Shlomit
topblog Ivoire blogs

28/02/2015

Ouattara l'heureux médaillé

Aujourd'hui Vendredi 27 Février 2015 Alassane Dramane Ouatarra s'est vu attribuer la "Médaille du Libéralisme". Selon l'International Libéral qui lui a décerné ce prix qui est la plus haute distinction de cette organisation, il s'agit ainsi de «récompenser son travail au service de la liberté et de l'économie de marché et pour avoir pacifié la Côte d'Ivoire»
Vraiment, sur cette terre, il y a plusieurs malhonnêtes et des braconniers en costume. On récompense Dramane parce qu'il vole bien la Côte d'Ivoire et livre tous les trésors Ivoiriens à des Vautours qui traînent dans tous les pays Africains...
Ahhhh Seigneur pardon Bring Back Our Gbagbo la vie va reprendre...
Fils Disaïe

CI_Présidence/
Le Président Ouattara honoré de la "Médaille du Libéralisme", la plus haute distinction de l’International Libéral

Abidjan- Le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, a été distingué, ce vendredi, à Abidjan, par l’International Libéral qui l’a décoré de la "médaille du Libéralisme", la plus haute distinction que décerne cette organisation, qui fédère depuis 1947 des partis politiques libéraux et radicaux du monde entier.

Une délégation de la fédération a remis sa médaille au Président Ouattara à l’occasion d’une cérémonie, en milieu de journée, à la salle mosaïque du palais de la Présidence au Plateau.

Selon la délégation, il s’agit ainsi pour l’International Libéral de récompenser "son travail au service de la liberté et de l’économie de marché et pour avoir pacifié la Côte d’Ivoire".

"Je suis très sensible à cet honneur qui m’est fait et je voudrais vous demander d’en remercier les membres de l’international libéral mais davantage le comité exécutif qui a pris cette décision", a exprimé le Président Ouattara, dédiant sa distinction à l’ensemble de la famille libérale en Côte d’Ivoire.

"Je reçois cette médaille au nom de mes compagnons du libéralisme. Je ne suis que le porte-parole du mouvement en Côte d’Ivoire. Plusieurs partis politiques pas seulement le RDR mais également d’autres partis tels que le PDCI-RDA, l’UDPCI sont également des partis libéraux", a-t-il relevé avant de dire sa "fierté" de recevoir cette distinction.

"C’est la preuve que la Côte d’Ivoire est vraiment libérale", s’est félicité Alassane Ouattara, rappelant que déjà en 1959 le pays avait privatisé son secteur de l’eau, devançant dans ce domaine bien des Etats de tradition libérale.

(AIP) AIP(Agence Ivoirienne de presse)

23:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Echo de la visite de quatre députés à bachar Al Assad

Exclusif : Jacques Myard justifie sa rencontre avec Bachar Al-Assad (vidéo)

28 Février 2015
Dans un communiqué que les médias français n’ont pas daigné publier, le député Jacques Myard s’est longuement expliqué sur la visite qu’il vient d’effectuer à Damas en compagnie de trois autres parlementaires. Il s’est également exprimé sur BFM-TV et itélé. Tout en saluant son courage, il nous semble néanmoins utile de le reprendre sur un certain nombre de mots qu’il a employés aussi bien dans son communiqué que dans ses interventions télévisées. Celui de « guerre civile » est inapproprié car, dès février 2011, la Syrie a affronté une armée de terroristes et de mercenaires venus des quatre coins du monde, financés par le Qatar et soutenus par la Turquie, sous la bienveillance de l’Occident. Autre expressions inappropriées, celle de « Bachar a du sang sur les mains » et qu’il « n’est pas fréquentable ». Le président syrien est plus fréquentable que le roitelet du Qatar et le calife de Turquie, les deux principaux complices du terrorisme islamiste dans le monde, y compris en Europe. En décidant de le déstabiliser dans la foulée du « printemps arabe », le monde occidental, allié objectif de l’islamo-terrorisme, ne lui a laissé d’autre choix que celui de défendre sa Patrie contre les barbares et les obscurantistes. Qu’auraient fait Monsieur Hollande ou Monsieur Obama en pareilles circonstances ? Qu’est devenue la Libye après la croisade colonialiste de Sarkozy ? Monsieur le député UMP des Yvelines, Jacques Myard, devrait poser cette question au président de son parti politique ! Voici le communiqué de Jacques Myard, suivi des deux vidéos de ses interventions télévisées.

Le Président Bachar Al-Assad recevant la délégation française.
A gauche, le député UMP Jacques Myard.
Le
          Président Bachar Al-Assad recevant la délégation française. A
          gauche, le député UMP Jacques Myard.J’ai effectué avec trois parlementaires de l’Assemblée Nationale du groupe amitié France-Syrie, un voyage à Damas du 23 au 26 février.
Ce voyage a été organisé avec le concours d’un certain nombre de personnes connaissant bien le proche orient et ayant des cabinets de consultants pour les entreprises françaises au Liban et en Syrie.

Ce voyage a suscité la colère des plus hautes autorités de l’Etat. Si le sujet n’était pas sérieux, je pourrais en rire. En effet, la diplomatie n’est pas l’art de parler qu’avec ses amis mais d’essayer de trouver des solutions politiques à une guerre civile qui a déjà fait plus de 200 000 morts.

Camper sur des postures dites morales, la main sur le cœur et refuser d’agir en prenant en compte les réalités est 100 fois pire qu’une faute morale. C’est une faute politique géostratégique qui ne peut aboutir qu’à la continuité de la guerre civile, avec son cortège d’horreurs.

Nous avons rencontré sur place du côté des autorités gouvernementales, le Président du Parlement, Jihad Allaham, le ministre des Affaires Etrangères, Walid Moallem, le Vice- Ministre des Affaires Etrangères, le docteur Ayman Soussan, francophone, ainsi que l’Ambassadeur de Syrie à Beyrouth et nous avons été reçus à dîner par le grand Mufti, Ahmad Badr Al Din Hassoun, entouré du patriarche catholique Grégorius III et du patriarche Grec Orthodoxe, Ignace IV Hazim. Les deux patriarches chrétiens nous ont fait part de leur soutien à la politique du gouvernement.

Nous avons rencontré également Sœur Agnès Mariam de la Croix, de manière inopinée, dans le hall de l’hôtel.

Nous avons visité un hôpital généraliste où nous avons malheureusement vu des fillettes entre la vie et la mort. Il nous a été indiqué qu’il y avait un embargo sur les médicaments et les pièces de remplacement des équipements médicaux. Ce n’est pas acceptable.

Nous avons visité une ancienne école qui accueille 40 familles de réfugiés, rendu visite au centre sanitaire du Croissant Rouge où nous avons pu obtenir des informations intéressantes sur la situation sanitaire, rencontré la responsable de la Croix Rouge, Mariam Gasser, visité le Lycée Charles de Gaulle où malgré l’adversité, 250 enfants franco-syriens, continuent à apprendre le français dans des conditions périlleuses, deux roquettes étant tombées sur cet établissement sans faire heureusement de morts. Le lycée ne reçoit plus de subsides du gouvernement français : c’est inadmissible.

De plus, à l’hôtel où nous étions nous avons rencontré une délégation américaine dirigée par l’ex-Attorney-General à la Cour Suprême, Ramzy Clark ce qui prouve qu’il existe bien des contacts certes indirects avec les Américains.

De l’ensemble de ces prises de contact et aussi des entretiens que nous avons eus avec des responsables libanais à Beyrouth, très inquiets de la situation en Syrie, je retiens les éléments suivants à l’exclusion de notre conversation avec Bachar Al Assad dont je rendrai compte personnellement par écrit au Président de la République.

1) Il n’existe pas à ce stade de possibilités de victoire militaire sur le terrain d’un parti ou de l’autre. Le gouvernement tient une grande partie du pays (60 % ? ) mais il existe toujours des zones d’insécurité y compris dans le voisinage de Damas. Les terroristes syriens seraient entre 50 et 80 000 selon diverses sources.

2) L’ensemble de nos interlocuteurs nous ont clairement indiqué que si la France continue à exiger le départ de Bachar au motif qu’il est infréquentable, la Syrie éclatera car il est le seul à pouvoir maintenir l’unité de l’armée, le Liban sera balayé, le chaos s’installera sur tout le Proche et Moyen Orient.

3) Seul un règlement politique peut ramener la paix. A ce titre, il convient de relever :
- que Damas a donné son accord pour un cessez le feu de 5 semaines au représentant de Ban ki-moon. Stéphane de Mistoura négocie avec 5 groupes d’insurgés à Alep,
- qu’il y a eu récemment des négociations directes entre le gouvernement de Damas et des opposants à Moscou,
- que le gouvernement a mis en place un comité de conciliation nationale avec des députés Kurdes qui "déclarent leur volonté de rester dans la patrie syrienne".

L’amnistie a été accordée à des terroristes repentis qui ont déposé les armes.

Il est évident qu’au-delà des postures qui ne font en rien avancer la sortie du conflit, il faut des initiatives pour avancer à petits pas. Le point n’est pas de savoir si on aime ou pas Bachar, il est un élément du conflit incontournable. Exiger son départ, c’est à coup sûr, poursuivre une guerre civile pendant des années.

4) Droits de l’Homme : j’avais avec moi une dépêche AFP mentionnant que des défenseurs de la liberté d’expression, membres du centre syrien pour les médias, étaient emprisonnés.

J’ai donné cette liste au Vice-Ministre des Affaires Etrangères en disant qu’il serait bien de faire un geste. Sur ce point précis, j’en ai personnellement parlé à Bachar Al-Assad lors de notre entretien.

De retour à Beyrouth, mercredi soir dans la nuit, j’ai appris qu’Ulaï Hussein avait été libéré sous caution. Je n’ai pas la prétention de dire que c’est à la suite de mon intervention mais je le constate.

La France doit urgemment changer de politique en Syrie. Certains experts dénoncent l’incohérence de la France dans la lutte contre les terroristes. Nous luttons contre eux au Sahel, au Mali, au Nord Nigéria, en Irak, mais nous avons une politique confuse et brouillée en Syrie.

Je rappelle qu’à l’Assemblée Nationale, Alain Marsaud a montré aux députés des fusils Famas, livrés à l’opposition dite modérée et qui se sont retrouvés dans les mains d’Al Nosra.

Tous nos interlocuteurs, au-delà du cercle gouvernemental, ont dénoncé le double langage et la complicité de l’Arabie Saoudite, du Qatar et de la Turquie, ce dernier pays commerce avec Daech et lui permet ainsi d’avoir des subsides financiers importants.

5) Un dernier point : nous avons appris qu’un gouvernement arabo-musulman emblématique devrait établir prochainement des relations diplomatiques avec Damas... A suivre !

Jacques MYARD, Député de la Nation, Maire de Maisons-Laffitte et Président du Cercle Nation et République.

BFM-TV :
https://www.youtube.com/watch?v=BBGYqTTSoM0#t=87

itélé :
https://www.youtube.com/watch?v=MTIQ-0PumEU#t=215

tunisie-secret.com

19:56 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Grand remaniement: adversaires écartés. Voici la nouvelle direction du parti

DÉCISION N°001-2015/PP/FPI modifiant la décision N°007-2014/PP/FPI du 14 Août 2014, portant Réaménagement Technique du Secrétariat Général du Front Populaire Ivoirien.


 

Le Président,
 

Vu les Statuts,

Vu les nécessités d’organisation et de (re)dynamisation du parti,

 

DÉCIDE :

 

Article 1er : Sont nommées aux fonctions ci-après, les personnalités dont les noms suivent :
 

PRESIDENCE

1 –Vice-Président chargé de la Coordination des actions pour la libération du Président Laurent Gbagbo :

  • GOSSIO MARCEL

2 – Vice-président chargé de l’actualisation du projet de Société et du suivi de la politique Sociale et Culturelle

  • VOHO SAHI ALPHONSE 

3 – Vice-Présidente chargée des Relations avec les Partis Politiques, les Syndicats et les Organisations de Masse :

  • DEDI ADELE

4 – Vice-présidente chargée des TIC et des Infrastructures Economiques :

  • BOUABRE ABANE YVONNE

 

SECRETAIRES GENERAUX ADJOINTS

 

1 – Secrétaire Général-Adjoint chargé du suivi des Programmes de Sortie de crise et de l’Action Gouvernementale :

  • KOUADIO KOMOE AUGUSTIN 

2 –Secrétaire Général-Adjoint chargé de l’Administration du Territoire, de l’Administration Publique et de la Bonne Gouvernance :

  • GNEPA BARTHELEMY

3 - Secrétaire Général-Adjoint chargé des fédérations du District du ZANZAN :

  • N’GUETTIA YAO KOUMA 

4 – Secrétaire Générale-Adjointe chargée de la politique de la Famille, de la Femme et de l’Enfant :

BLEHIDE PIERRETTE 

SECRETAIRES NATIONAUX TECHNIQUES

 

1 – Secrétaire National chargé des Structures Spécialisées et des Structures d’activités :

  • KOFFI AKA

2 – Secrétaires Nationaux chargés des Elections :

  • KOUAKOU KRAH
  • ATTEBY WILLIAMS

3 - Secrétaire National chargé du dialogue politique et de la Réconciliation nationale :

  • KONATE NAVIGUE 

4 – Secrétaire National chargé de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Insertion des Jeunes :

BIH EMILE 

5 - Secrétaire National chargé de la politique des Infrastructures Economiques et des Grands Projets Urbains :

  • DONGO ASSANVO

6 - Secrétaire National chargé de la politique des Transports :

  • ADER YAH KOUADIO ETIENNE 

7 - Secrétaire National chargé de la Politique de la Jeunesse, des Sports et Loisirs :

  • KABLAN KOUAME 

8 - Secrétaire National chargé de la politique du Logement et de la Modernisation Urbaine :

  • SORO DOHOBA 

9 - Secrétaire National chargé de l’Administration du Parti :

  • SANOGO MAMADOU

10 - Secrétaire Nationale chargée des Affaires Africaines :

  • BIOT BERNADINE 

11 – Secrétaires Nationaux chargés des Victimes de guerre, des Exilés et des Refugiés :

  • GBALE DAPLEU LAZARE
  • YEHIRI VALERIE 

12 - Secrétaire Nationale chargée de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

·       Mme ESSIS-TOME HORTENSE

13 - Secrétaire National chargé de la Monnaie, des Banques, des Assurances, et de la politique d’Intégration Régionale (UEMOA-CEDEAO) :

  • LIBY GUILLAUME

14 - Secrétaire National chargé de la Solidarité, des Affaires Sociales et de la Documentation Politique :

  • DIABATE BEH 

15 – Secrétaires Nationaux chargés des Programmes de Reconstruction, de Développement Solidaire et de l’Economie Rurale :

  • OKOU ZAGO PAUL
  • GUE BAMBA

16 – Secrétaires Nationaux chargés des Ressources Humaines et de la Promotion des Cadres du parti :

  • HUE LOU SIMONE
  • SANGARE ISSIAKA 

17 – Secrétaire National chargé des Relations avec les Institutions de la République :

  • TANOH JEROME 

18 – Secrétaire National chargé de l’Informatisation du Parti :

  • DJANWOUET HONORAT

19 – Secrétaire National chargé de la politique de l’Urbanisme, de l’Assainissement et de l’Hydraulique :

  • AKACHIBI ACHIEPO FRANCOIS 

20 – Secrétaire Nationale chargée des PME/PMI et de l’Entreprenariat :

  • Mme KPENE URBAINE 

21 – Secrétaire National chargé de l’Industrie et de la promotion du Secteur Privé :

  • GROHI VINCENT 

22 – Secrétaire National chargé de la politique du Commerce :

  • DIBO VINCENT 

23 - Secrétaire National chargé de la Mondialisation et des politiques d’Intégration :

  • DAGBO GODE PIERRE 

24 – Secrétaire Nationale chargée de l’Animation Socio-culturelle et des Activités Extra-politiques :

  • Mme EBA YOLANDE 

25 – Secrétaire National chargé de l’Education Nationale :

  • BECHIE PAUL 

26 – Secrétaire National chargé de la politique de la Santé Publique et de la lutte contre le HIH/SIDA :

  • KOUADIO TANOH JOACHIM

27 – Secrétaires Nationaux chargé de l’Éducation de base et de l’Alphabétisation :

  • KAMBIRE CHARLES 
  • KOFFI DJEKE

28 - Secrétaire National chargé de la vie Scolaire et Universitaire :

  • DOH GERMAIN

29 - Secrétaire National chargé de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Elevage :

  • ATSE PASCAL

30 – Secrétaire National chargé de la Réconciliation et de la Cohésion Interne :

  • GUEHI MOMY (Chairman)

31 - Secrétaire National chargé du Tourisme et de l’Artisanat :

  • DJOU GOSSO 

32 - Secrétaire National chargé de la Culture et de la Francophonie :

  • KOUASSI YAO RAPHAEL

33 – Secrétaire National chargé des Populations Vulnérables, des Handicapés et du 3ème Age :

  • OLOYE OPOUTOU DOMINIQUE 

34 – Secrétaire Nationale chargée du Climat, de l’Environnement et des Eaux et Forêts :

  • Mme DIBY KANGAH PAULINE 

35 – Secrétaire National chargé de la Protection Civile :

  • DADI HILAIRE 

36 – Secrétaire National chargé de la politique Pénitentiaire et des Détenus politiques :

  • TRAORE IDRISSA

37 – Secrétaire National chargé de la Sécurité Intérieure du Parti :

  • ZAN BI BALLO AUBAIN 

38 – Secrétaire National chargé des Recherches et de la documentation :

  • TAGBO MATHIEU 

39 – Secrétaire National chargé des Affaires Générales :

  • GUINAN GERMAIN

 

SECRETAIRES NATIONAUX CHARGES DES REGIONS

1 – Secrétaire National chargé des Fédérations de la Région du KABADOUGOU :

  • TOURE AMARA

2 - Secrétaire National chargé des Fédérations de la ME :

  • YAPO ATSE BENJAMIN :

3 - Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région du CAVALLY :

  • GUI TIEHI JEAN-CLAUDE
  • TOUBATE JEAN

4 - Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région de la MARAHOUE :

  • KOLOU BI YOUAN DAVID
  • BOUIKALO BI IRITIE THIERRY 

5 - Secrétaire National chargé des Fédérations de la Région du HAMBOL :

  • COULIBALY ABOU SANGOLOBE 

6 - Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région du GUEMON :

  • DJEOUE VICTOR
  • BLESSON GOUE EMILE 

7 - Secrétaire National chargé d’Abidjan-Sud :

  • KACOU JACQUES 

8 - Secrétaire National chargé des Fédérations du District Autonome de Yamoussoukro :

  • KONAN KOFFI JOACHIM 

9 – Secrétaire National chargé des Fédérations de la Région de San Pedro :

  • BABO BASILE
10 – Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région de la Nawa :
  • GNANAGBE GOGOUA
  • GNALI GNABRO PAUL BAZARD :

11 – Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région de l’Indennié Djuablin :

  • EKRA DIAPONON
  • N’DA EDOUKOU BERNHARDT 

12 – Secrétaire National chargé de la Région du FOLON :

  • KONE ABDOULAYE 

13 – Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région du GOH :

  • KACOU BI BOUSSOU
  • YEHIRI GOHOU CHRISTOPHE

14 – Secrétaire National chargé des Fédérations de la Région du IFFOU :

  • ALLOCO THOMAS 

15 – Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région du TONKPI :

  • DIGBEHI ZELI BRUNO
  • SIA ANDRE 

16 – Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région du HAUT-SASSANDRA :

  • YUE BI SEHI
  • SERI OBOU CELESTIN

17– Secrétaire National chargé des Fédérations de la Région du PORO :

  • COULIBALY LANZENI 

18 – Secrétaire National chargé des Fédérations de la Région de la BAGOUE :

  • ZIAO NAHOSSE 

19 – Secrétaire Nationale chargée des Fédérations de la Région du BAFING :

  • Mme DIOMANDE MAKANI  OULAÏ

20 – Secrétaire National chargé des Fédérations de la Région du BERE :

  • DOSSO SOUHALIO 

21 – Secrétaire National chargé des fédérations de la Région du Worodougou :

  • KONE SINALY 

22 – Secrétaires Nationaux chargés des Fédérations de la Région du TCHOLOGO :

  • COULIBALY YIRIBA
  • COULIBALY SORIBA REMY

23 – Secrétaire National chargé des Fédérations de la Région du GONTOUGO :

  • KOUASSI KOFFI KRA PAULIN

 

Article 2 : La Secrétaire Générale du Parti est chargée de l’exécution de la présente décision qui prend effet à compter de la date de signature et qui sera publiée partout où besoin sera.

Article 3: Toute disposition antérieure contraire est nulle et de nul effet.
 

Fait à Abidjan, le 27 Février 2015

 

Pascal AFFI N’Guessan
__________________________________


SECRETAIRES NATIONAUX TECHNIQUES


 

Liste de présence des retraits


 
 

NOM ET PRENOMS

FONCTION DANS LE PARTI

KONE Boubacar

S.N chargé des Affaires Africaines 

KATA KEKE Joseph

S.N chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique 

SERI GOUAGNON

S.N chargée des Relations avec les Institutions de la République

TIHI KPAO Victor

S.N chargé de la politique de l’Urbanisation, de l’Assainissement et de l’Hydraulique

KOFFI Jean

S.N. chargé du Tourisme et de l’Artisanat 

SOKOURI Bohui Martin

S.N chargé de la Politique du Commerce 

APPIA Sophie

S.N chargée de l’Administration Publique et de la Bonne Gouvernance

TCHEIDE Jean Gervais

S.N chargé de la Monnaie et de la politique d’Intégration Economique Sous Régionale (UEMOA-CEDEAO)

GNAGNE Yadou

S.N chargé de la Mondialisation et des politiques d’Intégration 

KOFFI Dadier Pierre

S.N chargé du Dialogue politique et de la Réconciliation nationale

KAPET Elisabeth

S.N chargée des Victimes de Guerre, des exilés et des refugiés

ZAGOL CLAUDE

SN CHARGEE DU SUIVI DE L'ACTION GOUVERNEMENTALE

KASSI DANHO JULIETTE

SN chargé de la Santé Publique et de la Lutte contre le SIDA

ASSOUMA Juliette


 

S.N chargée des Elections

 

TAPE Kipré

KESSIE Mathias

S.N chargé de la Politique de Formation Professionnelle et d’Insertion des Jeunes

OURAGA Eugénie

S.N chargées de d’Alphabétisation et de la Vie Scolaire  et Universitaire

KASSI Lucie

AKOI INNOCENT

SN Chargé du Tourisme et de l’Artisanat

GUEHOUN AUGUSTIN

SN Chargé de la Culture et de la Francophonie

N'GUESSAN LAVRI Nicolas

SN Chargé des PME/PMI et de l’Entreprenariat

DIOMANDE MAMI

SN Chargé des Fédérations DU DISTRICT D'ABIDJAN

GUY BESSE

LIBI Koita Vincent

S.N chargé de la Politique du Logement et de la Modernisation Urbaine

KOUA JUSTIN

SN Chargé de la Politique de la Jeunesse, des Sports et Loisirs

DAKOURI Djalega

S.N. chargé de la Protection Civile

YAO Yao Jules

S.N chargé de la Politique des Sports et Loisirs

Michel GBAGBO

S.N chargé de la Politique Pénitentiaire et des Détenus politiques 

SOLOU Henriette

S.N chargée de l’Agriculture 

IPOU EIHOMMAN Jocelyne

S.N. chargée des Ressources Humaines 

SN REGIONS

1.     District autonome D’ABIDJAN
 

ELOH OUEGNIN

S.N CHARGE DE LA FEDERATIONS D’ABIDJAN-SUD

2.     District autonome de YAMOUSSOUKRO
 

TIACOH THOMAS

S.N CHARGE DES FEDERATIONS DU DISTRICT DE YAMOUSSOUKRO

3.     District du BAS-SASSANDRA
 

WAYOU CLAUDE

S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DE SAN-PEDRO

4.     District de COMOE
 

KOUADIO KABLAN JEAN-BAPTISTE

S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU N'DENIE-DJUABLIN

5.     District de DENGUELE

KONE FATOU

S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU KABADOUGOU

6.     District de GOH-DJIBOUA
 

OREGA YOUKPO BARTHELEMY

S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU GOH

BILI GBALLOU JOACHIM

7.     District des LAGUNES
 

BONI BEDA

S.N. CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DE LA ME

8.     District des MONTAGNES
 

GNAHET JACQUES

SN CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU CAVALY

ZEREHOUE EDOUARD

SN CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU GUEMON

BOUIN ZOUEU JACQUES

SN CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU TONKPI

9.     District de SASSANDRA-MARAHOUE

DALEBA ZOZORO JULES

S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU HAUT-SASSANDRA

10.   District des SAVANES

COULIBALY YACOUBA

S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU PORO

11.   District de la VALLEE DU BANDAMA

TRAORE OKALI

S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU HAMBOL

12.   District du WOROBA

SORY KOUYATE

S.N CHARGE DES FEDERATIONS DES REGIONS DU BERE

KANE LADJI

S.N CHARGE DES FEDERATIONS DU WORODOUGOU


 

 

RETRAITS
 

1.      

AMON AGO Marthe

12ème VICE-PRESIDENTE CHARGEE DE LA COORDINATION DES ACTIONS POUR LA LIBERATION DE LAURENT GBAGBO

2.      

DEDY SERI

13ème VICE-PRESIDENT CHARGE DU SUIVI DE LA POLITIQUE SOCIALE ET CULTURELLE

3.      

BAMBA MASSANY

14ème VICE-PRESIDENTE CHARGEE DE LA POLITIQUE DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DE L’ENFANT

4.      

KOUASSI K. ANDRE

15ème VICE-PRESIDENT CHARGE DE LA DOCTRINE ET DE LA FORMATION POLITIQUE

5.      

ETTIEN AMOIKON HENRI

2ème SGA CHARGE DU SUIVI DES PROGRAMMES DE SORTIES DE CRISE

6.      

GNAOULE OUPOH BRUNO

3ème SGA CHARGE DES RELATIONS AVEC LES SYNDICATS ET LES ORGANISATIONS DE MASSE

 

 

civox


 

19:42 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Quelques brèves à une semaine du comité central

Nous apprenons ce soir que l'ONU a levé les sanctions contre Pascal Affi N'Guessan,  et nous nous en réjouissons comme nous nous sommes réjouis de la levée par l'Union Européenne des sanctions contre Marcel Gossio. Nous nous en réjouissons d’autant plus que cette nouvelle situation permettra à Pascal Affi Nguessan de savoir quelles sont les dispositions du président Gbagbo par rapport à la crise au FPI.

Pascal Affi N'Guessan a souvent dit que la première chose qu'il ferait en cas de levée de ces sanctions sera une visite au président Gbagbo à la Haye. Nous attendons donc que cette visite ait lieu rapidement pour que le FPI, le parti sur lequel reposent les espoirs des ivoiriens épris de liberté, sorte de la crise.Enfin, nous proposons que cette éventuelle visite se fasse en délégation avec la direction de campagne du candidat Gbagbo.
Alexis Gnagno

Après Marcel Gossio et Alcide Djedje , Affi N'guessan vient de voir les sanctions onusiennes qui pesaient contre lui être levées .
Bon c'est le fruit de la diplomatie hein sinon rien d'autre.vous savez bien que monsieur alcide djedje est un grand diplomate donc voilà il a conduit Affi dans les ambassades occidentales et voilà le résultat .
on appelle ça la guerre psychologique...affi a vendu la lutte pour le sourire de l'onu qui a formé des rebelles pour nous bombarder...jamais nous accepterons...c'est une petite guerre psychologique....
Aigle Royal

Navigué, l'ex national de la jfpi loue les services de Amara le gros ,un rebelle pour sécuriser son AG qu'il convoque au QG de campagne pris en otage par affi avec le concours du régime dramane. Voici encore des preuves de leur accointances.
Guy Mao

Selon Alerte info, Pascal affi N'Guessan a affirmé aujourd'hui avoir dépensé 3 millions de francs cfa pour faire expertiser l'acte notarié de Laurent Gbagbo.
Depenser autant d'argent pour une telle imbécilité qu'on pouvait régler par téléphone c'est à se demander si l'individu avait vraiment ses comptes gelés et cela suffit pour convaincre que cet homme de mauvaise foi fera tout ce qu'il faut, créer des incidents si possible et les prendre pour excuse afin de ne pas avoir un jour à croiser le regard de Laurent Gbagbo à la Haye.
Fier Ivoire


Le nouveau secrétariat général de Pascal Affi N'Guessan est nul et sans effet ...Parce que les recommandations de la médiation endossée par le comité central lui interdissent de procéder à un changement du Secrétariat général .
Encore une violation des textes du parti de la part d'une personne qui se dit président du parti ...
Frédéric Wilfried Adou

19:30 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

La JFPI de Navigué a tenu son AGE

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DE LA JFPI: UN NOUVEAU DÉPART POUR LA JEUNESSE DU PARTI

C'est le QG de campagne du président Laurent Gbagbo sis à Cocody Attoban qui reçoit ce samedi 28 février l'Assemblée Générale extraordinaire de la jeunesse du front populaire ivoirien (JFPI).  86 fédérations présentes sur 103 fédérations existantes.
Prévue pour 9 heures, c'est finalement aux environs de 12h gmt que la mise en place s'achève. Les dispositions de sécurité devant être respectées scrupuleusement.
Le premier responsable de la structure Konate Navigué officiel, dans ses propos luminaires a indiqué que cette AGE avait pour seul point à l'ordre du jour: la crise au sein du FPI.
Profitant de la cérémonie Konaté Navigué a réaffirmé l'objectif premier de sa structure qui inscrit la libération de Laurent Gbagbo en priorité.
La visite surprise du front populaire ivoirien, Pascal Affi N'Guessan à cette AGE, n'est pas passé inaperçue. Ovationné par le publique, Affi N'Guessan est revenu largement sur la crise au sein du FPI. Profitant de cette cérémonie le président du parti a présenté publiquement toute sa compassion à la jeunesse du FPI qui au plus fort de la crise post électorale a payé le lourd tribu des bombardements.
"Nous vous manifestons toute notre reconnaissance et notre compassion pour la violence dont vous avez été l'œuvre par ce régime en place parce que vous avez été au plan physique et moral de cette crise ivoirienne. Vous avez payé le prix en 2002, 2004 et 2011 le prix suprême c'est pourquoi nous vous réitérons notre admiration", a affirmé Pascal AFFI N'guessan.
Pour Affi, le FPI est à un carrefour important. La crise au sein du parti, le président du parti l'a imagé par une équipe de football qui perd un match où chacun s'accuse mutuellement du fait de la défaite. Pendant une heure, le président du FPI a entretenu largement son auditoire sur le sens de ses actions.
A cette AGE, la nouvelle équipe de la jeunesse du parti a été présenté à l'assemblée. Un bureau national composé de 84 membres.
Des motions sur
- La libération du président GBAGBO
- Le soutien aux responsables convoqués pour les assises
- Le respect des textes, statuts et règlements intérieurs de la jfpi.
- La sanction des camarades fédéraux de la jfpi. Suspension sans délai des fédéraux indisciplinés
- Le respect de la constitution, loi suprême de l'état de Côte d'Ivoire,
ont été lu pour sanctionner la fin de l'AGE.
Jean Chrésus

______________
Quand en compagnie de Kevin Domoraud j'ai rencontré Konaté Navigué au Maroc en 2013, il m'a confié qu'il comptait arrêter la politique...Moi le jeune qui venait voir un leader de jeunesse pour me remotiver, j'ai à deux reprises avalé ma salive et je suis rentré chez moi...
Je suis heureux qu'il ait trouvé les motivations pécuniaires assez pertinentes pour le convaincre de continuer...
Steve Beko


19:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le président Ouattara dénonce une "intoxication" sur la question des apatrides

25 février 2015  |  AFP
Conférence ministérielle régionale sur l`Apatridie en Afrique de l`Ouest
Mercredi 25 février 2015. Sofitel Hôtel Ivoire d`Abidjan.
Conférence de haut niveau sur l’apatridie en Afrique de l’Ouest en présence
du chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara.

ConférenceAbidjan-Le président Alassane Ouattara a dénoncé mercredi l’"intoxication" politique entourant le débat sur les apatrides en Côte d’Ivoire, un pays où la question de la nationalité, à l’origine de violences ces dernières décennies, reste un thème épineux.
"Nous avons lancé une grande campagne de sensibilisation et de remise d’actes de naissance aux personnes nées ou vivant sur le sol ivoirien", a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion d’une conférence régionale sur le sujet mercredi à Abidjan.
"Cela n’a pas été chose facile, compte tenu de l’intoxication qui a marqué ce débat dans notre pays", a-t-il souligné.

En octobre dernier, seuls 25.000 apatrides avaient entamé des démarches pour obtenir la nationalité ivoirienne. Aucun chiffre plus récent n’est disponible.

Les députés ivoiriens ont voté en août 2013 une loi facilitant l’acquisition de la nationalité pour certaines catégories d’individus, qui n’en ont aucune. La presse d’opposition a alors accusé le pouvoir de "brader" le passeport ivoirien et de se créer du "bétail électoral" en vue de la présidentielle de 2015.
"Quand on parle de droits fondamentaux, il faut éviter toute politisation. Permettre que les gens puissent avoir une vie normale, ce n’est pas une question qui doit être politisée", a estimé Antonio Guterres, le Haut commissaire des Nations Unies aux réfugiés, interrogé par l’AFP.

"C’est une situation qu’on ne souhaite à personne. C’est d’abord une frustration intérieure", a témoigné Boukari Balima, qui a été apatride pendant
près de trente ans en Côte d’Ivoire.

La question de la nationalité reste très polémique en Côte d’Ivoire, où l’"ivoirité" avait fait des ravages dans les années 1990-2000, empêchant notamment la candidature de M. Ouattara à l’élection de 1995 et causant des violences dans tout le pays.
Abidjan estime à 700.000 le nombre d’apatrides sur son territoire, un nombre important mais vraisemblablement sous-estimé du fait de la non-régularisation des enfants à l’état-civil sur plusieurs générations.

D’après l’UNICEF, 2,8 millions de mineurs ne sont pas déclarés, soit un quart des moins de 18 ans.
Les descendants de migrants arrivés en Côte d’Ivoire entre l’indépendance en 1960 - quand le droit du sol était appliqué, toute personne née sur le territoire ivoirien devenait de fait ivoirienne - et 1972 - quand le pays s’est converti au droit du sang, en vertu duquel naît ivoirien l’enfant d’un Ivoirien -, ont aussi perdu toute nationalité si leurs parents n’ont pas fait les démarches nécessaires.
abidjan.net

19:04 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

RDC/CPI Acquitté en appel

Colonel Mathieu Ngudjolo Chui, 45 ans, ancien commandant de la Force de résistance patriotique de l'Ituri, arrêté en février 2008 par les autorités congolaises et remis à la CPI, vient d'être acquitté en appel.

Il avait déjà été acquitté en 2012 pour insuffisance de preuves "au-delà de tout doute raisonnable". Il était poursuivi pour pas moins de neufs chefs d'accusation de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Andre Silver Konan, journaliste

18:22 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Laurent Gbagbo, le droit à la différence.

L’ancien ambassadeur Gildas Le Lidec s'entretient avec la journaliste italienne Nicoletta Fagiolio sur Laurent Gbagbo,

Vidéo ajoutée le 27 févr. 2015
Ancien ambassadeur de France en Côte d'Ivoire (2002-2005) dans un interview avec Nicoletta Fagiolo, Paris, Juillet 2014 pour le documentaire Laurent Gbagbo, le droit à la différence.

18:20 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Russie :Boris Nemtsov assassiné, à qui profite le crime ?

Article très important, à lire pour ne pas ne pas tomber dans la propagande médiatique à venir

Par Laurent Brayard

Boris Nemtsov était l’un des opposants les plus farouches au régime du Président Vladimir Poutine. Il est tombé cette nuit, assassiné dans les rues de Moscou non loin du Kremlin. L’assassin l’a abattu de quatre balles dans le torse et s’est enfuit sans avoir pu être appréhendé. Depuis quelques heures la presse occidentale et surtout la presse de Kiev s’acharne médiatiquement sur cet événement, les uns en appuyant sur l’opposition de ce personnage politique d’importance en Russie, les autres en indiquant qu’il a été assassiné par Poutine.

Mais à qui profite le crime ? Croire que le Président Poutine, dans l’état actuel de la très forte popularité où il se trouve, avec un soutien populaire inédit de l’ordre des 75 % de popularité, pourrait s’avancer à ordonner un acte aussi terrible est mal connaître et la Russie et les Russes. Les médias occidentaux citent la participation de Nemtsov au ministère de Boris Eltsine, un homme désormais détesté en Russie et considéré comme l’une des plaies de la période noire de l’après effondrement de l’Union soviétique. Si en Occident il fait référence, malgré son alcoolisme internationalement reconnu, en Russie, il est plutôt vu comme l’homme qui mena la Russie dans un état proche de l’anarchie, période où la mafia était toute puissante et la corruption galopante.

Ce serait insulter l’intelligence et l’habileté du chef de l’Etat de la Fédération de Russie, de penser qu’il aurait besoin d’un tueur pour supprimer un opposant politique qui ne représentait qu’une infime frange de la population russe et qui ne représentait plus guère que lui-même, même s’il devait prendre la tête d’une marche de protestation dans quelques jours. Rappelons que lors des dernières marches de ce genre, à Moscou, les médias occidentaux avaient repris des images des manifestations de 1991, où se trouvait plus d’un million de personnes dans les rues, pour faire croire à l’opposition massive qui aurait été celle des années 2012 et 2013. En réalité, ces marches ont rassemblé entre 5 à 30 000 personnes, dans une ville de plus de 15 millions d’habitants alors que la Manif Pour Tous était capable à Paris de rassembler plus d’un demi-million de Français (un million selon les sources).

A qui profitera donc de ce crime ?   

assassinat de Jaurès

Assurément en premier lieu à la Junte de Kiev. Elle lui permettra de lancer l’argument qu’il ne sera plus possibleL'assassinat de
        Jean Jaures aux Occidentaux de traiter avec le Président Poutine. L’assassinat pourrait bien avoir été commandité, de manière concertée ou non par un tueur isolé de l’extrême droite ukrainienne. De nombreux Ukrainiens vivent sur le territoire de Russie, l’opération était facile à mener. Plus que pour le gouvernement de Porochenko, les partis néo-nazis Svoboda et Pravy Sektor se frotteront les mains. Ils menaçaient hier sa famille le forçant à l’éloigner en Allemagne, ils voulaient la continuation de la guerre contre les insurgés du Donbass, ils sont encore plus intéressés à cette mort. Ce crime rappelle pour beaucoup, la tentative qui fut faite de créditer les Russes ou les insurgés de la Novorossia (avec du matériel russe) de la destruction de l’avion malaisien. Il rappelle également le double crime de l’héritier du trône des Habsbourg à Sarajevo en 1914 et quelques jours avant la guerre du célèbre journaliste Jean Jaurès. Car la mort de Boris Nemtsov pourrait avoir des conséquences au moins aussi graves que celles de ces deux personnages historiques qui déclenchèrent mécaniquement la Première Guerre mondiale. Il est évident que le gouvernement de Porochenko et les extrémistes nationalistes néo-nazis ukrainiens seront de grands bénéficiaires de ce meurtre.
L'article en entier à lire sur novorossia.vision

18:15 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Débarquée de la tête de l’Ena: Evelyne Yapo absente à sa passation de charges

L’École nationale d’administration (Ena) a une nouvelle directrice.
Elle se nomme Traoré Salamata.


24 fevrier 2015  |  Nord-Sud
© Ministères par DR
Conférence de presse de Mme Yapo Evelyne, DG de l`ENA
La Directrice Générale de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), Yapo Evelyne (photo) était face à la presse ce vendredi 26 décembre 2014 pour éclairer l’opinion sur ce qu’on pourrait appeler tentative de fraude au concours d’entrée à l’ENA.

ConférenceL’ancienne directrice générale de l’Ecole nationale d’administration (Ena) s’en va. Evelyne Yapo a été remplacée par Traoré Salamata, ex- directrice de l’Ecole de gestion administrative et de la diplomatie (Egad). Hier, la cérémonie de passation des charges a eu lieu à l’Ena, devant Traoré Flavien, inspecteur général de la Fonction publique, Yao Etienne, directeur des ressources humaines dans le même ministère, et Aka Koffi, directeur de la Fonction publique. La grande absente était la directrice générale sortante de l’Ena, Evelyne Yapo. Les raisons ? On l’ignore encore. Après en avoir pris acte, Traoré Flavien a remis à la nouvelle dirigeante de ce prestigieux établissement son arrêté de nomination. Selon l’inspecteur général, c’est sur autorisation du président de la République et attestation du Premier ministre que le ministre de la Fonction publique, Cissé Bacongo Ibrahim, a pris cette décision. Il s’agit d’une décision provisoire, au dire de Traoré Flavien, et elle doit être confirmée par la suite. C’est pour cela que Traoré Salamata n’assure que le rôle de directrice générale intérimaire. La nouvelle patronne de l’Ena a remercié le président de la République et le ministre Cissé Bacongo pour la confiance qu’ils ont placée en elle. « Je prends l’engagement solennel que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas vous décevoir », a-t-elle promis. Profitant de l’occasion, Traoré Flavien a procédé à une autre passation des charges. Celle-là concernait l’Egad. Mme Oulaï, née Kouakou Corine, remplace Traoré Salamata à la tête de l’établissement. Traoré Flavien a expliqué que ces changements entrent dans le cadre d’une réforme. En outre, l’inspecteur général a salué le travail effectué par l’ancienne dirigeante de l’Ena.

Raphaël Tanoh
sur abidjan.net
_____________________

repris dans un courrier de lecteurs, ces explications ci-dessous peuvent éclairer les tenants et aboutissants de ce licenciement très peu cavalier: prévenue par SMS à 13h11 de son licenciement, déjà annoncé par la presse mais non notifié à l'intéressée, cette dernière est conviée dans le même SMS  à la passation de charge qui se tient le jour même, à 14heures.

Shlomit


A L’ATTENTION DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE LES ENJEUX DU DÉBARQUEMENT DE MME YAPO.

AFFAIRE ENA : FRAUDE OU COMPLOT POUR DÉGOMMER LA DIRECTRICE ?

Pour rendre nos propos clairs, nous ferons un bref historique de l’ENA, ensuite le contexte de la nomination de la directrice actuelle pour finir sur la crise qui l’oppose actuellement à sa tutelle.

I – HISTORIQUE DE L’ENA

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, pour reconstituer l’administration française effondrée, Michel Debré conseille le Général de Gaulle qui crée en octobre 1945 l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) (1). Les objectifs assignés à cette école dès sa création était le recrutement des meilleurs, disons les excellents étudiants français pour repositionner la France sur la scène internationale. Le succès de ce modèle (3 présidents français dont Hollande, 7 Premiers Ministres et l’essentiel des hommes d’affaires et politiques français actuels y sont passés) amène les pays africains de succession française à l’adopter après leur indépendance. C’est dans ce contexte que le Président Feu Félix Houphouët Boigny crée l’ENA ivoirienne en 1960 (2) pour bâtir une administration performante capable d’affronter les défis postcoloniaux.

II – LA NOMINATION DE LA DIRECTRICE ACTUELLE Mme YAPO née ZOUA SERELE EVELYNE

Les concours d’entrée à l’ENA n’ont jamais suscité des polémiques jusqu’en 2003. De cette date jusqu’à l’avènement de la direction actuelle, les rumeurs et des articles de presse ont mis cette école sous les rampes de l’actualité nationale. En effet, il était reproché aux responsables de cette école qui organisaient les concours d’entrée de favoriser la corruption, la vente des places mises au concours (offices de vénalité) et le clientélisme au mépris du mérite des candidats. Cette campagne de dénonciation sera même relayée par les opposants au régime GBAGBO (3), ce qui mettra gravement en cause l’image d’école d’élites de l’ENA. Faisant sien l’adage selon lequel « il n’y a jamais de fumée sans feu », le Président Laurent GBAGBO décide de sévir après qu’il eut participé à une cérémonie de sortie de la promotion de 2010 qui était baptisée en son nom. Le 9 juin 2010, le Président GBAGBO chassera toute l’ancienne équipe pour en désigner une nouvelle dirigée par Mme Yapo. Il est à préciser que Mme Yapo, administrateur des services financiers, gérait avant cette nomination l’une des deux écoles de l’ENA, l’Ecole de Gestion Economique et Financière (EGEF) qui forme les cadres des impôts, trésor, douane etc. A ce poste, elle avait déjà fait ses preuves en matière de rigueur, d’abnégation au travail. Sa promotion était reconnue par l’ensemble des personnels et anciens élèves comme une récompense de son mérite. A ce poste, le premier concours qu’elle a organisé en 2010 a été salué par tous, parce que fait dans la transparence et l’équité. Certains admis issus des familles pauvres l’ont félicité bruyamment dans l’enceinte de l’école le jour de la proclamation des résultats définitifs. L’ENA venait de retrouver ses marques.

III – FRAUDE AU CONCOURS DE 2014-2015 OU COMPLOT CONTRE LA DIRECTRICE?

Rappelons brièvement que les concours d’entrée à l’ENA ont été suspendus depuis 2011 et que le concours 2014-2015 est le premier qui sera organisé sous le régime du Président ALASSANE OUATTARA. Après un premier concours lancé en 2013 sans suite par le Ministre Niamien Konan (4), la Directrice actuelle animera une conférence de presse le 22 juillet 2014 (5) pour annoncer l’ouverture officielle du concours au titre de l’année 2014-2015. Après que les candidats eurent s’inscrit en ligne, les inscriptions physiques démarreront le 11 Août dans l’enceinte de l’école. Tout s’est bien passé dans l’organisation du concours, c’est-à-dire de l’inscription jusqu’à la composition lorsque tombe le communiqué du Ministre de la Fonction publique le 24 décembre 2014 qui suspend les résultats et fait cas des fraudes au Cycle Moyen Supérieur (CMS) professionnel. Pour rendre nos propos intelligibles, nous évoquerons ce communiqué avant de le confronter aux faits tangibles qui le discréditent.

A – Le communiqué du Ministère

Voici l’essentiel du communiqué du 24 décembre 2014 :

« La proclamation, par l’ENA, le 23 décembre 2014, des résultats d’admissibilité aux concours professionnels a fait apparaître des cas de fraudes. En effet, de sources bien introduites au Cabinet du Ministère, 23 personnes ont été déclarées admissibles à ces concours sans avoir composé. « Faut-il rappeler que, conformément aux dispositions du décret n° 97-25 du 15 janvier 1997, l’organisation et le déroulement de ces concours ont été exclusivement pilotés par la Direction de l’Ecole ». Aussi, face aux cas de fraudes constatés, le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative a-t-il décidé de la suspension immédiate du processus de proclamation des résultats. Par la même occasion, le Ministère a diligenté une enquête conduite par l’Inspection Générale, afin d’élucider cette situation et de situer les responsabilités ».

B – Notre commentaire

Le ministère n’a pas dit la vérité aux ivoiriens à travers ce communiqué et cela se sait pas ce qui suit :

1 – De l’envahissante implication et ingérence du Ministère dans l’organisation du concours d’ENA 2014-2015 qui entament la souveraineté et l’indépendance du Jury.
Selon le communiqué du Ministère, l’organisation du concours a été « exclusivement » pilotée par la Direction de l’ENA, ce qui n’est pas vrai au regard des données suivantes. D’abord, pour ce concours de l’ENA de cette année, le Ministère de la Fonction publique a créé une Commission de Coordination composée de trois (3) conseillers techniques du Ministre et de son Directeur de Cabinet Adjoint, président. Ainsi, les concours du Cycle Supérieur (CS) sont supervisés par le Conseiller Technique Doumbia Moussa, ceux du Cycle Moyen Supérieur par M. Yao Kouakou Jean et enfin ceux du Cycle Moyen (CM) par Mlle Oulai Corine. Ces trois conseillers qui travaillent sous la direction du Directeur de Cabinet Adjoint du Ministre participent même aux choix des sujets, à leur distribution aux candidats, à la correction des copies et enfin aux délibérations du Jury. Par exemple, lors de la délibération du concours de Cycle Moyen Supérieur, pour un candidat dont les membres du Jury ne s’entendaient pas sur sa note du fait du grand écart entre la note attribuée par le premier correcteur et celui du second, la copie a été finalement donnée au représentant du Ministre, M. Yao Kouadio Jean, professeur de Lettres à l’Université qui l’a recorrigée et attribué une note de 08/20. Dans cette même veine, lors de la délibération du concours du Cycle Supérieur professionnel, vu le niveau très bas des candidats, une discussion s’est engagée entre les membres du Jury pour décider de la barre de moyenne à atteindre pour qu’un candidat soit déclaré admissible, le Directeur de cabinet Adjoint du Ministre, le Professeur Assi Joseph avait alors proposé 7.10/20. Proposition que les membres du Jury vont rejeter pour ne retenir que 08.50/20. Ensuite, l’opérateur technique, la SONEC (société de numérisation des examens et concours) qui gère l’informatisation et la sécurisation du processus de délibération du concours a été imposée par le Ministère à la Direction de l’ENA. C’est cette société SONEC qui gère l’ensemble des concours organisés actuellement par le Ministère de la Fonction Publique et même l’INFAS. Comme on le voit, le Ministère est bien impliqué dans le concours et même de façon envahissante. Car ses représentants vont même au-delà des prérogatives reconnues au ministère et entament la souveraineté du Jury (6).

2 – De l’absence de fraudes au concours du cycle moyen supérieur professionnel.

Cette année, des innovations ont été apportées pour plus de transparence dans l’organisation de ce concours. Comme déjà indiqué, c’est le ministère qui a conseillé la SONEC, une société informatique, à la Direction de l’ENA pour sécuriser les copies du concours et éviter les « opérations hibou » qui sont fréquentes dans l’organisation des examens et concours. Cette société SONEC en accord avec la Direction de l’ENA ont mis en place un protocole pour éviter la fraude et faciliter la correction et les délibérations. Dans ce protocole, il était prévu de scanner obligatoirement les copies de tous les candidats (présents, non présents, expulsés) avant de faire la moyenne de chaque candidat. Le 22 décembre 2014, les membres du Jury du Cycle Supérieur Professionnel ont respecté ce protocole lors de leurs délibérations, et tout s’est normalement passé. A la fin des délibérations où siégeaient les représentants du Ministre (M. Doumbia Moussa et le Prof Assi Joseph, Dicab adjoint), 23 candidats ont été déclarés admissibles sur la base de 08.50/20 préconisée par le Jury et non 07.10/20 proposée par le Dircab adjoint. Il faut rappeler à toutes fins utiles que le rejet de la proposition du dircab de prendre la moyenne de 07.10/20 la veille l’a mis en colère et n’a pas jugé bon de participer aux délibérations du concours de cycle moyen supérieur professionnel. Seul le conseiller technique chargé des concours du cycle moyen supérieur y a participé.
Le jour suivant, c’est-à-dire le 23 décembre 2014, commence les délibérations du concours du cycle moyen supérieur professionnel. Mais le Jury ne respecte pas le protocole établit. Ils ne scannent pas toutes les copies y compris pour les non présents et les expulsés pendant le concours pourtant leur note administrative (concours professionnel oblige) avait déjà été introduite dans le système (ordinateur). Conséquence, l’ordinateur tient compte seulement des notes administratives des candidats absents et expulsés, ce qui les placera comme meilleurs candidats au classement. Après l’affichage des résultats, les candidats recalés voient les noms de leurs collègues qui n’ont pas composé et interpellent l’administration. La directrice rappelle les membres du Jury qui se rendent compte de leur erreur et s’organisent pour délibérer de nouveau comme l’autorise le droit positif ivoirien. Car le protocole n’a pas été respecté. Les membres du Jury se retrouvent le 24 décembre pour délibérer de nouveau et c’est lors de cette séance que le Ministre enjoint le Jury par l’intermédiaire de son représentant de tout arrêter. Par la même occasion, il est demandé aux membres du Jury de rester sur place pour attendre l’arrivée de l’Inspecteur Traoré Flavien et sa délégation. Ce dernier arrive dans la salle de délibération, écoute les explications du Président du Jury et le technicien de l’opérateur technique qui expliqueront leur erreur. Quelques moments, après que M. Traoré Flavien eut reçu un appel du Ministre, il ordonne l’annulation des résultats du concours. Entre temps, le communiqué annonçant 23 cas de fraudes est déjà balancé à AIP et Abidjan.net. La commission d’enquête mise en place et dirigé par M. Traoré Flavien a conclu aux dysfonctionnements et insuffisances (7), donc pas de fraudes. En réalité, c’est le Ministère qui a empêché le travail du Jury pour créer un buz médiatique pour des objectifs mentionnés dans la conclusion de mon commentaire.

3 – De l’annulation abusive et vindicative des résultats du concours

S’il n’y a pas eu de fraude comme l’attestent les résultats de l’enquête et les faits ci-dessous exposés, pourquoi donc frustrés les candidats de leur réussite provisoire. Il faut rappeler que le Ministère voudrait insérer leurs protégés parmi les admis. Leurs manœuvres n’ayant pas eu de résultats escomptés auprès de la Directrice, ils voudraient procéder autrement. C’est alors que le directeur du cabinet adjoint du Ministre, Mr Assi Joseph avait intimidé l’ordre aux membres du Jury de prendre 07.10/20 de moyenne d’admissibilité. Ce que ceux-ci refuseront considérant cela comme médiocre pour un concours réservé aux plus intelligents. Ce sont ses différents échecs qui ont amené le ministre et son staff à annuler le concours pour faire bénéficier de nouveau la chance à leurs protégés. Sinon, pourquoi annuler les résultats du Cycle Supérieur professionnel alors que tout s’y est bien passé ? Le Jury étant distinct pour le concours du cycle supérieur et celui du cycle moyen supérieur, pourquoi exécuter la volonté de ce dernier pour annuler le travail du premier ? C’est comme demander l’annulation de l’examen du Bac parce qu’il a eu fraude au concours de BEPC ou CEPE ? Encore que dans ce cas d’espèce, les enquêtes ont prouvé qu’aucune fraude ni intention de fraude n’a entaché les délibérations (lire le point 7). Par ailleurs, les concours étant organisés par les hommes, les erreurs inhérentes à l’espèce humaine peuvent toujours survenir lors de ces opérations. Mais il faut pouvoir toujours en rattraper lorsque cela est découvert. Cela a été le cas du concours de l’ENA France 2014 où les copies de 686 candidats ont été volées dans les mains d’un correcteur. Ce qui n’a pas conduit à l’annulation du concours mais la reprise de la composition par des candidats victimes du vol de leurs copies dans la discipline concernée (8 et 9).

4 – De l’intimidation et du trafic d’influence du Ministère sur la directrice de l’ENA.

Après que le communiqué du ministre annonçant les 23 cas fraudes eut été publié, la Directrice de l’ENA sera convoquée le 26 septembre au bureau du Ministre. En présence du Ministre, de Touré Mamadou, chargée de la jeunesse à la Présidence, le Dicab adjoint, le Prof Assi Joseph, ce dernier ordonnera à la Directrice de l’ENA d’organiser une conférence de presse pour expliquer la fraude aux journalistes. Elle le fera le même jour où elle expliquera qu’il ne s’agit pas de fraudes mais d’une erreur humaine, ce que confirmera par la suite l’enquête de l’Inspection. Mais bien avant toutes ces péripéties, le Ministère avait exigé avant que la liste des admissibles et admis leur soient transmis avant affichage, ce que la DG de l’ENA a refusé arguant que cela est contraire à l’esprit de ce concours. Mieux, elle expliquera que le Jury est souverain et que c’est après proclamation définitive des résultats et leur affichage que la liste des admis est transmise au Ministre pour nomination des admis. Or, l’organisation exemplaire de tout concours exige le respect de l’autorité et de la décision du Jury. C’est cette divergence de conception de l’organisation entre le Ministre et la Directrice qui bloque ce concours actuellement. Comme ce qui s’est passé en son temps entre le directeur de l’ENS, le Prof Valy Sidibé et son ministre de tutelle qui était en ce moment M. Cissé Bacongo dont la clé était le contrôle du concours. (lire le point 6).

5 – De la collusion et de la coalition du Ministère et du Secrétaire Général de l’ENA pour dégommer la Directrice qui refuse d’entrer dans leur ‘’jeu’’.

Le SG de l’ENA est Monsieur Oulai Deazi. En 2011, il a été trempé dans l’achat des places au concours de l’Ecole Nationale Supérieure (ENS) (10). En effet, il avait promis à un chercheur d’emploi d’utiliser les canaux de ses relations pour le faire rentrer dans cette école contre une somme de 700.000F. Mais la promesse n’a pas été respecté, le jeune se retourne vers ce monsieur pour réclamer son argent. Face au dilatoire de M. Oulai, le candidat malheureux saisit la police pour abus de confiance. Les policiers débarquent à l’ENA pour l’arrêter (M. Oulai) . Pour éviter cette humiliation devant les élèves et le personnel, il promet de payer intégralement cette somme. Ce qu’il fera peu après. Depuis cette histoire, la confiance entre lui et la Directrice de l’ENA s’est détériorée. C’est dans cette atmosphère délétère que le concours de l’ENA 2014-2015 fut lancé. Dans le décret n° 97-25 du 15 janvier 1997 qui confie l’organisation du concours de l’ENA à la Direction de cette école, le SG joue un rôle central en ce que le concours s’organise sous sa supervision (article 13) (11). Mais pour ces antécédents expliqués ci-dessus, la Directrice lui confie seulement le processus d’inscription et la validation des candidatures et l’écarte donc de l’organisation proprement dite du concours. L’objectif de la Directrice étant ici de sauvegarder la transparence et l’équité dans ce concours. C’est ce que Monsieur Oulai semble n’avoir pas accepté en portant des accusations graves sur la Directrice lors de l’enquête de l’inspection de la Fonction publique sur affaire de la prétendue fraude à l’ENA mais aussi bien avant cela, en menant indirectement une campagne de dénigrement de la directrice dans le journal ‘’AUJOURD’HUI’’ du 12/01/2015 P.2-3. Et ce sont les témoignages de l’audition de ce Monsieur qui ont été pris au comptant par l’Inspection dans son rapport sans mener une véritable enquête sur le terrain. L’enjeu ici est clair : Monsieur Oulai veut prendre la place de la Directrice ou la voir partir pour s’adonner à ce qu’il connait bien qui est la vente de places au concours. Et il s’appuie sur le Ministère qui semble lui prêter une oreille attentive pour les besoins que j’ai déjà exprimés et bénéficier de sa ‘’technologie’’ : faire rentrer leurs protégés dans cette école sans égard à leur mérite. En conclusion, SG de l’ENA + Ministère « contre » La Directrice (une femme d’une moralité impeccable, il ne s’agit pas d’un parti-pris et cela peut se vérifier auprès des fonctionnaires ivoiriens qui ont fait EGEF). Ce que la nomination de Dame Traoré vient de confirmer (nous ne mettons pas en cause la compétence de Mme Traoré mais les conditions dans lesquelles sa nomination intervient sont vraiment suspectes et scabreuses). Mieux, quand on sait que Mme Traoré qui vient d'être nommée la nouvelle directrice de l'ENA était secrétaire du jury du cycle moyen supérieur professionnel dont l'erreur est à la base de cette fausse affaire de fraude ou tricherie à l'ENA, on comprend bien tous les contours de ce puzzle (ils ont saboté leur travail de jury pour jeter la faute à la directrice). Et curieusement, c’est Madame Yapo seule qui est remplacée et le Secrétaire général, cet homme à la moralité douteuse est resté à son poste et Mme Traoré promue. Et lorsqu’on sait que nous sommes sous la Présidence de M. Alassane Ouattara, l’homme du FMI, supposé tatillon dans le travail, boxeur qui aimerait la transparence, la rigueur, le mérite, la bonne gouvernance, on laisse forcément patois devant ce spectacle honteux.

Conclusion

Comme on le voit, il s’agit d’une volonté de récupération du concours par l’éjection de la directrice actuelle et la nomination d’une nouvelle direction plus malléable et attentionnée aux desideratas du Ministère (12). L’alibi de fraude est un montage grotesque pour nuire à la réputation de Mme Yapo pour l’éjecter, d’où son absence à la passation de charge. Maintenant que les objectifs sont atteints, c’est-à-dire faire de l’ENA une école des courtisans et des militants, au suivant les candidats admis avant même de composer ! A bas l’émergence !

Notes références (cliquez dessus pour lire) :
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/École_nationale_d%27administration_(France) (article sur ENA France)
(2) http://loidici.com/Statutfonctionpublique/statutsfonction60271.php (loi instituant l’ENA ivoirienne)
(3) Certaines affiches de campagne de l’opposition aux élections présidentielles de 2010 dénonçaient la corruption qui minait le concours de l’ENA.
(4) http://www.gouv.ci/actualite_1.php?recordID=3764 (ouverture du concours de l’ENA sous le Ministre Niamien Konan)
(5) http://news.abidjan.net/h/504372.html (conférence de presse de la directrice annonçant l’ouverture du concours de l’ENA 2014-2015)
(6) http://africanewsquick.info/2015/01/23/fraudes-au-concours-de-lena-les-dessous-dune-operation-mal-montee-lelephant-dechaine-a-repris-les-deliberations/ (article d’investigation du bihebdomadaire ELEPHANT DECHAINE sur les dessous de l’agissement du Ministre Bacongo et ses hommes)
(7) http://news.educarriere.ci/news-12130-fraudes-au-concours-de-l-ena-la-mission-d-inspection-confirme-l-annulation-des-resultats.html (Rapport d’enquêtes de l’Inspection générale de la Fonction Publique sur les présumées fraudes au concours de l’ENA)
(8) http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/10/02/vol-de-copies-a-l-ena-686-candidats-vont-devoir-repasser-une-epreuve_4499399_3224.html (vol des copies au concours de l’ENA en France)
(9) http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2014/10/02/concours-de-l-ena-des-candidats-vont-repasser-une-epreuve-grenoble-apres-un-vol-de-copies-563546.html (Reprise du concours de l’ENA France)
(10) http://africanewsquick.info/2015/01/26/fraudes-aux-concours-administratifs-le-s-g-de-lena-champion-de-lachat-de-places/ (Le vrai visage du Secrétaire général de l’ENA côte d’ivoire)
(11) http://loidici.com/Statutfonctionpublique/statutsfonction9125.php (Décret portant fonctionnement, attributions de l’ENA côte d’ivoire)
(12) http://nouveaucourrier.net/affaire-fraude-a-lena-les-preuves-de-la-forfaiture-de-bacongo/ (Réaction d’un intellectuel ivoirien sur les agissements de BACONGO)
(13) http://africanewsquick.info/2014/10/23/cote-divoire-concours-fonction-publique-on-sen-prend-a-la-poche-des-chomeurs-mais-quest-ce-qui-arrive-a-ouattara/ (Prélèvement des frais illégaux sur les candidats au concours d’entrée dans la Fonction publique ivoirienne).
(14) http://loidici.com/Statutfonctionpublique/statutsfonction93714.php (décret portant conditions d’accès, régime de scolarité et nomination des membres du jury au concours de l’ENA).

18:10 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Sanctions levées...

UN
            Spokesperson Stéphane DujarricNous apprenons ce soir que l'ONU a levé les sanctions contre Pascal Affi N'Guessan, et nous nous en réjouissons comme nous nous sommes réjouis de la levée par l'Union Européenne des sanctions contre Marcel Gossio.

Nous nous en réjouissons d’autant plus que cette nouvelle situation permettra à Pascal Affi Nguessan de savoir quelles sont les dispositions du président Gbagbo par rapport à la crise au FPI.

Pascal Affi N'Guessan a souvent dit que la première chose qu'il ferait en cas de levée de ces sanctions sera une visite au président Gbagbo à la Haye.

Nous attendons donc que cette visite ait lieu rapidement pour que le FPI, le parti sur lequel reposent les espoirs des ivoiriens épris de liberté, sorte de la crise.

Enfin, nous proposons que cette éventuelle visite se fasse en délégation avec la direction de campagne du candidat Gbagbo.

Alexis Gnagno

18:05 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

«L’Hôtel des Parlementaires devient HP Resort : un repositionnement stratégique »

Le changement du nom « n’a rien de politique », non, HP -déja célèbre à cause de Résultat de recherche d'images pour
                "HP hewlett packard"Hewlett-Packard- c'est tellement plus poétique ! Dans le site de Sodetour-lacs, cette société se présente toujours comme une société étatique, mais quand on lit le discours, on voit bien que quelque chose a été cédé et que l'atmosphère se veut marocaine, là nous retrouvons les investisseurs Mohamed 5 et compagnie, et dans la version convalescence post médicale, nous retrouvons évidemment dame Dominique et ses amis de la version CMU de luxe (non encore proposée aux Ivoiriens)qui "offrent" maintenant le tourisme médical...
Shlomit


Masters_2012_restau (49)Le changement du nom de « l’hôtel des Parlementaires » de Yamoussoukro (Centre ivoirien), construit sous l’ex-président Laurent Gbagbo, désormais « HP Resort, n’a rien de politique », a assuré vendredi, le directeur général de la société en charge de la gestion, Malékah Mourad-Condé [photo], précisant qu’il s’agit d’un « repositionnement ».

« Le repositionnement que nous effectuons n’a rien de politique, c’est au contraire une stratégie marketing mise en place pour rentabiliser cet hôtel qui a du potentiel », a déclaré le directeur général de la Société de développement touristique de la région des Lacs (SODERTOUR LACS), Malékah Mourad-Condé, face à la presse.

L’Hôtel HP Resort dont le taux d’occupation est passé de 2% en 2010 à « 25% aujourd’hui » veut rattraper le « positionnement raté » de l’établissement, « car la cible est restée la même », après une confusion née de l’ancienne appellation.

« L’ancienne appellation (hôtel des Parlementaires) a semé la confusion dans l’esprit des clients qui continuent de croire que cet hôtel est exclusivement réservé aux députés », a justifié Mme Mourad-Condé

« Pour lever cette équivoque », la direction générale de la Sodertour a décidé de lancer une campagne de repositionnement, pour donner « une nouvelle vision » à cet hôtel, a-t-elle fait savoir.

A l’origine « maison des députés » pour leur servir de résidence lors des sessions parlementaires dans la capitale politique ivoirienne, cet établissement de 300 chambres dont 11 suites a été mué en hôtel en 2008.

Par Edwige Fiendé
Alerte info sur connectionivoirienne

____________________


Malekah MOURAD-CONDE
Mesdames et Messieurs les Directeurs Centraux de la SODERTOUR LACS
Mesdames et Messieurs les Journalistes
Chers collaborateurs
Je voudrais avant tout propos remercier Mesdames et Messieurs les Journalistes qui ont toujours répondu présents à toutes nos invitations et ont su relayer l’information que nous voulions partager avec le grand public. Aujourd’hui encore, ils se sont mobilisés pour être les témoins privilégiés et surtout les canaux pour la diffusion d’un message que nous voulons porter à la connaissance de nos clients et potentiels clients. Mesdames et Messieurs, il s’agit du repositionnement de l’Hôtel des parlementaires. Désormais, l’Hôtel des Parlementaires change de nom et devient HP Resort.
Mesdames et Messieurs, c’est la principale information que nous voulions partager avec vous ce matin. Mais la symphonie serait inachevée si nous nous arrêtions là sans donner les raisons profondes qui ont motivé le repositionnement de l’Hôtel des Parlementaires en HP Resort.


1. L’histoire de cet hôtel
A l’origine «Maison des Députés», cet édifice devrait servir de résidence aux députés lors des sessions parlementaires. Par la suite, le Gouvernement a décidé, à la création de la SODERTOUR LACS par décret en Avril 2008, de le muer en Hôtel en cédant la gestion à notre société. C’est en ce moment-là que le positionnement a été raté, car la cible est toujours restée la même. Avec la Maison des Députés muée en Hôtel des Parlementaires, la confusion a été semée dans l’esprit des potentiels clients qui continuent de croire jusqu’à présent que cet hôtel est exclusivement réservé aux Députés ou encore aux Parlementaires.
Pour lever donc cette équivoque, la Direction générale de la SODERTOUR- LACS qui a en charge la gestion de cet hôtel a décidé de lancer une campagne de repositionnement. C’est un pari osé et audacieux certes, mais nous voulons créer une nouvelle vision pour cet hôtel avec un concept différent et une nouvelle identité visuelle.

2. Le repositionnement

Le repositionnement que nous effectuons n’a rien de politique. C’est au contraire une stratégie marketing mise en place pour rentabiliser cet hôtel qui a du potentiel.
Partant du constat que l’ancienne appellation sème une confusion totale dans les esprits des clients, nous avons convenu qu’au plan marketing et commercial, nous choisissions un nom qui soit «vendable». Sachez que le Resort est un terme anglais utilisé pour désigner le plus souvent dans leur raison sociale les stations de tourisme, c’est-à-dire généralement les complexes de loisirs ou des lieux fréquentés pour le repos et les loisirs.
Un hôtel de standing aux services multiples prend également le terme de Resort comme extension à son nom à partir du moment où l’hébergement est couplé au loisir ; chose qui cadre parfaitement avec notre cas puisque «H et P» ne sont que les initiales de l’Hôtel des Parlementaires et l’hôtel propose à sa clientèle des activités de loisirs en plus de l’hébergement. Il s’agit des espaces de détente tels que la piscine, une salle de sport, du golf, d’espace de jeux pour enfants. Mais dans le cadre du repositionnement, c’est la création d’un concept spa-hamman pour des escapades bien être. Ce sera l’invite à la pause énergie pour se ressourcer. A cet effet, nous allons nous associer aux meilleurs du Maroc en termes de spa et hamman à travers des produits sources pour les meilleurs soins, la remise en forme et le bien être.
Nous avons aussi en projet la construction d’un terrain de football grandeur nature pour proposer le service mise au vert des équipes ainsi que la création de l’activité randonnée équestre.
Pour nos clients qui évoluent sur le segment séminaires et affaires, nous voulons faire de la difficulté d’accès à notre hôtel un atout par l’ACA (Assiduité, Concentration, Acquisition). Vu l’implantation de l’hôtel sur un site retiré, calme et plaisant à proximité du centre-ville, il favorisera lors des congrès, séminaires, conventions et autres formations la présence effective de tous les participants et les chances d’assimilation du contenu de la formation à travers l’ACA.
HP Resort se veut également un centre de repos pour le tourisme de convalescence et post opératoire à des tarifs intéressants. HP Resort se veut aussi être un centre d’accueil pour le tourisme médical avec l’hôpital Moscati. Le tourisme de troisième âge ne sera pas en reste. En somme des activités de Cure-Repos-Loisirs (CRL) afin de contribuer au bien-être de sa clientèle.

Mesdames et messieurs les journalistes, c’est là que se trouve tout le sens de notre stratégie de repositionnement de l’Hôtel. Au-delà donc de l’hébergement classique que nous proposons habituellement à notre clientèle, nous allons innover par l’intégration progressive au sein de notre complexe hôtelier de nouveaux types de services. Au-delà de l’incitation réelle à la pratique du tourisme dans toutes ses composantes (affaires, congrès, loisir, médical, bien être, sportif, agrément…) dans cet hôtel, il s’agit pour nous de faire vivre désormais à la clientèle du HP Resort une expérience touristique mémorable.
Mais tout cela ne peut satisfaire pleinement le client sans une touche réellement professionnelle pour une reconnaissance nationale. Mettre le client au cœur de notre métier en lui offrant un service de qualité à chaque instant tout au long de son séjour.


2. Les actions correctives
Pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés dans la stratégie de repositionnement, il a d’abord fallu travailler sur les prérequis ; à savoir la formation du personnel et la correction de certaines malfaçons de l’infrastructure.
A cet effet, le service commercial a été renforcé et formé afin d’aider nos convives à concevoir un projet sur mesure alliant travail/loisirs et détente. Mieux, les standards ont été retouchés avec les uniformes, la restauration et les produits d’accueil. Cependant, nous continuons de travailler à l’amélioration du service qui sera au cœur de l’expérience touristique que nos clients vont vivre.
Mesdames et Messieurs,
Voici les raisons qui ont emmené la Direction Générale de la SODERTOUR LACS à changer la dénomination de cet hôtel qui s’appelle désormais HP Resort. Avec des objectifs clairs :
Répondre aux exigences de notre stratégie marketing,
Faire de Yamoussoukro une destination touristique avec des produits différents,
Nous réinventer chaque jour et investir dans le tourisme de demain, celui auquel nos clients rêvent déjà …
Je vous remercie de votre aimable attention
Vive HP Resort pour que se développe de façon durable le Tourisme à Yamoussoukro !!!

2015-01 repris sur le site de la sodatour-lacs



18:04 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Comparution de Simone Gbagbo

 La tradition orale a encore triomphé !

simone Gbagbo
          au procèsMadame Gbagbo a comparu hier, au cours du procès en Cour d’Assises, devant des avocats de l’Etat et de la partie civile, visiblement très mal inspirés…

Des avocats de l’Etat et de la partie civile à court d’arguments

La dernière à être auditionnée dans le cadre du procès en Assises contre les partisans de Laurent Gbagbo, l’ex-première Dame, a fait son entrée dans la salle d’audience du palais de justice d’Abidjan-Plateau à 11heures 06 minutes, soit avec deux heures de retard. À l’entame du procès, les avocats de la défense ont soulevé une exception relative à l’immunité de la cliente qui était députée au moment des faits. Après de longs débats entre le parquet général épaulé par la partie civile, le président de la Cour s’est déclaré incompétent pour se prononcer sur cette exception. L’interrogatoire de l’accusée a donc débuté. Les premiers à intervenir à l’entame, les avocats de l’Etat (et de la partie civile), ont été mal inspirés au point où l’ex-première Dame demande à Me Soungalo (avocat du RDR) de revoir ses cours de Droit. Cette réaction virulente de Simone Gbagbo fait en effet suite à une déclaration de l’avocat disant que la certification des élections présidentielles par le représentant des Nations Unies en Côte d’Ivoire s’imposait aux institutions nationales. Le débat de qui aurait gagné les élections présidentielles de 2010 a ressurgi dans ce procès, par la volonté de l’accusation visiblement démuni et n’ayant pas assez d’éléments matériels probants, pour situer la responsabilité de Simone Gbagbo relative aux nombreux chefs d’accusation qui lui sont imputés. Des articles de presse pris dans le journal «Le Patriote», le porte-voix officiel du RDR, des PV de comptes rendus de réunions tenues à la résidence de l’ex-couple présidentiel d’alors (PV non produits pendant le procès, des déclarations d’Officiers de Police judiciaire, voici les éléments brandis par l’accusation pour établir la culpabilité de l’ex-première Dame dans les faits qui lui sont reprochés. Bien maigre artillerie! Intervenant à son tour pour interroger l’accusée, l’avocat général ne s’est pas à son tour, montré incisif dans l’établissement de la responsabilité de l’accusée. La seule satisfaction est venue de la production d’une pièce à conviction (enfin!). Un élément audiovisuel d’une durée de 12 minutes relatif au meeting tenu par Simone Gbagbo au palais de la culture de Treichville, en décembre 2010. Les questions posées par l’avocat général à la fin de la diffusion de cet élément, n’ont nullement ébranlé Simone Gbagbo, animée d’une assurance déconcertante.

Simone Gbagbo tourne en bourrique ses accusateurs

«Je veux qu’on me montre ce qu’on me reproche», a déclaré à plusieurs reprises l’ex-première Dame, suite aux questions des avocats. C’est en cette phrase que pourrait se résumer la sérénité et la confiance avec laquelle Simone Gbagbo s’est présentée à ce procès. Au cours de cette comparution, elle a tourné en dérision les avocats de la partie civile visiblement à cours de preuves palpables. «Soyez courtoise avec les avocats», a demandé le président de la Cour à l’accusée, qui mettait en difficulté les avocats de l’Etat. Après le procès des militaires qualifiés de pro-Gbagbo, où l’oralité a prévalu durant tous les débats, ce procès en Assises, est résolument en train de suivre le même chemin!

Dommage qu’en lieu et place des preuves irréfutables, la tradition orale commence encore à être la vedette de ce procès-fleuve !

NOEL KONAN (in L’Eléphant déchaîné N°327)
africanewsquick

18:00 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Abidjan/menaces sur la CNI obligatoire


Vaste licenciement à l’ONI, mais on recrute

ONI«Deux mois seulement après le recrutement d’une cinquantaine d’agents, en 2014 ces derniers, depuis le début de ce mois de février 2015, la direction envisage de mettre en cause le contrat de ces agents. Plus grave, il nous parvient que sur les 55 agents recrutés, la direction veut se séparer de plus de la moitié d’entre eux, pour des questions d’ordre budgétaire, selon elle. Et pourtant, l’ONI continue de recruter et affecter dans les régions non encore pourvues en agents pour l’identification», a déclaré, jeudi 26 février 2015 Kondé  Kouadio Lazare, secrétaire général du syndicat national de l’Office national d’identification.

C’est que le 15 juillet 2014, toute la Côte d’Ivoire a assisté avec soulagement au lancement de l’opération ordinaire d’identification qui doit  se solder par la délivrance de la carte nationale d’identité aux populations.
L’opération qui a démarré dans les districts d’Abidjan et de Yamoussoukro doit à terme s’étendre progressivement à toutes les régions du pays. Dans cette perspective, l’ONI a entamé un processus de recrutement pour répondre aux exigences de la structure en matière de ressources humaines.

Pour ce faire, il a recruté par contrat de travail des agents appelés,  agents temporaires de terrain (ATT) pour être affectées dans les centres d’enrôlement. Explique-t-il. Par ailleurs, pour les besoins du service de l’administration, l’ONI a également procédé à un autre  recrutement, cette fois, d’agents contractuels au nombre 55, sous  contrat à durée déterminée. « Deux mois seulement après le recrutement de ces derniers, depuis le début de ce mois de février, la direction envisage de mettre en cause le contrat de ces agents. Plus grave, il nous parvient que sur les 55 agents recrutés, la direction veut se séparer de plus de la moitié d’entre eux, pour des questions d’ordre budgétaire, selon elle. Et pourtant, l’ONI continue de recruter et affecter dans les régions non encore pourvues en agents pour l’identification.

Pour le Syndicat National des Agents de l’Office National d’Identification (SYNAONI), il est inconcevable que la direction décide de se séparer  d’une partie de son personnel et dans le même temps, recruter d’autres agents. C’est pourquoi il s’insurge contre cette décision de sa direction qu’il juge  injuste et discriminatoire  et lui demande de renoncer à la mesure de licenciement qu’elle envisage de prendre à l’encontre de ces agents qui ne demandent qu’à se mettre au service de l’Etat de cote d’ivoire.

En tout état de cause, le syndicat s’apprête à organiser dans les jours à venir  une conférence de presse pour informer l‘opinion publique sur les revendications d’ordre salariale des agents et sur les problèmes de dysfonctionnement qui existent à l’ONI ».

Les difficultés de l’ONI
L’Office National d’Identification a entamé depuis le 15 juillet 2014, le processus de l’identification des populations conformément aux fonctions régaliennes pour lesquelles il a été crée par l’Etat de Cote d’Ivoire. Cette opération que toute la population a appelée de tous ses vœux y compris les agents qui y travaillent démarre ces activités avec beaucoup de difficultés en interne.

Absence de mode opératoire
L’opération ordinaire d’identification des populations a démarré avec la mise à contribution des agents sur l’ensemble des districts de Yamoussoukro et d’Abidjan en qualité d’agent d’identification ou valise ou comme chef de centre. Mais il faut rappeler qu’ils ont travaillé sans mode opératoire qui puisse définir à chacun des acteurs sa réelle attribution.

Absence de point focal

Dans l’exécution des taches confiées aux agents, ils rencontrent des difficultés d’ordre organisationnel et structurel. Ils ne savent pas exactement à qui s’adresser pour les comptes et auprès de qui recevoir des ordres ou instructions.
Certains préfèrent rendre compte de leurs activités au directeur de l’informatique, de la statistique et de la documentation (DISD). D’autres, par contre, c’est le directeur des ressources humaines et financières qui est la personne indiquée.
D’autres encore estiment que c’est le directeur des opérations qui est le véritable point focal de l’opération.
Bref, chacun choisi le directeur qui lui convient pour lui rendre compte de ses activités. Une menace sur le projet du gouvernement à imposer la carte nationale d’identité, dès le1er  mars.

H.MAKRE
5minutesinfos.net



17:34 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

27/02/2015

Mon droit d'interpellation à l'endroit de M. Kouakou Kra, Secrétaire national du FPI chargé de la solidarité

(...) Dans la fracture abyssale séparant désormais les deux courants antagonistes qui s'affrontent au sein du FPI, fidèle aux convictions profondes qui sont les miennes, j'ai volontairement pris la décision d'adopter une ligne d'attaque consistant uniquement à faire la promotion du président Laurent Gbagbo et de son combat pour une Afrique digne et souveraine, à travers mes publications, conférences, engagement politique et actions souterraines de lobbying pour sa libération, loin de tout tumulte, toute invective et insulte destructeurs et improductifs. Jamais je ne me suis érigée publiquement en pourfendeur des camarades qui, contrairement à moi, ont une meilleure visibilité et lisibilité de l'action du 1er Ministre Pascal Affi N'guessan à la tête du FPI.

Aujourd'hui, permettez que je déroge à mes principes pour interpeller vivement M. Kouakou Kra, secrétaire national du FPI chargé de la Solidarité, à propos de l'interview qu'il a accordée le mercredi 25 février dernier à l'AFP concernant la CMU de M. Ouattara. L'organe de presse rapporte ceci: "Généralement prompte à la critique, l'opposition est cette fois-ci "séduite par un projet d'envergure qui devrait obtenir l'adhésion de tout le peuple", explique M.Kouakou Kra, le secrétaire national du FPI (opposition) chargé de la Solidarité. "Salutaire dans la mesure où il s'inscrit dans le contexte de la fracture sociale et d'absence de réconciliation après les violences post-électorales de 2010-2011 qui firent plus de 3000 morts en 5 mois pour s'achever par la chute de l'ex-président Laurent Gbagbo, note-t-il". Fin de citation.

Comment ne pas être offusqué par les propos de M. Kouakou qui, visiblement, est en campagne pour le compte de M. Ouattara dans la mesure où il appelle l'adhésion de tout le peuple autour du projet de la CMU dont le caractère purement électoraliste n'a vraisemblablement pas échappé au journaliste de l'AFP? M. Kouakou lève-t-il ici un coin de voile sur des desseins inavoués? Au plan technique, comment M. Kouakou peut-il affirmer, sans sourciller, qu'un système comme la CMU, basé sur l'inégalité dans la distribution des soins de santé, est équitable et peut être considéré comme un facteur de cohésion et de réconciliation nationales? A -t-il eu le réflexe de se poser les bonnes questions sur ce projet dont les experts ne cessent de démontrer les failles et les incohérences techniques? Les principes d'équité et de justice sociale qui commandent tout système de sécurité sociale sont-ils respectés lorsque les concepteurs de la CMU fixent la cotisation à un taux unique de 1000 FCFA, qu'on soit pauvre ou riche? Quel est le mode de gestion du système? M. Kouakou s'est-il assuré qu'il est conforme aux règles édictées par la Conférence Inter-africaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) qui, dans une optique de transparence et d'équité, exige de tout organisme de Sécurité Sociale une gestion collective des risques couverts, au travers d'un Conseil d'administration tripartite regroupant tous les partenaires sociaux, y compris l’État?

Les interrogations sont si nombreuses....Laurent Gbagbo est un visionnaire. Il n'avait de cesse de me dire lorsque mes collaborateurs et moi subissions des tracasseries et des blocages de toutes sortes et de toutes parts dans la conduite du projet de l'AMU: "Ne perds jamais de vue que l'AMU est l'une des raisons fondamentales pour lesquelles on nous fait la guerre".
Je comprends mieux....
Ohouochi Clotilde Yapi

15:34 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Simone GBAGBO Ma Reine : Témoignage de Mamadou Ben Soumahoro

" Nous allons perdre le pouvoir, mais nous reviendrons plus tard, et nous remettrons ce pays sur pieds en 3 ans. Retiens bien ce que je viens de te dire, ne l'oublie pas. Et je lui ai répondu, bien pris ma Reine, car c'est comme ça je l'appelle : Ma Reine..."

"...vers les derniers jours de Mars 2011, j'étais à la Résidence Présidentielle avec La 1ère Dame Simone GBAGBO, nous étions entrain de discuter lorsqu'elle s'est saisit d'une Bible sur la table à manger, elle l'a ouvert et est tombé sur le Psaume 140 que je connais parfaitement, quand je lui ai dit que je connaissais ce psaume par cœur, malgré le fait que je sois musulman, elle m'a dit en riant :

"Toi je sais que tu es un pasteur caché quelque part, mais tu nous distrait...Mais le plus important est que, reprenant tout son sérieux, elle m'a dit avec un air très convaincu et profond, tu sais Ben, nous allons perdre le pouvoir, mais nous reviendrons plus tard, et nous remettrons ce pays sur pieds en 3 ans. Retiens bien ce que je viens de te dire, ne l'oublie pas".

Et je lui ai répondu, "bien pris ma Reine", car c'est comme ça je l'appelle : Ma Reine...

Mamadou Ben Soumahoro.
(Rencontre avec le Bureau de la Coordination du FPI en Exil, Lundi 16-2-15)

Memel Lafoi

15:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

L’OMS et l’Unicef viennent de stériliser des populations du tiers-monde sous couver t de vaccination

Nous en avions déjà parlé, voici le détail de cette affaire. le tiers des doses infecté, et comme il faut trois injections, il suffit d'une dose problématique...On a pensé à tout, même au profit...
L’Organisation mondiale de la santé n’a pas souhaité communiquer. Le gouvernement également, probablement parce que quelques personnes ont eu la patte graissée pour se taire...
Alors à nous et à vous de communiquer à leur place!

Shlomit

Réseau Voltaire International | 26 février 2015
Après les scandales qui ont déjà secoué le Mexique, le Nicaragua et les Philippines, l’OMS et l’Unicef sont à nouveau mis en cause au Kenya pour avoir administré des produits stérilisants à l’insu des patients qu’ils prétendaient vacciner contre le tétanos.

La Conférence épiscopale catholique du Kenya, qui administre de nombreux hôpitaux, a participé à la campagne de vaccination contre le tétanos organisée par l’OMS et l’Unicef en mars et octobre 2014 pour les patients de 14 à 49 ans. Face aux rumeurs qui circulaient, la Conférence épiscopale a demandé au ministre kenyan de la Santé, James Wainaina Macharia, de vérifier la composition des vaccins. Devant son refus, la Commission épiscopale a mandaté le laboratoire AgriQ Quest Ltd pour procéder à des expertises. Les expert ont constaté la présence de 24 à 37,5 % d’hormones beta humaines chorioniques gonadotrophiques (βhCG), une quantité largement suffisante pour provoquer la stérilité des patientes. Le ministre de la Santé a réfuté ces résultats, affirmant qu’il était impossible d’introduire des βhCG dans ces vaccins.

La Commission parlementaire de la Santé a alors invité le ministère d’une part et la Conférence épiscopale d’autre part à lui présenter leurs travaux. Contrairement aux déclarations antérieures du gouvernement, il s’est avéré que celui-ci n’avait pas testé les vaccins avant leur inoculation. Aussi fournit-il alors 10 échantillons du vaccin qui s’avérèrent négatifs, tandis que la Conférence épiscopale en présenta 9, dont 3 s’avérèrent positifs. Le ministère de la Santé se retira du débat.

Mgr Paul Kariuki Njiru, évêque d’Embu et président de la Commission de la Santé de la Conférence épiscopale catholique du Kenya, a alors largement communiqué, accusant l’OMS, l’Unicef et le gouvernement kenyan d’avoir délibérément inoculé à leur insu du βhCG à des patientes afin de les stériliser à leur insu.

Le vaccin du tétanos s’administre en trois prises. Un tiers des doses étaient empoisonnées.
L’Organisation mondiale de la santé n’a pas souhaité communiquer.
Voltairenet.org

09:50 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Visite d’Etat à San Pedro : toutes les étapes connues

la campagne électorale payée sur fond de visite présidentielle...

San Pedro– Le programme de la visite d’Etat du président Alassane Ouattara dans les trois régions du Bas Sassandra (Sud-Ouest) du 04 au 08 mars a été communiqué mercredi aux représentants de la presse à San Pedro.

Selon le programme dont les articulations ont été présentées par le secrétaire général 1 de préfecture de San Pedro, N’Dri Kouassi Justin, le Chef de l’Etat arrive mercredi à San Pedro aux environs de 10H00 à l’aéroport, où il sera accueilli par des personnalités en nombre restreint.

Les honneurs militaires et l’accueil populaire se feront au niveau de l’entrée de la ville en venant de l’aéroport, non loin du rond-point où un arc de triomphe sera dressé. Un tour d’honneur de la ville se fera à partir de l’arc de triomphe en passant par le rond-point de la gare et de là au quartier Cité pour la résidence présidentielle.

Un conseil des ministres est prévu l’après-midi de mercredi.
Le lendemain 05 mars, le président se rendra à Soubré dans la région de la Nawa, et le 06 mars il ira dans la région du Gbôklè, où dans la matinée il fera l’étape du chef-lieu de région, Sassandra. L’après-midi ce sera l’étape du département de Fresco.

L’entreprise OLAM, située dans le domaine portuaire de San Pedro, sera inaugurée par le président Ouattara dans la matinée du 07 février. La même matinée du 07 février, aux environs de 10H00 aura lieu le meeting de clôture de la visite d’Etat, au stade Auguste Denise de San Pedro.

Le dimanche 08 mars, le président Alassane Ouattara sera aux côtés de son épouse, dans l’enceinte du complexe sportif du Rotary club de la ville de San Pedro, pour la célébration de la journée internationale de la femme (JIF), dont Mme Dominique Ouattara est la marraine.

La fin du séjour du président coïncidera avec la fin de la célébration de la JIF 2015.

(AIP)
_______________

Visite d’Etat à San Pedro : les populations de Tabou veulent voir le président Ouattara

San Pedro– Des représentants des populations de Tabou (Sud-ouest), notamment des chefs de villages et des maires ont exprimé jeudi leur souhait de voir le président Alassane Ouattara fouler leur sol à l’occasion de la visite d’Etat qu’il effectuera du 4 au 8 mars dans la région de San Pedro.

Ces représentants s’exprimaient à l’occasion d’une réunion préparatoire de mobilisation initiée par le député-maire Nabo Clément. L’ensemble de la chefferie traditionnelle, les représentants des femmes et des jeunes des différentes localités de la région de San Pedro étaient représentés.

Le programme officiel de cette visite ne prévoit aucune étape dans le département de Tabou.
« San Pedro c’est la ville de tout le monde. Le président de la République ne peut pas arriver ici sans aller dans le pays profond (…). Dites au président d’arriver à Tabou ; le pays profond l’attend, dites-lui de s’arrêter à Béréby », a déclaré Nabo Clément, s’adressant à l’émissaire du préfet de région.

Il a expliqué que pendant la campagne présidentielle de 2010, le président avait fait la promesse de passer voir les populations de Tabou après sa victoire. Des chefs de village de Tabou et le maire de Grand Bereby ont, avant le maire Nabo Clément, plaidé pour qu’un effort soit fait par les organisateurs de la visite, afin qu’un temps soit trouvé dans l’agenda du président de la République pour qu’il aille à la rencontre des populations de Tabou et Béréby.

Le maire de Grand-Béréby, Gosso Yabayou Alphonse, a expliqué que depuis 1961 Tabou n’a plus eu de visite d’un chef de l’Etat.

(AIP)


00:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Déguerpissement de quartiers précaires/ Gobelets: des centaines d’écoliers en pleur s

Des riverains: « On veut nous voler notre terrain »
Des populations sur le pied de guerre

par M'Bra Konan | 23/2/2015 Soir Info
Au lendemain de la descente musclée des forces de défense et de sécurité à Gobelet, quartier précaire de la commune de Cocody, pour appuyer les bulldozers qui procédaient à la démolition dudit quartier, nous sommes reparti sur le site, le samedi 21 février 2015. Nous y avons trouvé des populations déboussolées, attristées et inquiètes pour leur avenir.

Les 1.200 écoliers du groupe scolaire Epv les Bâtisseurs (1, 2, 3 et 4) devront tirer un trait sur l’année scolaire 2014-2015. Leurs établissements seront détruits dès ce lundi 23 février 2015. Les engins qui avaient entamé leur travail de démolition de cette zone et qui l'avaient arrêté à la tombée de la nuit du vendredi 20 février, comptent reprendre, aujourd'hui lundi. Cette reprise devrait toucher ces établissements qui sont situés non loin de quatre maisons déjà détruites.

Lesdits établissements font partie d’une bande de maisons à détruire sur environ deux kilomètres. Bien avant l’arrivée des bulldozers, ce sont les instituteurs, aidés de quelques élèves, qui étaient à la tâche pour décoiffer les salles de classe. Cette scène qui côtoie celle de riverains aux maisons déjà réduites en grava ou à détruire, n’a pas laissé des écoliers indifférents. « On n'aura plus d’école. Nous allons rester dans la rue », a expliqué, en sanglots Mlle Josiane, élève en classe de CE2 au Bâtisseur 1, au moment d’aider les autres camarades à faire sortir des tables-bancs. « Après les congés de printemps, lorsque nos camarades vont rejoindre leur école, nous serons à la maison, alors que nous voulons aller à l’école. J’ai peur », a laissé entendre le petit Koffi, en classe de CM1.

Quant à T.S.F. qui est au CM2, nous l'avons trouvé en train de pleurer en groupe avec ses camarades à la vue des travaux préliminaires de démolition effectués par des menuisiers et des maçons, sur leur salle, en attendant lundi. « Nous pleurons parce que nous ne pourrons pas passer d’examen, et puis, ce n’est pas sûr que nous repartions à l’école encore », a-t-elle fait savoir, entre deux sanglots. La tristesse est d’autant plus grande pour T.S.F. et ses camarades, que l’année scolaire précédente, leur établissement a fait 100% au Cepe et à l’entrée en 6ème en présentant 64 candidats. Cette scène insupportable d’enfants revendiquant le droit à l’éducation, a crée l’émoi chez certains parents qui ont eu du mal à retenir leurs larmes.

Au contraire de ces centaines d’écoliers, Mlle Messan Affi Emmanuelle, en 3ème au lycée municipal d’Adjamé-Williamsville, peut continuer d’aller à l’école, sauf qu’elle dormira sous des tentes et sans électricité. Pour étudier, une torche suffit pour elle. « J’ai une vielle torche que j’utilise. C’est à la lumière de celle-ci que j’apprends mes leçons. Lorsque les piles perdent leur puissance, je referme mes cahiers et livres », a-t-elle révélé, sous la tente qui a remplacé leur maison détruite. Pour elle comme pour ses parents, il n’y a pas un autre lieu où partir. Donc, c’est dans les grava et sous une tente qui tient difficilement débout sur des planches rongées en partie par des chenilles, qu’ils ont trouvé leur salut. « Les pluies de la semaine dernière ne nous ont pas épargnés. Nous avons perdu une partie de nos biens », a déploré Emmanuelle. Pour Kouassi Jean, le vigile Zerba Seydou, et pour le chauffeur Krou Barthélemy.

Grosse colère

La démolition de « Gobelet » ne devrait pas toucher en principe tout le quartier, car une partie du site sur laquelle, environ 23 mille âmes se sont installées, est hors du site à risque et est protégé par des documents administratifs. Pourtant, éloignées de la zone à risque, les populations sont menacées de déguerpissement ce lundi, sous la pression d’un ministre qui revendiquerait cette partie de « Gobelet » d’une superficie de 3, 5 ha. « Il y a eu un protocole d’accord entre nous et les propriétaires terriens d’Anono, le 29 août 2006. Ceci est appuyé par une attestation de propriété du chef du village, le 18 mars 2006. Bien avant, lors du lotissement effectué par l’Etat en 1979, le village est resté intact. C’est en 1994 que le maire, Mel Théodore, nous a donné un document, N°710/Mc/Dst-Dom/ 1994 qui nous donne l’autorisation d’occupation », a expliqué Boukary Douamba, conseiller du chef de « Gobelet » qui a révélé qu’ils ont entrepris des démarches à la Conservation foncière pour vérifier le titre foncier.

« Il y avait un titre foncier, effectivement, dont le numéro est 50157, sur le site situé aux Deux Plateaux. On nous a fait comprendre que c’est un nouveau morcellement qui n’a pas de propriétaire. C’est partant de ce fait que la mairie de Cocody et les responsables terriens nous ont donné une autorisation de construire des logements sociaux. C’est à travers la note N°02103/Mc/Dst-Dt/ 2006 de la mairie, que nous avons été autorisés à faire notre projet de construction de logements sociaux sur les îlots 269 du lot 3309 », a précisé M. Doumbia qui a brandi des documents y compris le plan topographique. « On veut nous voler notre terrain et nous chasser comme si nous étions venus nous installer de manière clandestine. C’est sur notre corps qu’ils passeront car nous avons la loi avec nous. Nous sommes 23 mille personnes dans la légalité », a menacé le porte-parole du chef de « Gobelet », avant d’annoncer des actions d’envergure. En quittant les lieux, ce sont des populations en colère qui criaient à l’injustice, que nous avons laissés sur place.

Indemnisés ou pas

Au quartier Doukouré de Yopougon où les bulldozers ont également détruit des maisons, c’est quasiment la résignation chez certains riverains. « C’est l’Etat qui a décidé de nous chasser sans nous apporter la preuve de ce que nous devrions être déguerpis », a balancé Koné Ardiouman, le regard triste. Quant à Sangué B. qui a été déguerpi à « Gobelet », il parle d’escroquerie. « On annonce partout que trois mille (3000) personnes ont été indemnisées. Au total ce sont quarante (40) personnes qui ont bénéficié de ce qu’ils appellent aide au recasement. Mon nom figure bel et bien sur la liste. Je n’ai pas été indemnisé, mais ma maison a été détruite parce que dans les documents officiels, j’ai perçu de l’argent pour quitter le site. C’est le cas pour 2.960 personnes qui auraient dû percevoir 150 mille francs Cfa pour partir. Cela n’a pas été le cas. Elles ont été chassées sans rien, comme moi. C’est dommage. C’est pourquoi, nous lançons un appel au Président de la République, au ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, afin qu’ils jettent un coup d’œil sur l’injustice qui est en train de se faire sur les sites dits à risque », a plaidé Sangué B.

M’BRA Konan
Linfodrome

00:22 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Un trou dans l'émergence

Grâce à la vigilance des internautes, des balises de sécurité ont été posées, en attendant le bouchage du trou...

Il a offert à son ami Martin Bouygues la construction d'un pont émergent pour 130 milliards à travers Bouygues construction. Ce dernier a plutôt fait un pont " France-Au revoir " qui se dégrade déjà de jour en jour.

Qui donc devra payer la facture des travaux d'entretien, vu que l'ouverture date de moins de trois mois?
Eudes Bauer

00:16 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |