en Côte d'Ivoire, ce que je peux vous garantir, et je vous donne ma parole, je me plierai à la discipline interne du parti unifié », déclare-t-il, la main, sur le cœur. Et d'ajouter : « Donc ce sera au parti unifié d'envisager un remplaçant ou un éventuel candidat pour 2020 ». A travers ces mots, Soro jure de se soumettre au choix qui sera fait par les dirigeants du parti unifié s'agissant du candidat de ce parti à l'élection présidentielle de 2020. C'est la toute première fois qu'il s'aventure aussi loin s'agissant de la fameuse alternance. Alors que d'aucuns le donnaient favori, ou à tout le moins en pole position, dans la course à la succession d'Alassane Ouattara, cette déclaration de Soro laisse penser qu'il pourrait revoir à la baisse ses prétentions. Des observateurs avertis voyaient pourtant en lui un sérieux prétendant au fauteuil présidentiel dans la perspective de l'alternance en 2020. Ses proches même ne faisaient plus mystère de son ambition depuis la réélection d'Alassane Ouattara. De sorte qu'il se murmurait dans la cité que le dauphin constitutionnel entend se battre crânement pour être le porte-étendard de la mouvance présidentielle au scrutin présidentiel de 2020. Apparemment, Soro ne semble plus être dans les mêmes dispositions d'esprit. Comme si quelque chose s'était cassé. Sa déclaration évoquée plus haut laisse sous-entendre qu'il n'écarte plus l'éventualité qu'il pourrait ne pas être adoubé par sa « famille » politique, le moment venu.
C'est en tout cas ce que l'on serait tenté de déduire quand Soro déclare :« Une fois que le parti unifié sera mis en place en Côte d'Ivoire, ce que je peux vous garantir, et je vous donne ma parole, je me plierai à la discipline interne du parti unifié ». Que s'est-il donc passé pour que le président de l'Assemblée nationale en vienne à jurer, la main sur le cœur, qu'il se « plierai(t) à la discipline interne du parti unifié » une fois que sera désigné le successeur putatif de Ouattara en 2020 ? A l'évidence, le scandale des écoutes téléphoniques y est pour quelque chose. En effet, dès l'éclatement de l'affaire, des proches de Soro, qui sont montés au créneau les premiers, ont laissé entendre que celui-ci est victime d'un complot visant à le disqualifier voire le griller dans le cadre de l'alternance en 2020. L'un d'entre eux avait même avancé qu'il serait le mieux placé d'une liste de 14 postulants pressentis.
De là à parler d'un complot sur fond de guerre de succession, il n'y a qu'un pas, qui a été vite franchi par les spin doctors de Soro. Est-ce pour rattraper ces sorties médiatiques qui pourraient lui valoir  un autre « joli coup »( la formule est de Soro lui-même, à propos de la bande sonore l'incriminant) de la part de ses détracteurs, que le dauphin constitutionnel annonce qu'il se soumettra au choix que feront Bédié et Ouattara le moment venu ? Tout porte à le croire.

Assane NIADA, Linfodrome

17:50 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.