Shlomit
topblog Ivoire blogs

31/10/2015

Un coup d’oeil approfondi sur Poutine

26.10.2015
Vidéo d'une heure et six minutes.

23:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les prétendues bombes à sous-munitions d’Assad: guerre de l’information menée par l’Ouest ?

Ajoutée le 27 oct. 2015

Quand il s’agit du président syrien Bachar al-Assad, les principaux médias occidentaux n’arrêtent pas de répéter une phrase, je cite: « Assad lance des bombes à sous-munitions sur des enfants innocents. » Des soi-disant experts du Proche-Orient et des politiques occidentaux s’accordent sur cette accusation.

Sources / Liens : http://www.kla.tv/6748
La guerre par instrumentalisation : http://www.dailymotion.com/video/x37b...

23:43 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Fraude électorale 2015 : le dessous des cartes

23:39 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le Front al-Nosra s'unit avec l'EI et veut devenir l'"opposition modérée"

Ou quand le loup se déguise en brebis...

D'après le chef du service opérations de l'Etat-major général des Forces armées russes, le Front al-Nosra compte fusionner avec l'Etat islamique dans la province de Hama.
Les combattants du groupe terroriste Front al-Nosra ont pris la décision d’unir leurs forces avec l'Etat islamique, ainsi que de renier la symbolique d'al-Nosra pour devenir le groupe salafiste Ahrar al-Sham considéré par l'Occident comme faisant partie de l'"opposition modérée", a déclaré vendredi le chef du service opérations de l'Etat-major russe, le général Andreï Kartapolov.

"Dans la province de Hama dans le contexte de l'offensive de l'armée syrienne, les chefs des groupes (qui composent, ndlr) le Front al-Nosra ont pris la décision de s'unir avec l'EI", a fait savoir M. Kartapolov.

Plus tôt, le ministère russe de la Défense avait déclaré que les tensions entre les différents groupes terroristes en Syrie augmentent, ce qui est lié à la lutte pour le contrôle des territoires et des sources de revenu.

De même, d'après lui, les terroristes tentent de compléter leurs groupes par des recrutements de nouveaux combattants.

Or, avec l’avancée des troupes gouvernementales, les terroristes qui se sont retrouvés dans ces régions, tentent de leur échapper en se déclarant de l'"opposition modérée".

"Pour obtenir un soutien politique et de l'aide financière de l'étranger, les chefs d’un certain nombre de groupes affiliés au Front al-Nosra ont pris la décision de renier leurs symboles pour passer sous la bannière de Ahrar al-Sham qui est considéré par l'Occident comme faisant partie de l'+opposition modérée+", a conclu le général.
sputniknews

23:30 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Ouattara et le FPI

VOICI POURQUOI OUATTARA EST FURIEUX CONTRE LE FPI ET GBAGBO

On en sait un peu plus pourquoi OUATTARA est si furieux contre Gbagbo et le FPI. Le scrutin du 25 octobre a enregistré un nombre impressionnant de bulletins nuls 149 200 et de bulletins blancs:51 984. Les scrutateurs des bureaux de vote révèlent que ces nombreux bulletins comportaient des mentions du genre"Liberez Gbagbo, je vote Gbagbo,OUATTARA tu n' es pas concerné par notre affaire, OUATTARA dictateur," Certains ont même utilisé la pointe de leur stylo pour percer les yeux de OUATTARA sur les bulletins.....aussi peut-on expliquer les râles de OUATTARA du genre: "le FPI sera vide de sa substance", " je n'ai pas a m'adresser à Gbagbo", "je n'ai pas de gouvernement d'union a faire avec le FPI, un parti socialo-marxiste "..
Dans un bureau de vote à Anono, les bulletins de vote sur lesquels des votants ont mentionné "je vote Gbagbo" étaient plus nombreux que ceux en faveur de Ouattara.
Arsene Dogba

La substance du FPI, c'est le peuple de ses militants. Vider le FPI de sa substance est tout simplement impossible.
Souleymane Senn

23:30 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

A peine élu Ouattara déclare la guerre au Fpi : «Ce parti sera vidé de sa substance»

L’ancien-nouveau président ivoirien a reçu la presse étrangère hier mercredi à la présidence de la République. Dans un entretien qui a suivi cette réception, Alassane Ouattara a été, on ne peut plus clair sur les orientations de son nouveau mandat de cinq ans. Sa vision de la réconciliation, ses rapports avec le Fpi, la modification constitutionnelle envisagée…

Avec le Fpi, particulièrement, les choses s’annoncent ombrageuses puisque Ouattara II n’entend pas se plier aux désidératas de ce parti et de ses alliés. Ceux qui anticipent une entrée du Fpi dans son futur gouvernement, Alassane Ouattara les invite à déchanter. «Aujourd’hui, je peux dire que je ne crois plus du tout en ces gouvernements d’union. Je suis un libéral et qu’est-ce que j’aurais à faire avec des gens du FPI qui sont socialo-marxistes? Si c’est le prix à payer pour qu’il n’y ait pas de réconciliation politique, je suis prêt à le payer», prend-il position. Alassane Ouattara, qui ne veut certainement plus perdre de temps sur le chantier de la réconciliation croit à une réconciliation naturelle des Ivoiriens. «La réconciliation politique se réglera toute seule, car notre coalition représente plus de 85 % des Ivoiriens et le FPI sera bientôt vidé de sa substance», se convainc-t-il; les 15% de la population ivoirienne représentant cette petite frange de la population qui n’a, aux yeux du chef de l’Etat, d’autre choix que se jeter dans la paix des Houphouétistes.

«Je n’ai pas à m’adresser à Laurent Gbagbo en particulier. Laurent Gbagbo a eu un comportement qui a amené une grave crise dans ce pays et qui a fait 3 mille morts. Il est entre les mains de la justice internationale, il sera jugé et puis après, la vie continue.»

A TV5 en particulier, Alassane Ouattara a émis l’idée d’une nouvelle Constitution. Il l’a dit comme suit: «Je ne propose pas une modification constitutionnelle juste par rapport à cet article (article 35, Ndlr). Moi je veux une refonte constitutionnelle. La présente Constitution a été faite par un régime militaire qui avait ses objectifs. Ils se sont octroyés une immunité et ont introduit une série de dispositions incohérentes qui nous ont créés des problèmes à un moment donné au niveau du Conseil constitutionnel. C’est une nouvelle Constitution pour passer à la troisième République en Côte d’Ivoire. Ce n’est pas pour essayer de briguer un 3e mandat. La limitation de deux mandats sera respectée dans la nouvelle Constitution. Mais il faut maintenant renforcer les institutions, clarifier un certain nombre de choses, enlever tout ce qui est confligène et abandonner ces histoires de stratification des Ivoiriens.»

Qu’en sera-t-il de sa succession ? Sur le sujet, Ouattara a son idée, celle de l’introduction dans la Constitution, d’une vice-présidence. Il en donne les raisons : «Si après trois ou quatre ans, ça va bien, pourquoi ne pas demander à un vice-président de prendre les choses en main? J’ai vu que partout où il y a des postes de vice-président, cela a bien marché. Au Ghana et au Nigeria, quand le président est décédé, cela a bien marché.» Un signal prémonitoire ?
Dans son interview, le nouvel élu malmène ses opposants dont Banny, Essy et Koulibaly, y compris Laurent Gbagbo qui, même loin d’Abidjan, continue d’être un de ses sujets de prédilection. «Je n’ai pas à m’adresser à Laurent Gbagbo en particulier. Laurent Gbagbo a eu un comportement qui a amené une grave crise dans ce pays et qui a fait 3 mille morts. Il est entre les mains de la justice internationale, il sera jugé et puis après, la vie continue», charge Alassane Ouattara quand la journaliste lui demande d’adresser un message à Gbagbo.

La Tribune Ivoirienne
Jeudi 29 Octobre 2015

23:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Production de bioplastiques avec la pomme de cajou

Fabriquer du plastique avec de si beaux fruits...et pourquoi pas du jus de fruit, voire même du sucre au lieu de l'importer (de France probablement )? C'est bien d'avoir des idées, mais il faut d'abord arriver à l’autonomie alimentaire, comme le préconisait Thomas Sankara, et il y a là certainement d'autres filières alimentaires à creuser avant de préconiser le plastique !

Un projet novateur pour propulser l’anacarde dans son rôle de deuxième mamelle de l’économie ivoirienne

Production de bioplastiques avec la pomme de cajou

Cinq chercheurs de l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro, et deux de leurs collègues de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) du Canada, travaillent en ce moment sur un projet novateur : la production de bioplastiques à partir de jus de pomme de cajou en Côte d’Ivoire. Ce projet dont la phase exécutoire démarrera en janvier 2016 durera 18 mois. Une partie des travaux sera réalisée au Canada et une autre en Côte d’Ivoire. Ce projet, selon ses concepteurs, est une alternative pour la valorisation et la transformation industrielle de la pomme de cajou. En Asie ou en Amérique Latine, la transformation industrielle de la pomme de cajou est une réalité. En Côte d’Ivoire par contre, la production de pomme de cajou estimée à environ 5 millions de tonnes est abandonnée sur les lieux de récolte. Ce projet a donc pour objet de générer des bio- plastiques à partir de la fermentation du sucre contenu dans les pommes de cajou et contribuer à la lutte contre la pollution accrue de l’environnement et plus particulièrement de l’eau et des écosystèmes aquatiques par des déchets plastiques non biodégradables. «Selon les autorités ivoiriennes, la production moyenne annuelle de sachets plastiques dé- rivés du pétrole est de l’ordre de 20. 000 tonnes et toute cette production est destinée à la consommation domestique. Cependant, plus de 50% des déchets générés sont évacués directement dans les rues, tandis que moins de 20% de ceux-ci sont recyclés et triés. La conséquence immédiate de cette situation est la pollution accrue de l’environne- ment et plus particulièrement de l’eau et des écosystèmes aquatiques. Les déchets plastiques répandus dans nos villes obstruent les voies d’évacuation de nos eaux et font courir des risques accrus d’inondations avec son corollaire de destruction des infrastructures d’assainissement et incidence forte sur la reconstitution nationale des réserves d’eau potable. Face à cette situation, le gouvernement ivoirien à travers le décret 2013-803 du 22 novembre 2013, a interdit la production, l’importation, la commercialisation, la détention et l’utilisa- tion des sachets plastiques non biodégradables. Ainsi, il y a un grand intérêt à produire des bioplastiques, dont les avantages sont énormes», justifient ces chercheurs. Selon eux, la production de bioplastiques à partir de la pomme de cajou constitue une voie de valorisation des déchets, une opportunité de création d’emplois à travers la création d’une sous-filière dans la filière anacarde. « Une quantité de 3. 500 000 tonnes de jus (contenant 10-12% p/v de sucre (glucose et fructose)) peut être annuellement produite et une quantité de 420. 000 tonnes de sucre de pommes de cajou peut fournir approximativement 335. 000 de tonnes de bioplastiques par année. Ces données suggèrent qu’il serait pertinent d’effectuer une étude de faisabilité afin de démonter l’intérêt économique et environnemental de la production de bioplastiques à partir des pommes de cajou», expliquent-ils.

Un projet qui cadre avec les objectifs du Conseil du coton et de l’anacarde

Lors de la journée nationale de récompense des acteurs des filières coton et anacarde organisée début octobre 2015 à Korhogo, Malamine Sanogo, directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde a révélé que la transformation locale de l’anacarde est une priorité pour le conseil, d’autant plus que «seulement 42. 000 tonnes d’anacarde sont transformées localement». Si les financements de ce projet estimés à 130. 000 dollars (65 millions de FCFA) sont obtenus, le projet des chercheurs Ivoiriens et Canadiens propulsera davantage l’anacarde dans son rôle de deuxième mamelle de l’économie ivoirienne.

Olivier Dion
Lintelligentd'Abidjan

23:26 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Qui est Hadj Amin El Husseini ?

Mon dossier sur Hadj Amin El Husseini, le mufti de Jérusalem, père de la "résistance" palestinienne, antisémite patenté, aryen d'honneur. Vous y découvrirez comment la France a permis à ce criminel de guerre de s'évader et d'échapper à la justice. (Paru dans Hamodia).
Laly Derai

Hadj Amin El Husseini
Le mufti à la croix gammée

Le nom Hadj Amin El Husseini a fait le tour de la planète depuis le discours de Binyamin Netanyahou selon lequel le mufti de Jérusalem aurait soufflé à Hitler l'idée du génocide du peuple juif. Pavé dans la mare volontaire ou pas, les propos du Premier ministre ont contraint les médias internationaux à se pencher sur le leader du mouvement pan-arabique palestinien, ses accointances avec les nazis, ses rencontres avec Hitler, son antisémitisme ardent, son fanatisme religieux et ses appels au meurtre de Juifs. Hamodia fait le point sur cet épisode assez méconnu de l'Histoire et rappelle qui était l'ancêtre de la ''résistance'' palestinienne.

Cheveux blond-roux, yeux clairs, Hadj Amin El Husseini aurait pu être aryen. C'est ce que fera d'ailleurs remarquer Adolf Hitler, juste après leur rencontre, en novembre 1941.
Mais au-delà de son physique, El Husseini avait décidément tout pour plaire au leader nazi : les deux partageaient la même haine viscérale pour le Juif, la même volonté de destruction du peuple juif.
C'est ce pan essentiel de la personnalité du mufti de Jérusalem que le discours de Binyamin Netanyahou, prononcé mardi devant le Congrès sioniste, a remis sur le devant de la scène, lorsqu'il a déclaré : « Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs à cette époque (1941 NDLR), il voulait les déporter. Hadj Amin El Husseini est allé voir Hitler [en novembre 1941] et lui a dit: ''Si vous les expulsez, ils viendront tous en Palestine''. Hitler lui a demandé : “Que dois-je en faire alors ?” Et le mufti lui a répondu: ''Brûlez-les'' » .
Et si dans un premier temps, le monde entier s'est insurgé devant ce qui a été compris comme une forme de dédouanement d'Hitler, il s'est ensuite – enfin – penché sur les motivations profondément antisémites du père de la cause palestinienne.
Hadj Amin El Husseini est né en 1895 à Jérusalem dans une famille issue de la péninsule arabique. Une partie de sa famille vit aujourd'hui à Gaza et à Lod. En 1921, il est nommé par le Mandat britannique, imposé sur la Palestine un an plus tôt, Grand mufti de Jérusalem. Un an plus tard, il cumule également le poste de dirigeant du conseil supérieur musulman de la Palestine mandataire.
El Husseini a combattu toute sa vie la création d'un foyer juif sur la terre d'Israël. Il est également l'instigateur des pogroms perpétrés à Yaffo en 1921 et à Hévron en 1929. Il a initié la révolte arabe entre 1936 et 1939, au cours de laquelle des massacres ont été perpétrés contre de nombreux Juifs. C'est d'ailleurs suite à ses activités contre le Mandat britannique (dans le cadre de la révolte arabe) que El Husseini est contraint de quitter la Palestine pour se réfugier en Allemagne nazie.

@El Husseini, aryen d'honneur

Le 28 novembre 1941, il rencontre Adolf Hitler à Berlin, qui l'accueille avec tous les honneurs. A l'issue de cette rencontre, Hitler dira : « Le Grand Mufti est un homme qui en politique ne fait pas de sentiment. Cheveux blonds et yeux bleus, le visage émacié, il semble qu'il ait plus d'un ancêtre aryen. Il n'est pas impossible que le meilleur sang romain soit à l'origine de sa lignée ». Il obtient même le titre d'''aryen d'honneur'' en 1941.
Il fonde à Berlin et à Rome des antennes du conseil supérieur arabe, qui collabore activement avec les dirigeants de l'Axe et crée la 13e division de montagne de la Waffen-SS Handschar, une division SS entièrement musulmane.
Les forces de l'Axe s'engagent devant le mufti : 1. à reconnaître l'indépendance de la Syrie, du Liban, de la Jordanie et de la Palestine. 2. à annuler le plan de la Société des nations visant à créer un foyer juif en Palestine (le protocole de la rencontre entre El Husseini et Hitler est clair à ce sujet). 3. à empêcher la alya de Juifs et torpiller toute tentative de sauver des Juifs. Selon l'historienne Jenny Lebel, auteur du livre 'The Mufti of Jerusalem: Haj-Amin el-Husseini and National-Socialism', il existe des documents officiels prouvant la coordination entre le leadership nazi et le mufti pour empêcher l'immigration juive vers la terre d'Israël.
El Husseini obtient du troisième Reich des armes, qu'il emmagasine en Libye, en Egypte et à Rhodes.
A partir de 1939, il installe au sud de Berlin une radio qui émet en arabe vers le Proche-Orient, diffusant des programmes antisémites. En 1940, il écrit: «L'Allemagne et l'Italie reconnaissent aux pays arabes le droit de résoudre le problème juif.» Durant toutes la Seconde guerre mondiale, il ne cesse de souligner les points communs entre l'islam et le nazisme.
En 1943, lorsque Heinrich Himmler veut échanger 20 000 prisonniers allemands contre 5 000 enfants juifs destinés à émigrer en Palestine, le grand mufti s'insurge contre ce projet, qu'il parviendra à torpiller, de même qu'il empêche plusieurs milliers d'enfants juifs bulgares, roumains et hongrois, d'émigrer en Palestine.
El Husseini suivait de près la méthode nazie d'extermination du peuple juif. Ainsi, il aurait visité, aux côtés d'Adolf Eichman, le camp d'Auschwitz. Eichman, dont le procès conduit la philosophe Hanna Arendt à déclarer : « Les connexions du Grand Mufti avec les nazis étaient de notoriété publique, parce qu’il espérait qu’elles l’aideraient à exécuter une variante de la Solution Finale au Proche-Orient ».
Selon Jenny Lebel, qui se base sur des documents officiels de l'époque, le grand mufti recevait une pension mensuelle de 75 000 marks, financée par les biens confisqués aux Juifs européens.
C'est dans le cadre de cette collaboration intense qu'est planifiée, en octobre 1944, l'opération Atlas : des parachutistes de la Waffen SS et des arabes, munis d'une dose de poison susceptible d’entraîner la mort de près de 250 000 personnes, atterrissent le 6 octobre près de Jéricho. Leur objectif : empoisonner les sources d'eau potable desservant la région de Tel Aviv. Mais ils sont capturés le 16 octobre par les soldats du mandat britannique dans une caverne, près de Wadi Kelt.
Après la guerre, le grand mufti parvient à s'échapper en Suisse (voir encadré), puis à retourner en Palestine où il fonde le « gouvernement de toute la Palestine » à Gaza, puis au Caire, où il rencontre Yasser Arafat pour la première fois.
Il quitte ensuite l'Egypte suite aux dissensions qui l'opposent au président égyptien Djamel Abdel Nasser. Il rejoint le Liban, où il décède en 1974.

@Sur qui se base Netanyahou ?

Malgré tout ce qui est dit plus haut, les propos du Premier ministre restent surprenants, voire choquants. Sur quels historiens Netanyahou s'est-il basé lorsqu'il a prononcé ce discours controversé ? Manifestement sur le livre 'Nazis, Islamists, and the Making of the Modern Middle East', écrit par Barry Rubin et l'historien américain Wolfgang G. Schwanitz.
Ce dernier, dans une interview accordée au site Middle East Forum, a déclaré que, bien que n'ayant jamais entendu parler de la ''conversation'' rapportée par Netanyahou, « c’est un fait historique que la collaboration du Grand Mufti de Jérusalem avec Hitler a joué un rôle important dans la Shoah » et qu'il était « le plus important conseiller non européen dans le processus de destruction des juifs d’Europe ». Selon lui, il est absurde d'ignorer le rôle joué par Hadj Amin el-Husseini, un criminel de guerre, qui a encouragé et exhorté Hitler et d'autres dirigeants nazis à exterminer les Juifs d'Europe.
Netanyahou s'est également appuyé sur le témoignage de l’adjoint d’Adolf Eichmann au bureau des affaires juives, Dieter Wisliceny, au procès de Nuremberg. Il avait alors déclaré : « Il me semble que le Grand Mufti, qui a vécu à Berlin à partir de 1941, a joué un rôle, d’une importance non négligeable, dans la décision du gouvernement allemand d’exterminer les juifs d’Europe ».
Ce n'est pas la première fois que Binyamin Netanyahou souligne l'implication du père de la ''résistance'' palestinienne dans la Solution finale. Mais ses propos n'avaient pas soulevé le remous enregistré depuis son discours devant le Congrès sioniste. Et si le Premier ministre avait choisi délibérément de prononcer une phrase controversée, en anglais, pour éveiller le débat et contraindre le monde à se pencher sur l’antisémitisme patenté de Hadj Amin El Husseini ? Si tel était son objectif, il l'a largement atteint...

Laly Derai

Encadré

Comment la France a permis l'évasion d'El Husseini

Comment El Husseini, recherché activement pour crimes de guerre juste après la libération, a-t-il réussi à s'enfuir ? Selon le Dr Tsilla Hershco, de l'université Bar Ilan, spécialiste des relations franco-israéliennes, c'est le gouvernement français qui a permis son évasion, alors même qu'il était recherché pour crimes de guerre.

Le Dr Hershco rappelle, dans une enquête publiée dans la revue Controverses en 2006, que, recherché par les Alliés pour collaboration avec les nazis, le mufti Hadj Amin el-Husseini fut arrêté en Allemagne, dans la ville de Constance, le 5 mai 1945, par les troupes d’occupation françaises. Le 19 mai 1945, le mufti fut transféré par les Français dans la région parisienne, puis dans différentes cachettes à Paris et en banlieue. Après avoir séjourné environ un an en France, le mufti disparut de son lieu de détention, en mai 1946.
Se basant sur des documents issus du ministère français des Affaires étrangères et rendus publics en 2006, Hershco souligne les sidérants efforts investis par les Français pour améliorer les conditions de détention du mufti, pour esquiver les demandes d’extradition de ce criminel
de guerre et finalement, pour lui permettre de s’évader.
« Le 19 mai 1945, le mufti fut transféré dans la région parisienne où il fut hébergé, ainsi que ses
deux secrétaires Izek Darwich et Razam Khalidi, dans une villa de Saint-Maur. Au début, ils reçurent leurs repas d’un restaurant voisin et, par la suite, un cuisinier fut mis à leur disposition par la mosquée de Paris. La maison était placée sous la surveillance de la police judiciaire de la préfecture de police », affirme Hershco. Selon elle, les motivations françaises étaient simples : « La France considérait donc l’amélioration potentielle de son statut dans le monde arabe et posait même pour condition à l’octroi d’autres avantages au mufti son activité de propagande politique en faveur des intérêts français ». Ainsi, à partir du 1er octobre 1945, le mufti fut autorisé à recevoir librement ses invités, à se déplacer librement et même à acheter une voiture au nom d’un de ses secrétaires.
Dès le 24 mai 1945, la Grande-Bretagne demande à la France l'extradition du Mufti en se fondant sur le fait que El Husseini, citoyen britannique, avait collaboré avec l’ennemi nazi. Paris se trouve donc entre le marteau et l'enclume : d'un côté, elle ne veut pas nuire à ses relations avec le monde arabe, de l'autre, elle ne veut pas apparaître comme le soutien d'un criminel de guerre et collaborateur avéré des nazis. Le Quai d'Orsay choisit donc de ne pas trancher et procède à une suite de manœuvres diplomatiques et judiciaires destinées à éviter l’extradition du mufti
et à améliorer le statut de la France dans le monde arabe sans pour autant officialiser cette politique.
Finalement, en septembre 1945, la France décide de transférer le mufti dans un pays arabe et
non en Grande-Bretagne, « affirmant qu’il n’était pas un criminel de guerre, mais un prisonnier politique ». Mais le bras de fer qui l'oppose à la Grande-Bretagne la contraint à reporter cette extradition. Finalement, le 29 mai 1946, El Husseini disparaît « mystérieusement », à bord d'un avion américain, muni d'un faux passeport et sous un nom d'emprunt. Vers une destination inconnue.
« Le 12 août 1947, El Husseini écrit une lettre dans laquelle il exprime sa reconnaissance pour l’attitude de la France à son égard, ainsi que l’espoir d’une poursuite de cette attitude envers ''la cause arabe'', rappelant qu'il était susceptible d’augmenter le prestige de la France aux yeux de tous les musulmans », souligne Hershco, avant de conclure : « Dans l’affaire du mufti, la France manifesta une politique cynique, préférant ses intérêts politiques de court terme aux considérations de morale et de droit international ».

Interview
Dr Edy Cohen, historien, auteur du livre 'Le Mufti et les Juifs' :
Hitler et El Husseini, les deux faces d'une même médaille

Le Dr Edy Cohen, chercheur à l'université de Bar Ilan, a écrit un livre qui devrait être édité dans les prochaines semaines, 'Le Mufti et les Juifs, la guerre secrète de Hadj Amin El Husseini contre les Juifs du monde'. Dans ses conférences, le Dr Cohen établit que Adolf Hitler et le Mufti de Jérusalem se sont inspirés l'un l'autre. Alors que le débat fait rage autour du discours de Binyamin Netanyahou, Hamodia l'a interrogé.

Hamodia : Vous vous êtes insurgés contre les critiques émises à l'encontre du Premier ministre Binyamin Netanyahou et son discours controversé sur le Mufti de Jérusalem. Pourtant, vous êtes d'accord avec moi pour dire que Hitler n'a pas attendu El Husseini pour décider d’exterminer les Juifs ?

Dr Edy Cohen : Je n'étais pas à cette rencontre, et je ne sais donc pas ce qui s'y est dit. Ce que je sais par contre, c'est que Hadj Amin El Husseini était soldat dans l'armée ottomane et qu'il a, au pire, participé à l’extermination en masse du peuple arménien, au mieux, il a su que ce génocide avait lieu. Ce concept de génocide ne lui était donc pas étranger.
Après avoir étudié la personnalité du mufti, je peux dire que lui et Hitler constituaient les deux faces d'une même médaille et que les propos du Premier ministre ne sont pas loin de la réalité. Les deux hommes se sont, en quelque sorte, partagés le travail : Hitler devait exterminer les Juifs d'Europe et Husseini ceux des pays arabes. Si ce plan n'a pas été finalisé, c'est uniquement parce que les nazis ont perdu la bataille d'Al Alamein et n'ont pas pu entrer en Palestine.
Haviv Canaan, un journaliste du Haaretz, a écrit en 1970 un reportage dans lequel il reprend le témoignage d'un des proches adjoints de Husseini. Celui-ci lui a affirmé que le mufti prévoyait de créer un immense camp de concentration dans la vallée de Dotan et d'y brûler les Juifs.

-Pourquoi les historiens hésitent-ils à parler de cette partie de l'histoire de la Shoah ?

-Je ne suis pas surpris que le musée de Yad Vashem ne parle pas de l'implication arabe dans la Shoah. Tout comme il ne parle pas du doctorat négationniste de Mahmoud Abbas. De nombreux historiens ne veulent pas évoquer ce dossier qui leur semble peut-être trop politique. De facto, le négationnisme palestinien et l'implication palestinienne dans le Shoah sont dissimulés du public.

-Vous écrivez un livre du le mufti de Jérusalem. Avez-vous découvert des choses que vous ne saviez pas ?

-J'ai découvert que personne n'avait pris en compte ses Mémoires dans lesquelles il a des propos terribles, comme par exemple : « Si j'ai soutenu le mouvement nazi, ce n'est pas parce que je croyais dans cette idéologie mais parce que je savais qu'en cas de victoire nazie en Palestine, il ne resterait plus un sioniste en Palestine ou dans le monde arabe ». Il avoue également, dans ce livre, avoir organisé des actes terroristes à l'encontre des populations juives dans les pays arabes, « afin que les Juifs soient pris de panique et vendent leurs maisons à bas prix ». Husseini aurait assassiné tous les Juifs du Maghreb, du Proche et du Moyen Orient si les Allemands avaient gagné. Il n'en a pas eu l'occasion, mais cela signifie-t-il qu'il faut oublier cet épisode de l'Histoire ?

Propos recueillis par Laly Derai
Laly Derai
_____________

un lecteur joint un PDF d'un écrit d' Abdullah Öcalan, le leader des kurdes de Turquie, emprisonné. Ce sont d'ailleurs les Israéliens qui ont aidé les Turcs à le localiser et l'arrêter.
Vraiment très intéressant, à méditer et à conserver dans les archives personnelles.
Shlomit

http://www.freedom-for-ocalan.com/francais/Abdullah-Ocala...

23:10 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

LG :Une chanson à écouter

Laurent Gbagbo, la dignité de l'Afrique. Mon ami congolais en exil, Gervais Mboumba, le célèbre depuis longtemps. C'est un ami très cher, il a beaucoup contribué dans ma marche au côté des ivoiriens et des africain en général pour une émancipation et un avenir où le partenariat "win-win" serait enfin une réalité.
Merci Gervais pour cette chanson mise en ligne le 5 septembre 2015, mais que je découvre aujourd'hui seulement.
Shlomit

22:31 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Affi N'Guessan pourra-t-il se relever de sa défaite?


mediaPar C'est reparti pour cinq ans. En Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara a très largement remporté la présidentielle du dimanche 25 octobre, dès le premier tour. Selon les résultats rendus publics ce mercredi 28 octobre 2015, le président sortant a obtenu 83,66 % des suffrages. La Commission électorale indépendante a annoncé un taux de participation de 54,63 %. Avec 9,29 %, le candidat du FPI Pascal Affi N'Guessan arrive deuxième. Mais il enregistre une lourde défaite. Une question se pose : quel avenir pour lui désormais ?

C'est un triomphe en rase campagne. Au vu des résultats délivrés ce mercredi, Alassane Ouattara a distancé tous ses adversaires, à commencer par son premier poursuivant, l'ancien chef du gouvernement Pascal Affi N'Guessan. Avec 9,29 % (soit environ 290 000 voix qui se sont portées sur lui), le candidat du Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo ne pouvait pas espérer mettre en ballottage le président sortant pour un second tour.

Tout le long de la campagne, le patron du FPI, comme le candidat indépendant Kouadio Konan Bertin dit « KKB » (arrivé troisième avec 3,88 %), s'était pourtant appliqué la méthode Coué, affirmant qu'il pouvait non seulement battre M. Ouattara, mais qu'il pouvait de surcroît le faire dès le premier tour. Aujourd'hui, tous deux reviennent durement au principe de réalité, et Alassane Ouattara peut désormais appeler son pays à « tourner définitivement la page » de la crise postélectorale de 2010.

Et pour eux aussi, une page se tourne. Sans parti pour Kouadio Konan Bertin, ou avec une moitié de parti pour Pascal Affi N'Guessan, il était en fait impossible de battre le « rouleau compresseur » que constituent le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) et sa machine électorale. Reste à savoir ce qu'il va désormais se passer pour les deux grands perdants du scrutin et pour le candidat malheureux du FPI en particulier.

Pascal Affi N'Guessan peut-il rester à la tête du Front populaire ivoirien ?

Pour M. Affi N'Guessan, la défaite est double. D'abord, il perd face à l’électorat ivoirien. Surtout si l’on compare son score avec celui de Laurent Gbagbo au premier tour en 2010. Le président d'alors avait obtenu 1,7 million de voix (certes, dans un contexte politique totalement différent). Mais de surcroît, et c'est là le plus gros problème pour lui désormais, si Pascal Affi N'Guessan est loin d'avoir obtenu le score de son mentor, sa lourde défaite pose la question de sa légitimité à la tête du FPI, principal parti d’opposition en Côte d'Ivoire.

C'est là sa deuxième défaite. Car durant plus d’un an, M. Affi N'Guessan n’a cessé de croiser le fer avec une partie de ses cadres, de ses militants, qui refusaient de participer à l'élection présidentielle cette année, au motif que le préalable à la tenue de ce scrutin, la libération de Laurent Gbagbo, retenu par la Cour pénale internationale à La Haye, n'y était pas. La querelle s’est tellement envenimée qu’elle a abouti à un schisme au sein de l'ancien mouvement majoritaire.

Avec moins de 10 % des suffrages, le candidat du FPI à la présidentielle risque donc de voir ses détracteurs, ceux qu’on appelle les « Gbagbo ou rien », confortés au sein du Front populaire ivoirien. La défaite de Pascal Affi N'Guessan, c’est peut-être bien la victoire de ces ennemis internes, même s’il faut relativiser, compte tenu du taux d’abstention (plus de 45 %), qui a certainement pu jouer en la défaveur du successeur de Laurent Gbagbo.

Pascal Affi N'Guessan a adressé ce mercredi 28 octobre ses « félicitations » à Alassane Ouattara. Les chiffres de la Commission électorale indépendante (CEI) « indiquent que le candidat Alassane Ouattara a remporté l'élection présidentielle. Je prends acte de ce résultat », a encore déclaré à la presse Pascal Affi N'Guessan. Mais, selon lui, les taux de participation « record de 80 à 100 % » dans certaines zones du pays - notamment dans le nord, les fiefs électoraux de Ouattara - ne sont « pas un signe de santé démocratique mais plutôt la traduction d'une prise en otage et d'une absence de la liberté d'expression et d'opinion dans ces régions ». Pascal Affi N’Guessan n’a toutefois rien dit quant à son avenir politique.

si les gens ont programmé que telle ou telle personne est président, c'est notre président à nous tous. Nous allons l'accepter, il n'y a pas de problème. L'essentiel c'est que l'on soit en paix, c'est tout...
«Le président Ouattara, c’était le meilleur des candidats… en quatre ans il a fait ses preuves» Notre correspondant a tendu son micro aux habitants de Cocody pour recueillir leur sentiment sur la réélection d'Alassane Ouattara à la présidence de la Côte d'Ivoire.

28/10/2015 - par Isidore Kouadio
Écouter
RFI.fr

22:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Alassane Ouattara : Cette pierre rejetée devenue la principale de l’angle

Alassane Ouattara : Cette pierre rejetée devenue la principale de l’angle
Alassane Ouattara : Cette
              pierre rejetée devenue la principale de l’angle
Alassane Ouattara : Cette pierre rejetée devenue la
            principale de l’anglepublié le Jeudi 29 Octobre 2015
Alassane Ouattara a été plébiscité à 83,66% pour un second mandat de cinq ans à la tête de la Côte d’Ivoire à l’issue du premier tour du vote du dimanche 25 octobre. Il honore ainsi son slogan de campagne "un coup KO".

En lice pour la course à la présidentielle avec 7 autres candidats après les défections d’Essy Amara, de Mamadou Coulibaly et Charles Konan Banny, Alassane Ouattara a tout simplement battu sans appel ses adversaires, et remportant avec razzia le scrutin au premier tour. Le candidat du RHDP est arrivé en tête dans toutes les régions et dans tous les districts du pays.

Pourtant l’ancien Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny, après le décès du père fondateur de la nation ivoirienne n’était pas le bienvenu sur la scène politique ivoirienne. Ostracisé et excommunié sous le prétexte qu’il n’était pas Ivoirien, la vie d’Alassane Ouattara sera mouvementée une décennie durant ; Rejet de sa candidature à la présidentielle de 1995 et de 2000, profanation de la tombe de sa mère, sous le coup d’un mandat d’arrêt international, victime de tentative d’assassinat etc.

Pour certains observateurs de la vie politique, si la justice n’a pas pu trancher convenablement la question de la nationalité et de l’éligibilité d’Alassane Ouattara, alors il faut, de façon exceptionnelle, lui permettre de prendre part au scrutin présidentiel afin que les Ivoiriens tranchent. Rien n’y fit.

Suite aux accords de paix de Linas Marcoussis issus de la rébellion de septembre 2002, Alassane Ouattara est autorisé à briguer la magistrature suprême face à des poids lourds tels qu’Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Bon nombre d’Ivoiriens qui voient en lui le chemin et la vérité pour une Côte d’Ivoire prospère lui accordent leurs suffrages au premier et au second tour. Alassane Ouattara est élu pour la première fois de l’histoire de la Côte d’Ivoire, Président de la République.

L’ancien directeur général adjoint du FMI (Fonds monétaire international) qui aura un mandat de quatre ans du fait de la crise post-électorale, convainc. Il est vu en tant que bâtisseur, travailleur et réformateur. Construction d’infrastructures de grande envergure, embellie économique, amélioration du pouvoir d’achat des Ivoiriens, stabilité, paix et retour des investisseurs.

Lors de l’installation de la Chambre des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire à Yamoussoukro le 2 octobre dernier, Sa Majesté Tanoé-Amon, roi des N’Zima Kôtôkô a demandé qu’au terme de son mandat à la tête de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara continue d’assister les Ivoiriens.

L’homme qui aura convaincu ses concitoyens de son acharnement à développer la Côte d’Ivoire, vient d’être plébiscité pour la seconde fois consécutive Président de la République de Côte d’Ivoire.

Son histoire politique ressemble ainsi à la parole biblique qui dit : « La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle ; c’est du Seigneur que cela est venu, et c’est un prodige à nos yeux- car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui est été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés ».

BAMBA Soualo
pris sur le site de Guillaume Soro et mis en ligne par lui
_________________
et sur sa page FB...


Musulmans, musulmanes de Côte d'Ivoire,
Chers Frères et Sœurs !

Bon vendredi de prières et de méditations à tous.
Que Dieu nous couve de sa subtile présence.

Votre, en union de prières et d'espérance,
Très fraternellement toujours,
Guillaume K. Soro
Soro Guillaume Kigbafori


18:40 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

pour avoir écrit que le Qg de campagne de Affi N’guessan a été saccagé par ses propre s partisans

le domicile du journaliste Norbert Nkaka de soir info a été saccagé, et lui aurait eu des menaces de mort

Menaces de mort et saccage du
            domicile du journaliste Norbert Nkaka de soir info pour
            avoir écrit que le Qg de campagne de Affi N’guessan a été
            saccagé par ses propres partisans

Déclaration de l’intersyndicale du secteur des médias de côte d’ivoire (Ismci)


Les faits

Le vendredi 30 octobre 2015, aux environs de 10 heures, le journaliste professionnel, correspondant du quotidien Soir Info à Dabou, le camarade Norbert Nkaka, a été convoqué par le député-maire de la localité de Dabou à son bureau. Sans hésiter, il répond à cette convocation. Une fois dans le bureau du député-maire, celui-ci lui reproche de constamment relater les faits du département de Dabou. Le maire étaie ses propos par le récent article du journaliste attribuant le saccage du Qg de campagne du candidat Affi N’guessan à ses propres partisans. Lui reprochant ainsi un excès d’informations sur sa commune.
Ensuite, par des menaces de mort, il fait injonction au journaliste de quitter immédiatement sa commune.

Peu de temps après leur entretien, une cinquantaine (50) de loubards assiègent le domicile du camarade Norbert Nkaka, le saccagent et séquestrent sa famille. Celle-ci a eu la vie sauve grâce à l’intervention vigoureuse de la police.

Notre position

L’Intersyndicale du secteur des médias de Côte d’Ivoire :
– Dénonce la convocation d’un journaliste par une autorité politique quelqu’elle soit, pour lui demander des explications concernant ses écrits.
– S’insurge contre cette violence dont le journaliste et sa famille ont fait l’objet sur instigation de l’autorité politique.
– Condamne avec la dernière énergie, ce comportement d’une époque révolue.
– Appelle tous les travailleurs et les organisations du secteur des médias à rester mobilisés pour apporter une réponse à la mesure de cet acte.
– Se réserve le droit de donner une suite juridique à cette affaire.
Fait à Abidjan, le 30 octobre 2015.
Le président Kouadio Amonzame

18:30 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

30/10/2015

Le président Alassane Ouattara va faire le ménage dans son camp.

Bien sûr le ménage sera aussi vu sur le mode dérivé...

Selon le confrère, La Lettre du Continent dans sa parution n° 716 du mercredi 28 octobre, le chef de l'Exécutif ivoirien, après sa réélection, se prépare à lancer une « vaste opération mains propres » dans son cercle restreint. Il entend traquer, au sein de ses collaborateurs, ceux qui seraient trempés dans des questions de détournement de fonds. Le chef de l’État disposerait déjà, à cet effet, d'une liste noire de proches collaborateurs officiant au Palais d'Abidjan, mais aussi au niveau du gouvernement.
Alassane Ouattara, réélu à l'issue du scrutin du 25 octobre dernier, s'était promis, durant la campagne présidentielle, de faire de la bonne gouvernance un axe principal dans sa gestion au cours de son deuxième mandat. Le chef de l'Exécutif ivoirien avait annoncé qu'il entreprendrait des actions de lutte contre la corruption afin d'assainir la gestion des finances publiques de la Côte d'Ivoire. Il aura noté la nécessité de renforcer les capacités de la Haute autorité de la bonne gouvernance pour accroître les marges de manœuvre de cette institution. Le 15 octobre dernier, face au patronat ivoirien, à la tribune organisée dans le cadre de la campagne par la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci), le président Ouattara avait réitéré cet engagement sur un ton de fermeté. « La question de la gouvernance sera au cœur de mon deuxième mandat. Je serai sans état d'âme », avait-t-il signifié. D'où l'opération annoncée dans son carré qui illustre bien l'adage ''la charité bien ordonnée commence par soi-même''.
Dans l'entourage du chef de l’État, les avis sont partagés sur la question. Certains soutiennent n'en avoir pas entendu parler, doutant même de la véracité de l'information, quand d'autres la confirment, s'appuyant en cela sur la promesse faite par le président de la République devant le patronat.

F.D.BONY
linfodrome

13:12 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le FPI en exil red hommage à Miaka Ouretto

MESSAGE DE CONDOLÉANCES DE LA COORDINATION FPI EN EXIL À LA DIRECTION DU PARTI

COTE DIVOIRE: DECES DU VICE
            PRESIDENT DU FPIC'est avec tristesse, émoi et désolation que nous avons appris‚ très tôt Ie matin de ce samedi 24 octobre 2015, Ie décès du camarade Sylvain Miaka Ouretto, Vice-président du FPI.
La Coordination FPI en exil et l'ensemble de la communauté des réfugiés ivoiriens au Ghana sont consternés et pleurent cette grande figure du Parti.

Malgré la maladie qui Ie rongeait, Ie camarade Miaka n'a jamais fléchi, ni abandonné, privilégiant toujours l'intérêt du Parti. Propulsé à la tête du FPI suite à la démission inattendue de Mamadou Koulibaly, il s'est battu avec courage et détermination pour sauvegarder Ie parti dont certains avaient prédit la mort au Iendemain de la crise post-électorale de 2010-2011 et cela dans un contexte de répression systématique et de terreur du régime Ouattara. Le FPI lui doit sa survie dans les flots des vagues.

La Coordination FPI en exil n'oublie pas que Ie camarade Miaka Ouretto a conduit en 2012 dans les moments difficiles et en tant Président intérimaire, une délégation du Parti à Accra en vue d'apporter Ie soutien du Parti aux réfugiés ivoiriens. La communauté des exilés a été sensible à cette marque de solidaité et garde un grand souvenir de ce passage d'un homme de devoir.

La Coordination FPI en exil salue la mémoire d'un combattant intrépide, d'un homme de sacrifice, d'un symbole qui a tout donné au Parti, même au détriment de sa santé donc de sa vie. Sa mort constitue une grande perte pour Ie FPI.

La Coordination s'associe à la profonde douleur et exprime toute sa solidarité et adresse ses sincères condoléances à sa famille, aux militants et à la direction du FPI. Elle se tient disposée à apporter sa contribution aux obsèques afin de lui rendre un hommage digne de ce qu'il a été et du combat qu'il a mené.

Repose en paix camarade Président Miaka.

Pour la Coordination FPI en exil
Le Président
Le Ministre Emile GUIRIEOULOU
afrikanews

11:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Ahoua Donmello : Ouattara président par une majorité dérivée de la minorité

Ouattara président par
                une majorité derivée de la minorité (Par DONMELLO
                Ahoua)

I-LE CONTEXTE DES ÉLECTIONS DE 2015


L’électorat de 2010 était de 5 725 721. Statistiquement parlant, à l’analyse des résultats consensuels du 1er tour des élections de 2010 des principaux candidats, la population électorale se répartit de la manière suivante :
GBAGBO Laurent : 38,4% soit 2 198 676 voix
OUATTARA Alassane : 32,07% soit 1 836 238 voix
BÉDIÉ Henry Konan : 25,24% soit 1 445 171 voix
Au 2ème tour, les résultats acceptés par tous les membres de la CEI pour les 14 régions sur les 19 que comptait la Côte d’Ivoire sont :
Laurent GBAGBO 53,87% soit 2 031 694 voix
Alassane OUATTARA 46,13% soit 1 739 945 voix
Les 14 régions constituent 82,95% de la population électorale tandis que les régions du nord font 17,05%.
Le résultat électronique du second tour hors fraude affichait les résultats suivants :
Laurent GBAGBO : 51,33%
Alassane OUATTARA : 48,67%
Ces chiffres allaient être certainement ceux qu’aurait trouvés la communauté internationale si elle avait accepté le recomptage des voix. BAN KI MOON avait jugé inacceptable un recomptage pour ne point causer une « INJUSTICE » à M.OUATTARA selon ses propres termes.
Il a donc certifié les résultats du QG de M.OUATTARA qui étaient les suivants :
Alassane OUATTARA : 54,10% soit 2 483 167 voix
Laurent GBAGBO : 45,90% soit 2 107 055 voix
Craignant donc que le pot aux roses ne soit mis à nu, le régime Ouattara a résolu de faire oublier la forfaiture de 2010 en résolvant la difficile équation de transformer une minorité réelle de 48,67% en 2010 en une majorité de 83,66% en 2015.

II- UN PEU DE MATHÉMATIQUES


Nous savons tous que 40/100 est égal à 40%. Si nous voulons passer de 40/100 à 80/100, nous avons le choix entre multiplier le chiffre du haut (le numérateur) par 2. Ainsi 40X2/100= 80/100 ou diviser le chiffre du bas (le dénominateur) par 2 soit 40/ (100 :2)= 40/50. Or 40/50=80/100=80%.

M.OUATTARA ayant obtenu autour de 2 200 000 voix en 2010, il suffisait soit de rallonger la liste électorale de 2 200 000 électeurs favorables à M. OUATTARA à travers des artifices d’audiences foraines et de nationalité par déclaration ou soit de réduire de moitié la population électorale en emprisonnant, en contraignant en exil ou en refusant toute concession à l’opposition pour provoquer l’abstention et passer donc de 40% à 80%.
Malheureusement pour M. OUATTARA, les 2 200 000 nouveaux Ivoiriens issus des audiences foraines et de la naturalisation par déclaration, ne se sont pas présentés pour s’inscrire sur la liste électorale 2015 à cause des changements politiques au Mali et au BURKINA. Devant servir de mercenaires électoraux pour les élections de 2015, la chute de leur parrain Blaise Compaoré et le non payement des primes de guerre ont découragé toute nouvelle aventure en Côte d’Ivoire au profit de M. OUATTARA.
Ainsi, les nouveaux inscrits sur la liste électorale ont été de 574 421 pour 2 200 000 attendus. Les nouveaux inscrits sont composés de 144 000 issus des audiences foraines et de 430 421 nouveaux majeurs. Le nombre total d’électeurs pour 2015 est donc de 6 300 142, à peu près identique à l’électorat de 2010 qui était de 5 725 721.
L’opération de multiplication par 2 des électeurs favorables à M. OUATTARA ayant échoué, cela l’a donc conduit au refus de toute concession à l’opposition pour provoquer l’abstention dans le but de diviser par 2 le nombre des votants afin d’obtenir la légitimité mécanique écrasante de 80%.

III-DERRIÈRE LES CHIFFRES DES ÉLECTIONS DE 2015 SE CACHE UNE MAJORITÉ DÉRIVÉE D’UNE MINORITÉ.

On aura tout vu dans cette élection de 2015. L’éligibilité constitutionnelle a été remplacée par une éligibilité dérivée qui a permis la candidature de M.OUATTARA.
En se référant aux explications mathématiques ci-dessus, les résultats des élections de 2015 nous permettent de voir comment une majorité peut être dérivée d’une minorité.
Sur 6 300 142, seuls 54.63% (chiffre officiel) se sont rendus aux urnes. Derrière ce chiffre qui est fait pour rassurer l’opinion internationale et leur permettre de justifier leur soutien sans faille à M.OUATTARA, se cache une illégitimité qui reste problématique. Sachant que l’Occident préfère des Présidents illégitimes qui lui sont redevables et qui ont recours à son soutien militaire et judiciaire pour régner, le nouveau contexte démocratique les oblige à fabriquer une majorité acceptable par l’opinion publique occidentale afin de justifier les accords de coopération lourdement payés sous forme de matières premières et de marchés publics. Le cas de la Côte d’Ivoire est donc un cas de laboratoire dans cette nouvelle stratégie de l’Occident en Afrique.
En accordant le bénéfice du doute à la CEI (Commission Électorale Indépendante), ce taux de participation ne sauve pas la légitimité du régime OUATTARA mais dévoile plutôt le mécanisme de fabrication d’une majorité à partir d’une minorité. Cette majorité dérivée de la minorité constitue précisément une bombe à retardement qui justifiera la suspension ou l’annulation de l’embargo sur les armes et l’application des nouveaux accords de coopération militaire. Ce qui favorisera les bonnes affaires pour les marchands d’armes français, seuls secteurs où la France détient le monopole en Côte d’Ivoire grâce au renouvellement des accords de coopération militaire face à la compétitivité des produits chinois dans les autres secteurs.
Première surprise de taille que révèlent les résultats de 2015 : En 2010, pour justifier son score de 54% qu’il s’est octroyé, le nombre d’électeurs supposé avoir voté en sa faveur était voisin de 2 500 000 contre 2 618 000 en 2015, soit une différence de 118 000 voix. Le nombre de votants en faveur de M.OUATTARA est donc resté constant entre 2010 et 2015 malgré les ponts, les distributions de billets de banque, le monopole des médias publics pour louer le génie du « Warri fatchè » et le taux de croissance à deux chiffres. Même les 144 000 nouveaux Ivoiriens par déclaration inscrits sur la liste électorale n’ont pas voulu accorder la totalité de leur suffrage à leur « bienfaiteur ». Comment avec le même nombre de voix supposé avoir eu en 2010, M.OUATTARA passe-t-il de 54% à 84% ? C’est là qu’intervient la science juridico-Mathématique inventée par les savants du RDR : Il suffit tout simplement d’appliquer la justice des vainqueurs à la moitié de l’électorat pour les contraindre à l’abstention.
En divisant par deux les électeurs par la justice des vainqueurs, M.OUATTARA passe mécaniquement du taux réel de 48.67% en 2010 à 83,66% en 2015. Il dérive ainsi une majorité d’une minorité sans un accroissement significatif de nouveaux votants en sa faveur. Le droit des vainqueurs vient encore au secours des mathématiques : La contrainte à l’abstention de la moitié de l’électorat par l’emprisonnement, l’absence de dialogue, l’étouffement des libertés démocratiques, les menaces, la violence, l’exil et le gel de leurs avoirs, permet donc de transformer une minorité en une majorité.
Toutefois, ces chiffres montrent que la réalité aurait été différente si le candidat sortant OUATTARA avait affronté son principal adversaire Laurent GBAGBO ou si les conditions avaient été créées pour une participation effective de l’opposition dans son ensemble.
M.OUATTARA est donc bel et bien Président par dérivation d’une minorité en une majorité et non par son bilan qui n’a pas insufflé un accroissement du nombre de ses votants. La répartition de l’électorat est restée stable de 2010 à 2015.

IV-OUATTARA ROI DU « DÉSERT » IVOIRIEN


L’examen des résultats de 2015 montre que M. OUATTARA reste le Roi du Nord avec un taux de participation variant de 80% à 97% correspondant aux résultats de M.OUATTARA dans le Nord. Cette région, malheureusement ne représente que 17.05% de l’électorat.


V-BÉDIÉ ROI DE LA « SAVANE »


L’appel de Daoukro a eu un écho plus ou moins favorable dans la savane qui forme le V-Baoulé où le taux de participation varie de 50% à 60%. Au vu du score du principal challenger AFFI N’GUESSAN voisin de 5% dans le V-Baoulé, nous pouvons conclure que BÉDIÉ reste le ROI de la savane et la principale béquille de M.OUATTARA.

Cette zone représente 11.5% de l’électorat mais la population de cette zone est majoritairement dans les forêts de l’Ouest. Souvent en phase électorale avec sa région d’origine cet électorat constitue une composante essentielle des voix du PDCI donc du RHDP à l’Ouest.

VI- AFFI LION DU MORONOU ET LIONCEAU ORPHELIN DE LA FORÊT


Premier maire FPI au lendemain du multipartisme dans le Moronou, AFFI N’GUESSAN confirme son implantation et son leadership dans le Moronou avec 54.06% contre la double adversité de M.BEDIE et de M.OUATTARA dans l’ancienne boucle du cacao en zone forestière. Il fait une percée dans les autres zones forestières de l’Est : le Gontougouo (Bondoukou) avec 15%, l’Indénié-Djuablin(18%), le Sud Comoé (18%), dans l’Agnéby-Tiassa(27%), la ME (39%). Dans les forêts de l’Ouest et du Sud il tourne entre 3% et 11% avec un taux d’abstention au-dessus de 50% dans la zone en l’absence du soutien du « lion ».

La zone forestière représente 71% de l’électorat et a été majoritairement abstentionniste à plus de 50%.

VII-CONCLUSION ET PERSPECTIVE


« Warri fatchè », victime de sa politique de rattrapage, n’a pas pu augmenter ses suiveurs malgré les ponts et les taux de croissance à deux chiffres. Il s’est enfermé dans sa bulle d’ancien DG du FMI réduisant le désir des ivoiriens à du béton, du bitume et des chiffres.

Il est trop facile d’emprisonner ses opposants, de geler leurs avoirs, de les expédier en exil et de limiter leur liberté d’expression pour s’autoproclamer élu à 83% !
La fracture entre le Nord et le Sud représente donc une bombe à retardement dans la mesure où les vainqueurs fondent leur victoire sur un désert humain ayant voté et une forêt humaine abstentionniste.

Si aucune mesure sérieuse n’est prise dans le sens de la réconciliation pour permettre la participation effective de l’opposition au jeu démocratique lors des consultations législatives, la Côte d’Ivoire court vers une catastrophe prévisible mais malheureusement le marché des armes a besoin de débouchés et les gouvernements illégitimes qui portent en leur sein une crise potentielle certaine sont un bon fertilisant pour le marché des marchands d’armes. Il n’y aura aucune surprise si l’embargo sur les armes est levé.


Toutefois, le pouvoir par dérivation est pris entre le marteau et l’enclume car la libération des cadres de l’opposition et le dégel des avoirs pour une réconciliation vraie risquent de lui faire perdre la majorité parlementaire et donc le gouvernement. La persistance dans la justice des vainqueurs et l’asphyxie financière de l’opposition risquent de radicaliser l’opposition et donc de plonger la Côte d’Ivoire dans une révolution dont il est difficile de prévoir l’issue ou dans une catastrophe humanitaire à la moindre crise financière ou sociale à la grande joie des marchands d’armes.


La clé de l’avenir de la Côte d’Ivoire est donc entre les mains du pouvoir par dérivation, à lui de savoir la tourner dans le bon sens.

Quant à l’opposition, elle a une gauche à reconstruire en combattant le sectarisme face aux forces de droite coalisées. C’est une course de fond et non une course de vitesse qui a besoin du temps et donc d’un bilan et du renforcement de l’avant garde par des énergies intellectuelles et physiques jeunes.

La conquête de la souveraineté dans sa dimension politique, syndicale, patronale ou mutualiste et coopérative est un devoir de la gauche. La souveraineté est une conquête permanente de l’individu sur lui-même et de la société sur elle-même. Le sectarisme et l’irrationalité n’ont pas leur place dans une dynamique victorieuse.

La souveraineté appartient au peuple. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. « Constitution ivoirienne de 2000, Titre II, article 31 ».
Dr DONMELLO Ahoua
pris sur Eburnienews

11:18 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Une prophétie qui circule chez les catholiques ivoiriens

MARIE MERE DE LA CHARITÉ CHRÉTIENNE AVAIT PRÉVENU : UNE GRANDE SUPERCHERIE VA TENTER DE MASQUER  LA VÉRITÉ


Contribution d’un fidèle Catholique.
Voici un extrait du message délivré par  Marie  Mère de la Charité Chrétienne, le vendredi  21 août 2015 :
« Petits-enfants, enfants bien-aimés, sur votre Nation, dans environ deux (2) mois, UNE GRANDE SUPERCHERIE va tenter de masquer la vérité.

Mais, pour ceux qui seront dans la Lumière de la Miséricorde de Mon Fils, ceux-là, verront aussitôt ces faussetés.

Cette supercherie n’a qu’un seul but, effacer ,tout en  faisant croire que l’on prie, tout en faisant croire que l’on a la foi, toute trace de Dieu, afin de pouvoir s’élever à des postes de grands pouvoirs

Oui, petits-enfants, malgré l’Amour que votre Créateur a pour vous, Il va permettre cela, afin de déterminer qui est avec Lui ou qui est contre Lui (…) »
 
A la lumière de ce message, nous nous demandons si cette supercherie dont  faisait allusion la Vierge Marie, il y a de cela deux mois effectivement, n’a pas déjà commencé avec  ce  gros mensonge électoral auquel assistent tous les ivoiriens  intelligents (qui savent lire entre les lignes) et éclairés.

 Tous, sauf peut être les aveugles et les hommes animés de mauvaise foi ou abonnés au mensonge, ont constaté ce grand « désert électoral », cette « résistance silencieuse » ou disons « révolution silencieuse », véritable « correction nationale », infligée par le vaillant et intelligent Peuple de Côte d’Ivoire à ses actuels dirigeants.

Point besoin d’être un expert en statistique pour savoir que le taux de  participation était très très très faible.Nous étions sur le terrain, nous avons vu, nous avons entendu. C’est peut être l’un des plus faibles taux de participation jamais constatés dans une élection sur la planète terre. C’était le comble du ridicule .Nous parlerons même de «  désastre ou scandale électoral ».


Au lieu de tirer les leçons  de cette « GRANDE CORRECTION POPULAIRE », les politiques ivoiriens, aidés de leurs alliés de l’extérieur, s’adonnent encore à leur jeu favori : le mensonge. Ils veulent ainsi tenter  peut être de se consoler eux-mêmes ou fuir leur propre ombre. Ils veulent camoufler ce   grand camouflet, cette honte légendaire. Mais peut-on cacher le soleil avec la main ?La vérité est connue de tous et cette manipulation des chiffres et de  l’information à laquelle s’est adonnée à dessein la Comédie Électorale Indépendante ( la CEI selon l’expression de l’humoriste ivoirien Adama Dahico) aidée des médias internationaux ,ne changera rien dans la conscience populaire. On sait ce qu’on sait ! On sait ce qui est ! Les noirs  en général et plus particulièrement  les Ivoiriens, ne sont pas les derniers des idiots. Nous sommes aussi dotés d’intelligence et de bon sens, qui selon René Descartes est « la chose la mieux partagée ». Nous avons du discernement et sommes policés comme les autres peuples de la terre. Qu’on arrête  donc de se moquer de nous et de nous infantiliser ! Trop c’est trop !!!

Ce jeu trouble des hommes politiques ivoiriens n’a que trop duré et  ne fait que mettre à mal le tissu social, déjà fragilisé par tant d’années d’injustices, de rattrapages ethniques et de mensonges .

Le Christ à dit que nous sommes le sel de la terre et lumière du monde, c’est pourquoi, en tant que chrétiens, nous ne pouvons pas rester silencieux devant tant de mensonges et d’incohérences .C’est ce même  mensonge qui a conduit le Pays dans le chaos en 2010 ! Ceux qui avaient gagné la guerre  à l’époque, sont-ils vraiment ceux qui avaient gagné les élections ? La vérité des armes était-elle vraiment la vérité des urnes ? Sans toutefois soulever la polémique, nous dirons que nous en doutons fort ! Et nous avons vraiment  des raisons de douter ! Les preuves sont légions ! On aurait pu simplement recompter les voix et éviter ainsi la mort inutile de milliers de personnes ! De quoi avait-on peur au juste ? Bref…

En tant que chrétiens, surtout laïcs,  nous  devons dire la vérité au monde entier ! C’est aussi l’une des missions prophétiques que le Christ nous a confiée ! Il n’y a pas de camp à choisir, notre camp est celui de la Côte d’Ivoire, de la vérité et de la justice !

Nous voulons être  un Peuple libre sur sa Terre, un Peuple qui puisse jouir des retombées des richesses de son sol et son sous-sol, un Peuple prospère et heureux, et non un Peuple exploité et humilié, pris en otage par les manœuvres diaboliques et les mensonges des hommes politiques, à l’échelle nationale et internationale !

Disons-le haut et fort avec les mots qu’il faut : Cette élection est un échec retentissant !!! En Côte d’Ivoire on ment comme on respire !!! Et Dieu n’aime pas ça !!! Dieu connaît la vérité des faits !!! Dieu a vu le poids des urnes !!! Dieu connaît la profonde aspiration de son Peuple et il entend la clameur qui monte vers lui !!!

Tôt ou tard, la Lumière de la Vérité rattrapera et chassera les ténèbres du mensonge, qui ont envahi le Pays de leur fumée toxique et malodorante.

Le Peuple de Côte d’Ivoire  a décidé de corriger convenablement les hommes politiques par  l’abstention : c’est la politique de la « Résistance Silencieuse ». Et le Peuple de Côte d’Ivoire a remporté cette première victoire !!! Que les hommes politiques RECONNAISSENT LA VICTOIRE DU PEUPLE et en tirent toutes les conséquences !

L’une des leçons que nous tirons personnellement, est qu’être le Chef des institutions n’est pas forcément être le Chef du Peuple ! Le troupeau sait reconnaître son berger ! Il sait le distinguer des mercenaires !!!Que les hommes politiques d’ici et d’ailleurs méditent bien là-dessus !

Pour ce qui est du reste, retenons que nous entrons dans une nouvelle phase de l’histoire de la Côte d’Ivoire.

C’est maintenant que la Franc-maçonnerie  va sortir ses vraies griffes en Côte d’Ivoire et montrer son visage hideux. Même certains pasteurs de l’Eglise surprendront et  décevront le peuple de Dieu par  leur attitude et  leur position confuse.

Le mal va atteindre un tel seuil que le Peuple de Côte d’Ivoire n’aura d’autre recours que Dieu. Quand il criera vraiment sa douleur, son cri parviendra jusqu’à Dieu et c’est là que le Seigneur interviendra dans toute la Nation pour la purifier totalement (cette purification sera plus concrète).

Alors s’accompliront toutes les prophéties annoncées sur la Côte d’Ivoire, notamment celles de Marie Mère de la Charité Chrétienne !

Beaucoup de courage à nous tous, Ivoiriens, Ivoiriennes ! Séchons nos larmes ! Tenons bon ! Restons fermes dans la prière ! Gardons nos cœurs dans l’amour ! Ne haïssons personne ! La haine est l’arme de l’ennemi ! Prions ! Aimons et attendons ! Car viennent à grands pas  (si elles ne sont pas déjà là)  les heures de la délivrance de la Côte d’Ivoire ! Les heures de la Naissance Douloureuse de la Nouvelle Côte d’Ivoire ! N’oublions pas cet avertissement récent  de la Vierge : « De par Mes larmes ce matin, la Purification de votre Nation a commencé » (Message donné par Marie Mère de la Charité Chrétienne le  mardi 20 octobre 2015).Celui qui a des oreilles qu’il entende !!!

KOUAKOU Pierre-Marie, Chrétien Catholique baptisé, Confirmé, Marié et engagé.
-correspondance personnelle-

11:00 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Mesdames, Monsanto présent jusque dans votre intimité !

Et maintenant, le Roundup dans les tampons et serviettes hygiéniques !

Et
              maintenant, le Roundup dans les tampons et serviettes
              hygiéniques !
wikistrike.com  27 Octobre 2015
Dans la série "Vivre tue", on est fort gâtés ces jours-ci. On apprenait hier que l'OMS avait reconnu le caractère cancérogène de la viande rouge et de la charcuterie, on lit aujourd'hui que des tests ont révélé que les produits d'hygiène intime féminine contiennent du glyphosate, comprenez le composant principal de l'herbicide le plus connu de Monsanto. Le tampon, cet ami qui vous veut du mal?
Désherbant phare de Monsanto, le Roundup est déjà interdit en France © DR.

Si vous étiez devenu allergique à la simple vue d'un spray de Roundup dans les rayons du supermarché, vous ne serez pas ravi d'apprendre que l'ingrédient actif de cet herbicide a été détecté dans 85% des protections hygiéniques et autres cotons. Interdit en France, le produit phare de Monsanto est toujours vendu en Belgique mais peut-être plus pour longtemps: la ministre de la Santé Maggie De Block attend les résultats de l'enquête de l'Autorité européenne de sécurité des aliments pour décider de son éviction du marché belge. 

"Probablement cancérigène" selon l'OMS
Toujours est-il qu'un dérivé du principe actif en question, le glyphosate, a été relevé dans des tampons, des serviettes hygiéniques, de la gaze stérile, de l'ouate et des lingettes lors de tests menés par l'université de La Plata, en Argentine. 

Une découverte gênante alors qu'en mars dernier, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a officiellement classé dans un rapport l'herbicide glyphosate dans la catégorie "probablement cancérigène", tout comme les insecticides malathion et diazinon. Si les preuves restent réduites, elles existent, et sont suffisantes pour beaucoup pour radier à vie le désherbant le plus utilisé au monde des armoires de jardinage. Mais que faire quand la substance se retrouve dans des produits inattendus? 

85% des produits les plus courants sur le marché
Damián Marino, le professeur qui a dirigé l'étude à l'université de La Plata, explique que les effets d'hygiène intime féminine ont tous été achetés dans des supermarchés et drogueries classiques aux alentours de l'université. Les résultats des tests sont sans appel: on retrouve du glyphosate dans 85% de ces produits de grande distribution et de l'AMPA, principal produit de dégradation du glyphosate, dans 62% des cosmétiques.

La raison? Presque 100% du coton utilisé en Argentine est génétiquement modifié. "Nous allons à présent analyser quels autres herbicides ils contiennent encore", explique Damián Marino à l'issue de sa présentation.

"Les autorités doivent réagir"
"Nous sommes choqués", reconnaît le docteur Medardo Ávila Vazquez à la lecture du rapport. "Nous avons toujours concentré notre attention sur la présence de glyphosate dans la nourriture. Nous ne nous attendions pas à ce que même les produits d'hygiène ou de soins de santé (gaze stérile, ouate, etc), utilisés pour soigner les gens, les contaminent avec des substances cancérigènes. Les autorités doivent réagir". 

Les fruits et légumes sont en effet les premiers concernés, particulièrement en Argentine, où l'on a déjà découvert que 80% d'entre eux contiennent des pesticides. Sur les 60 échantillons analysés, il s'est avéré que 76,6% contenaient au moins un produit chimique et 27,7% contenaient trois à cinq pesticides distincts.

"De nombreux pesticides différents sont utilisés. Le cocktail de produits chimiques est alors particulièrement puissant", s'inquiète le Pr Marino. Parmi ces substances découvertes dans la nourriture, on retrouvait notamment l'insecticide endosulfan qui avait pourtant été interdit dans le pays en 2013 déjà. 


Si aucune information n'est pour l'instant donnée sur la situation en Europe, il convient d'appréhender une analogie dans la composition des produits d'hygiène intime.

Source


10:50 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

L"Eternel des armées recadre Ouattara : " Tu viens de creuser la tombe ou tu seras enterré

Message révélé le 29/10/2015 par la bouche du Prophète Serges AARON

" Peuple de Cote d'Ivoire! Tu diras: encore des paroles de mensonges! Ces faux prophètes qui se promènent dans les rues! Qu’ils aillent revoir leur prophétie, ces sales menteurs qui disent: DIEU va faire! L’Éternel va sauver sa nation! A toi! Je dis: c'est vrai! Car le faux prophète c'est toi! Toi qui dis aux membres de ta famille: ca va se gâter aujourd'hui! Comme si tu étais maitre du temps.

Vous qui vous asseyez dans vos maisons et transformez mes parole! Vous dites: l’Éternel a dit, donc je dis! Où étais-tu, lorsque je te parlais? Voici! Vous êtes encore à vous lamenter sur votre sors, votre destin: c'est fini! On ne peut plus! Ouattara! Qui peut l'enlever? Pendant ces élections, si on a rien fait, on ne pourra plus rien faire; car Ouattara est assis, et son pouvoir s'est affermi! à toi! Je dis: de qui parles-tu?

Qui est Dieu pour toi ? Ouattara ou moi l’Éternel, le maitre du temps? Vous êtes restés figés sur des prétendues élections, avec votre foi que ça va se gâter entre les candidats! Alors que moi l’Éternel, je vous avais prévenus que, je ne me reconnaissais pas dans ces élections. Il n y a pas eu d'élections, ni de résultats, ni de président élu. Ouattara n'est pas élu; car les élections se tiendront après la transition Militaire dont je vous ai parlé.

Peuple de Cote d'Ivoire! Retiens ceci: je suis l’Éternel, ton créateur! Je suis unique en mon genre. Je n'ai pas de semblable. Je n'ai pas de frère ni de sœur. Je n'ai aussi pas de père ni de mère. Je suis celui qui dit et fait. J'ai promis la restauration et je le répète: je la ferai selon mon temps, mon heure mais pas selon votre temps. Qui d'entre vous dira à son père et sa mère: unissez-vous aujourd'hui pour que je vienne au monde demain?

Étiez-vous présents lorsque votre père et votre mère tenaient réunion pour votre naissance? Qui va au champ, et dit à ses semences: produisez maintenant pour que je puisse récolter demain! Le maître du champ ne détient pas le temps de la récolte, retenez-le! A toi qui dis: c'est "quand même"? Retiens ceci: moi l’Éternel! Je te dis: c'est "aujourd'hui même"!

A toi Ouattara! Toi l'orgueilleux! Toi qui bouches tes oreilles, et fermes tes yeux! Je voudrais te demander: de quel deuxième mandat parles-tu? Puisque n'y a pas eu d'élections à mes yeux! De quel résultat parles-tu? Puisque personne n'a voté! Retiens ceci: ma parole est unique! Une transition militaire sera faite, sois prêt; car là où tu vois ton assurance, là est ta mort! Tu viens de creuser ton propre trou où tu seras enterré. Apprête-toi donc à me recevoir! Car je vais donner l'alarme telle que je l'avais annoncée.

Ceci est ma parole pour toi, mon peuple. Écoute, et prête attention lorsque je te parle; pour éviter d'être surpris par ma colère. Apprête-toi!

Car je viens pour toi. Parole de l’Éternel!

MARIUS DISRA
Vendredi 30 Octobre 2015
afrik53.com

10:00 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

29/10/2015

petit retour en arrière sur Affi N'guessan

- Affi, en tant que président du FPI, va rencontrer seul François Hollande, le président français, pour un tête à tête de 15 minutes et ne vient pas donner le contenu de cet tête à tête avec le président français, qui, dans l'opposition, avait qualifié le président Gbagbo "d'infréquantable"...lorsque vous critiquez cela et que vous dénoncez cela, ces partisans vous répondent: c'est stratégie, Affi fait de la politique, vous êtes encore dans l'émotion.

- Affi revient de cette rencontre avec Francois Hollande et opère un remaniement brutal du sécrétariat général du FPI... lorsque vous critiquez cela et que vous dénoncez cela, ces partisans vous répondent: c'est stratégie, Affi a respecté les textes du parti, il fait de la politique, vous êtes des "frondeurs".

- Affi se lève un matin, sans réunion du secrétariat général, il envoie Alain Dogou, comme représentant du FPI dans cette CEI taillée sur mésure de Ouattara et surtout non-consensuelle et va prêter serment sans l'accord et décision du parti! ...lorsque vous critiquez cela et que vous dénoncez cela, ces partisans vous répondent: c'est stratégie, Affi fait de la politique, vous êtes encore dans l'émotion.

- Affi convoque un comité central spécial le 13 septembre 2014 pour décider du retrait ou le maintient du FPI dans cette CEI pro-Ouattara avec Youssouf Bakayoko reconduit comme président. Il soumet cette question du maintien/retrait du parti à un vote. Il est mis en minorité, mais il n'exécute pas la décision du parti de retirer son représentant de cette CEI pro-Ouattara et Alain Dogou continue toujours de siéger au nom du FPI...lorsque vous critiquez cela et que vous dénoncez cela, ces partisans vous répondent: c'est stratégie, Affi fait de la politique, vous êtes encore dans l'émotion.

- Les cadres du parti et la base militante, qui n'ont plus confiance en Affi, le contraint à accepter un congrès pour l'élection du président du parti. À cela, certains décident de redonner le parti au président Gbagbo pour être l'interlocuteur directe du régime Ouattara pour le débat politique en Côte d'ivoire en proposant sa candidature. Affi refuse cela et malgré que toutes les procédures pour la validation de la candidature du président Gbagbo soient respectées, cette candidature est soumise à une "demande manuscrite". Malgré certaines indiscrétions et indices qui attestent bien que le président Gbagbo ait décidé de reprendre les rênes du parti, Affi continue toujours de dire: "Gbagbo n'a pas fait acte de candidature. On utlise le nom de Gbagbo pour me combattre". Même une lettre signée par le président Gbagbo est qualifiée de forfaiture. Puis Affi ira d'après lui voir un graphologue pour démasquer le faux d'après lui et ces partisans...lorsque vous critiquez cela et que vous dénoncez cela, ces partisans vous répondent: c'est stratégie, Affi fait de la politique, vous êtes encore dans l'émotion.

- Affi va avoir recours à la justice aux ordres du pouvoir Ouattara pour faire annuler la candidature du président Gbagbo allant jusqu'à contester la décision du comité de contôle (organe au rôle de conseil constitutionnel du parti) et obtient gain de cause. Tout le monde est choqué... lorsque vous critiquez cela et que vous dénoncez cela, ces partisans vous répondent: Gbagbo n'est pas candidat! Les gens ont fait du faux, parce qu'ils ont peur d'affronter Affi. c'est stratégie, Affi fait de la politique, vous êtes encore dans l'émotion.

- Affi a recours au pouvoir ouattara pour empêcher le congrès du FPI d'avoir lieu en décembre 2014... lorsque vous critiquez cela et que vous dénoncez cela, ces partisans vous répondent: c'est stratégie, Affi fait de la politique, vous êtes encore dans l'émotion.

- À l'issu de toute cette aventure ambiguë d'Affi et sa cour, les camarades Lida, Assoa Adou, Hubert Oulaye, Dano Djédjé et le jeune Koua Justin seront jetés en prison par le pouvoir Ouattara, afin de permettre à Affi de s'accaparer le parti et accompagner Ouattara à cette parodie d'élection... lorsque vous critiquez cela et que vous dénoncez cela, ces partisans vous répondent: Affi n'a rien à voir avec! C'est Ouattara, qui emprisonne et non Affi. c'est stratégie, Affi fait de la politique, vous êtes encore dans l'émotion.

Si je plaints encore l'ambiguité et l'ambivalence de Pascal Affi N'Guessan, je plaints encore plus ses suiveurs pour leur malhonnêteté, lâcheté et hypocrisie.

Gino Katinan

23:58 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Ouattara pavoise, et pourtant il est impopulaire !

Côte d’Ivoire: Analyse Historique et Chiffrée de L’Impopularité de Ouattara

“Certaines personnes pensent que le fauteuil présidentiel n’a pas de propriétaire. Elles se trompent totalement. Mais elles doivent savoir que le propriétaire du fauteuil, c’est le peuple…,” a dit Laurent Gbagbo en 2010. Bien avant lui, sur ce même registre, Thomas Jefferson en 1820 disait,Je ne connais pas de dépositaire plus sûr des pouvoirs suprêmes de la société que le peuple lui-même.”

 

Le peuple de Côte d’Ivoire a montré que Ouattara n’est pas l’un des leurs. Malgré le soutien à Ouattara de ce qui se fait appeler la communauté internationale, les Ivoiriens qui l’ont rejeté d’abord en 2010 ont confirmé cinq ans plus tard qu’on peut amener de force un âne au bord de la rivière mais sans réussir à le faire boire.

 

La Vérité des Chiffres[i]

Depuis 2000, les chiffres résultants des sondages, ont toujours montré l’impopularité de Ouattara. Ces chiffres plus parlants que la littérature mensongère des media et politiques occidentaux sont souvent passés dans le broyeur de vérité de ces propagandistes.  En 2006, un sondage réalisé par l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire –ONUCI–, en vue de connaître la personnalité politique la plus respectée de Côte d’Ivoire donnait Gbagbo en tête avec 39%, +10 par la rapport à une étude précédente menée en Avril. Sur cette tranche de temps Dramane Ouattara passait de 19,4 à 9,4%, -10. Charles Konan Banny et Henri Konan Bédié, chutaient aussi. Ils passaient respectivement de 8,2 à 7%; et de 8,1 à 4,7%.

 

“”Emmanuel Rivière, Directeur du département stratégies d’opinion de l’Institut Français TNS-Sofres, analysant les résultats d’un sondage réalisé entre le 31 Mai et le 16 Juin par cet institut, disait que “61% des personnes interrogées disent avoir une bonne opinion de Laurent Gbagbo avec des différences selon les catégories qui font apparaître une popularité encore plus élevée chez les Ivoiriens de 18 à 24 ans. Il a également de bons scores chez les employés[ii].”

 

Un autre sondage de l’Institut Sofres réalisé du 19 Septembre au 2 Octobre 2009, donne encore Laurent Gbagbo largement vainqueur sur ses adversaires les plus en vue: Konan Bédié et Alassane Ouattara. Dans ce sondage, la victoire de Laurent Gbagbo semble encore plus probable et souhaitée. Ainsi, à la question de TNS-Sofres de savoir: “Qui de Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié ou Alassane Ouattara a le plus de chance d'emporter l'élection présidentielle,” posée à un échantillon représentatif de 1400 Ivoiriens, 63% choisissent Laurent Gbagbo, quand 17% donnent leur préférence à Bédié et 16% à Alassane Ouattara[iii].

 

L’opportuniste-rebelle Guillaume Soro, alors premier ministre du président Laurent Gbagbo se met aussi à sonder les tendances dans le monde politique Ivoirien. Il commande en Août 2010, une enquête d’opinion auprès de l’institut Afro-barometer. Les conclusions auxquelles l’institut Afro-barometer aboutit sont similaires à celles des sondages réalisés par Sofres sur les intentions de vote pour l’élection présidentielle Ivoirienne, prévue pour le 31 Octobre 2010. “Selon cette enquête, Laurent Gbagbo arriverait en tête au premier tour avec 37,1 % des suffrages exprimés, devant Henri Konan Bédié : 14,3 %, et Alassane Ouattara fermant la queue avec 10,6 %[iv].”

 

L’un des esclaves et propagandiste des multinationales, François Soudan, noircisseur de papier à l’hebdomadaire “invendable mais achetable Jeune Afrique,” –pour emprunter l’expression de Gregory Portche, du Gri gri International–publie en date du 15 Avril 2010 sur le site de cet hebdo, un article dans lequel il juge les résultats de ces sondages trop beaux pour être vrais. Pour ce communicateur comme pour bien d’autres dans la sphère propagandiste de la françafrique et de l’occident, ces sondages ne pouvaient convaincre que Gbagbo mais pas “la France officielle.” En définitive, pour cet esclavagiste, la relation France-Côte d’Ivoire se limiterait à ce pense “la France officielle.” Quel obscurantisme intellectuel. C’est vrai, avec Ouattara dans leur logiciel, tous les borgnes et handicapés intellectuels et mentaux occidentaux deviennent des savants.

 

Ouattara contredit ses Propagandistes

Mais les différents scrutins organisés par Ouattara contredisent ces agents de la déstabilisation de l’Afrique qui ont vendu leur honneur pour un plat de lentille. Illustration. Lors des élections législatives organisées en Novembre 2011 par Ouattara dans un pays conquis par l’armée Française et les Dozo, le taux de participation était de 14,33%. En Mars 2014 le taux de participation au recensement général de l’habitat et de la population, est de 18%. En Juin 2015, ce taux est de 10% lors de la révision de la liste électorale. Déplorant ce manque d’engouement des Ivoiriens à se faire inscrire, Ouattara, en campagne le 12 Octobre 2015 déclare aux jeunes entrepreneurs avoir “été très déçu de voir que très peu de jeunes se sont enrôlés.” Le 17 Octobre 2015 jour légal de clôture du retrait des cartes d’électeurs, juste 9% des Ivoiriens étaient en possession de leur carte. Apres trois jours de rallonge, le taux de retrait ne fait pas le bond espérer par dictateur du bord de la Lagune Ebrié, et se situe seulement à 13% selon la CEI. Le 25 Octobre, le taux de participation à l’élection présidentielle boudée par des candidats et par la population se situe autour de 11% malgré la fermeture dans la nuit de certains bureaux de vote en violation de la loi.

 

Ouattara en Côte d’Ivoire n’est que l’ombre de lui-même. Il n’y a que ses soutiens à l’externe qui pensent qu’il est un homme exceptionnel. Ces derniers qui ont tour à tour accusé Bédié, l’allié “ventrologue,” le général Robert Gueï, et le président Gbagbo, d’avoir peur d’affronter Ouattara lors d’une élection libre et transparente, avaient de bonnes raisons d’avoir de telles idées de lui. Et pourtant, “pour des élection menées de bout en bout par le régime sans partage de ce dictateur, le taux de participation enrégistré se situe entre 11 % et 13%. Un véritable record.” Ecrit Salif Coulibaly, pour Eburnienews.net.

 

Tricher, Toujours Tricher[v]

En se référant aux résultats proclamés en 2010 par Bamba Yacouba, membre de la rébellion de Ouattara, et porte-parole de la Commission électorale indépendante(?) le nombre de votants supérieur au nombre d’inscrits fait frémir.  A Madinani, dans la région du Denguélé, Alassane Ouattara avait obtenu 11.144 voix contre 454 pour Henri Konan Bédié et 296 pour le président Gbagbo. Or, la liste électorale définitive comptait seulement 9.970 inscrits. Et comme par enchantement, les suffrages qui avaient été exprimés lors du scrutin du 31 Octobre, avaient été de 12.100 voix. C’est-à-dire qu’à Madinani, la liste électorale avait été gonflée de 2.130 électeurs fantômes le jour du vote.

 

Outre Madinani, on notait qu’à Korhogo, pour une population totale de 212.546 habitants en 2010, le corps électoral s’élevait à 194.487 électeurs, soit un gonflement fictif de 91%. Ferkessédougou n’est pas épargnée. Sur 62.184 habitants on récence 92.926 électeurs, soit une augmentation artificielle de 149%. Mankono qui dénombrait en 2010, 23.724 âmes enregistre mystérieusement, 57.816 votants. Soit un taux d’accroissement magique de 243%. “La fraude qu’il [Ouattara] a organisée a été principalement utilisée contre le PDCI qui s’est vu laminer dans le Nord, une zone qui lui est pourtant fidèle. C’est à cause de cette fraude du RDR que des villes comme Ferkessédougou, Boundiali, Tengréla sont devenus subitement plus peuplés que des grandes métropoles du Centre, de l’Ouest... En somme, Ouattara est un imposteur dans l’âme[vi].”

 

Scannant la psycho-sociologie politique et l’influence environnemental dans les zones CNO, et dans les régions limitrophes de la partie septentrionale de la Côte d’ Ivoire, Éric Kahé, président de l'Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie –Aird– s’interroge. “Alors que le contexte sociologique et politique dans les pays voisins est plus que comparable à celui du nord de la Côte d'Ivoire, comment expliquer les 90% en zone sous contrôle des Com'zones quand, dans les pays voisins, Ouattara ne gagne que par 48%?[vii]

 

L’analyse scientifique initiée par Éric Kahé, avait conduit à “un correctif des résultats officiels d'au moins 175.000 voix –à retrancher des voix de M. Ouattara– si le scrutin avait été sincère, soit un score maximum de 28% pour M. Ouattara dans le cadre d'un scrutin régulier. Un tel score, sorti d'une correction statistique, fiable est comme par hasard très proche des sondages jusque-là réalisés[viii].”

 

La roue de la fraude n’a pas cessé de tourner depuis 2010. A chaque scrutin ou consultation de la population pour des faits les plus “insignifiants,” Ouattara triche. Il a cela dans son DNA. Le scrutin du 25 Octobre est un cas patent et illustratif en la matière. Il n’a pas dérogé à la règle lors de ce scrutin sans enjeu qu’il a organisé seul. Il a triché. Le nombre de votants qui lui ont accordé leurs voix dans le nord qu’il a séquestré depuis 2002 oscillait dans certaines contrées de cette région entre 100% et 106%. Tous ses accompagnateurs à ce scrutin ont crié au vol. Affi N’guessan reconnaît la fraude massive et appelle Ouattara à tirer toutes les leçons de ce scrutin car le pays est toujours en crise et toujours divisé. Dans son communiqué après défaite, il écrit, “des taux de participations records, 80 à 100% dans des zones encore récemment occupés par la rébellion armée de 2002 et où le candidat du RHDP, réalise des scores avoisinant les 100%, ce n’est pas un signe de santé démocratique, mais plutôt, la traduction d’une prise en otage et d’une absence de la liberté d’expression et d’opinion.” Mettant en cause les taux élevés dans les zones où les populations ne sont pas sorties pour voter, et dont Jeune Afrique, organe de propagande de Ouattara parle de boycott, Affi poursuit, “ailleurs, on observe des taux d’abstention élevé, supérieur à 50% dans des zones ayant vécus durement les affres de la crise post-électorale de 2010-2011 et où les populations se sont repliées sur elles-mêmes et, appréhendant l’échéance électorale comme une grave menace à leur sécurité, se sont abstenues d’aller voter.” Konan Kouadio Bertin, qui a felicite Ouattara avant les resultats provisoires, “soupçonnait le même adversaire de lui voler une éventuelle victoire.”

 

Le Parti Communiste Français analysant cette forfaiture Ouattaradienne, se penche lui aussi sur le taux de participation et note. “Il n’est alors pas étonnant que la participation ait été si faible, comme l’ont noté tous les observateurs sérieux, contrairement aux chiffres fantaisistes avancés par une Commission électorale aux ordres.” Puis conseille le régime liberticide Français qui suit les Etats Unis comme de toutous. “Au lieu d’applaudir à cette ultime forfaiture, qui pèsera lourdement sur l’avenir de la Côte d’Ivoire, le gouvernement de la France ferait mieux d’agir publiquement en faveur d’une libération des prisonniers politiques, du respect des droits et d’une perspective de réconciliation.”

 

Assumer son Ambiguïté

Ouattara et Bédié mis ensemble, ont eu moins d’attrait sur les Ivoiriens que Gbagbo seul. La mobilisation des Ivoiriens, le jeu démocratique des années Gbagbo au  pouvoir était plus l’effet Gbagbo que de ces nains politiques. Tout le monde sait maintenant que 80% et plus des Ivoiriens ont l’âme emprisonnée à La Haye ou dans les prisons secrètes et officielles de la Côte d’Ivoire. Et que le FPI, parti majoritaire dans ce pays, a gagné les présidentielles de 2010.

 

Les occidentaux devraient assumer leur ambiguïté. Y penser et y croire seraient une faute politique. Que ce soit les Américains ou les Français, les Anglais ou n’importe quel Etat membre de l’Union Européenne, ils n’ont aucune culture démocratique conçue pour protéger les Ivoiriens.

 

Celui qui veut sincèrement aider ce peuple doit le débarrasser de Ouattara. Il a fait le carnage des Ivoiriens et des leaders Chrétiens des Eglises Evangéliques Protestantes dont personne ne parle. Il revient aux Ivoiriens d’assumer leur ambiguïté depuis qu’ils ont introduit Ouattara et Dominique dans l’arène politique. C’est aux Ivoiriens de prendre leur responsabilité et de dire stop!, afin que les suiveurs et les soutiens extérieurs de cet usurpateur sortent de leur ambiguïté à leurs dépens comme disait Charles Maurice de Talleurand-Périgord. Les vocables comme personnalité politique populaire, démocrate, modérée, ne disent plus grand-chose quand on se réfère à ce truand. Ses propres chiffres ont montré que sa côte de popularité en Côte d’Ivoire est de 11% grosso modo. Ils ont aussi mis en lumière l’inefficacité du mensonge et du tripatouillage.

 

Feumba Samen, USA

(correspondance personnelle)



[i] Données tirées du livre intitulé Les Guerres Secrètes AntiGbagbo, Paris, La Doxa, 2014. Cet ouvrage permet de mieux comprendre les différents mécanismes qui ont conduit au coup d’Etat de la France, de l’ONU, des Etats Unis, et de la communauté internationale, contre le président Laurent Gbagbo.

[ii] Les Guerres Secrètes AntiGbagbo, Paris, La Doxa, 2014, p.70.

[iii] Ibid, pp.71-72

[iv] Ibid, p.75.

[v] Données tirées du Les Guerres Secrètes AntiGbagbo, Paris, La Doxa, 2014.

[vi] Guéhi Brence-, “La constance de constant Bombet,” Le Temps, 17 Novembre 2010, in Les Guerres Secrètes AntiGbagbo, p.90.

[vii] Extrait de la Communication d’Éric Kahé donnée au siège de son parti, aux II-Plateaux, le 07 Novembre 2010, in Les Guerres Secrètes AntiGbagbo, p.91.

[viii] Ibid, Les Guerres Secrètes AntiGbagbo, p.91.

23:54 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |